Chapitre 4

par ne me resiste pas

Chapitre 4 :

Vacances !

 

Ma valise était prête, et ma mère me donnait les dernières instructions que je connaissais déjà par cœur. Noa ne voulait pas que je parte, elle voulait que je reste pour passer les vacances avec elle, mais elle allait chez mon père, et je n’avais pas vraiment envie d’y aller, pas qu’on était en mauvais termes, juste que j’aimais passer ces vacances-là avec mes amis. Ethan m’attendait dans le salon, nous irions ensemble chez Eden et ensuite, direction la gare. Ma mère m’embrassa sur la joue en effaçant la trace de rouge à lèvre qu’elle m’avait laissé – maman j’ai plus 8 ans. Noa retenait ses larmes comme si je partais pour toujours. Je la serrais fort dans mes bras avant d’aller voir Ethan qui regardait la télé dans le salon. Je lui fis signe qu’il était temps et je vérifiais une énième fois que j’avais bien mon billet de train ainsi que mon portable.

Sur le chemin pour aller chez Eden, Ethan riait. On adorait toujours ces vacances et j’adorais voir Ethan rire, même si à chaque fois cela me faisait repenser à ses parents et j’avais un petit pincement au cœur. Mais il ne devait pas le savoir, je ne voulais pas lui montrer que j’étais triste pour lui, il l’avait expressément énoncé lorsque ses parents avaient tragiquement disparus. J’étais admirative de son courage.

On arrivait chez la belle brune qui nous attendait déjà sur le perron de son immeuble avec sa mère, Rachel, et son chien Wolfgang, en plus court Wolfi, un gros Saint Bernard qu’elle avait depuis presque 10 ans maintenant, c’était son garde du corps quand elle était toute seule chez elle. Eden était magnifique, elle portait une chemise en jean nouée à la taille avec un short au motif aztèque, le tout avec des colliers accompagnés de pendentif en forme de croix, un peu bling-bling mais elle était tellement parfaite que personne n’aurait pu dire quoi que ce soit.

Rachel mit nos valises dans le coffre et nous accompagna à la gare. Une fois arrivée, elle donna les clefs de la maison de campagne à sa fille en lui ordonnant de tout ranger à la fin, et qu’elle avait de quoi vérifier. Elle avait appelé le voisin pour être sur que la maison reste bien debout. Une fois cette petite conversation terminée, nous montâmes dans le train.

Le voyage se passa dans la joie et la bonne humeur, nous parlâmes des vacances, des cours, des profs, y comprit ce cher Mr Pray qui ne disparaissait jamais de ma mémoire malgré notre conversation. On arrivait enfin à notre arrêt, une fois sortie de la gare la bonne odeur du sud me sauta aux narines. Quelle bonne odeur ! Cette odeur indescriptible de chaleur et de fleurs. La seconde maison des Marshall était à quelques minutes de la gare, on prit donc le chemin. Nous étions quelques peu fatigués mais tellement enthousiaste d’être seuls pendant deux semaines, juste entre nous. On trainait nos valises sur le goudron en riant et en imaginant les bons moments qui allaient avoir lieu pendant ces deux longues semaines.

La demeure de mon amie était grande, spacieuse avec trois fenêtres par étages, d’ailleurs cette dernière possédait trois chambres. Elle était accompagnée d’un grand jardin qui poussait en friche, Eden nous a appris qu’on devrait tondre, au moins nous avions de quoi nous occuper pendant au moins une heure, quoiqu’on était tellement doué, on en avait au moins pour trois ou quatre heures.

Dès que nous arrivâmes dans le hall, chacun retrouva sa chambre, nous étions tous les trois au second étage. Après avoir déposé les valises et avoir commencé à les ouvrir, on avait décidé de faire le ménage – il y en avait bien besoin. Ethan allait tondre le gazon en demandant au voisin, Sidoine, la sienne. Eden et moi avions décidé de faire les sols et les meubles poussiéreux, en chassant les araignées qui s’étaient invitées.

-          Salut les filles !!!! Hurla une voix que je n’avais pas entendue depuis longtemps.

C’était le voisin, Sidoine, grand brun aux yeux verts, le style quelque peu dandy, les cheveux en bataille, il avait juste passé la tête par la porte.

