Tout n'est que souvenir...

par castielangel

Partie 12 : Tout n'est que souvenirs...

( Dans la nuit de vendredi à samedi )

Des sensations étranges l'enveloppe alors qu'il souffre, sans explications, une douleur frappant sa poitrine. Il voit des images, sûrement celle de sa vie. Du moins, il le suppose. Il ne contrôle plus rien et perds souvent la notion du temps. L’impression qu'il lui manque des détails, comme si quelque chose l'empêcher de voir au-delà de ce qu'il voit, de ces images qui défilent sans aucun sens, qui l'encercle telle des barrières qu'il n'arrive point à faire tomber.

Il a mal, sa tête est comme légère et lourde à la fois. La sensation que son corps cesse de vivre pour renaître en un quelque chose de plus sombre, de plus ancestral, lui arrache des cris de douleurs. Délaissant son apparence humaine...Et bien que sa forme originale, mystique, ai repris ses droits, elle est différente. Sa queue couleur turquoise semblable à une mer des îles équatoriales se strie de rayures noires et des nageoires latérales se forme, saignant son corps de ces transformations sous ses hurlements.

Une anomalie ? La question est difficile, il n'y pense pas, tout est confus. Ses mains, ses bras, saignent. Ses doigts se parent de griffes et ses avant-bras, de petites nageoires dans le sens de la longueur afin de profiler sa nage. Et pourtant, son corps ne repose pas dans l'eau. Il flotte, dans une espèce de cocon ou sa transformation a lieu. Cris étouffés dans cette sphère étrange ou il mute, hurle ses peurs. Ou plus rien ne l'entoure...Le contrôle est perdu...Castiel le sais. Il voit à peine les changements. Seule sa gorge le brûle d'avoir autant hurler et de continuer encore sous toutes les déchirures qu'il ressent.

Tout se ressert en lui, il le sens et comme une boule rétracter au plus profond de lui, cette dernière explose, balayant tout sur son passage. Il a peur, a mal, pleure...Il ne sait ce qu'il se passe, perdu...Appelant sa mère d'une quelconque aide...Ou est-il ? Perdu...Tremblant, souffrant, la douleur....Une image de Dean, il veut le voir...Aaron aussi...Perdu...Croisant le regard de Ezekiel. Serais-ce un esprit maléfique ? Il ne sait plus. Les frontières sont distordes. Et les questions qu'il se pose, personne ne lui réponds. L’impression de ne plus parlez la même langue s'en ressent. Qui est-il ?

Castiel est perdu, vagabond sur un sentier sombre...L'impression que cela n'est pas la première fois que cela lui arrive. Qu'il n’est plus maître de lui depuis longtemps. Que quelque chose se cache dans l'ombre. Des flashs, des mots, d'autres visages, d'autres époques...Il hurle à briser ses cordes vocales. Il hurle, saigne, pleure, sentant son corps se déchiré en de multiples fragments fragilisé et recollés tant de fois.

Perdu, se demandant pourquoi il méritait une telle souffrance, voulant connaître le crime de ses péchés pour en être arriver là, à être écarteler en de multiples folies qui cause sa déraison, Castiel revois sa mère...Lui demandant quel sort lui a t' elle jeté. Il aimerait mourir...Afin de faire taire tout ceci, effacer la souffrance...Appelant sans réponse Dean et Aaron d'une quelconque aide avant qu'une nouvelle vague de brûlure ne le foudroie et le fasse souffrir comme un poison qui s'infiltre...

.

Il n'a eu qu'à se concentré un peu pour le retrouver dans ce qui rester de la maison et que Kali cacher par ses rafales magnifiques, ce qu'il se passer réellement sous les yeux des humains. Il pouvait ressentir toute la confusion que Castiel ressentait, exprimait en hurlant et en détruisant tout ce qui se trouvait autour. Et en silence, une larme s'échappa.

Ce n'était pas la première fois qu'il le voyais ainsi, dans cet état. A vrai dire, il pense qu'il l'a toujours vu comme tel dès son plus jeune âge. Quelque chose qui pouvait être cacher mais qui ne dors jamais. Bombe à retardement de ces multiples vies qui l'anime. Léviathan véritable, la souche pure, descendant des plus profondes ténèbres abyssales. Et il peut, dès à présent, voir sa forme émerger de cette enveloppe charnelle moduler à la discrétion. Si rare, si puissant....Si cannibale....

