Pourquoi ?

par Kurai-Shiiro

Pourquoi ?



Pourquoi y a-t-il quelque chose et non pas plutôt rien ?



Cher Arthur Schopenhauer, sache que le fait d'affirmer qu'il y a quelque chose n'exclut pas la possibilité qu'il n'y eût rien à la place.

Parce qu'un surplus de présence peut aisément provoquer l'absence.



Pourquoi donc sommes-nous témoins de la présence plutôt que de l'absence ?



Cher auteur qui tente ridiculement d'imiter Arthur Schopenhauer, sache que la vision de la présence et la vision de l'absence attestent toutes deux de l'existence.

Parce que s'il y a quelque chose, c'est seulement parce que nous le voyons.

Parce que si nous le voyons, c'est seulement parce que nous sommes là pour le voir.

Parce que si nous sommes là pour le voir, c'est seulement parce qu'il y a quelque chose à voir.

Et s'il y a quelque chose à voir, c'est seulement parce qu'il y a quelque chose.



Pourquoi diable vouloir expliquer un phénomène à l'aide d'un cercle vicieux qui ne fait qu'embrouiller plus la chose ?



Cher lecteur qui s'est vraisemblablement posé cette question, sache que d'explication il n'y a pas quand de problème il n'y a point.

Parce que la matière est.

Parce que la pensée est.

Parce que la vie est.

Parce que ce qui est n'a pas besoin de voir son existence prouvée, tout comme ce qui n'est pas ne peut voir la sienne infirmée.



Pourquoi, à la base, nous sommes-nous posés une telle question ?



Parce que l'homme est curieux et ignorant.

Parce que l'homme est vaniteux et impuissant.

Parce que l'homme ne peut s'empêcher de chercher un sens au monde qui l'entoure.

Simplifie ton interrogation, tu vas comprendre.



Pourquoi se poser une telle question ?



Un mot est de trop, simplifie plus.



Pourquoi se poser une question ?



On se rapproche, simplifie encore.



Pourquoi ...?



Vaste controverse, n'est-ce pas ?