Une affreuse nouvelle (par Maka)

par Saiku-chan



- Le sang noir ?!
- Lis la suite.

Avec un peu d’appréhension, je lus ce paragraphe qui malgré sa petite taille, me parût très long. Ainsi j’appris que le sang noir n’avait pas été inventé par Médusa. Non, il existait déjà bien avant elle, il y a quelques centaines d’années. Ce docteur allemand, qui visiblement était passionné par la biologie, avait, en plus du sang humain, étudié cet autre sang, ce sang noir. Il avait noté qu’il pouvait rendre fou s’il était présent en trop grande quantité dans les vaisseaux sanguins. Ces globules noirs, comme il les appelait, étaient d’après lui fascinants, malgré les effets néfastes qu’ils produisaient. Après plusieurs expériences sur des animaux, en transposant ses résultats sur l’être humain, il disait avoir trouvé un éventuel remède permettant de le contrer et par conséquent de contrer aussi la folie. C’est là que je sentis mon cœur battre de plus en plus fort. Ce que j’appris alors, jamais, ô grand jamais je n’aurais souhaité l’apprendre. D’après ses observations, lorsqu’un lapin affecté gobait l’âme d’un de ses semblables, il guérissait sans aucun autre traitement. Il en avait été de même chez le cochon, le chien, ou encore le singe. Donc pour un humain, ce remède était en clair enfreindre la loi, qui était aussi la grande maxime de Shibusen : gober une âme humaine.

- Mais Kid… L’infirmière a un médicament qui…
- Son médicament ne fait pas disparaître le sang noir. Réfléchis bien, lorsque vous avez combattu Chrona en Italie, quand Soul a été contaminé pour la première fois par le sang noir. Malgré le médicament, le sang noir est encore présent dans ses veines. Il ne fait que réduire sa concentration, rien de plus.
- …
- Lis la suite.

A contre cœur, je continuai ma lecture. Le docteur n’avait pas arrêté ses recherches là. Il avait suivi l’état de santé de chacun de ses sujets d’expériences, et avait tiré des conclusions plutôt négatives concernant les lapins qui n’avait pas eu l’occasion de gober une âme pour contrer le sang noir. Je déglutis. De graves lésions auraient été provoquées par la persistance de ces globules non naturels et ces pauvres bêtes en seraient décédées quelques jours plus tard. Ainsi, il s’était dépêché de trouver des âmes pour soigner ses autres sujets. Les résultats étant, selon lui, transposables à l’homme… cela voulait dire qu’il était possible que Soul… meure ?!

- C’est n’importe quoi. Chrona a du sang noir depuis quasi toujours. Elle n’est toujours pas morte. Et elle a déjà mangé des âmes humaines, ce n’est pas pour autant qu’elle n’a plus de sang noir.
- Chrona est la fille d’une sorcière, Maka.
- Soul est une arme. Il est robuste. Je ne crois pas une seconde à ces sornettes, dis-je d’un ton tellement peu crédible que Kid me trouva vraiment pathétique sur le coup.
- Ca n’a rien à voir.

Les armes démoniaques changeant constamment, entre l’apparence humaine et celle de faux, d’épée, de pistolets, et autres, leur organisme était forcément différent du nôtre, m’expliqua-t-il. Il s’adaptait à la forme prise. Sous l’aspect d’arme, le corps n’était plus. Ce fut là que je compris réellement l’importance de l’âme en notre monde. Sans son âme, une arme démoniaque n’était pas une arme. Et sans les armes démoniaques…
Ces dernières étaient en fait, comme me décrit Kid, comme une autre espèce. Leur ADN était différent du nôtre, du simple fait que leur nombre de chromosome n’était pas le même. Par conséquent, elles n’étaient pas sensibles aux mêmes choses que nous, meisters. Autant nous étions souvent contaminés par l’épidémie de gastro-entérite de début d’année, autant les armes démoniaques ne l’étaient pas du tout, me dit-il à titre d’exemple. Il en était de même pour les sorcières. Bien que nos apparences soient homologues, nous n’étions pas du tout pareils. Il s’agissait de la même logique pour le sang noir. Les sorcières n’y étaient pas sensibles. Les meisters l’étaient plus. Et il était possible que les armes le soient davantage.
Je regardais le jeune dieu de la mort me faire cette leçon de biologie avec fascination. Je n’aurais jamais cru qu’il sût autant de choses. Comment faisait-il pour ne pas réussir ses examens ?!
Soul était donc en danger ? Je ne savais pas si je devais vraiment y croire. Pourtant, c’était totalement crédible. Tout tenait debout. De plus, la vague de folie qui submergeait le monde actuellement ne faisait qu’accroître la puissance du sang noir.
Soul était donc en danger.

- Les lapins et les humains n’ont pas la même espérance de vie, on peut donc en déduire qu’il a quand même encore plus que trois jours devant lui, ne t‘inquiète pas… sans oublier le médicament que lui prescrit l’infirmière qui l’aidera encore un bon moment. Néanmoins, je doute que cela soit éternel.
- … Pourquoi m’as-tu dit ça ? On ne va pas lui faire gober d’âme humaine. Maintenant, je n’arriverai plus à le regarder sans penser que…

Il aurait dû se taire. Vraiment.

- J’y pense, et moi ? Je suis déjà entrée en résonance avec Soul, alors qu’il était porteur du sang noir.
- Maka, as-tu oublié que tu es dotée d’une âme extraordinaire ? Tu as la longueur d’onde anti-démon. Elle te protège. Je n’irais pas jusqu’à dire que tu es immunisée, mais je pense que tu as beaucoup moins de risques.

Il avait raison. Mon âme m’aidait. Par contre, elle ne pouvait aider Soul. Qu’allait-il advenir de lui ? J’avais peur. J’avais envie de pleurer. M’annoncer comme ça, que mon partenaire pouvait éventuellement mourir, je trouvais ça tellement moche que j’avais envie de maudire Kid jusqu’à la dixième génération, dieu de la mort ou pas.

- Mais j’ai une idée, lança-t-il soudain.
- Une idée ?