Fasciné et terrorisé à la fois de le voir reprendre vie. Tel le phénix renée de ses cendres. Les mesures prises n'ont pas encore étaient assez fortes. Balthazar avait eu beau de manipuler tout le monde, rien n'avait changer. La présence même de ce qui avait fait effondrer le royaume Novak du Pacifique se réveillait à nouveau. Enfin pas tout à fait. Celle-ci, est coléreuse, affamé, destructrice...Auraient-ils un jour une époque ou cet être ne serait plus que souvenirs ? Il en doute, elle est leur essence....

Dehors, les rafales sont plus fortes et le champs électrique de l'endroit ou il se trouve à changer. Et il sent cette créature hurlée, tout crocs dehors dans cette conscience qui ne se reflètes pourtant pas à vue d’œil. Mis à part les différences physiques, Castiel reste perdu dans l'amas de transformations et de toute cette aura qui l'habite. Il n'as plus le temps d'attendre. Une nouvelle page, une nouvelle air commencera demain. Puis, Cole ferme les yeux, le flux électrique de Castiel l'attire, il résiste.

- Pardonne-moi...

Il murmure, s'avance, un signe étrange fait avec ses doigts et il quitte son corps de chair pour prendre une allure spectrale. Il avance, la confrontation sera douloureuse, encore...Malheureusement. Il entre dans l'esprit de Castiel, dans son corps et c'est un carnage. Tout se lie pour être briser par la suite, mauvais signe. Premières apparitions que cette chose reprends vie, conscience de ce qu'elle est réellement. Il doit faire vite, pas le droit à l'erreur. Cette tache est plus hardue que toutes les précédentes. Il se concentre, affûte son lien qui se rétracte en lui au maximum pour créer des dégâts. Il n'a plus le temps, Castiel même perdu, à remarquer sa présence....Ses yeux sont entièrement noir, son sang, n'est plus rouge mais est de la couleur des ténèbres....

Plus le temps, Cole fixe ce regard alors que Castiel n'a qu'une seule envie. Le dévoré. Au sens propre du terme. Il ne satisfera pas son souhait. D'ailleurs, Cole remarque pour la deuxième fois de sa vie que Castiel à dévoré Ezekiel sans qu'il ne s'en rende compte et avec une tel bestialité....Dans combien de temps aurait-il dévoré Dean et Aaron pour devenir que plus meurtrier que ce qu'il n'était déjà ? Hélas, Cole n'avait pas toute les réponses...Alors il s'excuse, demande le pardon pour ce qu'il va s'en suivre, de lui faire oublier le peu de bonheur que Castiel à reçu.

Cole implose puis explose...Le contact entre les deux flux est cosmique. Tout tremble, vole et éclate. Castiel se débat, retrouve parfois la vue de ce qu'il se passe réellement avant de sombré à nouveau. Combat difficile mais pas impossible. Il lui faut du temps et Cole sait qu'il en a plus que Castiel déjà fatigué par sa renaissance. Il a le dessus. Il ne lésignes pas sur les attaques car il sait que Castiel pourrais à tout moment reprendre le dessus. Et un jour, plus personne ne pourra se dresser contre lui, contre ce qu'il était, ce qu'il est, et ce qu'il sera toujours....

Alors, Cole se déchaîna pour le soustraire...

.

Dean et Aaron étaient presque arrivés. Aaron avait réussi à contacter Gabriel par le lien téléphatique et après plusieurs informations comme quoi, Balthazar avait disparu, ils étaient tous les trois en chemin vers Castiel qui faisait des siennes plus loin sur la cote Australienne. Gabriel avait fait un topo de cette étrange guerre. La plupart des léviathans avaient battus en retraite tandis que d'autre, ceux qui étaient les plus proches de Nick, se promenaient encore dans les parages. Dean avait assimilé le tout sans rechigné et avait par la suite mis Gabriel aux pieds du mur pour savoir pourquoi ces abrutis en avait après Castiel et la réponse l'avait grandement refroidis, ainsi que Aaron.

Son ange était un Léviathan et possédé une belle puissance...Chouette, il étaient en train de refaire le remake de l'affaire Crowley en un peu plus gros !! Et Kali qui arrivée sur leur cotes n'arrangeait rien ! Le vent soufflait, arraché tout et ils furent obligés de se mettre à couvert sans pour autant atteindre Castiel perdu, noyer dans les flots de son lien, comme quatre ans auparavant....

Réfugiés dans une boutique de souvenirs à quelques patées de maisons ou se trouver Castiel, leur forces se mirent soudain à s'envoler telle que s'évapore la fumée d'une cheminée dans le vent. Dean ne comprenait plus pourquoi, en un rien de temps, ils étaient devenus si faible au point que Aaron se transforme en sa forme originale et tombe sous ses yeux dans l'inconscience avant que Gabriel ne fasse la même chose et que, dans le cri hurlant du vent, Dean s'effondra sur le sol, une dernière pensée vers cet homme qui lui avait donner tant de bonheur et qui, en un sens, lui avait donner un fils et qui est à présent, seul dans les vagues houleuse de sa noyade....

