Partie 1 Les limbes de la peur / Chapitre 2 : La vérité du sang

par jackals400

L'intérieur de la station était divisée en trois zones : Les terrains d'entrainements aux méthodes de combats à l'intérieur des colonies, les quartiers du personnel militaire et enfin le secteur civil ou les soldats pouvaient se détendre. C'est vers le quartier chic de Jeremia, dans la zone civil, que l'Éclair rouge s'était dirigé, parmi les hauts immeubles qui peuplait ce quartier privilégié ou les officiers passaient leurs soirées, se trouvait le « PlayHouse Hostel », la particularité de cette hôtel était qu'il comportait un club privé au 32éme étage. Le « Terra-Nova Club ». C'était un cercle très chic et fermé auquel peu de gens avaient accès sur la station. Mais le capitaine Damaris faisait parti de ces rares privilégiés. Lorsque l'ascenseur fût arrivé au 32éme, les portes s'ouvrirent sur un unique couloir aux tapisseries rouges brodées de motifs dorés, un lourd tapis un velours rouge foncé s'étendait sur le sol. Au bout du couloir trônait une lourde et imposante double porte en ébène sculpté gardée par deux gros bras à l'air sévère. A côté de celle-ci, derrière un pupitre, se trouvait l'homme qui s'occupait des réservations, le capitaine avança rapidement jusqu'à lui.

- Cela faisait longtemps que monsieur n'était pas venu. Lança t-il sans lever les yeux de son registre.

- J'ai été très prit ces derniers temps, est ce que mon invité est là ? Demanda Gabriel.

- La personne que vous devez rencontrer est bien arriver, il vous attend a l'intérieur.

Sur ces mots les deux gorilles ouvrirent la porte pour laisser passé leur hôte, le club Terra-Nova était immense, sur la droite un long bar en chêne massif paré de sculptures en bas reliefs doré à la feuille d'or léchait le mur. A gauche se trouvait d'imposantes tables séparée les unes des autres par des paravents garnie de plantes vertes et en face une immense baie vitrée offrait une vue spectaculaire de l'intérieur de la colonie. De nombreuses et coûteuses œuvres d'arts modernes égayaient les murs, une magnifique fontaine présentant de délicates sculptures d'ange occupait le centre de la salle et un lustre contemporain aux formes complexes et entremêlées décorait le plafond. Gabriel se dirigea immédiatement vers un énorme escalier en spiral du côté des tables et le gravit jusqu'à la seconde salle qui se trouvait au dessus de la première et qui avait la particularité d'offrir un balcon couvert qui s'avançait dans le vide et dont le sol était transparent, permettant ainsi de jouir d'une vue imprenable et totale sur le fameux quartier de la colonie. Cette pièce était avant tout faite pour la détente, des canapés de velours rouge en forme de fer à cheval encerclaient quelques tables basses, le tout sous une lumière tamisée et un discret chant de musique classique. Ce soir une seule personne était présente, c'était un homme portant un élégant costume 3 pièce noir, ses cheveux sombres et courts tiraient sur le gris et étaient plaqués sur son crâne. Sa mâchoire imposante était surmonté d'un visage acéré et percé de deux yeux bleu-gris.

- Voici donc à nouveau le messager de malheur. Lança le capitaine Damaris en allant s'asseoir aux côtés de son vieil amis.

- Et voici l'âne le plus têtu de l'univers connu. Répondit l'autre sur un ton humoristique.

Les deux hommes échangèrent un bref salut pendant qu'un serveur venait prendre leurs commandes.

- Une Vodka-Martini pour moi. Demanda l'homme en costume noir.

- Un Moonrace. Lança froidement l'Éclair rouge comme à son accoutumé.

Le serveur repartit rapidement pour aller chercher leur commande.

- Alors capitaine Gabriel Damaris, comment se portent vos recrues ? Lança l'homme en noir en insistant sur le grade de son ami.

- Plutôt bien, colonel Aaron Silas, ils sont encore loin d'être de véritables soldats, mais pour ça il leur faudrait de l'expérience. Répondit l'intéressé en insistant lui aussi sur le grade de son interlocuteur.

- De l'expérience ils en auront bientôt à revendre, enfin s'ils survivent, tu devrait évité de t'y attacher.

- Je te rappelle que je n'est pas encore accepté cette mission.

- Bien évidemment, c'est pour ça que tu fait trimé tes bleus comme des fous, que tu les assommes de simulations, d'entrainement surprise sadique et de tactiques militaires défensives et offensives.

- ...

- Ne soit pas gêner, toi et moi savons que si tu ne dirige pas cette mission, on te remplacera par quelqu'un de moins compétent et là tes pilotes n'auront vraiment aucun espoir d'en réchapper.

- Après Dakara j'avais juré de ne plus participé à ce genre de missions.

