La nouvelle maison

par Gally

DreY : loool, c'est fou que le nom de l'inspecteur soit le même que celui de ton père. Ben j'ai pris ce nom parce que mon oncle préféré s'appelle Michel et qu'il est inspecteur ! Gros bisous à toi et j'espère que le chapitre te plaira.

 

Rinne : Ah-ah ! C'est vrai que se familiariser avec une nouvelle famille ça doit être dur. Tu vas savoir cela dans les prochains chapitres qui seront une vraie découverte pour notre chère Luna qui n'en a pas finis avec les aventures ! Bisous à toi !

 

Perse84 : lol, tu me poses beaucoup de questions auxquelles il ne faut pas que je réponde sinon je te dévoilerais l'histoire ! Donc, patience pour lire les nouveaux chapitres. Le temps pour Luna de lire la lettre de sa mère n'est pas encore arrivé, elle est encore beaucoup trop choquée. Je t'embrasse.

 

Caline : Ro la la la ! Je te remercie pour tous ces compliments qui me mettent le rouge aux joues. En tout cas, désolé pour la longueur du dernier chapitre et j'espère qu'avec celui là je me rattrape un peu. Mais c'est que je suis en révisions donc... Gros gros bisous

 

Schizo-Fraineuh : Merci pour ton soutien pour mon oral, il s'est bien passé et je me suis pas enfuie en courant ! lol, suis fière de moi. Bonne lecture et gros bisous

 

La suite très très prochainement

 

Chapitre 5 : la nouvelle maison

 

Dans la vie, on ne prend conscience de ce qu'on a que lorsqu'on le perd. Luna pensait qu'elle n'avait pas de chance, qu'elle manquait de plein de choses. Pourtant, depuis la mort de sa mère, elle savait qu'elle avait tord. Luna possédait auparavant la plus belle chose au monde, elle avait une mère aimante et chaleureuse, qui l'avait toujours protégé et conseillé tout au long de sa vie.

Mais à présent qu'elle n'était plus là, Luna était perdue.

Dans la petite Twingo rouge de sa tante et de son oncle, la lettre toujours dans sa main, Luna ne parlait pas. Elle observait le paysage qui défilait devant elle et qui lui montrait qu'elle se dirigeait vers les quartiers pavillonnaires de Lattes, une ville voisine de Montpellier.

Elle ne vit pas les regards qu'échangeaient Sophie et son mari, tous deux inquiets pour la jeune fille.

La maison de Sophie était grande. Il y avait un beau jardin tout autour où Luna put apercevoir plusieurs saules pleureurs et un petit étang. En clair, un lieu calme et rassurant.

Tandis que Sophie cherchait les clefs pour ouvrir la porte, Luna aidait son oncle à prendre ses valises dans le coffre de la voiture.

-         Non, laisses Luna, je peux m'en charger.

Mais Luna n'écouta pas et continua à poser sur le sol ses affaires. Son oncle l'arrêta en posant sa main sur son épaule. Luna plongea ses yeux dans les siens et y vit un regard fatigué, taraudé par certains malheurs dont elle n'avait pas idée. Il lui sourit pourtant et se présenta.

-         Je m'appelle Jack. Drôle de nom n'est-ce pas ? Tous les gamins de mon école m'appelaient haricot, à cause de l'histoire. Tu sais, Jack et le haricot magique.

Il rit doucement et aperçu l'ombre d'un sourire sur le visage de sa nièce. Cela lui fit un bien fou et lui redonna espoir, elle s'en remettrait.

-         Vas donc à l'intérieur voir ta tante, ne t'inquiètes, je me charge des valises, j'ai beaucoup de force.

Tandis que Luna obéissait enfin à son oncle, elle se retourna pour comprendre que, en effet, Jack était très fort. Il portait trois énormes sacs à lui tout seul.

Luna n'en fit pas cas, elle était beaucoup trop perturbée pour se rendre compte de ce genre de choses qui, sans aucun doute, étaient bien trop peu importantes à ses yeux, à ce moment-là.

 

Luna pénétra dans la maison à la suite de Sophie et ne put s'empêcher de pousser un « Ohhhh » de surprise.

Sa tante se retourna et sourit à Luna.

-         Je suppose que là où tu habitais avec Déborah, ça n'était pas comme ça.

Luna fit non de la tête et un sourire curieux apparut sur ses lèvres.

Sa tante n'avait pas tord de dire que leur décoration était différente. La mère de Luna détestait tout ce qui était vieux. Manifestement, sa marraine, elle, aimait le contraire.

Tout dans la maison était fait de bois et de vieilleries. Tout était propre et en bon état, bien sur. Mais les meubles semblaient tous raconter une longue histoire et les tableaux sur les murs étaient tellement... Spéciaux.

-         Tu aimes ? Lui demanda Sophie.

Luna se tourna vers elle et lui rendit son sourire, pour la première fois.

Sophie était heureuse. C'était la première fois que Luna souriait depuis la mort de sa mère, et elle y voyait, elle aussi, comme un espoir de rétablissement.

-         Viens, je vais te montrer ta chambre.

Luna, avant de monter au premier, s'arrêta quelques secondes pour observer sa tante. Comme il était douloureux de voir une chevelure blonde bouclée sans penser à sa défunte mère.

Il y a des choses dans la vie qui arrivent alors qu'on ne s'y attend pas du tout. Si seulement Luna n'avait ne serait-ce qu'imaginer ce qui était arrivé, elle aurait peut-être pu sauver sa mère.

Mais il était trop tard, trop tard...

Luna chassa l'unique larme roulant sur sa joue et suivit sa tante vers sa nouvelle chambre.

 

La chambre dans laquelle Luna allait désormais dormir était la pièce la plus lumineuse de la maison. Il sembla à la jeune fille que son oncle et sa tante l'avaient décoré spécialement pour sa venue. Ils s'étaient donnés beaucoup de mal ce qui toucha Luna plus qu'elle ne voulu l'admettre.

Son lit à deux places était décoré de voiles roses qui l'entouraient et qui la cachait du reste de la pièce quand elle dormirait.

Sophie remarqua que sa nièce observait avec curiosité son nouveau lit et voulu lui éclaircir les idées.

-         Ces voiles que tu vois, ils sont là pour te protéger. Ainsi, tu pourras dormir l'esprit libre.

Luna n'eût pas l'audace de lui demander comment de simples voiles pourraient la protéger d'autre chose que des moustiques.

Sur une vieille armoire en pin étaient disposées de nombreuses poupées en porcelaine. Luna les trouva tout de suite très belles mais eu un pressentiment.

Cela faisait bien longtemps qu'elles étaient sur cette armoire. Trop longtemps...

-         Bien, je te laisse t'installer Luna. Le dîner sera servi dans une heure.

Luna se retourna pour voir sa tante lui sourire et fermer doucement la porte derrière elle.

La jeune fille poussa un soupir et tourna sur elle-même. Elle allait beaucoup se plaire dans cette maison et à Vénus également puisqu'il y avait un grand jardin.

Quand on parlait du loup...

Vénus fit son entrée dans la chambre, la queue frétillante et le regard brillant. Oui, elles se plairaient ici.

Luna tapa sur ses genoux pour caresser sa chienne qui lui sauta dessus.

-         Et maintenant, Vénus. Que crois-tu qu'il va encore nous arriver ?

Luna ria doucement, comment sa chienne pourrait-elle lui répondre. Elle n'était qu'un animal...