Rêve ou cauchemar ?

par ariabillie13

La lune de sang apparaîtra bientôt dans ce monde, son apparition est synonyme de malheur. Les nuits de lune écarlate vont fragilisaient les barrières qui relient les mondes, entre eux. Les âmes des damnés trouveront alors une enveloppe charnelle et sèmeront le chaos. Il faut faire vite, sinon ce monde sombrera dans l’obscurité. Je t’en supplie répond moi, toi dont la lumière a percé les ténèbres qui m’enchaînaient.

Mahiru : Qui est là ? Qui parle ? Pourquoi je suis là et surtout je suis où ?


Mahiru se trouvait dans une forêt ornée de cristaux, de fleurs inconnues mais magnifiques, de petites lucioles de milles couleurs volaient un peu partout.

Le ciel couleur bleu clair se distinguait car il était parsemé d’étoiles qui scintillaient comme dans un ciel nocturne. Mais ce qui le rendait encore plus incroyable était l’aurore boréale qui traversait ce ciel étoilé.

Mahiru fut surpris en découvrant le sol qui n’était pas fait de terre mais d’eau. Une surface d’eau claire qui se mariait bien avec la forêt. Quel bel endroit.

Mahiru : C’est vraiment beau. Est-ce un rêve ? 

Un petit tintement de clochette retentit.

Mahiru : Kuro ? Kuro ?? KURO ???

… : Vite le temps presse. Tes amis et toi ainsi que les autres habitants de ce monde couraient un grave danger. Le passage s’ouvrira au moment où la lune deviendra rouge.

Mahiru : Qui… WOAH !!!


Devant les yeux du garçon, une magnifique créature apparut. Elle ressemblait à un pégase dont le blanc était aussi pur que celui de la neige sur les montagnes.

Une corne de cristal s’imposait sur son front. Mais ce qui attira Mahiru, ce fut les yeux de l’animal. Ceux-ci étaient rouge écarlate, le noir qui entourait les yeux appuyé leur couleur. Mais ces mêmes yeux laissaient entrevoir une profonde solitude.

Mahiru : Qui es-tu ?

Pégase : Il faut agir vite. Avant que les rayons de la lune écarlate ne frappent ce monde et ne fassent subir le même sort qu’aux autres.

L’animal disparut aussitôt qu’il n’était apparut. Peu de temps après ce fut au tour de la forêt si belle de disparaître chassée par une violente rafale. Tout devint noir, menaçant Mahiru distingua une forme dans cette immensité noire. Elle avait l’air humaine bien qu’elle fut aussi noire que l’espace où se trouvait Mahiru.

Le jeune homme voulut s’adresser à la forme mais se retint aussitôt qu’il vit que les mains de la forme étaient rougies par du … sang ?! 

Oui c’était bien du sang qui coulait le long de ses ongles surdimensionnés.

Mahiru eu un hoquet d’effroi en voyant le sang mais c’était surtout qu’en suivant le sang du regard, il se trouva face à des corps mutilés et empilés les uns sur les autres.


L’ombre fut attirée par le bruit de Mahiru et posa son regard sur lui.

Bien que l’adolescent ne distinguait pas les yeux de l’ombre, il ne pouvait s’empêcher de frissonner quand la forme laissa apparaître un sourire carnassier sur son visage.

Elle fit un pas vers Mahiru qui eut le réflexe de vouloir se protéger en invoquant l’arme donnée par son servamp. Encore une fois, il eut un frisson quand il constata que son arme ne venait pas.

L’ombre s’approcha de lui toutes dents dehors. Pour elle, le garçon n’était rien de plus qu’un nouveau jouet. Pris de panique, Mahiru se mit à courir le plus vite possible. Il fallait mettre de la distance entre lui et cette créature.

Soudainement ses pieds s’enfoncèrent dans le sol. Ce sol devenu visqueux et gluant se mit à engloutir le jeune homme. Sa proie ne pouvant plus fuir, l’ombre se réjouissait à l’avance de pouvoir le déchiqueter.

La panique de Mahiru augmenta lorsqu’il constata qu’il n’avait aucune échappatoire. Il cria le nom de son partenaire et ami.

Mahiru (horrifié) : Kuro ! Kuro !! KURRROOOO !!!!!!!

