Distance

par Mimi-chan

Chapitre 29 :



_Distance_



Ne me demandez pas comment on s'est retrouvés devant ce chalet, en pleine forêt avec toute la bande à Ash et un sac chacun d'affaires de rechange, parce que pour moi c'est incompréhensible.


Tout d'abord, pourquoi a-t-on accepté cette idée de camping ? Tout simplement parce que Kotarô n'a pas pu se contrôler face à une provocation de Ash qui a dit : ''Tu ne te sens pas capable de vivre en forêt Kotarô ? Tu préfères sans doute le confort, mais tu sais, peut-être qu'Ayumi aime bien le camping elle. Et juste parce que tu ne veux pas être avec moi, tu vas refuser cette proposition ? Cela va sûrement faire de la peine à Ayumi. Tu comptes la décevoir comme ça ? Ne pas lui accorder le bonheur de camper un peu en pleine forêt ? Tu es dur dis donc. Moi, j'aurais accepté, juste pour le bonheur de celle que j'aime. Mais tu n'es sans doute pas comme ça toi.'' Et blablabla, et blablabla... Bref, Kotarô s'est enflammé et il a répondu : ''Je n'ai jamais dis que je n'étais pas d'accord ! Et puis, c'est quoi cette conclusion tout de suite sur le fait que je ne suis pas comme toi et que je ne pense pas au bonheur de celle que j'aime ? J'ai jamais rien dit, et puis de toute façon, moi ça me va le camping. Alors te monte pas la tête tout seul !''. Et voilà. Il est tombé en plein dans le piège. Mais c'est la suite des événements que j'ai pas pigée.


Après notre repas au resto, on est retourné à la station. Ash nous as dit qu'on allait camper quatre nuits, c'est-à-dire que si on compte ce soir, on rentrera jeudi à l'hôtel. On va passer le lundi, mardi et mercredi en forêt avec eux. Petit problème, tout les élèves sont sensés rentrer tout les soirs à l'hôtel avant 23h30 grand maximum. Et expliquez moi comment vous voulez qu'on soit dans nos chambres à cette heure là si en même temps on campe en forêt ?! C'est impossible ! Mais Kotarô m'a dit de ne pas m'inquiéter, qu'on allait pouvoir y aller sans problème. Je n'ai donc rien fait d'autre que d'écouter et de suivre les instructions : Dès arrivés à la station, on est tout les cinq allés voir Mlle. Osakabe. Moi j'ai attendue dans le couloir avec Naoki pendant que les quatre autres discutaient avec ma prof. Je ne sais pas ce qu'ils lui on dit, mais en ressortant, Saori m'a fait un clin d'œil et Mlle. Osakabe nous a dit : ''Amusez-vous bien ! Mais faites attentions quand même. N'oubliez pas de m'appeler si il y a un problème d'accord ? Bonne journée !''. Je suis restée bouche bée un long moment, et je n'ai repris mes esprits qu'une fois dans la chambre pour prendre quelques affaires dans un sac. On m'a aussi dit de prévenir Satsuki. Je l'ai alors appelée pour lui dire que je ne serais pas là jusqu'à jeudi. Elle m'a répondue : ''Ne t'inquiète pas, j'irais avec les filles ! Amuse toi bien !! Et tente d'en profiter pour avancer un peu avec Kotarô !! Bye !!'', et elle a raccrochée. Je n'ai vraiment rien compris. Et puis on est partit. Le groupe de Ash nous attendait sur la colline où je les ai rencontré hier soir et on s'est envolés pour qu'ils nous montrent le chemin. Enfin, je dit ''on'', mais moi, c'est Saori qui m'a portée.


Nous voilà donc en pleine forêt, devant un grand chalet abandonné. Alors que Ash et les autres montaient les quelques marches de la terrasse d'entrée, nous on restait devant en fronçant les sourcils. Ils se sont retournés pour nous regarder.


-Jill : Ben quoi ? Vous n'entrez pas ?

-Jin : Vous préférez dormir dehors.

-Ayumi : Je crois que dormir dehors est un des principes du camping. Mais moi je dis ça, je dis rien...

-Ash : Mais ce n'est pas mieux un chalet ?

-Ayumi : Là n'est pas la question...

-Jill : Quoi ? Ne me dite pas que la vieille...

-Jin : A peur des maison abandonnées !

-Ayumi : Mais j'ai jamais dis ça !

-Jill : Alors entre.

-Jin : Pour l'instant tu crains rien,...

-Jill : Les fantômes ne sortent que la nuit.

-Ayumi : Mais je vous dit que je n'ai pas peur !


