Chapitre 4 : Les fleuves de sang.

par Mr.Manga93

Chapitre 4 : Les fleuves de sang.

Quelques minutes avant l’activation du Coup de Burst du Thousand Sunny.

Luffy : « C’est parti, les gars ! On va se séparer en deux groupes. Zoro, Ussop, Sanji, Chopper, Franky, et Brook, vous vous chargerez de dégommer tous les rafiots de la Marine, qui se trouveront sur place. »

Nami : « Et Robin ? Et moi, alors ? On compte pour du beurre, c’est ça ? » On pouvait ressentir la frustration dans les propos de la navigatrice. Comment pouvait-il oser la mettre à l’écart de l’action, alors qu’elle avait prouvé sa valeur au combat à maintes reprises ? Ce à quoi, le capitaine répondit, comme si c’était une évidence :

Luffy : « Robin, et Nami vont venir au sol avec moi, pour se charger des marines présent sur l’île. »

Une seconde plus tard, le visage du capitaine essuya une tempête de coups, provoqué par une chaussure noire. Tout en frappant son écervelé de capitaine, le maître coc exprima vivement son point de vue.

Sanji : « T’ES COMPLETEMENT IRRESPONSABLE, CRETIN !!! Tu devrais avoir honte d’exposer Nami-Chérie, et Robin d’amour, au danger, comme ça ! Je veux que tu t’excuses d’avoir dit un truc aussi débile. » L’œil visible de l’esclave de l’amour pris la forme d’un cœur, et son timbre de voix devint romantique, lorsqu’il s’adressa aux demoiselles : « Ne vous inquiétez pas, mes demoiselles de mon cœur ! Votre chevalier servant vous protègera, même contre le champion de l’idiotie. »

Zoro : « Mais quelle cloche, celui-là ! Il en tient vraiment une grosse couche ! » Ce que le sabreur supportait encore moins que l’immaturité de Luffy (ce qui n’était déjà pas rien), c’était le ridicule, dont Sanji faisait preuve en présence d’une jolie femme. Cependant, la remarque ne put échapper aux oreilles de l’intéressé.

Sanji : « La tête d’algue a un problème, peut-être ? » Les deux hommes auraient pu finir par en venir aux mains sans l’intervention opportune de l’archéologue.

Robin : « Pourquoi est-ce que Nami, et moi, sommes les seules à pouvoir t’accompagner, capitaine ? »

Luffy : « Eh bien, parce que Amazon Lily est strictement interdite aux hommes, sous peine de mort. »

Robin : « Oh, je vois ! Cela explique tout. »

Ussop : « Oui, mais Luffy est…… » Il ne put finir sa phrase puisque L’archéologue, connaissant déjà la question qu’il allait poser, et la réponse correspondante, l’avait coupé dans son élan.

Robin : « Le capitaine est un homme, c’est vrai. Mais, les résidentes le connaissent, vu qu’il est déjà venu sur l’île, et qu’elles l’ont aidé à en partir. Il ne risque donc pas d’être attaqué, par erreur, par une des habitantes. Le problème est de savoir comment allons-nous réussir à accoster sur l’île, avec tous ces navires de la marine ? »

La réponse du Chapeau de paille ne fut pas longue à attendre : «  C’est simple ! Vous allez vous accrocher à moi, et ne pas me lâcher quoiqu’il arrive, quand je vous dirai maintenant. Franky, lance le Coup de Burst ! »

Franky : « D’accord ! Accrochez vous bien. » Il fila vers la poupe du bateau, puis lança le  « COUP DE BURST ». Il y eut une détonation, et le navire fit un vol plané d’une quinzaine de kilomètres. Le moment où l’île devînt désormais visible à l’œil nu, fut le signal de départ pour le Chapeau de paille : « MAINTENANT !!! »

Robin sut ce qu’elle devait faire : « 30 FLEURS GRAB ». 15 bras humains poussèrent sur chacun des 2 flancs de Luffy, enserrant délicatement, mais fermement la taille de Nami et Robin : les bras agissaient comme une corde empêchant la séparation du groupe pendant le voyage. Luffy attrapa de ses 2 mains, la figure de proue du bateau, en étirant ses bras le plus loin possible vers l’arrière, avant de dire : « GOM GOM ROCKET ». Le petit groupe fut propulsé à pleine vitesse, en direction de l’île, à la manière d’un véritable missile à tête chercheuse. Le seul son audible durant le voyage, était le hurlement de terreur de la navigatrice, qui voyait le sol d’Amazon Lily se rapprocher d’eux à une vitesse spectaculaire.

