Epilogie

par Mahora

C’était le jour du fameux rendez-vous, Amu avait passé pas mal de temps à choisir sa tenue. Elle angoissait énormément, elle n’avait presque pas fermé l’œil de la nuit. Elle était heureuse de pouvoir enfin le revoir, mais elle avait peur, peur de le perdre, qu’il ne le lui pardonne jamais, qu’il finisse par la détester. Elle était assez bouleversée par toutes ses émotions contradictoires, mais elle devait faire face, elle devait assumer ce qu’elle avait fait. Elle partit assez tôt, car elle ne voulait absolument pas arriver en retard. Son ventre était noué, sa poitrine la brûlait légèrement, elle avait comme de légers fourmillements dans tous ses membres.

 

Elle n’était plus très loin du lieu du rendez-vous, son cœur battait de plus en plus vite, malgré l’immense envie de le revoir, elle stressait beaucoup. Elle n’osait pas avancer plus, c’était comme si ses jambes étaient paralysées, elle se demandait s’il était déjà arrivé. Elle regarda discrètement si elle le voyait, mais elle ne vit personne. Elle se sentit un peu soulagée, elle n’était pas encore prête, elle avait réfléchi toute la nuit à ce qu’elle pourrait lui dire pour le faire revenir vers elle. Malheureusement, elle ne savait pas vraiment ce qui pouvait le convaincre, elle voulait être sincère, mais elle avait peur que cela ne suffise pas.

 

Elle avança pour y attendre Ikuto, les secondes, les minutes lui parurent une éternité. Le rythme de son cœur et son angoisse ne cessèrent d’augmenter. Elle posa sa main droite sur sa poitrine et essaya de prendre de grandes inspirations pour se calmer. Elle se laissait submerger par ses émotions et cela devenait de plus en plus difficile de se contrôler. Elle n’osait pas regarder tout autour d’elle pour voir s’il arrivait, elle se demandait s’il allait vraiment venir, peut-être qu’il avait changé d’avis. Elle observait ses pieds, puis ferma les yeux, elle pouvait entendre son cœur battre comme s’il allait exploser. D’énormes bouffées de chaleur parcoururent son corps. Soudain, elle entendit des pas se diriger vers elle, elle n’arrivait pas à lever sa tête pour regarder si c’était lui, elle était comme paralysée par la peur.

 

« Salut ! » déclara le jeune homme avec un ton un peu froid.

 

La jeune fille leva doucement son visage en direction de celui-ci, elle n’arrivait pas à se calmer. Lorsqu’elle rentra en contact avec le regard de ce dernier, elle se sentit heureuse de pouvoir enfin revoir sa jolie petite frimousse. Mais elle eut également envie de fondre en larmes quand elle se souvint de tout ce qu’il s’était passé.

 

« Salut… rétorqua-t-elle en essayant de se contrôler pour ne pas pleurer.

- Donc tu es venue… Tu es vraiment sûre de toi ? Tu es sûre que c’est ce que tu veux ? demanda-t-il avec un air sérieux.

- Bien évidemment… Je ne me suis jamais posé la question. Depuis que je me suis rendu compte que je t’aimais, je n’ai jamais douté de ce que je ressens pour toi. C’est toi que je veux et personne d’autre. Même si, il y a eu ce…

- Baiser avec Tadase ?

- Oui… »

 

Les deux jeunes gens se regardèrent dans les yeux pendant un bon moment sans rien dire, c’était comme si chacun essayait de scruter la moindre petite émotion chez l’autre. On avait l’impression qu’aucun n’osait dire quoi que ce soit, c’était comme s’ils attendirent qu’un des deux prenne la parole.

 

« On va s’asseoir un peu ? proposa Ikuto un peu gêné par la situation.

- Oui… »

 

Ils se retrouvèrent là, l’un à côté de l’autre sans un mot, l’atmosphère était légèrement lourde et gênante. Puis Amu se mit à regarder tout autour d’elle, elle se souvint alors de tous leurs moments passés ici, mais surtout du jour où ils se sont avoué leurs sentiments.

