debut d'une confession ...

par gobi78

Le réveil fût difficile et douloureux pour Sanji, il dû cligner des yeux à plusieurs reprise avant de pouvoir détailler l’environnement dans le quel il se trouvait. A première vu c’était une chambre, il était allonger sur un grand lit style lit royal et était recouvert par un manteau noir à nuage rouge. Il fallut peu de temps à Sanji pour comprendre qu’il était dans sa chambre, mais pas celle du Sunny non celle du château où il vivait il y a plus de dix ans. Il chercha rapidement comment il avait pu atterrir ici, mais rapidement des souvenirs lui revint en mémoire, il se souvint avoir rencontré Miranda puis deidara. Deidara, sa y est il se souvenait de ce qu’il c’était passer, il discutait avec lui quand tout à coups deidara donna l’ordre aux gardes royaux de lancer l’offensive sur lui, chopper et Usopp. Mais maintenant qu’il y pensait où était ses compagnons ?!  Il se leva et commença à se dirigé vers la porte quand celle-ci s’ouvrit pour laisser apparaître deidara.

-          Tu es réveiller à ce que je vois, je tien à m’excusé de t’avoir pris en traitre comme sa mais je n’avais pas le choix.

-          On à toujours le choix, où sont mes amis ?

-          Et c’est toi qui me dis ça ?! alors si on à toujours le choix pour quoi tu n’es pas resté après la mort de mélorine ?! hein tu peux me le dire ?! pour quoi tu es parti ?!, la colère pouvait clairement s’entendre dans la voix pourtant si calme de deidara.

-          Parce que c’était mon choix mais ne t’écarte pas du sujet, je veux savoir où sont mes amis !

-          Ha parce que c’est moi qui m’écarte du sujet ?! je te rappel quand même que tu n’es pas le seul à avoir souffert de la disparition prématuré de mélorine ! pourtant tu es le seul à nous avoir laissé tomber !

-          Je ne pouvais pas rester ! je ne peux pas te dire pourquoi mais il m’était impossible de reste. Sanji baissa les yeux.

-          Et pour quoi donc ? *soupir* Sanji… nous sommes amis, même les meilleurs amis, en tout cas c’est ce que je pense et j’aimerais savoir pour quoi. Le ton qu’il avait employé était beaucoup plus calme voir même inquiet.

-          Je…je ne peux pas je suis désolé.

-          Sanji, je veux t’aider et je veux comprendre pourquoi tu nous à abandonner. On avait besoin de tous ce serrer les coudes dans cette mauvaise passe, mais toi tu es partis et je croyais ou plutôt je veux croire qu’il y avait une bonne raison la dessous.

-          Il y en a une.

-          Je ne peux pas être sûr tant que tu ne m’en auras pas parlé.

-          Très bien, dit moi où sont mes amis et en suite je t’expliquerais.

-          *soupir* ils sont en bas, j’ai demandé qu’ils soient traiter comme des invités mais que l’on ne les laisse pas sortir du château.

-          Et mes parents ?

-          En déplacement dans la ville voisine pour une réunion importante, maintenant dit moi tout.

-          Seulement à condition que mes amis soient avec moi et que tu nous laisse repartir après.

-          D’accord pour tes amis mais je refuse de te laisser partir, à tu pensé à ce qu’on put ressentir tes parents durant tes dix ans d’absence ?

-          Peut être qu’après avoir écouté ce que j’ai à dire tu changeras d’avis.

-           Je fais venir tes amis attend moi là.

Deidara quitta la chambre durant une dizaine de minute avant de réapparaitre suivie de chopper et Usopp, chopper n’attendit pas une seconde avant de ce jeter sur Sanji et lui demander si tout ce qu’on lui avait dit sûr lui était vrai. S’il avait vraiment abandonné son pays après la mort tragique de sa meilleure amie, laissant ses autres amis dans les ténèbres du deuil.

-          Maintenant explique moi, s’il te plait Sanji.

-          Si je suis parti c’est parce que je sais que la mort de mélorine n’est pas accidentelle. Sanji avait pris chopper dans ses bras comme si il s’agissait d’une peluche qui lui donnerait la force de tout expliqué jusqu’au bout.

-          Tu…tu veux dire que…qu’elle à été tué ? demanda deidara totalement pris au dépourvu.

-          Oui… et je sais qui la tué…

-          Qui ? Sanji il faut que tu me dises de qu’y il s’agit que je puisse l’envoyer à l’échafaud pour ce qu’il à fait !

-          Tu ne peux pas, lui tu ne pourras jamais le condamner à mort…

-          Qui est-ce ?

-          Mon père, le roi … Sanji resserra son étreinte au tour de chopper.