Nami : « ON VA S’ECRASER !!! » Mais les 2 autres n’étaient pas du tout inquiets.

Luffy : «  GOM GOM BALOON ». Le capitaine se gonfla tel un ballon, faisant office d’air bag pour les jeunes femmes, avant de retrouver sa silhouette normale. Enfin, le temps que Nami reprenne ses esprits, et ne décide de corriger, à coup de poing, les excentricités de son incorrigible capitaine.

Nami : « ESPECE DE CRETIN !!! TU TE RENDS QUE J’AI FAILLI Y PASSER !!! »

Le capitaine s’apprêta à répondre son habituel : « Pardon, Nami ! Je suis désolé ! », Mais il remarqua sur le sol, un étrange détail, qui l’en empêcha. A l’endroit où sa tête avait heurté le sol, la terre était rouge et humide. En la goûtant, il réalisa que ce qu’il croyait être de la terre rouge, était en réalité.

Luffy : « Du sang ! Oh non ! Non, non, ce n’est pas possible ! » Le capitaine remonta la piste de sang, semblable à un fleuve, jusqu’à un buisson. Il passa sa tête au dessus du végétal. Les jeunes femmes s’approchèrent du Chapeau de paille, pour voir ce qu’il venait de trouver. Ils eurent un choc.

Devant eux, une petite fille, âgée d’à peine 8 ans, gisait morte, sur le sol. Il ne restait que la partie supérieure de son corps, criblée d’une multitude de trous causés par un laser. La rate de la gamine avait éclaté en plusieurs morceaux, sous l’impact de l’attaque. Un flot pâteux de sang continuait de s’écouler du cadavre mutilé. La fillette avait succombé à l’assaut d’un Pacifistas, qui s’était acharné sur elle, sans la moindre pitié. Des larmes de fureur apparurent sur la figure du Chapeau de paille.

Luffy : « NOOOON ! ESPECE D’ORDURES ! VOUS ALLEZ ME PAYER CA ! » Aussitôt après, des bruits de tirs de laser, ainsi que des cris de femmes se firent entendre, tout près de l’endroit où notre petit groupe se trouvait. Aveuglé par la haine et la vengeance, le Chapeau de paille, suivi de ses 2 amies, s’élancèrent en direction du bruit qu’ils venaient d’entendre.

Du côté des amazones, la lutte faisait rage. Une poignée de guerrières, armées de serpents faisant office d’arcs, opposaient une résistance farouche à  cet ennemi, issu du croisement entre l’homme, et la bête. Malheureusement, il semblait que rien ne pouvait arrêter un Pacifistas. Le cyborg continuait inexorablement son avancée, ne laissant derrière lui que des cadavres mutilés, et une terre dévastée. Le désespoir commençaient à s’emparer des combattantes : leurs flèches, nourries au haki, n’avait aucun effet sur ce colosse, et elles étaient sans défense, face aux lasers, qui sortaient de sa bouches, ainsi que de ses mains. Cependant, une jeune amazone blonde refusait catégoriquement de capituler. Il s’agissait de Margaret, l’une des femmes ayant pris la défense de Luffy, lors de sa première arrivée sur cette île.

Margaret : « Courage, les filles ! Cette créature est coriace, mais elle est seule contre nous toutes ! »

