une journee de folle

par knight's logia

Ai s'était reveiller un matin du mois de Juillet, elle avait aussi découvert que quelque chose avait changé dans sa vie. Elle avait maintenant une mission donc elle croyait jusqu'à lors être la seul bénéficiaire se jurant de n'avoir ressenti aucun changement dans sa vie. Seulement la remarque d'un nouvel entourage la poussait avec soif et curiosité.
Elle avait cherché des informations sur son avatar: Cadran-photos dans l'armoire de la chambre,une d'elle et de la blonde, une de la blonde encore petite genre ecole primaire avec écrit au rebord de la partie paysage du cadran: «meilleur moment entre sœur» et aussi un petit coffret ornée de ruban marquée des italiques «cadeau de ta sœur chérie qui a grandit: Nina tene Ekani» la chose lui fit chaud au coeur, tant d'atention dans une phrase aussi prompte lui faisait chavirer, normal pour une personne en manque d'affection. Elle avait trouvé déposée dans le tiroir du bureau: passport, et toute les pièces d'identité qui mensionnaient le nom, d'Ai Tene Awana, profession: lieutenant de police, age(elle n'y prêta pas trop atention personne d'ailleur dans cette situation ne s'en occuperait étant si préssé par une adolescente trop exiter qui vous rapelle tout le temps, les moindres mouvements de l'aiguille de la montre) sexe: femme, célibataire. Il y'avait aussi un grosse pile de dossier crétant sur des sujets bizarres et un carnet de notes rempli de notes! auquel elle ne prêta guère atention. se dirigeant machinalement vers le garage, elle n'avait revue Nina qui l'atendait au volant de son véhicule et s'emprêssa de rentrer. Le rangement de ce remuménage dans sa mémoire avait été un jeu d'enfant qui selon elle aurait dut durer encore plus, elle se sentait comme absorbée par une histoire, ou elle pouvait mieux voir sans étre à découvert.

« Nous avons tous put constater depuis un certain temps l'oeuvre d'une organisation criminelle dénommée la MUNDO DOS TAÏMA qui continu de donner du pain sur la planche aux forces de police. On la retrouve au centre des affaires de trafique de drogue, de rackets, de crime organisé,de grand banditisme,de trafique de mineur, d'enlèvement, d'extosion et bien d'autre encore. C'est un cauchemard pour la sécurité publique; en effet depuis quelques mois, les policiers et hauts fonctinnaires sont pris pour cible. Nous avons vraiment remarqué la présence de cette organisation depuis trois ans, comme sorti de nulle part, elle s'est implantéedans un lieu ou elle n'avait alors reçu aucune opposition. Opérant en secret, elle est inconnue du grand public et celà est mieux pour éviter des mouvements de panique. Mais depuis que notre gouvernement a put les voir en oeuvre au travers des deux derniers atentats contre des ambassadeurs qui vivaient dans cette ville, il a convenu de mettre á notre disposition les ressources materilles et intelectuelles subvensions nécessaires pour sauver de vies pendant nos prochaines intercations avec cet organisation. Mesdames et monsieurs, l'administration a réagit et la balle est désormais dans votre camp. Il ne sagit que d'une question de temps pour sauver une vie. Nous devons nous y adonner à rendre le monde meilleur pour nos enfants , nos familles ceux-là à qui on tient pour qu'un jour en regardant le ciel, ils nous observent émerveillés et souriant. Un constant homage à la ténacité et a la force de la justice» un homme qui semblait agé genre sexagénaire, cheveux blancs à la limite du front le torse dans une veste taillée sur mesure cessa de parler et pris place dans un fauteil aux allurs de mozaîque suivit d'un tonerre d'applaudissement, une méga ovation. la tête droite et le regard empli de prestige. La porte de la salle s'ouvrit dans une sorte de claquement pour laisser place à belle demoiselle qui semblait par les regards emplis d'étonnement fixés sur elle et les applaudissements qui n'avaient pas cessé. un serieux dilème.
-désolé pour le dérangement occasionner. osat-elle
Le lieutenant AI Tene Awana avait encore plein de chose à l'apprendre, comment fesait-elle pour s'atirer à son insu chance amis et surtout cette tonne de problèmes qui semblait alors tombés de partout et de nul part, qui lui collaient à la semelle.
le. tant de chose on fait de ce moment une Une journée de folie à passer.