Retenant ma rage, je pris mon sac et montaient furieusement les marches. Je les dépassaient et ouvrit d'un coup sec la porte d'entrée pour accéder à l'intérieur d'un air qui se voulait plein de confiance. Depuis l'entrée, on débouchait directement sur le salon. Une grande pièce chaleureuse décorée dans les tons chauds. Il y avait une grande baie vitrée en face qui donnait une vue magnifique sur les bois. À droite de cette fenêtre, il y avait une grande cheminée. Une table basse en bois vernis entourée de canapés et fauteuils douillets faisait face à cette cheminée. Dans l'autre coin de la pièce, toujours à droite, étaient posés quelques commodes et étagères du même bois que la table basse. Sur une des commodes, il y avait une petite télé écran plat et un lecteur DVD en dessous. Un grand canapé d'angle était tourné devant la télé. Et derrière ce canapé, une grande table en chêne massif entouré de chaises identiques remplissait un espace vide. Une nappe plus petite que la largeur de la table parcourait toute sa longueur et un joli vase plus une corbeille de fruit bien garnis étaient joliment disposés sur cette nappe. Des tapis de différentes formes, motifs et couleurs tapissaient le parquet pour rendre le salon encore plus chaleureux. Les quelques fenêtres étaient entourés de rideaux épais aux couleur ocres, orangées. C'était une pièce magnifique. Si bien que je restais sur le pas de la porte sans pouvoir bouger. J'étais subjuguée par la beauté de ce salon, la décoration soignée et attirante, la gamme de couleur chaude,...


Je fus ramenée à la réalité par une main qui se posa en douceur sur ma hanche et le chuchotement d'une voix suave et profonde à mon oreille.


-Ash : On admire le lieux ?


Je m'écartais brusquement et fit plusieurs pas pour entrer dans la pièce et laisser la place aux autres. Kotarô se précipita dans la salle et se mit à côté de moi en foudroyant Ash du regard. Ce dernier l'ignora et laissa tout le monde entrer. Tout le reste de mon groupe eut la même expression que moi en entrant dans le salon.


-Ayumi : Qui vit dans ce chalet exactement ? Vous n'allez pas me faire croire qu'il est abandonné vu l'interieur !

-Rinei : C'est nôtre lieu de résidence.


Elle se fiche de nous ?


-Saori : Pardon ? Votre lieu de résidence ?

-Rinei : Oh ! excuse moi, je me suis mal exprimée, laisse moi me corriger : C'est UN de nos lieux de résidence.


Je n'aime pas beaucoup le ton supérieur qu'elle a employée. Alors comme ça c'est un des endroits où ils vivent ? Ils en ont combien au juste des maisons ?


-Ash : Nous avons besoin d'un lieux où on peux y vivre tranquillement un peu partout dans le monde. C'est important pour nos missions. Ce chalet est un de ces lieux.

-Kotarô : Excuse-moi, mais nous n'avons jamais eu besoin de maisons aux quatre coins du monde pour faire parfaitement nos missions.

-Rinei : Oui, mais vous louez une chambre d'hôtel ou alors vous vous débrouillez pour trouver un endroit ou dormir. Nous, on peux directement allez chez nous.

-Saori : Peut-être, mais ce n'est pas indispensable.

-Rinei : Peut-être mais c'est quand même mieux que de dormir dans la paille.

-Saori : Peut-être mais ça ne nous empêche pas d'être le meilleure groupe de Night Wings au monde.

-Rinei : Peut-être, mais je te rappelle que nous sommes au même niveau que vous.


Je mis un terme à cette échange en m'adressant à Ash.


-Ayumi : Donc ce chalet est une de vos résidences. Je peux savoir le nombre de pièce qu'il y a ici ?

-Ash : Eh bien, il y a ce salon, deux autres petits salons, une salle à manger, une cuisine, deux salles de bains, deux toilettes, une bibliothèque, une salle de jeu, six chambres, une buanderie, un garage, une véranda et un grenier.


Je restais bouche bée devant ce qu'il venait de me dire. Je n'étais jamais entrée dans une maison avec autant de pièces ! Comment peuvent-ils avoir autant d'argent ? Déjà pour se payer un chalet pareil, et pleins d'autres maisons aux quatre coins du monde ?! C'est impossible !! On peux pas être si riche !!

Alors que je tentais de me clamer, je pris conscience de quelque chose.


-Ayumi : Mais en faite, vous vivez tout le temps ensembles tout les cinq ?

-Jill : Ouais ! On habite tous au même endroit.

-Jin : C'est pas comme vous qui vivez chacun chez soi, séparément.

-Ryûji : C'est très bien comme c'est. On a pas besoin de vivre tous ensemble pour se tenir au courant de ce qu'il se passe.

