Un nouvel ami

par Gally

Rinne : Lol, tu as raison de dire que Cyril va faire parti intégrante de l’histoire (mais c’est vrai que, vu son prénom, c’était pas difficile à trouver hein ! lol). Groooos bisous à toi

 

Alya : Je suis désolée de tu sois allergique aux chats. C’est pareil pour les chiens ? Oui Cyril est quelqu’un d’important mais je ne peux pas t’en dire plus pour le moment, quelques indices te seront donnés dans ce nouveau chapitre ! Je t’embrasse

 

DreY : Toi aussi ta cocker mange comme un ogre ? Moi, la mienne, elle ne mâche même pas, elle avale direct ! lol. C’est une vraie vorace !

La jeune fille rousse n’apparaît pas dans ce chapitre mais, très bientôt, c’est promis.  Bisoussss

 

Caline : Mes exams se sont bien passés vu que j’ai eu mon bac (bon, avec rattrapage, mais on s’en fiche !). Oui, la lettre, Luna va très bientôt la lire, tu verras ! Gros bisous à toi

 

Perse84 : Kikoo toi !!! Lol, tu me connais trop bien. Tu sais déjà que Cyril est quelqu’un d’important ! lol. Gros bisous et merci de me lire comme tu le fais !

 

Jujus24 : Merci de lire toutes mes fics ça me fait vraiment super plaisir. Voilà un nouveau chapitre qui j’espère va te plaire ! Gros bisous

 

Chapitre 7 : Un nouvel ami

 

Jack arrêta la Twingo à quelques mètres de l’entrée du lycée. Luna ne semblait pas du tout prête à sortir et n’osait pas regarder les regards des élèves qui marchaient précipitamment pour rejoindre leurs amis.

-         Ecoutes, si jamais quelque chose ne va pas, surtout n’hésites pas à m’appeler, je viendrais te chercher illico presto, d’accord ?

La jeune fille ne regarda pas son oncle, elle en voulait encore beaucoup trop à ses nouveaux tuteurs de lui faire subir une nouvelle rentrée après 2 semaines d’absences !

-         Luna ?

Elle consentit enfin à se retourner pour regarder son oncle et afficha un faible sourire, pour lui prouver que tout irait bien, ou au moins, qu’il ne devait pas s’en faire.

-         Bien, passe une bonne journée. Je t’attendrais ce soir.

Luna sortit de la voiture et claqua doucement la porte. Elle prit une grande bouffée d’air frais. On était à présent en Novembre et Luna retrouvait le mauvais temps habituel de Normandie à Montpellier !

La jeune fille replaça son sac sur son épaule et marcha le plus doucement possible vers son lycée, la tête danse le col de son manteau, sans un regard pour personne.

Elle avait français pendant 2 heures ce matin et elle voulait monter rapidement en classe pour éviter de croiser le plus de monde possible.

Les élèves de sa classe avaient sûrement été prévenu de ce qui lui été arrivé, et il la laisserait certainement tranquille.

- Mais peut-être pas Amandine, pensa lugubrement Luna sans s’apercevoir qu’elle marchait tout droit vers une personne qu’elle percuta de plein fouet.

- Luna ?

La jeune fille ferma les yeux quelques secondes. Pourquoi fallait-il qu’elle tombe sur « lui » ?

Luna leva la tête vers le garçon de terminale qui la faisait tant fantasmé depuis le début d’année. Elle ne savait pas vraiment quoi dire et énonça la première chose qui lui passa par la tête :

-         Salut Théo ! Tu vas bien ?

Le jeune homme semblait assez surpris mais lui sourit d’un air séduisant.

-         Oui, je vais bien Luna. Et… Et toi ?

Luna ria jaune. Lui non plus apparemment ne semblait pas savoir quoi dire. Après tout, de quoi était-on censé parler après la mort de quelqu’un de cher.

-         Disons que, on fait aller.

Luna s’écarta de Théo et continua sa marche vers l’escalier qui la mènerait vers le premier étage des nouveaux bâtiments.

Elle entendit les pas de Théo juste derrière elle et souffla un grand bol d’air. Il ne semblait pas vouloir la laisser tranquille.

Luna sentit les regards des autres élèves sur eux. Des regards curieux et gênants qu’elle voulait à tout prix éviter.

Elle sentit la main de Théo sur son bras et vit qu’il l’entraînait vers un coin tranquille.

Luna était coincée entre le mur et Théo qui avait posé ses deux bras de chaque côté de la jeune fille.

-         Luna, je suis vraiment désolé pour ce qui est arrivé à…

-         … Arrête. Ça n’est pas la peine d’en parler !

Le regard de Théo en disait long sur sa détresse. Il semblait vraiment mal pour elle. Mais Luna n’avait aucune envie de ça.

-         Je n’ai pas besoin de ta pitié, Théo. Laisses mois passer maintenant !

Le jeune homme hésitait encore à retirer ses bras.

-         S’il te plait…

Luna pu enfin s’enfuir et entra en trombe dans la classe pour s’asseoir précipitamment à la table la plus reculée de la salle.

Elle put enfin souffler et posa son front sur le bois ciré. Heureusement pour eux, les secondes avaient des salles chauffées puisqu’ils étaient dans les nouveaux bâtiments. Luna enleva donc son manteau et commença à se reposer, les yeux fermés et l’esprit ailleurs.

 

Luna se sentait comme de l’eau. Elle flottait parmi des eaux limpides et pures. Elle était sereine et rassurée.