.

La honte aurait dû s'inscrire sur son visage, mais elle ne fut point présente.

Ils étaient là, tout les deux, attendant ses ordres depuis que Kali avait disparue des radars des météorologues pour faire des ravages des kilomètres bien plus loin, bien loin de la montagne de travail et des mensonges qu'il devrait mettre en place pour remettre le calme dans ce lieu qui était autrefois paisible mais non à l'abri de ce qu'il s'était passé. La tempête avait bien fait ses dégâts et elle n'avait pas seulement touché que les hommes. Le royaume avait souffert, et lui, sans personne pour en parler, devrait affronter ses propres problèmes sans mettre au courant ses deux frangins, présent dans son bureau qui n'en avait même pas conscience.

- Bien, merci pour le rapport Raphaël...Gabriel, as tu quelque chose à me dire ?

- Le jeune garçon qu'on a retrouver près de mon corps, Aaron...Que faisons-nous ?

- Trouves lui un foyer. Il en aura besoin.

Il le voit s'inclinait devant lui. Il ne lui fait pas de remarque. Ce n'est pas le moment. Balthazar les voit tout les deux quitter son bureau d'un pas ni presser ni lent, juste une fatalité. Un ordre de plus à exécuter. Tout le monde broyer du noir, chacun pleurant seul à l'abri des regards. Un royaume soudé mais pleurant dans une solitude qui n'avait pas toucher le royaume depuis si longtemps.

Un mouvement, une silhouette fini par bouger et il sut qu'elle attendait simplement le départ de ses frères pour s'installait dans l'un de ses fauteuils sans bruit, patientant juste. Mais la partie était terminée. La silhouette trancha le silence religieux de la pièce à peine éclairer alors que Balthazar venait se poster contre sa baie vitrée rayée, lui montrant le spectacle de Kali.

- C'est étrange vous ne trouvez pas ? Personne ne s'en souvient et pourtant, c’est comme s'ils partageaient tous cette même et unique peine...Celle de perdre un souverain.

- Arrête de psalmodier Cole...Je vais à l’hôpital, suis-moi !

Balthazar ne vit pourtant pas le trajet alors que Cole l'emmener. La tête ailleurs, vers ce que lui avait dit Cole dans son bureau, le jeune roi comprenait en partie ce que Cole essayer de lui faire passer. Malheureusement, Balthazar ne voulait pas se pencher sur le sujet. Ses mains étaient assez recouvertes de sang et de trahison pour qu'il se mette à penser, là ou voulait en venir Cole pour qu'il se questionne lui-même.

Puis, l'hôpital fut sous ses yeux. Presque rien n'avait bougé par le passage de la tempête et c'était peut-être mieux ainsi et Balthazar décida à aller jusqu'au bout de ce qu'il voulait faire. Il descendis de la voiture, Cole à sa suite. Le secrétariat fut bientôt à leur vue et malgré la secrétaire débordée par les appels, ils purent avoir le numéro de la chambre. Les deux '' hommes '' frôler le sol du chemin et un étrange sentiment s'empara du roi triton alors qu'il était arrivé et que des silhouettes étaient présentes dans la dites chambre.

Il frappa, son entrée ne passa pas inaperçu alors que Cole rester dans le couloir. Le tumulte de la pièce composé des rires et sourires ainsi que des vœux de rétablissements cessèrent et tous les regards se posèrent sur lui. Évitant de s’attardait, Balthazar oublia les regards de la famille du blessé et croisa le regard vert de ce dernier qui le fixer avec étonnement. Intérieurement, le jeune roi soupira. Évidement, il ne le reconnaissait pas.

- Heu...Excusez-moi. Je passais juste pour savoir si vous alliez bien. C'est...C'est moi, qui vous ai trouvez lors de la tempête.

- Ah !! Merci de vous inquiétez mais je vais bien, rassurez-vous ! Sammy, Papa, je peux vous montrez maintenant la personne qui m'a sauver !