-          Sidoine !!!! Hurla Eden en lâchant sa serpillère qui plongea dans l’eau sale en m’explosant au visage, autant vous dire que mon mécontentement s’était fait entendre.

Mon amie se jeta dans les bras de notre voisin. Ils avaient des styles très différents mais bizarrement l’ensemble était chouette à voir. On savait tous qu’Eden craquait un petit peu sur le voisin, mais à chaque fois elle ressortait son discours sur le prince charmant, et qu’un mec a toujours son cerveau sous la ceinture, par conséquent, il était difficile de trouve LE mec parfait, the prince charming, bitch please.

-          Tes parents sont aussi partis en vacances ? Demandais-je alors qu’il venait de me faire la bise

-          Yep. J’ai mon cousin qui va venir me tenir compagnie… en plus de vous bien-sûre.

-          T’as un cousin ??? Demanda enthousiaste Ethan qui passait par la fenêtre avec la tondeuse en main.

-          Ouais, il est à peine plus vieux que moi, mais il est trop cool… et sexy. Nous précisa Sidoine dans un petit sourire craquant

Il nous informa que son cousin arrivait en fin de journée et donc qu’il pouvait nous aider en attendant son invité. Bien sur, nous passerions les vacances tous ensemble, et selon Eden « plus on est de fous, plus on rit ».

Et c’était le cas, pour attendre l’arrivé du cinquième luron, Sidoine nous avait aidé, nous les filles, à finir le ménage. On s’était un peu battu avec la mousse et on avait essayé de s’asperger, peine perdue ce mec arrive à éviter n’importe quelle goute d’eau. On avait bien rigolé, et sans s’en rendre compte on avait quasi terminé. On savait tous que Sidoine y était pour quelque chose, il mettait l’ambiance partout où il passait, une vraie boule d’énergie. Les chambres étaient faites, et nous avions tous prit notre douche car l’odeur du détergent n’était pas très agréable. Mais au moins cette journée fut intense, et le pire, c’est qu’elle n’était pas terminée. Le voisin ne nous avait rien dévoilé sur son cousin, même pas son prénom et encore moins son âge, mise à part qu’il était un peu plus âgé, Sidoine ayant 22 ans… Un mec de 24/25 ans ? Probablement, tant qu’il ne joue pas au « papa de la bande » les vacances devraient être sympas.

Il était déjà 18 heures, nous étions totalement exténués. Installés sur le sofa dans le salon, nous somnolions tous. Mais nous nous fîmes réveiller par des bruits provenant de la maison d’à coté. Sidoine se leva en s’écriait « t’es arrivé mec ! », il parti lui ouvrir et revint avec lui quelques bonnes minutes plus tard. Nous n’avions pas bougé d’un pouce, Ethan avait les paupières quasi clauses, et Eden baillait s’en se cacher. Quand à moi, j’étais à deux doigts de trouver un sommeil réparateur, c’est une voix qui me réveilla de ma transe précédant le sommeil, cette voix – cet accent. Je me levais d’un bon pour confirmer mon pressentiment.

-          Vous ? Hurlais-je à en réveillant les autres qui furent tout aussi surpris que moi… et que lui.

-          Eléonore ! Et… Eden ! Ethan ! Quoi ? Sid’ c’est eux tes supers voisins ?

-          Bah oui pourquoi ? Vous vous connaissez ? C’est super !

-          Non c’est pas super Sidoine ! Affirma Eden

-          C’est notre prof de litté ! Continua Ethan

-          Putain… Finissais-je blasée

Finalement, on avait tout de même décidé de passer la soirée ensemble. Mr Pray était rentré chez son cousin pour défaire sa valise pendant que nous, on évitait de s’interroger sur le sujet « notre professeur de litté va passer les vacances avec nous ! ». Nous étions tous les quatre en train de mettre la table, c’était mieux de manger tous ensemble, de toute façon, ces vacances étaient prévus depuis longtemps, on n’allait pas les gâcher tout de même !

Mr Pray nous avait rejoints avec une tenue plus décontracte, un t-shirt et un jean simple, ça faisait bizarre de ne pas le voir en chemise. Sidoine nous avait laissé cinq minutes le temps de faire ces placards, parce que oui, il n’y avait rien dans ceux de la demeure Marshall, même pas une boite de conserve. Nous étions donc seuls avec notre prof, la tension était palpable. Nous trois étions debout en se maintenant aux chaises du coté droite, alors que lui, était du coté gauche.

