Une icône ? Moi ?

par Siegliend

Pendant que j’étais en train de me battre avec mes gars contre des S.I.L.E.N.T. qui se faisait toujours plus nombreux. J’avais cru recevoir un appel d’Hikaru, dans mon casque. J’eux la confirmation quand un ancien capitaine annonça mon repli du combat. Essoufflé est en sueur des combats intensif, j’avais pris une moto pour me rendre au plus vite au laboratoire. Je me demandais ce qui se passait si Hikaru était en vie ? S’il avait un gros problème ? La peur, l’inquiétude se mêlait à une inexplicable excitation.

Quand j’entra comme une furie dans le laboratoire, je vis Hikaru se retourné pour me regarder en pleurant de joie, avec un pistolet à injection dans la main droite. Au début, je ne voulais pas y croire j’étais tellement heureuse. Hikaru m’avertit que j’étais le premier cobaye humain à recevoir le vaccin en premier, le risque d’échec était élevé. Je lui répondis que le temps pressait pour nous et que je n’avais plus rien à perdre sauf ma vie et Hikaru.

On prit le risque à deux, j’ôta le haut de ma combinaison de je m’assis sur le lit médicalisé. Pendant que Hikaru me collait des électrodes au cœurs et sur la cage thoracique.

Je lui devais de lui parler du plan de secours, ce que Hikaru ne voulait absolument pas entendre.

-          Si ça tourne mal, laisse-moi ici et sauve-toi derrière le labo j’ai préparé une moto avec le plein.

Hikaru me regardait avec désespoir et rage, je savais que c’était le genre de discours qu’il ne voulait pas entendre.

Tandis qu’on discutait je me sentais de plus en plus fiévreuse, j’étais en sueur et j’entendais mes pulsassions cardiaque qui se faisait plus régulière dans le monitoring.

Hikaru m’observait et prenait le plus souvent ma température, j’étais à 40°C depuis longtemps déjà et je me sentais de plus en plus faible. Hikaru était extrêmement stressé, il notait dans un carnet mes réaction et comment se déroulait le test.

Puis j’entendis des S.I.L.E.N.T. défoncés la porte du laboratoire, je dégainai le revolver à plasma que j’avais dans un étui et je commençai à tirer en criant à Hikaru de prendre la fuite.

Dans le feu de l’action j’avais renversé le lit pour en faire une barricade. Je donnai une arme à Hikaru en la faisant glissé au sol. Tandis que je luttais contre la fièvre de cheval que j’avais, mon fiancé me regardais avec attention, ne savant pas ce qui se passait je lui avais demandé. Hikaru pleurait de joie en disant que ça marchait. J’entendais les bruits de verre tombé sur le carrelage, je touchai la pierre de lune qui était sur mon visage mais elle tomba dans ma main sans que je n’eux à l’arraché.

Alors ont tenu le coup face au S.I.L.E.N.T. pendant plusieurs heures, puis ont avaient entendu nos renforts arrivés dans le laboratoire pour mettre à sac les derniers S.I.L.E.N.T. Grâce aux efforts de tous et surtout ceux de mon fiancé on avait trouvé la solution pour des millions d’habitant sur la Lune.

Après tout est aller très vite, on avait fait éclater au grand jour qu’un vaccin contre la MS était au point. Alors beaucoup de grand financiers, politiciens et personnes importantes se sont rebellés contre la politique d’Armstrong.

Beaucoup de personne victime directe ou indirecte de la MS on rejoint nos rangs pour mettre à genoux Armstrong. Sans le vouloir je suis devenue une icône de la révolte des anciens esclaves d’Armstrong, toujours plus déterminé à faire couler cette firme.

Il y eu beaucoup d’affrontement, jusqu’à notre victoire la faillite d’Armstrong et l’éradication de la MS.

Lors de la faillite d’Armstrong beaucoup de document confidentiel ont été rendus public, un scandale avait éclaté. Armstrong était auteur de la création de la MS. Sa propagation était « un accident » selon Monsieur Grant le directeur et ancien PDG de la firme.

Peu après ma guérison moi et Hikaru on s’est marié, et je suis devenue une délégué sélénienne de l’OMS et Hikaru croule sous les grades honorifiques de toute la communauté scientifique.