Arrivée.

par Vincent Aguila

9. Arrivée.

Au lever du jour, montée sur le dos de Kaze, Kourei regardait du haut de la colline, la capitale où l’attendait la ligne d’arrivée. La jeune adolescente se sentait fière d’être arrivée seule si près du but. Bien sûr, elle avait eu quelques incidents de parcours surtout un mais elle préférait ne pas y penser. La fille de Shuurei et Kouyuu saisit le parchemin qu’elle avait acquis au cours de la course et qui était censé contenir des instructions pour l’arrivée dans la capitale. Elle y lut ceci: la plume du phénix est suspendue au dessus de grand nombre de ses sujets, le phénix la recherche si vous voulez la lui rendre, arquez vous de courage et tirez. Kourei comprit légèrement le sens mais se dit qu’elle ne le vérifierait qu’une fois en ville. La jeune adolescente plaça le rouleau dans sa sacoche de voyage et commença à descendre au pas de son point d’observation. Elle n’avait pas vu beaucoup de cavaliers faisant la course, ces derniers temps. Soudain, Kourei vit que les trois fils du clan Lan se dirigeaient d’un trot soutenu vers les portes de la ville d’arrivée.

 

 Ray, Rensai et Korai faisaient avancer d’un même pas leurs chevaux. Il s’agissait de grands étalons de course taillés pour la vitesse dont la race était réputée pour son pied sûr et son endurance. Les trois jeunes hommes avançaient en alignement car ils devaient donner l’impression d’être unis pour ne pas faire croire que leur clan était divisé. De plus, ils étaient confiants car les trois garçons étaient sûrs d’être les premiers. Ils ne leur restaient qu’un kilomètre pour atteindre les portes de la capitale dont ils distinguaient déjà les contours. Le vent qui leur arrivait de dos commença alors à leurs apportait beaucoup de sable preuve que quelqu’un s’était élancé derrière eux au galop. Tous trois se retournèrent sur leurs selles et leurs yeux s’agrandirent de stupeur lorsqu’ils reconnurent leur poursuivant.

 

La sentinelle chargée de prévenir de l’arrivée des cavaliers, sonna la cloche en voyant arriver quatre cavaliers. Trois d’entre eux avaient commencé par arriver au trot pour finir au galop lorsque le quatrième cavalier les avait rejoints. Ce dernier était d’ailleurs plus petit que ces adversaires. La sentinelle avait été choisi pour sa vue très perçante, elle put donc distinguer qu’il s’agissait de trois cavaliers du clan Lan et d’un, le plus petit, du clan Kou.

 

En entendant la cloche résonnait dans la ville, Shouka, Reishin et Kurou montèrent à un point culminant de la ville pour pouvoir suivre toute la partie de la course qui avait lieu dans la ville.

 

Kaze et Kourei avaient été encerclées par les trois fils des Lan et leurs chevaux. La jument devenait folle d’avoir tant de mâle près d’elle et elle essayait de les mordre mais sa cavalière l’avait bien en main. Cet encerclement aurait pu être plus que désavantageux mais la jeune adolescente savait qu’elles avaient une chance. En effet, la course avait été bien fatigante pour les chevaux et ce sprint final était plus que pénible pour des montures peu habitués. Malgré leurs efforts, les étalons commencèrent à peiner et ils s’écartèrent légèrement de Kaze. Kourei saisit cette chance. Elle se pencha sur l’encolure de sa jument et lui enleva la bride. L’animal comprit le signal et allongea sa foulée encore et encore. Sa cavalière était pratiquement couchée sur l’encolure permettant plus d’aisance à sa monture. Quelle ne fut pas la surprise de Ray, Rensai et Korai de voir leur adversaire s’éloigner au galop.