-          Bon, j’ai pas envie de passer des vacances comme ça, commença Mr Pray, alors je vais faire une concession, en dehors des cours, on agit comme si je n’étais pas votre prof. Ca marche ?

-          Heu… ouais. Répondis septique Eden

-          On va pas se pourrir les vacances à cause de ça quand même.

-          Ca c’est sur ! Ajouta Ethan

-          Donc ça marche ? Eléonore tu ne dis rien ?

-          Ben… Si ça marche pour vous, nous on est ok. Ajoutais-je

-          C’est au point si on arrête le vouvoiement.

C’était au point, nous étions donc cinq jeunes dans la force de l’âge. On devait le tutoyer et en plus l’appeler par son prénom… C’était vraiment étrange. Je ne me voyais absolument pas venir vers lui, lui taper dans le dos tel un ami de longue date en criant « Alors Adam, ça baigne ? ». Mais bon, je n’allais pas m’en plaindre, au moins nous avions une relation plus amicale, et il n’allait pas nous parler des cours, c’était toujours mieux. Et mes souvenirs allaient peut-être s’effacer… On peut toujours espérer.

Ethan alluma la télé où Stromae chantait son Papaoutai. Eden fredonnait doucement l’air alors que Sidoine la rejoignait avec les pâtes tout en s’époumonant sur le refrain. Au fur et à mesure tout le monde les avait rejoints dans leur hilarité « Ou t’es papa ou t’es ? », lorsque la musique fut terminée, les pâtes étaient dans l’eau, et nous n’allions pas tarder à manger.

A table, on était un peu plus détendu, mais malgré tout, j’étais toujours un peu stressée en plus, pour rajouter à mon anxiété, « l’autre » était à côté de moi. On mangea tranquillement en racontant nos petites vies et tout ce qu’il s’était passé depuis que nous n’avions pas vu Sidoine. Il nous raconta qu’il était célibataire depuis quelques semaines et qu’il avait pour but de lâcher ses études de droit – ce qui énerva Mr Pray… Adam.

Notre professeur nous fit part également de sa propre histoire, il était né dans la banlieue de Londres – ce qui expliquait son petit accent craquant – et était arrivé en France à ses trois an. Il a fait beaucoup déménagé et il commençait à avoir du mal à suivre et devenir stable dans sa vie, il avait alors décidé de partir suivre lui-même sa voie dans une seule et même ville. Il a sauté le CE1, CM1 ainsi que la 5° au plus grand bonheur de ses parents, mais aussi à son plus grand désarroi. A cause de la différence d’âge, il avait du mal à se faire des amis, même si les gens étaient très présent à ses cotés vu sa gueule d’ange et son caractère posé et cool, ce n’était pas vraiment des amis. Sa dernière copine, Raphaëlle, l’avait fait cocu avec un de ses collègues de bureau, il avait reçu des photos envoyées anonymement par mail mettant en œuvre sa compagne en pleine action avec son collègue.

Comment pouvait-on faire cocu ce mec aussi parfait ? J’eus vite ma réponse, il parla de lui-même, apparemment il passait trop de temps à étudier – tiens, là, je le reconnaissais – et alors elle voulait prendre du bon temps avec quelqu’un qui s’occupait plus d’elle. 

-          Et toi El’ ? Raconte-nous ! Me demanda-t-il

El’ ? On était passé au diminutif ? Déjà ?

-          J’ai rien a raconté, ma vie amoureuse est aussi vide qu’un désert !

-          Genre ! Insista Sidoine. Et Hugo ?

Entendre son nom me braqua, je me sentais mal à l’aise. Eden le remarqua en donnant un coup de coude à son voisin, c’était peine perdu, le mal était déjà fait.

-          Tss ne parlons pas de lui…

Je tentais de noyer le poisson comme je pouvais.

-          Aller ! J’ai bien parlé de mon cocufiage ! Tenta de me persuader Mr Pray en débouchant une nouvelle bouteille de vin.