-Naoki : Et puis nous au moins on a cerveau.

-Ayumi : Pourquoi tu dis ça ?

-Naoki : Parce qu'ils ne vont pas à l'école.

-Ayumi : Quoi ? Aucun d'entre eux ?

-Jill : À quoi ça nous serviraient. On n'est pas de ce monde, on est nés dans le monde de la nuit, nous sommes des vampires.

-Jin : L'école des humains ne nous intéresse pas. Et puis comme on est des Night Wings, on peux dire qu'on a déjà un boulot.

-Kain : Notre vie futur est assurée, et on a déjà appris le nécessaire durant notre enfance en tant que vampire dans notre monde.

-Ayumi : Dans ce cas, pourquoi vous y allez vous ? Naoki, Suka, Saori, Ryûji, Kotarô ?

-Kotarô : Moi c'est parce que j'ai une sœur jumelle humaine qui ne connait pas l'existence des vampires ni même ce que je suis. Je suis bien obligé d'aller à l'école comme elle pour ne pas paraître différent.

-Ayumi : Ah oui, c'est vrai. Mais... Et pour les autres ?

-Saori : Contrairement à ces énergumènes que tu vois là, nous, nous avons un système de vie plus humain. Nous vivons en permanence entourés d'êtres humains, alors pour ne pas attirer l'attention, nous vivons comme eux. On va donc à l'école.

-Ayumi : Oh, je vois.

-Ash : Bon, et si vous visitiez un peu maintenant ? Et pourquoi ne pas aller choisir vos chambres ?

-Rinei : Interdiction formel de mettre ne serai-ce qu'un pied dans ma chambre !

-Saori : Attend toi à avoir de la visite alors.

-Rinei : T'as compris ce que j'ai dit ?!

-Ayumi : Heu... Mais vous êtes cinq et il n'y a que six chambres...

-Jill : Jin et moi on dort dans la même.

-Jin : Donc ça fait deux chambres de libres.

-Ash : Mais si vous préférez, on peux vous répartir entre nous cinq. Ayumi, tu pourras venir avec moi comme ça.


Je sursautais suite à sa remarque tellement je ne m'y attendais pas. Il me fait quoi là Ash ? Pourquoi j'ai la désagréable impression qu'il... me drague ? Kotarô réagit aussi vite que moi. Il fit un pas en avant et son regard devint aussi froid et dur que la glace.


-Kotarô : Arrête ça tout de suite Ash.

-Ash : Si on n'a même plus le droit de rire.


Ash qui semblait parfaitement tranquille il y a à peine une seconde devint tout à coup menaçant. Son regard se durcit et ses prunelles noirs se tintèrent de rouge. Sa voix se fit aussi dur que son regard.


-Ash : Mais n'oublie pas Kotarô, que tu es ici chez moi. Ne crois pas que tu vas pouvoir y faire régner ta loi.


Oula ! C'est mauvais ça, si cet échange foudroyant continu, on aura droit à une troisième guerre mondial ! Je m'interposais entre les deux garçons en me mettant au milieu et je me tournais vers Kotarô pour le reculer un peu. Il baissa son regard vers moi. C'est alors que ce que je vis provoqua un énorme choc en moi. Je m'attendais, en levant à mon tour les yeux vers Kotarô, à croiser son regard glacial, mais au lieux de ça, je perçus une profonde tristesse au fond de ses prunelles gris bleu et de la crainte. Son regard n'avait rien de dur et de méchant, il semblait juste inquiet et profondément triste. Mon cœur se serra. Je n'aurais jamais cru voir un jour une telle expression sur le visage de Kotarô. J'eus une grosse envie de le serrer dans mes bras, d'enfouir mon visage dans le creux de ses épaules, de lui dire que tout allait bien, qu'il ne devait pas s'inquiéter, parce que je l'aimais, mais je pris conscience de toutes les personnes autour de nous, alors je me retins et je détournais mon regard du siens pour attraper mon sac et déclarer :


-Ayumi : Comme il y a deux chambre c'est parfait, je dormirais avec Saori et Suka dans une, et les garçons iront dans l'autre.


Ash avait repris son expression calme et mystérieuse habituelle. Il me sourit doucement et d'un geste élégant du bras il désigna l'escalier derrière lui.


-Ash : Les chambres sont toutes à l'étage. Vous y trouverez aussi les deux salles de bains, des toilettes, la bibliothèque et le deuxième petit salon. Je vais vous faire visiter, suivez-moi.