- Malheureusement on n'a pas toujours le choix, surtout quand on à la vie des autres entre ses mains.

- Je savait que j'aurais dût quitté l'armée et laisser tombé toutes ces conneries.

- Ça n'aurait rien changer, on serait quand même venus te chercher.

- ….

- Je te rappelle que nous avons un gros trou dans notre défense, un trou béant par lequel la coalition compte bien nous envahir.

- Pourtant les avant-postes de surveillance émettent toujours leurs codes d'authentification.

- Effectivement, mais ce que peu de gens savent, même au sein de l'armée, c'est qu'il y à un second code à introduire dans l'onde porteuse, si jamais l'ennemi capture une de nos base avancées, il peut extirper les codes d'authentifications standard des officiers par la torture. Mais les commandants de ces stations sont spécialement sélectionné et entrainés, ils ne divulgueront jamais l'existence du second code quoi qu'il leur en coûte.

- Pourquoi ne pas tout révéler au publique ?

- C'est ça le problème avec les soldats, ils ne pensent qu'aux problèmes militaires, vous ne réfléchissez jamais aux conséquences politiques.

- Désolé d'être un soldat, mais c'est pour ça que vous, les gars du renseignement, êtes là. Alors explique moi.

- C'est très simple, il y à 21 ans prenait fin le Siècle de Feu, la guerre la plus longue et la plus atroce de toute l'histoire de l'humanité, il n'y à pas une planète, pas une colonie, pas une ville qui n'en porte les stigmates, à la fin de la guerre les gens se sont dit « plus jamais ça ». Et aujourd'hui nous découvrons qu'il y à un trou dans notre défense causé par une puissance étrangère, il est évident que c'est la Coalition, mais nous n'avons aucune preuve. Si nous brisons cette paix fragile et tant désirée pour la remplacé par un nouveau conflit il est certain que la population réagira très mal. De plus si nous attaquons la Coalition Terrienne sans preuve qu'est ce qu'ils vont répliqué à ton avis ?

- Que c'est nous qui les avons attaqués les premiers ?

- Exact, le peuple supportera déjà difficilement le fait d'être à nouveau engagé dans un conflit, alors si en plus ils ont des doutes sur celui qui à lancé les hostilités le premier, il est évident que nous feront face à une insurrection. Le seul moyen d'entamé cette guerre sans provoqué la colère des citoyens est d'apporté des preuves, mais surtout, de nous placer dans une position de victime de la guerre.

- Je vois, je comprend pourquoi vous tenez tant à cette … « opération ».

- J'en suis désolé, mais tes élèves vont être envoyer en « séance d'entrainement en condition réels » prêt des avants-postes que nous avons perdu, via le réseau Shield nous enverrons un message à nos ennemis, leur faisant croire qu'une équipe est envoyé pour enquêter sur des mouvement suspects de la Coalition dans leur secteur. Croyant que nous ne sommes pas au courant du passage sous leur contrôle de nos stations de surveillance et ayant peur qu'on le découvre, ils vont les éliminés et faire passer ça pour un accident. Ils penseront surement que ça leur fera gagné suffisamment de temps pour terminé leurs préparatifs.

- Je vois déjà les gros titres, « De jeunes recrues sauvagement assassinées par la Coalition », « La Coalition Terrienne à ouvert les hostilités avec un acte de barbarie ».

- Leurs desseins seront révélé au grand jour, après cette acte ignoble et incompréhensible c'est le peuple lui même qui demandera vengeance, de plus nous pourront brisé le moral de l'adversaire en diffusant massivement les preuves vers les colonies ennemis et ainsi déclenché une révolte dans la population civile et militaire qui affaiblira notre ennemi.

- Il est bien loin le temps ou nous ne nous manipulions pas les uns les autres, ce temps ou l'on s'affrontait de face plutôt que d'essayer de se poignardé dans le dos.

- « Il n'y a pas de guerre juste », c'est ce que tu disais tout le temps non ? Tu t'attendais à quoi ? Un duel honorable entre deux chevaliers le temps d'une joute ?

Un long silence s'abattit sur les deux hommes après la réponse étrangement froide et honnête d'Aaron. Il ne fut interrompu que par le retour du serveur qui venait leur apporter leur commande avant de repartir. Au bout d'un moment Gabriel se décida a brisé le mutisme qui s'était installé entre eux deux en abordant le premier sujet qui lui venait à l'esprit.

- Comment ferait vous pour capter les données des armures dans le champs d'astéroïdes ? Lança t-il.

- Un mouchard sera installé dans le module de navigation et transmettra l'ensemble des données audio, vidéo et radar des ACAP au réseau Shield.

De nouveau un blanc remplit leur conversation, mais le capitaine était décidé à ne pas abandonner..

