Chapitre 1:Ding Ding ... CRAC

par Mad-World

hapitre 1 : Ding Ding … CRAC.

La tête dodelinante, Gil du pourtant descendre de la voiture. Il somnolait presque sur place, s'il aurait pu, son corps reposerait déjà à même le sol.
Mais il ne le pouvait.
Son regard, normalement si jovial, devient encore pire que d'habitude.
L'entrée de la Tourte Chaude, une auberge assez sympathique en soi, s'ouvrit avec de mauvais grincements. La salle commune était étrangement calme, seul quelques fermiers se trouvaient là ce soir, pour boire une bonne bière, sans doute. Il alla directement voire la femme au comptoir.
Elle possédait un sourire tellement content que Gil se dérida. Un peu, du moins.

-Bonjour ! Que voulez-vous ?
-J'aimerais une chambre, s'il vous plait.
-Bien sur.

Elle lui demanda la somme d'argent, et le jeune homme monta les escaliers, le repas serait servis dans sa chambre.
La pièce était simple, faisant office de salon et de cuisine, tandis qu'une pièce servait de chambre à coucher, et que l'autre de douche.
Gil prit bien le temps de tout fouiller, inspectant où il pourrait cacher ses armes, ou où il pourrait se cacher en cas d'attaque.
Allumant une cigarette en grognant, il ouvrit les vitre pour laisser passez l'air froid. Cela lui remettait toujours autant les idées en place, et c'était un bon moyens pour sentir les chains.
Ces dernières se classaient en deux catégorie : les Tueuses, ou Cannibales ; et les Servant.
Les Cannibales tuaient d'autre chain, agissant parfois imprévisiblement, et chaque assassin se devaient d'en possédaient un ou pas du tout, car, généralement, les cibles possédaient des Servant, ceux-ci obéissant aveuglement aux ordres de leurs maîtres.
Son Cannibale à Gil se nommait Raven, et était capable de sentir les autres chains, ainsi que de se déplacer n'importe où, même dans l'Abyss disait-on, néanmoins, sa chain avait refusé d'y aller avec Gil.
Ce derniers n'avait pas compris pourquoi mais ne s'était rebellé contre ce refus.
Le jeune homme sentait que quelque chose se trouvait dans l'Abyss, et que cela lui appartenait. Peut être ces souvenirs ?
Il espérait souvent que, lors d'un rêve et non d'un cauchemar comme d'habitude, la vérité de son passé lui soit révélé.
Qu'est-ce que c'était dur de ne pas se rappeler !
D'ailleurs, lorsque sa frustrations étaient trop forte, il lui arrivait de péter les plombs et de vouloir tout détruire, mais, pour ne pas faire des choses qu'il regretterait, il allait seul dans les cachots de l'école et s'enfermait durant une journée entière, pour déversait toute sa haine contre les murs froid et humide de cette cellule.
La cigarette finis, il resta tout de même à observer les étoiles, ainsi que cette lune blanche et lumineuse.
Passant une main dans ses cheveux il se retourna quand un frisson habituel le traversa. Un sourire sadique étira ses lèvres.
Raven avait trouvé B-Rabbit.
On toqua à la porte, mais Gil ignora cet appel, son sang vibrait déjà à l'idée de la poursuite qui allait commencer. Ses doigts ouvrirent rapidement sa valise et prit deux pistolet, ainsi qu'un poignard qu'il coinçat dans sa botte droite.
Puis, d'un mouvement fluide, se mit sur la fenêtre et escalada pour se retrouver sur le toit. Vif comme un chat, il s'entailla sa paume et appela Raven, qui lui répondit presque instantanément.

«-Oui ?
-Où sont-ils à présent ? Je dois savoir où ils vont,ce qu'ils comptent faire, combien ils sont et …
-Blabla habituel, pas la peine de jouer le fort avec moi mon petit, je connais toute tes peurs, donc, si tu ne veux pas que je te les montre, tu vas t'arrêter avec ce ton ridicule de celui qui commande.
-Ah ? Peut être veux-tu que je ne fasse rien et qu'une proie aussi alléchante que B-Rabbit disparaisse ?
-… AH ! Tu as gagné humain, mais ne prend pas trop la grosse tête, car je pourrais te la coincer entre mon bec … »