Ash commença à monter les escaliers et on le suivit. Il nous montra nos deux chambres (décoré dans le même thème que le salon), leur chambre à eux, et le restes des pièces qui se trouvait à l'étage. J'ai été fascinée par le petit salon. Il y avait une grande fenêtre qui donnait sur un petit balcon en bois. Des fauteuils par-ci par-là, une table basse en face d'un canapé recouvert de coussins, des étagères, des tapis, il y avait même une petite desserte où était rangé un magnifique service à thé avec plusieurs assiettes de gâteaux, biscuits, et une corbeille de fruit.


Après la petite visite guidée du reste de la maison, c'est-à-dire le rez-de-chaussé, je suis remontée dans la chambre avec Saori et Suka pour ranger un peu nos affaires, pour ne pas qu'elles se froissent dans le sac. C'est alors que j'ouvrais un placard qu'une main se posa sur ma hanche. Je sursautais et j'entendis Saori parler un peu plus loin :

-Saori : Ash, tu pourrais prévenir quand tu rentres !


La main se retira et je pus me retourner pour lui faire face. Il me fixait droit dans les yeux avec une telle intensité que j'eus l'impression qu'il me passait au rayon X. Il répondit à Saori tout en continuant de me regarder.


-Ash : Excusez-moi, je ne voulais pas vous faire peur, mais la porte était ouverte.

-Ayumi : C'est malpoli d'entrer dans la chambre d'une fille sans frapper Ash.


Il sourit doucement, laissant apparaître ses dents parfaitement blanche et alignées. Puis il leva son bras pour effleurer ma joue du dos de sa main. J'étais complètement paralysé ! Mais pourquoi il fait ça ? En plus il y a Saori et Suka juste à côté, et Kotarô qui risque d'entrer... Pourquoi je n'arrive pas à me détacher de son regard ? C'est très troublant.


-Ash : C'est vrai, ça ne se fait pas. Mais je n'aurais pas pu te surprendre si j'avais frappé.

-Ayumi : ...Et... Et alors ? Pourq... Qu'est-ce que tu fais là d'abord ?

-Ash : Je voulais te demander quelque chose.


Il enleva sa main et se recula un peu. Son regard devint moins intense alors j'en profitais pour détourner la tête. J'aperçus Suka et Saori qui nous observaient en silence. Je lançais un petit coup d'œil plaintif à Saori dans l'espoir qu'elle me vienne en aide, mais elle me répondit par un air désolée.


-Ash : Toi qui est un être humain, tu devrais t'y connaître en occupation humaine ?

-Ayumi : Heu... Je suppose oui. Pourquoi ?

-Ash : Eh bien d'après toi, qu'est-ce qu'on mange pendant un camping ?

-Ayumi : Heu... Le plus souvent se sont des salades.

-Ash : Quoi ? C'est tout ? C'est pas très appétissants tout ça...


Il eu l'air un peu déçus, et je dois bien avouer (malgré moi) que je l'ai trouvé mignon. Je dirais même... carrément beau. Mais Kotarô l'est plus !


-Ash : Juste de la verdure, c'est pas vraiment... je veux dire, nous sommes des vampires, tu comprends ?

-Ayumi : Ah dans ce cas, on peux faire un barbecue.

-Ash : Un barbecue ? Qu'est-ce que c'est ?

-Ayumi : Tu ne sais pas ce que c'est qu'un barbecue ?


Je réfléchis. Si il ne sais pas ce que c'est, ça m'étonnerais qu'ils en aient un. Cependant, peut-être qu'il y en a un quelque part dans cette maison et qu'ils n'y ont jamais prêtés attention, ne sachant pas ce que c'est. Je décidais de vérifier par moi-même.


-Ayumi : Dis moi Ash ? Il y a des choses dans le garage ?

-Ash : Oh, un tas de vieilleries qui ne servent plus.

-Ayumi : Bien. Je peux aller y faire un tour ?

-Ash : Tu es ici chez toi petit ange. Mais laisse moi t'accompagner. Avec tout ce qu'il y a là-bas, j'aurais trop peur que tu te blesses malencontreusement.


Je ne répondis rien, mais devant son sourire doux et son regard énigmatique, je n'eus d'autre choix que de laisser couler. Saori me lança un autre regard désolé et m'intima de faire attention alors que je quittais la pièce suivit de Ash.