-          Je n’ai pas envie de parler de lui. Murmurais-je

-          Aller El’ ! Insista Sidoine en ignorant totalement mon amie qui était à deux doigts de l’étrangler sur place

J’allais répliquer mais Mr Pray le fit pour moi, il jeta un regard à son cousin en levant la main légèrement, pour but de lui faire comprendre de se taire. Après quelques minutes tendues, le tour de table reprit. Eden expliqua son idée sur le prince charmant, et que temps qu’elle ne le trouverait pas, elle n’aurait pas de copain – éducation Disney. Alors qu’Ethan ne cacha pas son homosexualité à notre professeur, ce dernier ne sembla pas plus surprit que ça, et énonça sa dernière aventure qui se termina en faite, plutôt bien, ils s’étaient quittés par une poigné de main et chacun avait prit un autre chemin. Je l’avais toujours su, Ethan était un mec sans problème. Il n’aimait pas ça, enfin j’ai envie de vous dire, qui aime ça.

On finissait de manger et Sidoine rapporta la bouteille de Vodka, notre prof était au départ contre vu notre âge, puis il se laissa – facilement – convaincre. En fait, ça nous détendait pas mal, j’oubliais plus facilement que je passais mes vacances avec le prof que j’étais censé oublier, j’étais avec mes amis, Eden, Ethan, Sidoine et Adam… Mais l’évocation d’Hugo continuait à me trotter dans la tête.

-          Moi je vous dis, commença Adam pas mal éméché, les élèves c’est tous des cons ! Ils comprennent rien à la vie « Et il m’a quitté sur facebook », « et je l’ai dragué sur twitter », « et je l’ai maté sur instagram », « et viens qu’on se snapchat »…

Nous rigolions tous, et puis au fil des conneries et des délires, nous nous sommes endormi, tous ensemble dans le canapé de chez Eden. Les vacances commençaient plutôt bien malgré un départ assez catastrophique. Mon dieu mon prof ici, j’avais tout de même du mal à me faire à l’idée.

Le lendemain matin, nous étions donc lundi. Je me suis réveillée dans mon lit, moi qui était sure de m’être endormi sur le canapé, comme quoi on fait beaucoup en étant endormi, je dois être un peu somnambule, je vais les faire flipper s’ils me voient marché les yeux fermés. Je commençais à me lever alors que je me redis compte que je n’étais pas seule ! Quoi ? C’était qui ça, là-bas ?

Totalement dans mon délire de somnambulisme j’avais même pas remarqué directement qu’il y avait une chose peut être humaine dans un coin de ma chambre.

Il y avait un homme sur le sol, t-shirt simple et jean, pied nu, cheveux sombre et mi-long. La pénombre ne me laissait pas voir son visage. Mais puisqu’il ne pouvait pas s’agir de Sidoine – qui ne porte quasiment jamais de-t-shirt – c’était forcément lui. C’était alors lui qui m’avait monté dans ma chambre, et je n’avais aucun problème de somnambule, au moins ça réglait une question. J’étais simplement couverte de mon t-shirt de nuit, on m’avait donc dessapé ! Si c’était lui, il allait en voir de toutes les couleurs.

Mes pieds touchèrent le parquet froid, et je descendais doucement de  mon lit en évitant de faire grincer ce dernier. Une fois debout, je passais mes mains dans mes cheveux blonds quelque peu emmêlés et je lissais mon t-shirt marqué de « I ♥ Barcelona » d’une main. Je me dirigeais à pas de velours vers le corps endormi de mon prof. Je m’accroupi sur le tapis et regardait son torse se soulever au rythme se sa respiration, calme, apaisé. D’ici, je pouvais percevoir très distinctement ses traits fins. Il avait un bras sous sa nuque et l’autre sur son ventre, le t-shirt à peine relever, je pouvais apercevoir un tatouage, c’était quelques petits symboles japonais ou chinois peut-être. Mon prof était un tatoué ! On aura tout vu.

Je me suis décidée tout de même à le réveiller, d’après le réveil, il était déjà 11 heures 23. J’hésitais à poser ma main sur lui pour le réveiller ou hurler… mais j’eus une autre idée, peut être un peu plus amicale, c’était pas le moment de créer des tensions surtout avec le seul prof à peu près sympa. J’imaginais déjà passé mes prochaines vacances avec Choublanc, oh mon dieu !

-          Monsieur… murmurais-je.

-          Mmm… dormir

La méthode douce ne marchait pas très bien. Je me relevais et j’ouvrais les volets. Il se retourna sur le ventre en grognant. Décidément, il n’était pas près à se lever !