Balthazar ne trouva le courage que de faire un signe de tête et de s’excuser afin de quitter la pièce. Il ne pouvait en supportait plus. Il avait pourtant fait son choix et il était hors de question qu'il ne lève le voile qu'il avait imposer à toutes les personnes ayant rencontré Castiel, et qui, par la même occasion, leur race. Cole lui en avait d'ailleurs touché deux mots. Qu'il n'avait pas le droit d'enlever les souvenirs de Dean et de Aaron. Qu'ils étaient liés mais Balthazar avait froidement lancé un regard noir pour clore la conversation. Son choix, il l'avait fait afin de ne pas empirer la situation compliqué. Il avait bannis sans leur consentement, une douleur qu'aucun d'eux n'aurait pu faire face.

- Vous avez pris cette décision pour eux, pour le royaume...Pourquoi sommes-nous les seuls à rester face à cette épreuve... Avait dit Cole dans la voiture.

- Parce que nous somme liés par ce fichu contrat et qu'ont est maudits...Comment va t-il ?

- Je vous y conduis.

Et dans le silence régnant de l'habitacle, le trajet se fit sous une tension palpable. Un bâtiment au milieu d'une des propriétés privés de Balthazar entourait d'une foret épaisse les encerclèrent dans le silence du lieu. Des chaînes et des sorts multiples gravés sur les murs, invisible à l’œil nu, les deux '' hommes '' entrèrent sous le bruits strident des gonds mal huilés.

Leurs pas les guidèrent dans le silence pesant des lieux vers la seul pièce habitable et en son centre, Balthazar y découvrit un corps qui était déposer. Allonger, seulement vêtu d'un short noir dans un cercle fait de sang et enchaîner par les poignets et chevilles, le corps recouverts d'écritures ancestrales, reposer aussi mort qu'il était en vie, le corps de Castiel. Alors que Cole se postait juste derrière lui, brisant le silence.

- Vous croyez que Castiel sortira des limbes ?

- Je ne sais pas.

- Cela veut dire non ?

Balthazar se tourna alors vers lui avant de reposer son regard sur le corps quasi dénudé de Castiel, entraver sur le sol froid ou seule une couverture le protéger du béton. Enchaîner tel un animal, menace ancestrale...

- Castiel est né avec cette chose...Il n'a pas était réceptacle à proprement parlé...Qui sait, peut-être que, perdu dans les limbes dans lesquelles tu l'a plongé...Peut-être réussira t-il à trouver la sortie....

- Que ferrez vous alors ?

- Je ne sais pas, le cas ne sais jamais produit....

Le roi s'éloigna, loin de cette vue. Trop, c'était trop. Il avait vu grandir Castiel, il aurait dû s'y attendre, on l'avait prévenu après tout.

- Avouez-le...Amélia vous à toujours dit que ce jour arriverais. Elle était peut-être folle à cause de cette chose, après tout, elle était le réceptacle, mais du peu de lucidité quelle avait fait preuve, ses visions se sont toujours révélé exactes.

- Qu'insinu-tu...Cole.

- Vous le savez très bien. J'ai passer la moitié de ma vie à envoûté, possédé, supprimé la mémoire de Castiel pour qu'il reste lucide. Lui fabriquant des faux souvenirs pour ne pas qu'il se souvienne que c'est à cause de lui, que ses parents sont morts, qu'Ezekiel a subi le même sort...Qu'ils les a dévorés sans états d'âmes !

- Sa suffit !

- Non, je vous met au pied du mur....Face à la réalité. Castiel est un cannibale...Il n'a jamais était de notre espèce, puisqu'il n'a fait qu'un avec cette chose et vous le savez. Notre aire est terminée. La chose à réussi là ou nous avons échouer. Amélia étant morte, on à dû enfermer cette chose dans un autre corps pour ne pas la délivré et cette chose, elle attends juste le bon moment ! Elle appellera son enfant pour se libérer !

- Ce n'est que légende...Personne ne sait ou nous avons enfermés le nouveau réceptacle. Il est gardé sous plusieurs sorts et sur la terre ferme ! Perdis patience Balthazar.

- Vraiment ?

Sous ses yeux, Cole se déplaça jusque à lui pour se mettre au même niveau. Son regard fixant le sien.

- Il existait pourtant bien un prince de sang mêlé dans cette légende....Et il est en ce moment même, en train de trouver le chemin pour sortir des limbes....

Rien d'autre ne résonna à ses oreilles que cette porte aux gonds rouillés dans le silence du bâtiment lorsque Cole pris la porte. Rien...Rien d'autre. Et alors que les mots s'infiltrait en Balthazar, ses yeux se posèrent une nouvelle fois sur le corps inerte de Castiel.

Cole avait raison.

La légende n'en était plus une...

Son enfant prenait vie et Elle, dévorerait tout sur son passage...

...END DU VOLUME 2 ...

...A SUIVRE, LE VOLUME 3....