J'allais en direction de l'escalier pour descendre au rez-de-chaussé, mais Ash m'attrapa le bras pour me tirer doucement dans la direction opposée. J'allais parler pour lui demander ce qu'il faisait, mais il posa un doigt sur ma bouche en prononçant un petit ''Chuut''. Puis il me montra du doigt la porte fermée de la chambre des garçons. Pour descendre l'escalier, il fallait passer devant leur chambre, et je compris tout de suite que Kotarô nous repérerait et nous interdirait d'aller ensemble au garage. Bien que je ne sois pas trop pour l'idée de me cacher de Kotarô, je ne répondit rien et me laissa guider dans l'autre sens. Ça me faisait de la peine de me rendre compte que j'étais obligée de faire un cirque pareil juste pour qu'il ne nous voit pas. J'avais l'impression de lui mentir et de faire une grosse bêtise dans son dos. Mon cœur se serra et je lui demandait pardon dans ma tête en me promettant d'aller lui parler le plus tôt possible pour nous réconcilier de notre petite dispute d'hier soir.


Ash m'emmena en direction du petit salon, mais avant d'y pénétrer, il me fit tourner à l'angle d'un couloir. Une fois arrivés au bout, je remarquais un petit escalier dans un coin à gauche. On le descendit pour arriver directement dans la grande salle à manger au rez-de-chaussé. Il n'y avait personne, et Ash le traversa pour aller ouvrir une porte de l'autre côté de la salle. Je le suivit et on déboucha dans une toute petite pièce de rangement avec une autre porte juste en face qui donnait sur le garage. Une fois à l'intérieur, je remarquais effectivement qu'il était remplis d'objets en tout genre. Un vrai bazar !


-Ash : Alors ? Qu'est-ce que tu es venus chercher ?

-Ayumi : Je viens voir si il y a un barbecue.

-Ash : Ce n'est pas quelque chose qui se mange ?

-Ayumi : Ah ah ! Oui et non.

-Ash : Pourrais-tu m'expliquer, parce que je ne comprend pas très bien.

-Ayumi : Un barbecue est quelque chose qui permet de faire griller de la viande. Mais on peut dire aussi qu'on va manger un barbecue. Ce qui veux en faites dire qu'on va manger de la viande cuite au barbecue. Tu comprends ?

-Ash : Pas vraiment, mais dans tout les cas, ça permet de manger de la viande grillée, non ?

-Ayumi : C'est tout ce que tu as besoin de retenir en effet.

-Ash : Hum... Mais tu sais comment ça marche ?

-Ayumi : Ce n'est pas très compliqué. J'ai déjà aidé mon père quelques fois à en faire.

-Ash : Alors si tu en trouves un je t'aiderais à le faire. Comme ça, ça me permettra d'apprendre en même temps.

-Ayumi : Si tu veux, mais... Je n'ai pas l'impression qu'il y en ai un...


Pendant que je parlais avec Ash, je m'étais baladée dans le garage en examinant tout les recoins, et je n'avais rien vu qui puisse ressembler à un barbecue. Cependant, à un moment je perçus un entassement de sacs de je ne sais quoi dedans (peut-être du ciment vu le poids que ça devait peser...) avec des planches dessus, mais il me semblait qu'il y avait un espace vide derrière et suffisamment grand pour y mettre un petit barbecue. Je pris les quelques planches sur les sacs pour les enlever, mais la voix de Ash qui m'indiqua de faire attention, se trouvait être beaucoup plus proche que je ne l'imaginais, me faisant encore une fois sursauter. Ma main glissa alors sur une des planches et je ressentis ensuite une vive douleur dans mon doigt. En lâchant toutes les planches qui tombèrent brutalement au sol, je me rendis compte qu'un clou qui dépassait du bois m'avait entaillé la peau, laissant s'échapper quelques gouttes de sangs.


-Ayumi : Ah mince, ça fait mal dis donc. C'est dangereux ça.


Je levais ma main dans l'intention de lécher le peu de sang qui s'écoulait de la plaie lorsque je pris soudain conscience d'une terrible réalité. Dans mon dos, Ash ne faisait plus aucun bruit. Je n'entendais ni sa respiration ni aucun mouvement. Je me tournais tout doucement et mes yeux s'ouvrirent très grand quand j'aperçus son regard rouge fixé sur ma main. Dans ma tête, des mots se répétaient sans cesse, m'horrifiant un peu plus à chaque fois : ''Ash est un vampire... Ash est un vampire... Ash est un...''. Vampire.

Je n'osais plus faire le moindre mouvement. J'étais tournée à demie vers lui, et ma main droite juste devant ma poitrine me paraissait très lourde. Je le regardait en silence, puis je pris mon courage à deux mains en tentant de parler.


-Ayumi : Ash... ? Tu... ne vas... rien me faire... N'est-ce pas ?


Il leva enfin ses yeux vers moi, détachant son regard de mon sang qui s'écoulait toujours un peu plus en un mince filet, glissant lentement sur ma paume. Ses prunelles noires rougeoyait et je sentis une force se dégager de lui. L'intensité de ses yeux plongé dans les miens me paralysait une fois de plus. En ce moment même, Ash dégageait une beauté noire et mystérieuse. Quelques mèches de ses cheveux fins frôlaient ses joues et descendaient en une magnifique cascade de jais sur ses épaules.

