Grande sœur

par Cyrlight

- Deux technodromes ? s'exclama Casey en lâchant la main d'April pour se saisir de sa crosse de hockey. J'espère que l'une d'entre vous à un plan.

Marion et Karai l'imitèrent en se saisissant de leurs armes, pendant que la rouquine fronçait les sourcils. Elle se concentra quelques secondes, puis secoua la tête et s'exclama :

- Les tortues sont dans celui de droite. En revanche, l'autre a bien été envoyé par les Kraangs.

Ils fixaient le ciel de la dimension X, où des tirs commencèrent à fuser. Les deux vaisseaux avaient entrepris de s'autodétruire. Contrairement aux mutants, les extraterrestres savaient utiliser leurs armes à la perfection. Si les ninjas n'employaient que des lasers qui causaient d'infimes dégâts à la structure adverse, les cerveaux à tentacules se servirent bientôt d'un redoutable canon.

- Ils vont se faire mettre en pièces ! s'écria Marion. Dites, vous ne pouvez pas faire quelque chose, vous ?

Elle venait de s'adresser aux robots qui les escortaient. L'un d'eux fit un pas vers elle, attendant ses ordres. Elle ne pensait pas que cela fonctionnerait aussi facilement, mais elle lui intima de tenter de détruire l'arme des Kraangs. Il braqua aussitôt son pistolet dans sa direction.

Le technodrome se mut au même moment, le privant d'angle de tir. Celui des extraterrestres, en revanche, toucha sa cible. Une fumée noirâtre s'éleva du vaisseau des tortues, gravement endommagé.

***

Une alarme se mit à résonner à l'intérieur de la salle de pilotage. Même Mikey était totalement dépassé par la situation. Plusieurs explosions successives retentirent à l'intérieur de l'engin, qui menaçait de sauter totalement.

- Il faut évacuer ! s'écria Léo.

- Eh ! protesta Michelangelo. Tu oublies que c'est moi qui donne les ordres dans la dimension X, et je dis... Sauve qui peut !

L'aîné des tortues afficha un air blasé, mais ne dit rien. Ils abandonnèrent tous les quatre le poste de commandement pour suivre le long couloir qui conduisait jusqu'aux capsules de secours. Ils embarquèrent à bord de l'une d'elles et s'éjectèrent jusqu'à la plateforme où se trouvaient leurs amis.

Des Kraangs étaient déjà en train de descendre de leur propre technodrome, tandis que celui volait par les ninjas disparaissait dans une puissante déflagration. Ils fondirent sur les adolescents, déjà encerclés. Raph et Léo, les premiers à se dégager du module, se précipitèrent à leur secours.

- Booyakasha ! hurlèrent-ils en chœur.

- Non ! Pas eux !

Marion tenta de les avertir, mais trop tard. Pris dans le feu de l'action, ils pourfendirent trois des androïdes contrôlés par Marianne. Au moment de s'en prendre au reste du groupe, Casey s'interposa, les bras tendus de part et d'autre pour leur barrer la route.

- C'est sa sœur qui les a envoyés, ceux-là. Matez un peu, ils n'ont pas de cerveaux. C'est les autres qu'il faut défoncer !

Les tortues cessèrent immédiatement leur carnage pour observer les robots avec plus d'attention. Ce qu'ils virent confirmèrent les propos de l'adolescent : il n'y avait effectivement aucun extraterrestre à l'intérieur pour les contrôler.

Lorsque Donnie et Mikey les rejoignirent à leur tour, le reste du groupe était déjà en train de repousser la vague de Kraangs qui déferlait sur eux. Ils étaient des dizaines, peut-être même des centaines, et il ne cessait pas d'en sortir du technodrome. Malgré leur coordination et l'aide des androïdes de Marianne, ils ne parvenaient pas à en venir à bout.

- Il faut percer une ouverture dans leur rang et courir jusqu'au bâtiment là-bas, indiqua Marion à Léonardo. Il y a de fortes chances pour qu'on y retrouve ma sœur. Elle aura peut-être une arme pour dégommer tout ce troupeau.