 

« C’est ici que tu m’as dit je t’aime pour la première fois… Lorsque tu m’avais demandé de te rejoindre, j’étais persuadée que tu allais m’annoncer que tu partais, que tu allais m’abandonner…

- Je voulais partir retrouver mon père c’est vrai, mais je ne pouvais pas tout laisser derrière moi sans te dire ce que je ressentais pour toi…

- J’étais tellement heureuse ce jour-là, c’était à ce moment-là que j’ai compris à quel point je tenais à toi. Je voulais que cela soit toi qui restes à mes côtés, je ne pouvais pas imaginer que tu partes loin de moi… »

 

Un grand silence s’installa, ils repensèrent à ce qu’ils avaient vécu ensemble, à ce qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre. Ensuite, Amu se tourna vers lui, elle le regarda pendant un instant, elle sentit que des larmes allaient d’échapper, elle avait tellement peur de le perdre.

 

« Je… je suis vraiment désolée… Je te jure que c’est toi que j’aime, je sais que cela ne pourra pas effacer ce qu’il s’est passé, mais je… je t’en prie… ne me laisse pas… déclara-t-elle en retenant comme elle pouvait de fondre en larme.

- Je sais…, mais… »

 

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que celle-ci se leva brutalement en lui disant qu’elle allait acheter un truc à boire. Bien évidemment, c’était une excuse, elle ne voulait pas vraiment entendre la fin de sa phrase, elle était trop effrayée par sa réponse. Elle savait qu’elle n’arrivait pas à retenir ses pleurs plus longtemps et elle ne voulait pas qu’il la voie ainsi. Effectivement, elle avait à peine fait quelques pas que des larmes commencèrent à couler le long de ses joues.

Une fois arrivée au distributeur de boissons, elle s’adossa à ce dernier et se laissa tomber sur le sol. Les larmes ne voulurent plus s’arrêter, elle savait qu’elle ne pouvait pas y retourner dans cet état-là, mais elle n’arrivait pas à se calmer. Elle avait de plus en plus de mal à respirer, sa poitrine la faisait souffrir, son corps était bouillant.

 

Pendant ce temps-là, Ikuto attendait toujours sur le banc, il se demandait pourquoi elle mettait autant de temps. Puis, il se mit à réfléchir, il se demanda si elle allait bien. Il la connaissait un minimum et il se doutait que si elle était partie aussi brusquement, c’était sûrement pour une raison. Il espérait qu’elle ne soit pas en train de pleurer seule dans son coin, lorsque cette idée lui vint à l’esprit, il comprit directement, cela devait être ça. Il ne savait pas quoi faire, est-ce qu’il devait essayer de la retrouver ? Attendre qu’elle revienne ? Rien que de penser au fait qu’elle soit triste en pleurs lui serra la poitrine, il ne pouvait pas supporter de la voir dans cet état-là. S’il faisait ça, cela signifiait qu’il lui pardonnait non ? Il savait qu’il l’aimait toujours autant, qu’il ne voulait pas la perdre, mais était-il prêt à passer au-dessus de ce malentendu, de faire comme s’il ne s’était rien passé et que tout redevienne comme avant ? Il n’arrivait pas à savoir ce qu’il devait faire, il ferma les yeux et vit le visage en pleurs de celle qu’il aimait, cette vision était beaucoup trop dure à supporter pour lui. Il arrêta alors de se poser autant de questions et se mit à courir pour partir à sa recherche. Il prit la direction du distributeur, malheureusement elle n’était pas là. Il continua donc à la chercher un peu partout dans le parc.

 

Effectivement, cette dernière avait décidé de marcher un peu pour essayer de se calmer avant de retourner le rejoindre. Elle vagabondait dans le parc, en se rappelant par endroit les souvenirs qu’elle avait avec lui. Puis, elle vit au loin le manège avec les chevaux en bois, elle se rappela quand elle y était montée avec lui le jour où il lui avait avoué ses sentiments. Elle se dirigea vers ce lieu pour s’y poser quelques instants.