Je ne savais pas ce qu'il pensait, ce qu'il voulait. Impossible de savoir quoi que ce soit. Cependant, il se rapprocha doucement de moi. Par réflexe, je me reculais, mais mon dos toucha bientôt le mur froid de pierres du garage. Il continua à avancer jusqu'à ce que je sente ses jambes frôler les miennes. Il pencha légèrement sa tête sur le côté en gardant ses yeux plongés au fond des miens. C'est en serrant ma main droite qui je me rendis compte que je tremblais un peu. Ash leva une de ses mains et me caressa la joue du bout de ses doigts. Je sentis son autre main glisser lentement sur mon bras, faisant des aller-retour continuels. Puis son regard descendis une fois de plus sur ma main abîmé où le sang commençait à atteindre mon poignet.


-Ash : Tu risques de tacher tes vêtements si tu le laisse couler comme cela.


Sa voix n'était qu'un murmure profond et grave. Mon cœur battait de plus en plus vite. Si ça avait été Kotarô, je n'aurais pas eu peur. J'aurais même voulu que ce soit lui qui lèche mon sang, mais... Avec Ash, c'est totalement différent. J'ai peur, et je ne peux rien faire. Je n'arrive pas à relier deux pensées cohérentes.

La main de Ash sur mon bras remonta jusqu'à ma main serrée contre ma poitrine. Il emprisonna doucement mon poignet et tira un peu dessus pour rapprocher ma main de son torse. Le petit filet de sang qui descendait sur ma paume atteignit ses doigts et roula doucement dessus. Puis il releva ses yeux vers mon visage. Sa main toujours sur ma joue glissa délicatement le long de mon cou, de mon épaule puis de mon bras.


-Ayumi : A... Ash... S'il te plait ne...

-Ash : Je ne vais pas te faire de mal, ne t'inquiètes pas.


Et pourtant, je n'en fus pas le moins rassurée. Mais je ne pouvais plus bouger, alors je le laissa faire lorsqu'il leva ma main vers son visage. Toujours en fixant mes yeux, il posa le bout de mes doigts sur sa joue et puis, tout doucement, il baissa sa tête pour lécher le sang qui glissait sur sa propre main. Son regard se baissa et il ferma lentement ses paupières, sa langue remontant le long de mon poignet, de ma paume pour finalement atteindre la petite coupure au bout de mon doigt. Il exerça une petite pression dessus pour faire sortir plus de sang. Ce petit geste me fit grimacer, autant à cause d'une vive petite douleur, qu'à cause du dégout.

C'est là que je pris conscience que si je ne l'arrêtais pas maintenant, il serait tout à fait capable d'aller plus loin. Un frisson de peur me parcouru le dos, et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire ''aïe'', je dégageais brusquement ma main de son emprise, plaça mes deux paumes sur son torse et le poussa de toutes mes forces. Comme je m'y attendais, il fut éjecté jusqu'à l'autre bout du garage. Par contre, je n'avais pas prévus que ce qu'il percute sur son chemin provoque une réaction en chaine qui fit tomber deux grandes étagères remplis d'objets en tout genre en plein sur lui !

Une fois le vacarme passé, je scrutais pétrifiée la poussière qui s'élevait dans toute la pièce.


-Ayumi : A... Ash...? Ça... va...?


Le silence me répondit. Puis tout à coup, un petit bruit se fit entendre sous le gros tas d'objet. Je tendis l'oreille en retenant ma respiration, et les deux étagère furent éjectées sur les côtés, envoyant valser une pluie d'objets avec elles. Ash se releva sur les coudes, la tête penchée vers le bas. Je l'entendis souffler et il passa une main derrière son crâne.


-Ash : Eh ben... Tu as une de ces forces Ayumi. Je suis sidéré.

-Ayumi : Je suis désolée, je n'arrive pas encore très bien à la contrôler.

-Ash : Ah ah... Décidément, plus je passe de temps avec toi et plus tu m'attires.

-Ayumi : Qu... Quoi ?!


Il n'eut pas le temps d'en rajouter, car à ce moment, Quelqu'un ouvrit la porte à la volée. Saori, Kotarô et Naoki déboulèrent dans le garage à toute vitesse.


-Naoki : Ayumi ? Tu es là ?

-Saori : Qu'es-ce qu'il s'est passé ici ? On a entendu comme un explosion !