 La guerrière banda son arc-serpent, avec 3 flèches imprégnées de haki, et les décocha dans la tête du monstre. Les projectiles mortels atteignirent leur cible, ce qui eut pour conséquence de stopper instantanément le cyborg. Durant une fraction de seconde, les amazones crurent avoir remportées la victoire. Mais, le Pacifistas ne pouvait être arrêté. Un seul tir de laser dans le genou de son agresseur, lui suffit, pour briser à la fois Margaret, ainsi que les derniers espoirs de la résistance. Vaincue, humiliée, la jeune femme ne pouvait qu’attendre avec fatalité, son assaillant lui porter le coup de grâce. A cet instant précis, un coup de poing sorti de nulle part, frappa le monstre en pleine poitrine. Sous la force du coup, le Pacifistas recula de plusieurs mètres. Le Chapeau venait d’arriver juste à temps pour arracher l’amazone à son triste sort. L’homme élastique fixait le cyborg, avec un regard de pure haine. Au moment de la rencontre entre son poing, et le corps du Pacifistas, Luffy s’était servi du haki de l’observation pour connaître les actions antérieures du cyborg, et avait ainsi appris que c’était lui qui avait massacré la petite fille. Le Chapeau de paille se rapprocha du monstre. La haine palpitait dans chacune des fibres de son être. Son esprit avait soif du sang de ce tordu. Mais sa mort ne serait pas rapide, il fallait qu’il souffre pour la barbarie, dont il avait fait preuve. Le capitaine enroula son corps autour de celui du bourreau, à la manière d’un boa constrictor. Le Pacifistas émis un bruit, semblable à un gémissement de protestation, et tenta de se dégager de l’étreinte impitoyable de Luffy. Mais ses efforts se révélèrent complètement inutiles, le Chapeau de paille était bien trop puissant. Luffy resserra encore davantage sa prise sur le cyborg, le broyant complètement, puis plaça sa main droite sous le menton du monstre, et posa sa main gauche à la base de son cou. L’homme élastique émis le cri du chasseur, qui donnait l’hallali à sa proie, lorsqu’il tira de toutes ses forces sur la tête du cyborg. Le cou du Pacifistas  émis un grincement sinistre, puis céda sous la force démesurée du Chapeau de paille. Luffy jeta par terre, la tête du colosse décapité, avant de l’écrabouiller sous son pied. La hure du monstre se disloqua complètement sous sa sandale. Il n’en restait plus qu’une bouillie informe de pièces métalliques, et de cervelle. Le Pacifistas avait été vaincu.

Toutes les personnes présentes sur le lieu du combat restèrent à l’écart, attendant que la haine de l’homme en caoutchouc  se dissipe. Lorsqu’il reprit enfin le contrôle de lui-même, le capitaine se précipita vers Margaret, et l’a pris dans ses bras. La jolie blonde fixa son sauveur avec des larmes de gratitude sur le visage.

Margaret : « Oh, Luffy ! Tu es venu à notre secours. J’avais si peur que tu nous abandonne. »

Luffy : « Saches que, jamais, jamais, je n’abandonnerai mes compagnons ou mes amis. » Sa voix était grave, douce rassurante, pleine de maturité, et redonna de l’espoir à la guerrière.

Margaret : « Merci, Luffy ! » Les larmes de la jeune femme ne pouvaient s’arrêter de couler, tellement les mots du jeune homme étaient réconfortants.

Luffy : « Margaret ! Dis-moi où est Hancock ? » On pouvait ressentir dans sa voix de la tension, mêlée à une inquiétude grandissante, tant la réponse de la belle blonde tardait à venir.

Margaret : « La dernière fois que j’ai vu La princesse des Serpents, c’est quand elle a entraîné cette espèce  de  créature de lave vers l’arène, pour lui tendre un piège. »

Le cœur du Chapeau de paille se figea dans sa poitrine : « Oh, non ! Hancock ! Elle est en danger ! » Le garçon se mis à foncer tête baissée en direction de l’arène, sans apercevoir la paire de bras qui allait à sa rencontre. L’impact du coup fit voler Luffy sur plusieurs mètres. Le vice-amiral Sentomarou venait d’intercepter le jeune homme dans sa course.

Lorsqu’il se remit debout, la lèvre supérieure du Chapeau de paille s’était mise à saigner, malgré l’invulnérabilité du capitaine face aux coups. Ce n’est pas vrai, pensait-il, encore ce sumo, avec son haki des armements.

Sentomarou : « Si tu te veux te mesurer à l’amiral Akainu, il te faudra d’abord me vaincre. » Derrière lui, le reste des Pacifistas se regroupaient pour faire face aux derniers combattants ayant survécu.

Luffy : « Aïe, ça fait mal ! Laisse-moi passer le sumo ! Je dois vite sauver Hancock. » L’archéologue perçut le sentiment d’urgence, qui émanait des propos de son capitaine, et décida de prendre les choses en main.

Robin : « Allez-y, capitaine ! Nous allons nous charger d’eux. » Ledit capitaine fut quelque peu sceptique.

Luffy : « Vous êtes sûres que ça ira ? Ils sont quand même vachement forts. »

Nami : « Fais-nous confiance, Luffy ! On est de taille contre ces guignols. Après tout, tu n’es pas le seul à avoir fait des progrès en 2 ans. »

Les mots de la navigatrice chassèrent les derniers doutes du jeune homme, qui décida de faire confiance à son équipage.

