chapitre6

par nanami666

Chapitre 6 :

 

 

Yondaime et Sakura se tenaient face à face. Chacun, guettant le moindre mouvement de l'autre. Sakura lança deux shurikens vers son adversaire, qui les évita très facilement. Puis il disparu, pour réapparaître en moins d'une seconde en face d'elle. Elle arriva cependant à éviter le poing du blond.

Quelle vitesse... Se n'est pas pour rien qu'on le surnommé « l'éclair jaune de konoha ». Mais j'ai un atout sur lui, il vas voir se qu'est capable la disciple la meilleure disciple de Tsunade !

Sur ce, elle arma son poing et lui lança en plein abdomen. Yondaime, se senti soufflait et volât 100 mètres plus loin.

Quelle force !! Comment c'est possible ?! C'est bien la première fois qu'une fille arrive à me faire volait comme ça. D'ailleurs la seule personne qui arrive à me battre, c'est Jiraya !

-         Ca t'épate ? Voila, ce dont est capable une disciple de Tsunade-sama !

-         Hein ?! Tu es la disciple de Tsunade ??

-         Oui... Enfin à mon époque...

Je sens que sa vas être intéressant...

Il se remit en position, et prépara un rasengan, et fonçât droit sur Sakura. Elle fronçât les sourcils, elle connaissait cette technique, Naruto lavait déjà employait devant elle.

-         Hé ! Pourquoi, tu t'appelles « le 4éme » ?

Il s'arrêta nette, devant la jeune fille.

-         Pourquoi tu veux savoir ?

-         C'est bizarre comme prénom.

-         Tu veux vraiment savoir ?

-         Oui.

-         Euh... Ben, mes parents mon nommé comme ça parce qu'ils étaient à cour d'idée... et comme je suis le quatrième enfant...

-         Pffhihihi !!ils sont bizarres dans ta famille !

-         « étaient »

-         Hein ?!

-         Ils sont tous mort pendant les guerres...

Sakura en restât sur le cul. Elle ne pensait pas que sa famille avait été décimée durant les grandes guerres.

-Oh... je suis désolé.

Il ne disait rien, mais on voyait clairement dans son regard une immense tristesse. Il finit par lui faire dos lorsqu'il lui dit

-         Le test est finit, on rentre. Au fait, cette question... c'était une diversion pour me déconcentrait, n'est pas ?

-         Oui et non, elle me trottait dans la tète depuis un sacrée moment en fait.

Il ne dit rien, et partit devant, seul.