Hélas rien ne changea. Le monstre était maintenant devant Mahiru et il se délectait du spectacle qui lui était offert. L’Ombre allait le tuer, elle le voulait. L’adolescent hurla en voyant la main ainsi que les griffes qui se dirigeaient vers lui à vive allure. Et puis l’espace se mit à bouger un cri survint et plus rien. Mahiru se sentit secoué. Au loin il entendit une voix sourde mais familière qui l’appelait. Il se réveilla.

Kuro dormait tranquillement dans son lit du dessus. Il poussa un soupir quand il entendit son Eve s’agitait anormalement dans le lit du dessous. 

Kuro : Mahiru, moins de bruit. Je veux dormir.

Mais rien ne se produisit. Le servamp ronchonna mais s’arrêta immédiatement dès qu’il sentit que le garçon tenta d’utiliser son pouvoir.

Kuro : Oye ! Mahiru qu’est ce qu’il y a ?

N’obtenant toujours pas de réponse, Kuro descendit du lit afin de rejoindre son partenaire. Il fut intrigué de retrouver Mahiru transpirant avec le visage crispé par la peur.

Il commença à s’inquiéter quand ce dernier prononça son nom avec une tonalité inquiétante. Kuro secoua d’une main son ami espérant ainsi le réveiller.

Kuro : Mahiru c’est un cauchemar. Ce que tu vois n’est pas réel.

La voix de Kuro trahissait son inquiétude. Inquiétude qui laissa place à de la crainte quand l’adolescent se mit à hurler. Le hurlement fit trembler le servamp, qui s’empressa de saisir le garçon par les épaules afin de le secouer de nouveau pour le réveiller.

Kuro : MAHIRU ! REVEILLE TOI !!

Sans attendre, Kuro le gifla espérant que la gifle aurait la force de le réveiller.

Cela fonctionna. Le garçon s’éveilla avec difficulté. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il sursauta avant de se débattre. 

Kuro : Mahiru ! C’est moi Kuro. Tout va bien. 

Le garçon regarda autour de lui et posa son regard sur le visage du servamp visiblement très inquiet. 

Mahiru : K… Ku… ro.

Kuro : ça va ? T’as pas arrêté de crier comme un malade.

Le servamp tenta de décontracter son humain.

Kuro : pfff !!! Tu sais que c’est pas bien d’inquiéter et de réveiller les honnêtes gens.

Mahiru : kuro… kuro… kuro.

Mahiru s’agrippa, se blottit contre Kuro se mit à pleurer. Cette attitude surprit le servamp de la paresse qui calma le garçon en lui tapotant le dos. Il se comporta envers l’adolescent comme s’il s’agissait d’un enfant.

Kuro : qu’est ce que tu as ? Tu trembles.

Mahiru : … corps… tellement… de sang… me tuer.

Ce furent les seuls mots que le servamp comprit, il resserra son étreinte tout en réconfortant Mahiru.

Kuro : Tout va bien. Tu n’es pas seul, Mahiru.

Les mots et les gestes de Kuro surprenaient un peu Mahiru qui doucement, se calma.

Kuro était certes le servamp de la paresse, cela ne l‘empêchait pas pour autant d’agir avec tendresse et d’avoir de l’attention vis à vis des personnes qui l’entourait. De plus ce n’était sans compter sur l’aspect protecteur du vampire.

Mahiru : M… Merci… Kuro.

Kuro sentit son Eve se détendre. Il jeta un regard sur Mahiru et constata que ce dernier s’était endormi, malgré les larmes qui continuaient de couler. Le visage de l’adolescent était apaisé.  Kuro sécha les larmes et replaça Mahiru pour qu’il puisse dormir correctement. Il se plaça ensuite aux côtés du garçon sous sa forme féline. La paresse resta un moment éveillée afin de s’assurer que tout allait bien avec son Eve.

Il se demanda ca qui avait provoqué un tel état chez Mahiru.

Kuro : pfff ! C’est chiant.

Il finit par s’endormir. Pourtant il n’ignorait pas ce drôle de sentiment qui s’agitait en lui. Comme si quelque chose aller arriver. Mais quoi ? Quel était ce pressentiment ?