Ikuto quant à lui, continuait de fouiller tous les recoins pour la retrouver, il remarqua également le manège au loin et se dit qu’elle y serait peut-être.

 

« J’en étais sûr que tu serais ici en larmes… déclara le jeune homme en arrivant par-derrière.

- Ikuto ? Qu’est-ce que tu fais là ?

- Ce que je fais ici ? C’est évident non ? Je ne pouvais pas laisser seule une certaine petite idiote qui risquait de pleurer dans son coin, rétorqua-t-il avec un doux sourire en lui tendant la main pour qu’elle se relève.

- Comment as-tu su que… ?

- Que tu étais là ? Que tu étais en train de pleurer ?

- Hm… répondit-elle en baissant la tête.

- Je te connais bien, ne te voyant pas revenir, j’ai fini par comprendre que tu devais être dans un coin toute triste en larmes… »

 

Ensuite, il l’a pris dans ses bras, il ne voulait plus voir ce visage en larmes, il souhaitait qu’elle sourie comme avant. Son étreinte était réconfortante et chaude, elle s’y sentait vraiment bien, elle avait l’impression que cela faisait une éternité qu’elle n’avait pas ressenti sa chaleur.

Ikuto lui leva la tête et essuya ses larmes avec son pouce, il lui caressa légèrement le visage avant de lui donner un tendre un baiser.

 

« Je suis désolé de t’avoir laissé pleurer…

- Non… c’est ma faute… si tu savais à quel point je m’en veux, j’ai tellement peur de te perdre, je ne sais pas ce que je ferais si tu m’abandonnais…

- Je sais…, mais je suis là non ? Malgré tout ce qu’il s’est passé, je ne peux me résoudre à te laisser. Je ne sais pas si j’oublierais toute cette histoire un jour, mais je sais une chose, c’est que je ne peux pas imaginer ma vie sans toi.

- Ikuto ?!

- Alors, essayons de passer au-dessus de ça et poursuivons notre route. »

 

Elle n’arrivait pas à en croire ses oreilles, elle ne l’avait pas perdu, il acceptait de continuer à l’aimer et d’être avec elle. Elle sentit comme un énorme poids en moins dans sa poitrine, son stress s’évacua petit à petit. Elle s’écarta légèrement de lui, elle leva la tête pour bien se rendre compte que ce n’était pas un rêve, puis elle l’embrassa passionnément. Ils n’arrivèrent plus à se lâcher, ces quelques semaines l’un sans l’autre, sans se parler, sans pouvoir se toucher leur avaient paru une éternité.

Ils allèrent ensuite se promener un peu dans le parc main dans la main, ils semblaient vraiment heureux de s’être retrouvés. Ils se posèrent ensuite sur un banc et discutèrent un peu.

 

« Dis Ikuto, tu te souviens quand tu m’as avoué tes sentiments, tu m’as dit que tu voulais partir à la recherche de ton père, mais je ne voulais pas être séparé de toi, alors tu es resté.

- Oui ?

- Je te promets de t’aider à le chercher, je suis sûre qu’un jour vous serez de nouveau réuni. Tiens ça te dira que cet été on parte tous les deux à sa recherche ?

- J’aimerai beaucoup, mais je ne suis pas sûr que tes parents soient d’accord avec ça.

- Je suis sûre que si on leur en parle et qu’on leur explique tout ils comprendront. Et puis, tu sais bien que ma mère t’adore.

- Peut-être bien, mais je ne pense pas que ton père laisse sa fille chérie partir comme ça.

- Ne t’en fais pas, maman saura le convaincre, il ne peut rien lui refuser. 

- D’accord, on leur parlera. »

 

Plusieurs semaines plus tard, les parents d’Amu avaient fini par accepter qu’elle parte avec Ikuto. C’était alors décidé, ils partiraient tous les deux à la fin des cours, un long voyage les attendait, mais ils espéraient bien le retrouver. Elle voulait voir le visage de celui qu’elle aime tant s’illuminer lorsqu’il pourra revoir celui qui était si cher à son cœur et qu’il avait mis de côté pour elle, pour rester auprès d’elle.