Il restèrent tous figés dès qu'ils aperçurent Ash assis par terre au milieu d'un tas de débris. Et dès que leur regard se reporta sur moi debout de l'autre côté, je sentis très vite les problème arriver.

Le regard de Kotarô s'assombrit tel un orage se préparant. Il fit un pas vers Ash d'un air menaçant. Et quand il ouvrit sa bouche pour parler, je remarquais deux petites canines pointues se détacher des autres dents.


-Kotarô : Qu'est-ce que vous faites là tout les deux ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?


Automatiquement je jetais un coup d'œil à ma blessure sur mon doigt : Elle s'était déjà refermée, heureusement.

Mais en ce qui concerne le reste... Quoi dire ? Au secours, si je n'explique pas bien vite ce qu'il s'est passé, Kotarô va nous péter un câble ! Et ça c'est pas bon...


-Ash : Ayumi m'aidait à chercher un barbecue pour ce soir. Mais comme tu peux le voir, ce garage est un bazar total. Il a suffit que je tire sur une planche pour que tout me tombe dessus.


Merci mon dieu, Ash n'est pas suicidaire ! Cependant, Kotarô est méfiant. Il se retourna vers moi, une drôle d'expression au fond des yeux.


-Kotarô : C'est vrai ?

-Ayumi : Hein ? Heu... Ou... Oui, bien sur !


Il continua à me fixer encore quelques secondes, puis il se retourna et s'en alla, visiblement énervé et sans doute un peu agacé. Je failli pousser un soupir, mais Saori et Naoki toujours présents ne me quittait pas du regard. J'ai finalement décidée de me bouger et de sortir de ce garage, laissant Ash se débrouiller tout seul pour se relever. Après tout,c'est un grand vampire, il peut le faire tout seul.

Je suis sorti du garage pour prendre l'air et tenter de rafraichir mes esprit.


Dix bonnes minutes plus tard, mon esprit était clair : Il faut que je parle à Kotarô. Je ne cessais de me répéter ça et c'est alors que je me retournais, bien décidé à aller le voir qu'une silhouette tomba d'un arbre pour atterrir, non pas devant moi, mais SUR moi. Je tombais le dos au sol en retenant un gémissement de douleur.


-??? : Pourquoi tu t'es retournée à cet instant imbécile ?!


Je connais cette voix. Ce ton injurieux, arrogant et prétentieux, avec une once d'aiguë dans la voix pour bien marquer le côté encore ''gamin intrépide'' de son caractère... Ça ne peut être que...


-Ayumi : Jill ! Mais ça va pas la tête !

-Jill : C'est de ta faute ! Pourquoi tu t'es retournée à cet instant ?

-Ayumi : Je n'étais pas censée savoir qu'un vampire gamin allait me tomber dessus...

-Jill : T'as dit quoi la vieille ?

-Ayumi : Rien, lève toi j'ai mal au dos.


Jill était assis à califourchon sur moi, visiblement ravi de voir qu'il avait le dessus. Il croisa les bras sur sa poitrine en me lançant un regard indifférent.


-Jill : Je ne me lèverais que lorsque tu te seras excusée.

-Ayumi : Et pourquoi je devrais m'excuser au juste ?

-Jill : Pour m'avoir traité de vampire gamin.

-Ayumi : Oh, il y a méprise ! Ce n'était pas une insulte mais une affirmation.

-Jill : Quoi ?!


Il rapprocha son visage jusqu'à coller son front contre le miens, le regard dur et menaçant plongé dans le miens. Mais Jill est bien le dernier vampire qui me fait peur avec une tête pareille.


-Ayumi : Tu crois que les excuses vont venir si tu me menaces comme ça ?

-Jill : Ya plutôt intérêt.

-Ayumi : Ah oui ? Et pourquoi ça ? Tu vas m'attraper et me balancer dans un trou ? Ou bien tu as une meilleure idée ? Si j'étais toi j'y réfléchirais à deux fois parce que n'oublie pas que ma force est identique à la tienne.


Jill fronça les sourcils. Il se recula un peu tout en semblant réfléchir à une alternative. Puis une lueur résigné dans les yeux, il se pencha à nouveau vers moi.


-Jill : Si tu ne t'excuses pas, je vais t'embrasser.

-Ayumi : Pardon ?!

-Jill : C'est bien le genre de menaces qui fonctionnes sur les filles non ?

-Ayumi : Oula, ne joue pas avec ça toi ! Tu es sûr de savoir ce que ça veut dire ?

-Jill : Bien sûr ! Je ne suis pas si ignorant.

-Ayumi : Écoute, les gens s'embrassent lorsqu'ils sont amoureux. Ce n'est pas le genre de chose que l'ont fait à n'importe qui, n'importe quand, pour n'importe quoi.