la voix disparut, et Gil sentit ses sens s'aiguisaient, surtout sa vision.
Toute personnes normale possédaient une aura jeune, rouge ou orange, tandis que les gens touchaient par les chains étaient bleu, la cible étant violet, tirant sur le vert.
Il plia ses jambes et bondit sur un autre toit, la construction des maisons voulaient qu'elles soient étrangement très rapprochés, ce qui facilitait au jeune homme une plus grande rapidité.
Il savait que B-Rabbit l'avait surement repérés, en même temps, l'énergie de Raven était assez importante, le fait de savoir que sa proie pourrait se trouver apeuré ou complètement acculée le fit rire tout bas.
Que c'était excitant !
Il activa le mouvement quand il trouva l'aura qu'il cherchait.
Les deux fuyaient le plus vite possible.
Gil ferma ses paupières et n'eut qu'à sauter pour que Raven le fasse disparaître et le re matérialise devant ses cibles.
Ils s'arrêtèrent tout de suite, haletants.
Gil leva un sourcil ; allons bon, c'était sa les dangers ?
Un petit noble tout blond, qui essayait de se donnait l'air courageux aux côtés d'une fillette aux cheveux brun et à l'attitude hargneuse ?
Il soupira, et, en prenant un pistolet déclara d'une voix faussement triste :

-Alors les enfants, désolé, mais c'est la fin, je regrette de ne pas m'amuser avec vous, sincèrement.

La balle partit, pas assez vite pour toucher la jeune fille en pleine poitrine, la balle ricocha sur une faux faisant deux fois sa taille et rouge sanglant.

-Si tu crois que je vais te laisser faire ! Cria t elle.

La brune se jeta sur lui avec un cri de guerre assez ridicule devant la face excédé de Gil. Ce dernier évitait ses coups facilement, tirant parfois, mais sans jamais se sentir réellement en danger. Puis, il comprit, elle essayait de sauver le blond.
Il se renfrogna, teigneux.
Alors que la faux passa juste au-dessus de lui, il se baissa et pris son poignard.
La faux descendit et il para de toute ses forces.
Son arme n'allait pas faire long feu, il glissa sur le côté, et, en se retournant, jeta son pied contre son bras, elle lâcha une seconde sa faux, Gil en profita, et la poussa sur le sol en écrasant violemment son corps contre celui de la fille sur le sol.
Ses yeux violet hurlait de haine, ce qui excita un moment Gil, qui lui souffla mielleusement comme Vincent à son oreille :

-Allez, laisses-toi faire …

Puis, d'un coups, il se leva et plongea son couteau dans la main gauche de la jeune fille qui se retint de crier mais qui avait les larmes aux yeux :

-Essaye de ne pas trop mourir trop vite, je n'en ai pas finis.

Puis, il disparut à la rechercher de Oz.
Ce derniers courait mais lentement, ce qui eut don d'exaspéré encore plus Gil, autant la petite l'avait intéresser autant lui ne lui procurait aucun frisson de plaisir.
Ah ah ah. Comme il ressemblait à son frère ainsi !
Le blondinet se retourna et recula tout doucement sans quitter des yeux l'assassin.
Il avait peur, ça se sentait.

-Allez mon petit ( voilà que je me met à parler comme Raven … ), tu vas venir, je te promet d'en finir avec toi rapidement.
-Qu'as … qu'as-tu fait à Alice ?!
-Alice ? Oh, l'autre ? Je ne l'ai pas tué … Mais toi si.

Il avait dit cette phrase à peine s'était il retrouvé derrière le petit, qui se retourna, apeuré.
Sa main ganté partit vers son cou gracieux et le souleva sans réelle difficulté.
Pourtant, il y avait quelque chose dans ces yeux verts de constants qui l'empêchait de prendre sa vie, quelque chose d'ancien.

-Tu … Tu n'arrives même pas à me tuer … Pi-Pitoyable.

Ses yeux dorés se durcirent et alors qu'il allait serrer une dernière fois il entendit :

«-IDIOT ! »

Raven lui sauva la vie en le propulsant sur le côté.