Je soupirais doucement en retournant m’accroupir – à nouveau – vers mon prof. Je saisi son épaule en la secouant doucement et en l’appelant de nouveau.

-          Bon, il faut que se lever ! Murmurais-je

J’évitais de le tutoyer, j’avais encore du mal, maintenant qu’il était sobre je ne voulais pas qu’il me recadre à cause de tant de familiarité.

-          Non…

Nouvelle technique :

-          S’il vous plait, monsieur… nous avons cours !

-          Qu’est ce que tu racontes comme connerie El’ ?

-          Lève-toi !

Tant pis pour le vouvoiement.

-          Non… Tu me passes ta couette ?

-          Rêve !

-          Oui !! J’y retourne dans mon rêve.

Je n’y arrivais pas. Je décidais de laisser tomber, et je prenais la décision de me rendre à la douche. Laissant mon prof sur le tapis – au sens littéral du terme.

Je revenais dans ma chambre en retrouvant toujours la lotte, mais cette fois ci, dans mon lit, dans ma couette. Déjà que j’avais galéré à la mettre celle là ! Malheureusement j’étais en serviette et je devais m’habiller… devant mon prof ! Endormi certes, mais mon prof tout de même, c’est un mec ! S’il se lève en même temps que ma serviette tombe au sol, j’aurais bien l’air d’une débile. Ethan avait prit la salle de bain, je ne pouvais pas retourner là-bas, et j’allais pas m’habiller dans le placard ! Je fais pas du camping, et encore moins, de la colocation !

Tant pis, jetant un dernier regard à l’endormi, j’en déduisais qu’il n’allait pas se réveiller dans la seconde, j’attrapais mes vêtements, les enfila très rapidement. Ouf… Tout s’était bien passé !

J’allais maintenant tenter à nouveau de réveiller mon coloc’ qui s’est incrusté. Je tirais la couette vivement, et il bougea en cherchant la chaleur.

-          Putain El’, tu fais chier…

-          Bonjour à toi aussi.

Il ouvrit enfin les yeux et s’étira. Il passa une main dans ses cheveux et se redressa enfin. Bizarrement, je ne savais plus quoi dire, j’étais honteuse, complètement intimidé. Il était là, dans mon lit, son sourire collé au visage, ses cheveux en bataille… Il était tellement sexy ! Comme lui, la première fois…

Je me mordais la lèvre inférieur en regardant le sol, qui tout à cout était très intéressant.

-          Je suis désolé, s’excusa-t-il

-          De quoi ? Demandais-je perturbée

-          D’avoir passé la nuit ici, et de dépasser les limites…

-          C’est pas toi qui voulais enlever le cadre ?

-          Si… mais j’ai peur de ce qu’il pourrait se passer ensuite.

-          Il ne se passera rien, une fois les vacances terminées, retour à la routine

Il n’osa pas me contredire, et puis zut ! On ne va pas parler de ça pendant toutes les vacances. Et au moins on allait se découvrir, c’était au final pas une mauvaise chose non ? Il y a bien des familles monoparentales qui se remarient avec le prof d’un de leur enfant, alors des petites vacances, ça va tuer personne. Il me fit un dernier sourire, alors que j’étais toujours dans mes pensées, et parti en direction des escaliers.

J’avais passé la nuit dans la même pièce que mon prof !! Et ? C’était lui qui m’avait changé ? Ho non…

J’étais vraiment honteuse, il m’avait vu en sous vêtement…

Je descendais moi aussi, pour retrouver tout le monde dans le salon. Eden au coté de Sidoine, alors qu’Ethan avait un fauteuil pour lui. Adam n’était pas là, il devait être reparti dans la maison de son cousin. Je pris place vers Eden qui me regardait en me faisant un clin d’œil. Quoi ? Elle ne pensait quand même pas que j’avais passé la nuit avec mon prof ! Ca c’était hors de question, et totalement impossible. Je levais les yeux au ciel, lui faisant comprendre que, non, je n’avais pas partagé mon lit avec lui, et que le tapis lui semblait assez confortable – et heureusement. Elle me raconta que c’était elle qui m’avait fait enfiler mon t-shirt de nuit, et qu’Adam s’était endormi quelques minutes plus tard après m’avoir monté… dans ses bras… en marié… Quelle honte !