Chapitre 8 : Journée de repos, rapprochement et tête à tête

par Gossip Coco

Chapitre 8 : Journée de repos, rapprochement et tête à tête

 

            Le séjour à la mer s'était finalement bien terminé. Nina et Maya s'étaient bien intégrées au groupe, à la grande joie d'Ayu. Nina et Eiji semblaient particulièrement bien s'entendre. Et, c'était presque avec une pointe de regret qu'ils durent rentrer à Tokyo.

"Il faudra se refaire un séjour comme ça, à la montagne, avant de commencer les entraînements pour les régionales! S'exclama Nina dans le train.

-Oui, c'est une réflexion intéressante, répliqua Inui. Oui, on pourrait organiser un séjour en montagne avant les régionales.

-Je vais réfléchir à la question, renchérit Sumire. Mais c'est en effet une bonne idée pour préparer les entraînements. Un cadre calme permettra de mieux cerner les difficultés de chacun, et être à même de pouvoir rectifier le tir. Et personne ne sera tenter d'aller flâner en ville."

Pendant que chacun papotait allègrement de tout et de rien, Sakuno et Ryoma n'osaient pas trop se regarder encore bien en face. Ryoma avait encore beaucoup de mal à se faire à l'idée qu'il était devenu son petit ami. D'ailleurs, ils ne s'étaient même pas encore embrassés. Après que Sumire ait défini le programme à venir pour les entraînements, le jeune homme se pencha vers Sakuno.

"Dis...

-Oui Ryoma-kun?

-Au vu du programme qui nous attend, on aura pas l'occasion de se voir la journée, mais le soir, ça ne te dérange pas si on rentre ensemble?

-Bien sûr que non.

-Et, pas ce dimanche, mais celui d'après, on pourrait passer l'après-midi ensemble. On pourrait aller manger un hamburger par exemple.

-Je serai vraiment très heureuse."

Ryoma sourit, rasséréné. Il se demandait encore ce qu'il pouvait avoir ou être de particulier pour être le petit ami de Sakuno. Cependant, cette situation le rendait lui aussi très heureux. Il inspira un coup et saisit la petite main de la jeune fille qui rougit aussitôt mais ne broncha pas. Seul un sourire de bonheur illumina son visage.

 

            Les jours passèrent rapidement, les entraînements se suivaient mais ne se ressemblaient pas. Nina et Maya, malgré un talent certain, devaient travailler dur pour atteindre le niveau requis pour devenir titulaire. Et de toute façon, une vraie équipe féminine à Seigaku n'était pas à l'ordre du jour, les tournois étant bien entamés, l'équipe serait mise en place l'année prochaine. En attendant, les trois filles s'entraînaient durement. Ayu progressait très vite et, au fur et à mesure, commençait à avoir la même façon de jouer que Tezuka. Aussi apte en fond de court, contre attaque ou service. Ce dernier d'ailleurs ne manquait pas de l'encourager pour se donner à fond dans chacun des styles.

"Tu as des capacités vraiment surprenantes. Le premier jour déjà, tu as su énormément anticipé les actions de ton adversaire et t'y adapter.

-J'aimerai vraiment développer un service personnel, j'avoue que c'est ce que je préfère, même si la contre-attaque ou le fond de court me plaît beaucoup.

-Ne t'inquiète pas, tu verras, ça viendra tout seul. Au fait, continua le capitaine en hésitant légèrement, ça a l'air d'aller mieux. Même si je suppose que tu penses à ton ex-petit copain.

-Oui, soupira la jeune fille. J'y pense encore, mais j'arrive à l'éviter. Par chance, on n'était plus dans la même classe cette année. Je crois que j'aurai eu du mal à supporter les cours si je devais le voir incessamment.

-Oui, je comprends. Je ne veux pas te bousculer, mais tu ne pourras pas fuir éternellement.

-Je sais. Mais je ne sais pas comment je réagirai si je devais le recroiser au bras de cette fille."

Un long silence s'installa entre eux. Mais ce n'était pas un silence pesant. Chacun savourait la présence de l'autre.

"Au fait, grand-mère m'a parlée de ton opération à ton bras.

-Ah?

-Dans un sens, ce que je vis est pareil. Bien sûr, je n'aurai pas à aller jusqu'en Allemagne pour sécher mes larmes, mais je devrais faire face pour guérir.

-Oui, c'est vrai, vu sous cet angle.

-En tout cas, c'est très courageux de ta part. Je t'admire vraiment.

-Toi aussi, tu es courageuse. Cela aurait été moi, je crois que j'aurai baffé ce mec.

-La violence n'est pas la meilleure réponse à un problème.

-Tout à fait."