Luna tourna doucement la tête mais son cœur ne fit qu’un bond. Sa mère était là, flottant elle aussi, les yeux ouverts et habillée d’une robe blanche. On ne voyait plus beaucoup la blancheur de sa robe tant le rouge de son sang avait imbibé ses vêtements.

Luna voulu nager vers elle mais c’est comme si le courant l’entraînait plus loin, loin de sa mère.

Il fallait qu’elle la rejoigne à tout pris.

-         Maman !!!!

Son cri déchirant transformant l’eau en un magma brûlant qui la fit hurler de douleur tandis que sa mère prenait feu sous ses yeux.

 

- Luna ! Luna !!!

La jeune fille se réveilla en sursaut, toute en sueur. Ses yeux étaient dilatés et elle cherchait sa mère.

-         Ma… Ma mère, il faut que…

-         Chuttt, Luna. Calmes-toi.

Luna se trouvait à nouveau dans la classe et son professeur de français était tout près d’elle, le regard inquiet.

Luna se rendit compte qu’elle venait de faire un cauchemar devant toute la classe et elle avait manifestement hurlé.

Elle vit les rires narquois de Amandine et sa clique. Seule Stéfanie la regardait avec inquiétude et pitié.

 

Luna fut emmené à l’infirmerie par Stéfanie et on lui demanda si elle voulait rentrer chez elle.

-         Je… Je ne sais pas, répondit-elle.

L’infirmière, Carole, la regarda avec tendresse et lui donna un médicament pour lui calmer son mal de tête.

On frappa à la porte et Luna vit Théo entrer dans l’infirmerie, mort d’inquiétude.

-         On m’a dit que quelque chose s’était passée en cours. Tout va bien, Luna ?

La jeune fille se retourna et sourit pour la première fois depuis qu’elle avait vu sa mère morte dans son rêve.

-         Oui, ça va aller Théo.

-         Vous devriez rentrer chez vous, mademoiselle. Je vais appeler vos parents.

Luna se retourna et donna le numéro de son oncle.

-         Je n’ai plus de parents, madame. Lui dit-elle d’un air lugubre.

 

Luna était encore très faible et se fit raccompagner par Théo. Son oncle étant en train de travailler, il ne pouvait pas venir la chercher avant 16h et Luna ne voulait pas attendre une minute de plus dans ce lycée.

Jack donna son autorisation pour que Théo puisse conduire Luna chez eux afin qu’elle puisse vite se reposer.

Le trajet du retour fut silencieux. Pourtant, Théo prit la main de Luna dans la sienne jusqu’à ce qu’ils arrivent devant la maison de son oncle.

Luna ne savait pas vraiment quoi dire et sortit de la voiture.

Théo regarda avec admiration l’immense jardin et l’imposante maison.

-         Ouahou, cette maison est superbe !

Luna sourit devant cette phrase toute simple, sortie pour détendre l’atmosphère.

-         Oui, c’est exactement ce que j’ai pensé la première fois que je l’ai vu.

Théo vint près de Luna et la prit doucement dans ses bras. La jeune fille ne se serait jamais attendu à ça et restait pétrifiée dans les bras de celui dont elle avait tant rêvé. Pourtant, tout était différent à présent, Théo ne représentait plus ce garçon inaccessible, les choses avaient pris des dimensions différentes.

-         Je sais que tu n’es pas prête, murmura t’il, mais saches que moi je serais toujours là pour toi. Si tu as un souci, ou si tu te sens mal, je t’en prie appelle moi.

Théo resserra son étreinte quand il sentit les bras de Luna se refermer autour de son cou.

-         Et prends tout ton temps. Il n’y a que toi qui diras quand tu seras prête pour nous deux.

Il embrassa doucement Luna sur les lèvres et entra dans sa Polo pour partir dans un roulement de pneus.

Luna restait immobile dans le jardin, les yeux dans les nuages.

-         Théo m’a embrassé, murmura t’elle.

Luna se retourna soudain pour faire face à…

-         Cyril !

-         Tiens ! Bonjour… Luna, c’est ça ?

Son voisin lui souriait comme si de rien n’était. Avait-il vu quelque chose ?

Il se trouvait de l’autre côté de la clôture et était manifestement en train de couper les rosiers.

Luna ne savait pas vraiment quoi dire à part que le visage souriant et paisible de Cyril était une bénédiction pour son esprit si tourmentée.

-         Oui, c’est bien mon nom. Vous êtes bien installez ?

-         Il me reste beaucoup de travail mais je vais bientôt en voir le bout ! Oh, et s’il te plait, ne me vouvoie pas, je ne suis pas encore vieux que je sache !

Cyril et Luna rirent ensemble et c’est comme si la jeune fille retrouvait un peu de la joie qu’elle avait perdu ces dernières semaines.

-         Merci… Cyril.

L’homme fronça les sourcils, signe qu’il ne comprenait pas.

-         Vous êtes le seul à avoir réussi à me faire rire.

-         Oh ! Et bien j’en suis flatté et ravie et… Luna… Je suis désolé pour ta mère.

Bizarrement, cette phrase que tout le monde lui disait et qui lui faisait si mal prenait une toute autre tournure dans la bouche de son voisin. Elle lui en était même reconnaissante.

Luna sourit et marcha vers lui pour se rapprocher.

-         Je n’ai rien à faire, vous voulez que je vous aide à ranger un peu vos cartons ?

Cyril sembla très surpris par la bonne humeur de sa voisine qui, le matin même, avait semblé très timide et peu joviale. Mais il lui sourit et accepta son offre.

-         On va commencer par le salon !

C’est ainsi que Luna aida tout l’après-midi son nouvel ami et qu’elle retrouva le sourire.