 

Kourei atteignit rapidement les portes de la ville et commença à chercher des yeux la plume du phénix pendant que sa jument continuait à galoper le long de la rue principale de la capitale. La jeune adolescente aperçut bientôt une barre à quatre mètres du sol sur laquelle se trouvaient plusieurs rubans de soie rouge. Elle comprit qu’il s’agissait des plumes de phénix et qu’il était impératif qu’elle en attrape une. D’ailleurs, des cordes étaient suspendues à côtés des rubans pour pouvoir grimper. Cependant, Kourei les ignora. Elle se mit debout sur la croupe de sa monture et fit un claquement de langue. Kaze comprit le message. La jument allongea encore son allure puis elle se cabra pour ruer ensuite tout en courant. Cela fit un effet de catapulte sur la jeune adolescente qui s’envola littéralement dans les airs. Dés que Kourei eut quitté son dos, Kaze ralentit pour voir où récupérait sa cavalière. L’héritière du clan Kou réussit à atteindre la barre avec ses mains. Elle saisit un ruban qu’elle tint entre ses dents puis la fille de Kouyuu et Shuurei commença à faire un mouvement de balancier. Quand elle eut assez de poussée, elle lâcha la barre et tomba en direction du sol. Kaze sauta à ce moment là et Kourei atterrit souplement sur son dos.

 

Plus loin, la cavalière de Kaze vit des arques sur le sol ainsi que des flèches. Elle se coinça un pied dans un étrier et enleva l’autre. En se laissant aller sur le côté, la jeune adolescente se retrouva la tête en bas, retenu de tomber uniquement par l’étrier. Elle put alors saisir aisément un arc et une flèche posés sur le sol. Après ceci, la cavalière se redressa sur le dos de sa jument, banda l’arc et accrocha le ruban à la flèche. Il ne lui restait plus qu’à repérer le phénix, ce qu’elle vit bientôt. Il s’agissait d’une statue de terre glaise dressée juste au dessus de la ligne d’arrivée. La matière dans laquelle était faite la statue impliquait que pour «rendre la plume», il fallait tendre l’arc à l’extrême. Kourei se fit saignait les mains en effectuant cette tâche.

 

Elle finit par se mettre à nouveau debout sur le dos de Kaze. Kourei arma l’arc, visa et tira. La flèche alla se loger sur la queue de l’animal en glaise…la jeune héritière des Kou avait réussi. L’instant suivant, elle franchissait la ligne d’arrivée.

 

Kourei descendit alors de cheval et tout en étant suivi par Kaze, elle se dirigea vers les marches du palais royal. Arrivée en bas, d’entre elles, la jeune adolescente se mit à genoux en s’inclinant devant le couple royal qui la regardait du haut des marches.

 

«Kou no Kourei, je te félicite de ta victoire. Elle a honoré ton clan et a fait reconnaître ta valeur auprès de ton entourage. Avant le départ, j’ai demandé aux cavaliers de me dire quel présent leur accordé en cas de victoire et ceci est le tient. Félicitations.»

Shuuei reçut alors un médaillon de la part de l’empereur, qu’il donna à la jeune adolescente.

Après ceci, Kourei s’inclina, monta sur Kaze et se dirigea vers la propriété du clan Kou pendant que les autres cavaliers arrivaient enfin.

 

Lorsque la jeune héritière arriva en vue de chez elle, elle aperçut ses trois grands pères et oncles la regardaient d’un regard neutre. Pour la première fois de sa vie, la fille de Shuurei et Kouyuu craignit un châtiment mais elle n’eut pas le temps d’y penser plus longtemps car une forte douleur la prit à la jambe. Sa vision se brouilla et elle s’effondra sur son cheval pour finir par tomber à terre sans connaissance.

 

En voyant cela, Shouka, Reishin et Kurou se hâtèrent d’aller jusqu’à Kourei puis ils la transportèrent jusqu’à sa chambre. Les deux frères cadets allèrent faire quérir un médecin pendant que Shuusui commençait à ôter les habits de la jeune adolescente pour faciliter l’examen. L’ancienne suivante ne tarda pas à découvrir avec horreur que la jambe droite de Kourei avait une blessure très sérieuse et mal soignée. Il s’agissait d’une entaille profonde formant une croix sur le devant du mollet. La plaie suintait, preuve qu’elle s’était infectée. Shuusui qui avait vu les acrobaties de la blessée se demander comment elle avait fait pour tout faire sans montre le moindre signe de faiblesse.

 

Le médecin vint trouver els trois frères Kou après avoir examiné leur petite fille.

«Messieurs, Kourei sama est gravement blessée. Je suis étonnée qu’elle soit encore en vie avec sa fièvre et la gravité de sa blessure. Néanmoins, je crains qu’elle ne passe pas la nuit.»