« -laisse-moi le contrôle, qu'on en finisse ! »

Gil obtempéra, de tout façon que pouvait-il faire devant ce lapin géant.
Un rire démentiel éclata dans sa gorge, elle était là ! La B-Rabbit !
Le jeune homme observa par ses yeux, mais son corps se mouvaient grâce à Raven, qui était très calme.
Oz déclara fortement :

-Tu n'aurais pas du nous sous-estimé, nous sommes bien plus puissant que tu ne le penses.
-Oh, ah bon ? (Ma … Ma voix, on dirait qu'il y en a plusieurs de plus aigus au plus grave, mmh …) ¨Pourtant, il me semble que toi, B-Rabbit, tu as un poids lourds ?
-Ta gueule ! Oz n'est pas un poids lourd !

Gil sentit les lèvres de sa mâchoire se retroussait en un rictus sardonique avant de persifler :

-C'est ce que l'on vas voir …

Il se jeta tout de suite sur Oz qui ne put que courir se réfugiait derrière Alice qui, elle, lança l'assaut.
Le brun évita en sautant, et lui lança un coups de pieds dans la figue, elle ne recula pas, mais eut un peu mal.
Puis, prenant s'accrochant à ses habits, il sortit un pistolet qu'il pointa directement sur la main qui venait le déloger.
La détonation retentit, puissante, avant qu'il ne tombe et retire sur ses jambes.
Le sang perlait de ses blessures, mais rien n'eut l'air de l'anéantir.
Il jeta son arme quand il n'y eut plus aucune munition et ouvrant sa paume droit s'entailla plus profondément, faisant une mini flaque de sang dans sa main, puis, il prononça :

-Ratjak.

Le sang devint de l'électricité noir qui alla s'abattre sur B-Rabbit.
L'explosion fut terrible, mais, d'un coup, son adversaire fendit la poussière en deux pour attaquait Gil, qui s'entailla aussi la paume de gauche.
Alors qu'il prenait le manche glaciale de la faux, et que la gueule grande ouverte de B-Rabbit allait le bouffer, il lança le sang sur la figure avant de murmurer :

-Crash light. Sky Fall.

Le sang brilla d'une noirceur incomparable … avant d'exploser.
Gil fut éjectée contre un mur et vit B-Rabbit amochée reprendre forme humaine, Oz se jeta sur elle, inquiet.
Le brun eut un sourire avant de tomber sur son séant, toujours adossée contre le mur, puis, posa sa main droite ensanglanté contre sa poitrine du côté gauche et la mit devant ses yeux. C'était rouge et poisseux, et cela sentait le métal.
L' hémoragie allait bientôt le tuer.
Bon sang, ma première mission, et je ne suis même pas capable de m'en sortir.
Sa respiration devint saccadée, tandis que Oz et Alice arrivèrent vers lui. Quand le blond le prit violemment par le col, il sentit un froid inhabituel se plaçait dans sa poitrine :

-Pour qui travailles-tu ?!

Gil rigola, et jeta un coup d' oeil vers Alice, elle retenait les rares lambeaux de sa tenues pudiquement avec ses mains, mais ses yeux attestaient de sa fatigue, et de la quantité de pouvoir qu'elle venait d'utiliser pour ne pas se prendre la déflagration dans sa tête.

-Pour qui ?!
-Tu devrais t'occuper du lapin au lieu de me demander ça, surtout quand tu connais la réponse.

Il toussa laissant un peu de sang coulait de sa bouche.

-Je vais pas tarder à crever, laisse-moi.
-NON ! Tu vas tout me dire !

Gil ferma les yeux. Dieu qu'il détestait cette voix haut perché d'aristocrate !
On peu même pas crever tranquille, c'est un monde tout de même.
Puis, soudain, alors qu'il sentit son esprit s' évadée, une voix inconnue retentit :

-Allons, allons, Oz, tu pourras lui poser des questions après que nous l'aurions soigner.

Non.
Non, pas ça. Gil s'agita, chercha son deuxième pistolet, le trouva.
Il murmura :
-Plutôt crever que de me parjurer.
Alors qu'il allait tirer, une main se posait, froide, il ouvrir les yeux, et faillit mourir de crise cardiaque quand un sourire reconnaissable par sa forme en Vlui déclara :

-Allons, toi aussi calmes-toi, je suis sur que tu vas apprécier ton séjour chez nous … chez Pandora.

Gil perdit conscience en ne pensant qu'à ce mot :
Et merde.