Ils se regardèrent en souriant, Tezuka était fasciné par les beaux yeux gris de son amie.

"Ayu-san, tu as prévu quelque chose avec tes copines ce dimanche?

-Non pas du tout. Nina va rendre visite à son grand-père et Maya ... euh...

-Oui?

-Tu ne diras rien, tu le promets?

-Bien sûr.

-Elle a un rencard avec Oishi-san.

-C'est vrai?

-Oui. Je suis la première à être étonnée. Maya est plutôt... disons glaciale, elle a pas un très bon caractère, mais elle a pas un mauvais fond.

-Oui, j'ai pu le constater. Quand elle joue, elle n'a plus un visage en colère, elle a l'air heureuse."

Ayu était vraiment contente et esquissa de nouveau un sourire.

"Euh... Ayu-san... Pour ce dimanche, je voulais te proposer d'aller manger une pâtisserie ou une glace ensemble.

-Je serai vraiment ravie.

-Cela ne te dérange pas?

-Bien sûr que non. Sakuno va sortir avec Ryoma-kun.

-Ah? Je l'ignorais. Ils sortent donc ensemble.

-Oui, enfin je pense. Sakuno ne m'en a pas trop parlé.

-En tout cas, depuis qu'ils sont ensemble, leurs comportements à chacun s'est amélioré, Echizen est nettement plus sociable et ta soeur moins timide, surtout au tennis. On a pu voir des progrès notables dans son jeu.

-C'est super. Pour dimanche, on se retrouve à la gare, vers, disons, quatorze heures.

-Cela me convient parfaitement."

 

            Le dimanche suivant, alors que Ayu et Tezuka, après s'être retrouvés à la gare et étaient allés déguster une glace, Sakuno et Ryoma s'étaient retrouvés devant le lycée. C'était leur premier vrai rendez-vous et chacun se sentait un peu gauche. Sakuno avait revêtu une jolie robe bleue et était particulièrement adorable. Mais Ryoma n'osait pas lui dire. Il se contenta d'un "Si on se prenait un soda et qu'on aille s'asseoir dans un parc."

Sakuno essayait de ne pas se sentir trop frustrée, c'était dans la nature de Ryoma après tout. Elle accepta en souriant et, environ un quart d'heure plus tard, ils s'étaient installés sur un banc. Alors qu'ils pensaient être tranquille, ils virent Ibu Shinji de Fudomine.

"Tiens?

-Tiens.

-Euh... Bonjour, Ibu-sempai. Bredouilla Sakuno, l'air gêné.

-Bonjour. Tu es la petite-fille de Ryuzaki-sempai?

-O...Oui

-Je vous dérange? C'est un rencard.

-J'aurai été ravi de disputer un match, mais oui, c'est un rencard avec ma petite amie.

-A quand le mariage?

-Dès que possible, fit malicieusement Ryoma faisant rougir Sakuno.

-Eh, bien que cela ne te distrait pas... blabla...blabla...

-Viens, si on le laisse continuer, il ne s'arrêtera pas, chuchota Ryoma. Bon, ben, Ibu-sempai, à un de ces jours.

-Si vous vous mariez, il faudra m'inviter... blabla... et... blabla..."

Les deux amoureux s'enfuirent littéralement, ce qui ne sembla même pas perturber le joueur de Fudomine qui conclut par un :

"Je me demande si Ann-chan et Momo-san sortent ensemble."

 

            Un peu essoufflés par leur course, Sakuno et Ryoma s'arrêtèrent devant un distributeur de boissons. Ils reprirent un soda chacun et, de nouveau, cherchèrent un banc pour s'asseoir, priant silencieusement de ne plus être interrompus par qui que ce soit. Timidement, Ryoma prit la main de la jeune fille et se rapprocha d'elle.

"Sakuno?"

La jeune fille sursauta légèrement en voyant son compagnon se rapprocher d'elle.

"Oui, Ryoma-kun...

-Je peux t'embrasser?

-O... Oui."

La jeune fille crût être dans un rêve merveilleux quand elle sentit qu'il l'enlaçait. Elle ferma les yeux et savoura le contact de ses lèvres sur les siennes. Son premier baiser.

 

            Durant le même temps, Nina, Eiji, Taka et Kaidoh s'étaient retrouvés par hasard et "s'amusaient" à se disputer un match en double. Quant à Maya, sous les yeux éberlués d'Oishi, achetait des babioles, notamment des figurines de mangas. Momoshiro, Ann et Kamio se chamaillaient à leur habitude sous le regard amusé de Fuji. Enfin, Tezuka et Ayu dégustaient leurs glaces dans une avenue marchande. Un dimanche presque ordinaire en somme.