Le ninja bleu acquiesça et, d'un signe de la main, invita Casey et Mikey à se regrouper autour de lui. Le premier envoya un palet de hockey explosif sur le mur d'extraterrestres qui se dressait face à eux, tandis que le second les bombardait de cristaux. Une vingtaine d'entre eux volèrent en éclats, projetant des membres robotiques un peu partout dans les environs.

- Ouais ! Booyakasha ! s'exclama Michelangelo en venant frapper la main de Marion.

- Courez ! ordonna Léo en pointant un ninjato droit devant lui.

Immédiatement, ils s'élancèrent. Les Kraangs restants s'empressèrent de les prendre chasse. Raphaël, qui fermait la marche, leur jetait des shurikens au visage pour les mettre hors-circuit, mais il se retrouva rapidement à cours de munition. Un androïde tenta de se jeter sur Karai pour la saisir par la cheville, mais elle lui échappa en sautant dans les airs et en lui tranchant le bras dans la foulée.

Un laser plus puissant que ceux tirés par les pistolets des robots atteignit le sol aux pieds de Donatello. Déséquilibré, celui-ci s'effondra face contre terre, manquant d'entraîner Michelangelo dans sa chute. Il se redressait déjà sur un coude lorsqu'il s'écria :

- Des Biotroids !

Des créatures, pareilles à des yétis aux longs poils bleus et dont le fessier renfermait des canons s'échappaient du technodrome pour fondre sur les huit amis et leur escorte. En plus de courir, ils devaient désormais bondir par-dessus les projectiles, le tout sans se faire rattraper par les Kraangs qui les poursuivaient.

- Raph, avec moi ! ordonna Léo. Nous devons détruire ces bestioles. Vous autres, ne vous arrêtez pas.

À peine eut-il donné cette instruction que Marion et Casey, portant toujours April, qui ouvraient la voie, s'immobilisèrent. Deux soucoupes furtives venaient de se joindre à la fête et pointaient leurs armes dans leur direction. Un puissant éclair de lumière magenta s'en échappa pour électrocuter Donnie. Il s'effondra, sonné.

- Non ! hurla la rouquine en se dégageant de l'étreinte de Casey pour aller s'accroupir à côté de lui, oubliant sa migraine.

- Je m'en occupe.

Marion passa un bras autour de la carapace de Donnie pour tenter de le soulever, mais il était trop lourd pour qu'elle y parvienne seule, et April n'était pas en état de l'aider. Après avoir jeté son dernier palet de hockey explosif en direction des deux vaisseaux, Casey décolla la tortue du sol.

- Si ce n'est pas malheureux, alors qu'on pourrait tout aussi bien le laisser ici... grommela-t-il.

Cette remarque lui valut de se faire fusiller du regard par les deux adolescentes. Il avait réussi à endommager l'une des soucoupes kraang, mais l'autre volait toujours. Elle ouvrit de nouveau le feu, les prenant pour cible. Afin d'éviter le douloureux rayon qui avait déjà frappé Donatello, ils se jetèrent de part et d'autre.

Ils étaient seuls face à l'appareil volant, car Raph et Léo affrontaient toujours les Biotroids, tandis que Karai et Michelangelo s'occupaient des autres robots extraterrestres, avec l'aide des androïdes de Marianne. Leur nombre diminuait rapidement et, sans ces alliés inattendus, ils seraient vite surmenés.

- Mikey, c'est toi le génie, ici ! hurla Raphaël. J'en reviens d'ailleurs pas de dire un truc pareil, moi... Bref, trouve une idée !

- Je voudrais bien, mais là, ça ne vient pas !

Il poussa un gémissement plaintif lorsqu'un laser l'atteignit à l'épaule, avant que le pistolet qui l'avait tiré ne soit détruit par le naginata de Karai. D'un puissant coup de pied retourné, elle repoussa trois Kraang, ce qui laissa au ninja orange un court répit pour se remettre de sa blessure. Dès que ce fut le cas, il fit tournoyer ses nunchakus et reprit le combat.