-Jill : Je le sais ça ! Me prend pas pour un idiot !

-Ayumi : Excuse, mais ton physique d'enfant ne joue pas en ta faveur.

-Jill : Je n'ai pas un physique d'enfant ! Jin à l'air beaucoup plus jeune que moi d'abord !

-Ayumi : Tu me permet de ne pas être d'accord avec ça ?


Il fronça de nouveau les sourcils, vraiment mécontent.


-Jill : Très bien, je t'aurais prévenus.

-Ayumi : Non ! Jill tu ne dois pas...

-Kotarô : Arrête.


Jill se retourna aussitôt. Kotarô était debout derrière nous, l'air vraiment pas content du tout. J'en profitais pour repousser Jill qui se releva presque immédiatement.

Il y eu un gros silence pendant lequel Jill et Kotarô se fixaient. Le Ji abandonna en soupirant et partit d'ici le plus vite possible sans même un regard vers moi. Nous n'étions plus que tout les deux, seuls. Je me souvins avoir pensée qu'il fallait vraiment que je parle à Kotarô. C'est le moment où jamais ! Cependant, une fois en face de lui, ça me paraît beaucoup plus difficile. Bon, allez, je me lance sinon rien n'avancera jamais, et je n'aime pas rester sur une dispute.


-Ayumi : Kotarô... je...


Je vis Kotarô faire un pas vers moi. Il n'y avait rien dans son regard, ou du moins, je n'arrivais à discerner aucun sentiment particulier. Il marcha à pas rapide vers moi, visiblement décidé.

Arrivé à à peine un mètre, il accéléra. Sur le coup, j'ai cru qu'il allait s'arrêter brutalement, ou peut-être même me frapper. Mais il ne fit rien de ça. Au contraire, il m'attrapa brusquement les épaules pour m'attirer et me coller contre lui. Ses deux bras m'enlacèrent et il me serra très fort contre lui en plongeant son visage dans mes cheveux. Le rythme de mon cœur accéléra aussitôt et mes yeux s'écarquillèrent tout seul. Ma respiration se coupa un instant, tant je ne m'y attendait pas.


-Kotarô : Pardonne-moi. Ayumi, je t'en supplie pardonne-moi, je suis désolé !


Mon cœur me fait mal, et une grosse boule douloureuse se forme dans ma gorge.


-Kotarô : Tout ce que je t'ai dit, je ne le pensais pas. C'est toi qui avait raison, je suis juste jaloux. Je suis vraiment trop jaloux de Ash et de tout les autres qui t'approche. Je ne le supporte pas !

-Ayumi : Kotarô...


Ma voix tremble. Je suis à la fois, triste émue et... je m'en veux énormément.


-Kotarô : Je sais que je n'ai pas le droit de t'interdire de voir d'autre garçons, mais quelque part, ça me fait mal. Alors je rejette toute la faute sur toi, tout ça parce que je suis égoïste.

-Ayumi : Non, Kotarô tu...

-Kotarô : S'il te plait, pardonne-moi ! Je t'aime Ayumi, je ne veux pas que tu me détestes ! Je t'aime !

-Ayumi : Kotarô !


Il se tait aussitôt et j'en profite pour me dégager de son emprise et poser mes deux mains sur ses joues pour le forcer à me regarder. Je vois au fond de ses yeux, une profonde tristesse. Jamais je ne l'avais vu avec une expression si abattue et effondré.


-Ayumi : Je ne t'en veux pas, je te pardonne ! D'accord ? Je te pardonne Kotarô ! Je te pardonne !


Ses yeux s'agrandissent et je sens son visage se dérober sous mes mains. Ses lèvres se posent brutalement sur les miennes. Sous le choc, je recule de quelques pas, mais je me retient en entourant son cou de mes mains pour coller contre lui. Il me serre et m'embrasse de tout son amour. Sa bouche glisse et caresse la mienne.

À bout de souffle, je lui fait signe de s'arrêter. Je le fixe, les yeux embués. L'émotion me submerge.


-Ayumi : Jamais je ne pourrais aller vers un autre, il n'y a que toi. Tu n'as pas à t'inquiéter.


Pour la première fois depuis un bon bout de temps, il me souri. De ce sourire parfait, éternel, celui qui fait battre mon cœur. Il me regarde avec ces yeux malicieux et étincelant. Puis il me serre fort dans ses bras. Je respire profondément son odeur, heureuse de voir que finalement, tout va bien.

Maintenant, je suis prête à affronter Ash les yeux dans les yeux. Il aura beau user de toute son charme, pour moi, il n'y a que Kotarô, et personne ne peux contredire ça !