- Écoute Aaron, si je ne suis pas à la tète de cette mission mes élèves n'auront aucune chance, je sais que je n'est pas vraiment le choix mais là vous m'en demandez beaucoup.

- Malgré les apparences nous ne comptons pas envoyer tes petits protégés à la mort sans préparation, premièrement on les équipera d'Alphas modèle 2, à leur stade d'entrainement la plupart des recrues ont accès à ce type de matériel, cela ne devrait pas attirer l'attention.

- Ça augmente à peine leurs chances de survie.

- Deuxièmement le vaisseau qui vous emmèneras la-bas sera le Tsar Polka.

- Je connais ce vaisseau.

- Normal c'est le vaisseau du commandant Gédéon Tibérius.

- Ça fait tellement longtemps que je ne l'est revu, j'étais pilote d'armure sur son vaisseau pendant la guerre.

- Ça, tout le monde le sait, toi tu était le légendaire Éclair rouge et lui le célèbre commandant du Raging Raven, l'un des vaisseaux les plus célèbres de la guerre. Il est toujours exposé au musée spatial de Ganymède si je me souvient bien.

- Pourquoi lui en particulier ?

- Premièrement c'est un vétéran et un excellent stratège, deuxièmement comme il vient d'avoir son vaisseau récemment il n'a que deux ACAP qui sont affecté à son escorte, des vétérans eux aussi. Il n'y aura rien d'anormal à ce qu'on lui confie une équipe de jeunes recrues et enfin troisièmement, c'est un spécialiste en guérilla spatiale, il est parfait pour les opérations que nous auront à mener par la suite.

- Je savait bien que vous n'alliez pas vous arrêter à un seul petit massacre.

- Pour évité tout soupçon à notre égard nous n'allons envoyer notre flotte qu'après la diffusion du massacre. Si nos vaisseaux étaient tous prêt à partir au moment de l'attaque cela pourrait paraître louche.

- A partir du moment ou la présence des forces coalisées sera confirmé, combien faudra t-il pour envoyé la flotte ?

- 2 mois approximativement.

- Ce qui veut dire qu'après la révélation de leur plan a la vue de tous, l'ennemi aura tout le loisir de renforcé sa position dans la ceinture, le temps qu'on les délogent leurs forces principales auront contre-attaquées. Évidemment il n'y à aucune chance pour qu'ils puissent enfoncé les lignes de défenses de Minerva, mais ils pourraient réussir à prendre le contrôle de la barrière, ce qui leur donnerait un avantage écrasant. A l'intérieur de ce champs d'astéroïde ils peuvent amassé autant de forces qu'ils le veulent tout en étant à l'abri de nos appareils d'observation.

- Exactement, dans une guerre moderne c'est celui qui à le plus d'information qui gagne la bataille, même si on sait qu'ils ont prit nos postes d'observation et qu'ils rassemblent leurs forces dans ce secteur, nous n'avons aucune idée de leur nombre, de leur position exact ou des pièges qu'ils auraient pût installer. On peut donc dire que nous sommes à égalité, mais si nous arrivons à recueillir des informations sur leurs forces c'est nous qui auront l'avantage.

- Et dans ce genre de mission un seul vaisseau est plus discret qu'une centaine je suppose.

- C'est juste, votre mission après l'engagement initial sera de récolté un maximum d'informations sur les forces ennemis, on vous communiquera des codes pour avoir accès à l'un des canal cryptés du réseau Shield, si l'occasion se présente vous devrez aussi attaquer les lignes de ravitaillement ennemi et détruire leurs unités de reconnaissance.

- La routine quoi.

- Cependant certains paramètres restent aléatoire, même pour ce genre d'opération il faut un nombre minimum d'armures, hors vous n'êtes que trois vétérans, il faudrait que certains cadets de votre équipe survivent au premier accrochage avec l'ennemi. C'est pour ça que nous t'avons choisi.

- Je vois, après les avoirs mené au massacre je dois en sauver quelques uns pour continuer la mission …. vous êtes vraiment une belle bande d'enfoirés, vous croyez pas qu'ils en auront assez bavé ?

- Ils se sont engagé Gabriel, lorqu'ils ont signés ont leur à bien précisé qu'ils appartiendraient à l'armée et qu'ils pourraient être sacrifié sur l'autel de la victoire.

Le colonel termina sa Vodka-Martini d'une seule traite puis se leva pour partir.

- Juste une dernière chose, ce n'est pas certain, mais nos stratèges pensent que l'ennemi pourrait déployer un nouveau modèle d'ACAP, totalement différent de l'Alpha et bien plus puissant.

- Je suppose que c'est le cas, vu que nous aussi nous avons développé un nouveau modèle et il est pratiquement certain que l'Alliance Uranienne en est fait autant.

- Tout comme le visage du système solaire est sur le point de changer, celui de la guerre est sur le point d'évoluer. Conclut le Colonel Silas.