L'accident

par Stellea

J'ai mal, mal, si mal ! Je n'en peux plus, qu'on m'endorme, qu'on m'achève, faites quelque chose ! Il n'y a plus rien que la douleur, cette souffrance dans tout mon corps. Je n'arrive même plus à me souvenir pourquoi j'ai si mal. Chaque parcelle de mon corps irradie de douleur, je ne bouge pas et pourtant j'ai tellement mal... C'est insupportable, comment puis-je souffrir autant ? Pourquoi ne puis-je pas crier ou pleurer, pour me soulager ne serait-ce qu'un peu ? Toute ma peau me brûle, et cette brûlure se diffuse à l'intérieur de mon corps, comme un acide qui me rongerait. Tout est noir, je ne vois plus rien, n'entends plus rien, il n'y a plus que cette horrible souffrance à l'intérieur de moi.



oOo



Il fait encore noir... Où suis-je ?

J'aperçois un mince filet de lumière, un rai qui passe sous une porte, à l'autre bout de la pièce. La pièce... Mais quelle pièce ?

Je commence à distinguer vaguement un fauteuil, des machines, on se croirait dans un hôpital. J'essaye de me relever, et là, tout explose dans ma tête. C'est insupportable, je me mets à hurler et me rallonge aussitôt. La douleur se calme un, peu, et je sens une gêne au niveau de mon bras droit. Je regarde, et je vois un plâtre. Mais qu'ai-je donc fait pour me retrouver dans cet état ?

La lumière s'allume, et une infirmière entre dans la pièce, venant immédiatement m'administrer un calmant.



oOo



J'émerge lentement, il fait jour et mes parents sont là, assis dans des fauteuils à côté de mon lit. J'essaye de me redresser, mais aussitôt mon père bondit et me rallonge, me disant que j'ai un traumatisme crânien et qu'il ne faut pas que je me lève.

J'essaye de lui répondre que ça va, que si j'avais un trauma, on m'aurait réveillée toutes les heures pour vérifier que je ne tombe pas dans le coma, comme je l'ai vu dans Dr House.

Mes yeux s'écarquillent. Les questions se bousculent sur mes lèvres. Mais rien ne sort. Je n'arrive plus à parler. Mon père me regarde tristement, puis me dit qu'il va m'expliquer et réveille doucement ma mère.

Il me regarde d'un air si affecté, j'ai l'impression qu'ils vont m'annoncer que je vais mourir.

-Je suis désolé ma puce... Le traumatisme crânien a provoqué une aphasie... Les médecins disent que tu ne pourras plus jamais parler...

Je m'affole, je ne comprends rien, pourquoi est-ce que j'ai un trauma ? Pourquoi ? Pourquoi moi ?

Je m'examine, j'essaye de faire fonctionner mon corps. Mon bras droit est plâtré, comme je l'avais remarqué pendant la nuit, mais mes deux jambes aussi. Pourquoi est-ce que je ne sent pas les plâtres comme sur mon bras ? J'essaye de les remuer, mais rien ne vient !

Je regarde mes parents, je m'agite, et ma mère se met à pleurer doucement. Mon père me rassure, d'après les médecins, c'est temporaire, je devrais retrouver l'usage de mes jambes avec de la rééducation, c'est un effet dû au choc. Et là, les souvenirs affluent, tout me revient.



oOo



J'étais en ville avec mon copain, et on a croisé ma meilleure amie. Elle était de l'autre côté de la route, j'ai traversé pour aller la voir, laissant mon chéri sur le trottoir d'en face. On se disait bonjour, quand tout à coup, je l'ai entendu hurler :

-Attention !

Je me suis retournée, et j'ai vu une voiture arriver droit sur nous. J'ai poussé mon amie sur le côté, et j'étais en train de courir moi aussi pour me mettre à l'abri, quand la voiture m'a fauchée. J'avais à peine eu le temps de réagir.

Je me souviens avoir fait un vol plané, et ma tête a cogné le sol. Puis plus rien.



oOo



Je regarde fixement mes parents quelques secondes, puis refais lentement surface. Tout m'est brusquement revenu. Mais qu'est-il arrivé à ma meilleure amie ? Soudain inquiète, j'essaye de leur demander, avant de me rappeler que je ne peux plus parler. Je fais signe à mes parents, puis fais comme si j'écrivais. Ma mère comprend, et sort son calepin et un stylo de son sac à main. Péniblement, j'écris ma question de la main gauche, la seule que je puisse encore utiliser. Après avoir lu ma question, ils m'expliquent qu'elle s'en est tirée avec seulement une entaille à la jambe, et qu'elle va très bien. Je suis rassurée, au moins j'aurais eu le temps de la sauver, elle.

Puis me revient en mémoire cette question, pourquoi ne m'a-t-on pas réveillée toutes les heures si j'avais un trauma ? Mon père m'explique qu'à cause de mes autres blessures j'étais sous sédatif, on m'a donc réveillée, mais j'étais tellement abrutie par la morphine que je ne m'en suis pas rendue compte. C'est tout bête.

Je leur demande alors combien de temps je vais devoir rester à l'hôpital, et ils m'expliquent que demain, je referais des examens, et si tout va bien, je sortirais le lendemain.



oOo



Je suis encore sonnée. C'est tellement bizarre, j'avais déjà vu des accidentés à la télé, mais c'était toujours aux autres que ça arrivait... Je ne pensais pas qu'un jour j'aurais un accident aussi grave... En étant sur le trottoir qui plus est. Tiens, d'ailleurs, qu'est-ce qu'une voiture faisait sur le trottoir ? Encore une question à poser...

-Tilip !