Léonardo grogna après avoir été repoussé par le bras solide d'un Biotroid et avoir rebondi à deux reprises sur le sol dur, avant de s'immobiliser sur le flanc deux mètres plus loin. L'attaque qu'il avait encaissée avait au moins créée une diversion pour permettre à Raph de poignarder le faux yéti avec ses sais.

L'une de ces créatures venait d'être vaincue, mais il en restait encore beaucoup trop pour crier victoire, et ils se sentaient tous submergés. À moins d'un miracle, ils ne viendraient jamais à bout d'un aussi grand nombre d'ennemis.

Marion prit son élan pendant que Casey lui faisait la courte échelle et il la propulsa dans les airs. L'épée pointée vers le ciel rosâtre de la dimension X, elle tenta de perforer la coque du vaisseau qui les mitraillait, mais celui-ci fit un écart d'un mètre en altitude, si bien que sa lame ne l'effleura même pas.

- Nom d'une carapace ! fulmina-t-elle, reprenant l'un des jurons favoris des tortues.

Elle n'avait pas retouché le sol qu'elle fut frappée dans le dos par un laser et elle s'écrasa face contre terre, avec l'impression d'avoir été piétinée par un éléphant. Dans sa chute, elle lâcha son épée qui roula quelques mètres plus loin. April voulut l'aider, mais au même moment, les ondes dont elle était victime s'intensifièrent. Elle poussa un hurlement déchirant, puis s'effondra à demi-consciente sur le corps de Donatello.

Les Kraangs furent également victimes de la hausse de la fréquence qu'eux seuls pouvaient entendre. Les androïdes se mirent à clignoter étrangement, pendant que les Biotroids réalisaient des mouvements saugrenus, comme s'ils étaient victimes d'un court-circuit. Cela provenait en fait des cerveaux, qui souffraient trop pour les diriger correctement.

Grâce à cela, les tortues et Karai purent reprendre l'avantage sur leurs ennemis, en dépit de leur infériorité numérique. Casey, quant à lui, observa alternativement April, qui se tordait de douleur aux côtés de Donatello, et Marion, fourbue, qui peinait à se relever. Ce fut vers elle qu'il courut lorsqu'il s'aperçut que le vaisseau furtif, volant au-dessus d'elle, menaçait de s'écraser.

Il ramassa sa rapière et la tira en sécurité juste à temps, avant que l'appareil ne se crashe. Elle le remercia d'un sourire, tandis qu'il l'aidait à se remettre debout. Il lui remit son arme, puis ils partirent chacun d'un côté. Marion rejoignit Mikey et Karai, pendant que Casey se joignait à Raph et Léo.

Les rangs des Kraangs dégrossissaient peu à peu, d'autant qu'ils avaient cessé de sortir en masse du technodrome. Les ultrasons qui se propageaient sur la plateforme dissuadaient sans doute les autres de s'y aventurer. Léonardo était en train de décapiter un Biotroid quand il s'exclama soudain :

- Encore une !

Une nouvelle soucoupe furtive volait dans leur direction. Mikey, après avoir projeté un androïde sur l'épée tendue de Marion, poussa une exclamation, indiquant que celle-ci était pour lui. Il saisit son kusarigama et s'apprêtait à se lancer à l'assaut, quand la silhouette qui en émergea le convainquit de ne pas bouger.

- Eh ! C'est pas un Kraang, ça ! s'exclama-t-il, déçu.

- Tu ne trouves pas que nous en avons assez comme ça ? lui lança son amie, aux prises avec l'un d'eux, sans se retourner.

- Dis-moi... Elle est comment, ta sœur ?

- Rousse. Enfin, la dernière fois que je l'ai vu, elle venait d'être mutée en une bestiole difforme et gluante. Pourq...

Marion n'acheva pas sa phrase. Elle venait de jeter un œil par-dessus son épaule et se figea en constatant que la personne qui se tenait à bord du vaisseau n'était autre que Marianne. Distraite, elle reçut deux lasers dans le ventre, qui brûlèrent le tissu de son T-shirt, ainsi que sa peau en-dessous.