Luffy : « Je vous fait confiance, les amies. » Ce faisant, l’homme élastique reprit sa course vers l’arène des amazones, en criant : « Tiens bon, Hancock ! J’arrive ! »

Pendant ce temps, au centre d’une arène, en partie détruite, dont les abords étaient de larges fosses remplies de pics, un homme vêtu de rouge, avec le mot JUSTICE marqué sur son manteau, se tenait debout, devant une femme allongée sur le sol. La femme était couverte de sang, et certaines de ses plaies continuaient de se creuser, à cause des gouttes de magma qu’elle avait sur le corps. Malgré cela, elle restait d’une beauté à couper le souffle, capable de faire fondre le cœur de n’importe quelle personne. Du moins, d’une personne qui n’aurait pas perdu son humanité.

Akainu : « C’est terminé, sale petite vipère ! Tu as perdu ! Dans quelques dizaines de minutes, ton île infâme sera rayée de la carte, et la Justice aura débarrassé le monde de votre ignoble présence ! »

Hancock : « Luffy ! Pourquoi est ce que tu m’as abandonné ? » Des larmes de chagrin coulaient de ses yeux en amande. Elle était seule. Seule face à son destin. Abandonnée de toutes, et surtout de lui.

Akainu : « MEURS, SORCIERE !!! » 

Le poing de lave de l’amiral s’abattit impitoyablement sur l’impératrice pirate. Celui-ci entendit un très faible « Stiouf », une fraction de seconde de seconde avant l’impact. Lorsqu’il ôta son bras du sol de l’arène, la pierre avait fondu à son contact, mais le corps de l’impératrice pirate avait disparu. Ivre de rage, l’amiral se mit à chercher autour de lui la cause du mystère, et finit par le trouver, perché au sommet de la partie intacte de l’arène.

Akainu : « Le fils de Dragon ! » Une expression de joie sauvage se peignit sur le visage de l’amiral. Enfin, il allait pouvoir tuer cet être, dont la simple existence était une insulte inacceptable pour la Justice.

Hancock : « Luffy, c’est bien toi ? Oh, je suis si heureuse que tu sois là ! » La Princesse des Serpents se trouvaient dans les bras du Chapeau de paille, dont la peau devenu rouge pâle, baignait dans la fumée blanche produite par son corps. Le fils de Dragon avait eu recours au Gear Second pour arracher à temps, Hancock aux griffes de l’amiral.

Luffy : « Est-ce que ça va, Hancock ? »

Hancock : « Oui ! Mais, je n’ai rien pu faire contre lui. Cet homme est impitoyable, et beaucoup trop fort ! » De nouvelles larmes coulèrent sur ses joues : « Il n’y plus d’espoir. Amazon Lily, et toutes ses habitantes vont être détruites. »

Tout en désactivant le Gear Second, le Chapeau de paille remis la Princesse des Serpents sur ses pieds, Luffy lui adressa des paroles de réconfort : « Non, Hancock ! Je ne sais pas exactement ce qui va se passer, mais je te peux te garantir que je sauverai cette île, quoiqu’il puisse m’en coûter. »

Hancock : « Oh, Luffy ! Merci ! »

Luffy : « Ecoutes-moi, Hancock ! Je veux que tu aille aider Nami, Robin, et les autres, dans leur combat contre le sumo, ainsi que ses gars-ours. »

Hancock : « Et toi ? Que comptes-tu faire ? »

L’homme élastique fit craquer les articulations de ses poings, tout en fixant Akainu :

« Je vais éclater la face de Tête de Lave. »

Hancock : « Mais, Luffy... »

Luffy : « Ne t’en fais pas pour moi. Je sais que je peux le battre. Allez, fonce ! Fonce ! »

L’impératrice pirate eut une hésitation, puis se plia à sa demande. Elle l’embrassa sur la joue, en lui murmurant : « Bonne Chance ! », avant d’aller rejoindre les autres guerrières.

Akainu : « Alors, ça y est ! On peut enfin commencer ? » L’homme de magma venait de perdre patience, et il avait hâte d’en finir au plus vite avec lui.

Le combat entre les deux êtres les plus puissants de ce champ de bataille allait bientôt commencer. La haine entre les deux hommes était à son paroxysme. Il n’y aurait cette fois aucune interruption dans cette lutte, où la pitié, et les règles d’honneur étaient proscrites. C’était une guerre entre deux loups prêts à s’entredéchirer. Et avant l’heure du crépuscule, l’un de ces deux hommes tombera, pour ne plus jamais se relever.

Luffy : « Oui ! Ne bouges pas, du con ! » Il fondit sur l’amiral, le poing droit levé, et prêt à frapper, en criant : « JE VAIS T’EN METTRE PLEIN LA TRONCHE !!!! »

FIN DU CHAPITRE 4