Tiens, mon portable ! Il a survécu à l'accident lui... C'est ma meilleure amie qui demande de mes nouvelles, elle m'a déjà envoyé au moins vingt sms. Elle me dit qu'elle passera ce soir avec mon copain. C'est vrai qu'ils sont retournés en cours eux, donc ils ne savent rien de mon état... Mais avec mon aphasie... Est-ce que je vais pouvoir retourner en cours ?



oOo



Voilà le médecin, mes parents disent qu'il va m'expliquer tout ce que j'ai. Mais je ne comprends pas grand-chose à son charabia... Apparemment, j'ai une contusion cérébrale due au traumatisme crânien. La contusion a provoqué un œdème cérébral, d'où mon aphasie et ma paralysie des jambes. Je ne comprends pas pourquoi la paralysie va régresser et pas l'aphasie. Le médecin m'explique que l'œdème a généré des lésions qui ont trop gravement endommagé la partie de mon cerveau qui gère la parole pour les médicaments la réparent, mais celle du fonctionnement des jambes va guérir. Une bonne et une mauvaise nouvelle, est-ce que je dois me réjouir ?



oOo



Mon copain et ma meilleure amie sont là. Ils ont l'air choqué de me voir dans cet état. Alors personne ne leur avait rien dit. Même pour mon aphasie... Mais c'est vrai que moi, je n'avais pas très envie d'en "parler".

Tous les deux ont eu très peur pour moi, c'est mon copain qui a appelé les secours quand il a vu que j'étais blessée, mais ils n'ont pas pu monter dans l'ambulance, n'étant pas de ma famille.

C'est étrange, ils ont l'air gênés... Peut-être qu'ils s'en veulent de n'avoir rien pu faire pour moi. Mais je ne leur en veux pas, qu'auraient-ils pu faire ? Au moins, il n'y a pas eu d'autre blessé, c'est déjà ça. Et puis la voiture est arrivée trop vite, personne n'a pu réagir...



oOo



Ils sont repartis, mes parents aussi. Je n'ai pas envie d'être seule. Je ne peux même plus entendre ma voix pour me rassurer... C'est déboussolant. Et j'ai mal à la main à force d'écrire, à chaque fois que j'avais une question, une réponse ou une demande, il fallait que j'écrive avec ma main gauche. Et tout le reste de ma vie va être comme ça, avec pour seule différence que je pourrais réutiliser ma main droite quand mon bras sera guéri... Je devrais au moins récupérer mes jambes, c'est déjà ça. Dire que c'est à cause d'un imbécile qui avait trop bu... J'espère vraiment qu'il ne s'en tirera pas facilement. Il paraît que je vais devoir témoigner au procès, ça m'angoisse de me retrouver en face de cet homme qui m'a fait tant de mal...

Tout me fait peur dorénavant, mon monde a pris un virage à cent quatre-vingt degrés, je ne me reconnais même plus. C'est pareil pour mon copain, j'ai senti qu'il s'était éloigné de moi... Est-ce si important pour lui que je parle ou non ? M'aime-t-il moins maintenant que je suis amputée de ma voix ?Toutes ces questions sans réponse me torturent...



oOo



Aaah ! Mon mal de tête est revenu, c'est horrible ! Le médecin m'avait pourtant dit que cela faisait plus de vingt-quatre heures que j'avais eu le traumatisme, il n'y avait donc plus rien à craindre. Une infirmière vient d'arriver, elle va appeler un médecin et je vais aller refaire un scanner, elle a peur que je n'aie des complications... Je lui demande de prévenir mes parents et mon petit ami, et elle me dit qu'elle le fera dès que le médecin m'aura pris en charge.

Une demi-heure plus tard, le médecin arrive précipitamment, et on me conduit à la salle d'examen, toujours sur mon lit.

J'ai toujours mal, tellement mal ! J'ai l'impression que mon crâne va exploser, que mon cerveau bouillonne et veut sortir, quitte à briser tous mes os. Je commence à voir trouble tellement j'ai mal, je n'arrive plus à me concentrer sur autre chose que la douleur... Pourquoi est-ce que ça fait si mal ? Comment peut-on avoir si mal ? Mal, mal, mal... Une litanie dans ma tête, qui résonne, morbide refrain qui m'affole... Je sens des frissons le long de ma colonne vertébrale, j'ai froid, si froid, si mal, j'ai si peur...



oOo



J'ai peur, je vois le médecin parler avec mes parents devant la porte, et ils pleurent... Que se passe-t-il ? Pourquoi ne me le disent-ils pas, je ne suis plus une gamine, j'ai le droit de savoir !



oOo



Le traumatisme cérébral a provoqué un deuxième œdème cérébral qu'ils n'avaient pas détecté au premier scanner. Ils ne m'ont pas donné suffisamment de médicaments, et il s'est propagé beaucoup trop. Les lésions sont très importantes, et j'ai un "engagement cérébral". Cela veut dire que mon cerveau bouge si j'ai bien compris. Cela a provoqué une hémorragie méningée, d'où mon mal de tête. Je vais être transférée dans un autre hôpital, où ils ont un service de neurochirurgie très compétent. J'ai peur, j'ai peur...



oOo



J'ai été opérée pendant plusieurs heures, mais c'était trop tard... L'hémorragie est trop importante, et les chirurgiens n'ont pas réussi à l'arrêter. J'ai toujours mal. Terriblement mal. Mal à en mourir. Je vais mourir.



oOo



J'ai demandé à ce qu'on bouge mon lit à côté de la fenêtre, que je puisse voir l'extérieur avant... Ma meilleure amie et mon copain viennent d'arriver, je les vois sur le chemin dehors. Ils se tiennent par la main ?! Ils s'arrêtent... Il la prend dans ses bras... Je ne comprends plus rien ! Ils sont là, enlacés à quelques mètres de moi. Et moi, je vais mourir...