Son aînée ne ressemblait plus au monstre hideux que les Kraangs avaient fait d'elle. Elle avait retrouvé son apparence humaine. Le teint diaphane, les yeux vert feuille et une cascade de cheveux orange encadrant un visage au menton proéminent, elle dominait le champ de bataille avec cet air pincé qui était le sien.

- Charmantes retrouvailles, mais tu t'émouvras plus tard, décréta Karai en s'interposant entre Marion et les androïdes. Pour le moment, reste concentrer sur le combat si tu ne veux pas que le prochain tir te soit fatal.

L'adolescente acquiesça et raffermit sa prise sur la garde de son épée, même si elle avait du mal à ne pas se laisser distraire par la présence de sa sœur qu'elle n'avait pas vu depuis plusieurs semaines. Cette dernière se laissa glisser le long d'un grappin pour rejoindre le sol, où la bataille faisait rage.

Quatre Kraang la prirent pour cible et furent immédiatement détruit par ses robots survivants. Lorsqu'un cinquième la menaça avec son laser, ce fut Mikey qui fracassa son crâne métallique avec l'un de ses nunchakus, avant de prendre Marianne entre ses bras et de s'exclamer :

- Grande sœur !

- Euh... Je suis censée te connaître ? demanda-t-elle avec une grimace.

- Le message, c'était moi ! Je suis le copain de Marion, je m'appelle Michelangelo.

- Ah... Je vois... Bon, eh bien... Tes amis et toi, vous devriez venir avec moi. Je peux vous conduire en sécurité.

- Léo ! On sonne le rappel ! s'écria Mikey, et Marianne se frotta les oreilles en le fixant d'un regard pathétique.

Les différents membres du groupe faussèrent compagnie aux ennemis qu'ils étaient en train d'affronter et se rassemblèrent autour de la jeune femme. Un à un, ils grimpèrent le long de la corde pour rejoindre la soucoupe, à l'intérieur de laquelle ils risquaient d'être à l'étroit, car elle n'était pas faite pour accueillir autant de passager en même temps.

- Marianne... souffla Marion, une fois à hauteur de son aînée. Je suis si heureuse de te revoir ! Je me suis fait un sang d'encre pour toi.

- Moi de même, et je vois que j'ai eu raison. Dis-moi... Qui sont ces zigotos que tu ramènes avec toi ?

L'adolescente esquissa un sourire. Sa sœur n'avait décidément pas changé. Même si elle possédait de nombreuses qualités, son intelligence l'emmenait souvent à dédaigner ceux qui n'en avaient pas autant. Cela faisait partie intégrante de son caractère et Marion était soulagée que son séjour en dimension X n'ait en rien altéré sa personnalité.

- C'est une longue histoire, affirma-t-elle. Je te l'expliquerai plus tard et je gage que, toi aussi, tu as sans doute beaucoup de choses à me raconter.

Marianne acquiesça, puis elles montèrent à bord du vaisseau, pendant que Raph et Léo repoussaient leurs derniers assaillants. Lorsque la jeune femme constata que Mikey s'était installé au poste de pilotage, elle poussa un soupir exaspéré et s'empressa de l'en déloger.

- Désolée, mon petit, mais ce n'est pas un jeu, lâcha-t-elle d'un ton ferme.

- Je sais bien ! C'est cent fois plus cool qu'un jeu, mais j'assure autant.

Marianne ouvrit la bouche pour insister, cependant Marion l'interrompit en posant sa main sur son épaule, tandis que les tortues rouge et bleue gagnaient l'habitacle à leur tour. Elle affirma catégoriquement :

- Laisse-le faire, Mikey est le meilleur pilote de vaisseaux extraterrestres que je connaisse.

- Quoi ? Ce truc ? Tu n'es pas sérieuse ?

- Fais-moi confiance, grande sœur. Tu ne le regrettas pas.

Marion adressa un regard profond à son aînée, qui hésita encore quelques secondes avant de capituler. Avec la bénédiction de Marianne, Michelangelo lança la soucoupe à pleine vitesse en direction du grand bâtiment, à l'extrémité la plateforme.