Déprime et conséquences

par baneban

Deux mois étaient passés depuis sa disparition, la rose se demandait comment se portait les êtres qu’elles chérissaient tant. De nombreuses fois, elle avait été tentée d’aller voir discrètement ce qu’il se passait à Konoha mais, à chaque fois, elle avait renoncé, de peur d’être surprise.

Elle n’avait pas eu de mal à trouver un emploi chez une vieille dame, Chiyo, qui n’avait plus de famille et qui était plus que ravie qu’une jeune personne s’occupe de sa maison et des courses. Sakura avait dû avoir recours à une teinture brune pour camoufler ses cheveux roses devenus trop voyant après les avis de recherches diffusés dans tout le pays. Heureusement, la personne qui l’hébergeait ne s’était pas montrée trop curieuse quant à son identité, elle ne lui avait même pas demandé ses papiers. Néanmoins, la fleur n’avait pas changé son prénom car elle se disait que bien des personnes devaient le porter et elle aurait vraiment eu du mal à s’y faire.

C’était le soir et la belle se regardait dans le miroir, elle avait vraiment changé depuis sa fugue, son visage n’exprimait plus la joie, elle ne se reconnaissait plus dans le reflet de ce miroir. Tous les soirs, c’était la même chose, après avoir fait bonne figure devant la grand-mère avec qui elle cohabitait, Sakura s’observait et pleurait en silence pour toutes les personnes qu’elle ne reverrait plus. Elle ne se voyait plus aucun avenir dans ce monde, elle ne pensait plus qu’à une seule et unique chose, retrouver la seule personne qui lui était permise de revoir sans faire de mal à qui que ce soit…sa mère!

Dans une semaine, ce serait l’anniversaire de sa mort…….

Dans une semaine, elle pourrait aller sur sa tombe………..

Dans une semaine, elle pourrait la rejoindre et le cauchemar serait fini.

A quoi bon vivre lorsque l’on est si seule.

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

A konoha, les choses avaient repris leur cours, même si l’absence de Sakura avait laissé un réel vide dans les cœurs de ses camarades.

Après avoir enquêté durant cinq semaines consécutives, la police avait décidé de classer l’affaire, le commissaire avait dit au père de la rose qu’il n’y avait quasiment plus aucun espoir de la retrouver vivante.

Ce dernier ne voulait pas y croire et continuait de chercher dès qu’il le pouvait des indices, pour ne serait-ce qu’avoir une petite piste afin de savoir ce qu’il s’était passé ce jour-là. Mais, il semblait que le sort s’acharnait contre lui, aucun indices, aucun suspects, aucun témoins. A croire que sa fille s’était volatilisée.

Il priait tous les soirs pour elle, où qu’elle puisse être, il savait que le plus dure serait dans une semaine, lors de l’anniversaire de la mort de sa femme, comment allait-il faire pour supporter d’avoir perdu les deux femmes de sa vie!!

 

 

Du côté de ses amis, les réactions étaient mitigés. Certains, comme Ino, refusait de parler d’elle au passé. D’autre, comme Neji, était plus cartésien et doutait qu’on puisse la retrouver un jour, tout au moins vivante. Shikamaru et Temari, eux, s’étaient déplacés jusque Suna, métropole natale de la jeune fille, afin d’élargir leur recherche, mais rien, ils étaient revenus bredouille, le moral dans les chaussettes. Une seule chose les réunifiés tous aujourd‘hui, ils avaient chacun arrêté les recherches, ils avaient décidé de cesser d’espérer afin de faire le deuil de celle qui avait été l’une de leurs meilleure amie ou, en ce qui concerne Sasuke, son premier amour, celle qu’il n’oublierai jamais.

 

Le ténébreux, d’ailleurs, était encore enfoui dans ses souvenirs et ne sortait quasiment plus de chez lui. Naruto avait tout essayé pour le faire émerger mais rien n’y avait fait. Il fallait dire que même le blondinet avait du mal à se remettre de cette épreuve, alors il comprenait aisément que son meilleur ami pouvait déprimer.

Néanmoins, une chose le contrariait, Karin venait fréquemment à l’appartement depuis que Sasuke l’avait autorisé à participer aux recherches. Il ne niait pas que cette dernière avait fait beaucoup pour eux ces derniers temps, notamment avec l’influence de son père, qui avait réussi à faire paraître la photo de son amie sur toute les chaînes nationale, geste qu’avait fortement appréciait le brun. Mais, quelque chose le dérangeait, la brune s’était montrée si gentille avec chacun, trop gentille au goût de Naruto qui trouvait ce renversement de caractère suspect, il se doutait bien qu’elle n’avait pas abandonné l’idée d’avoir les faveurs du ténébreux, il se disait qu’elle avait juste changé de méthode, et que l’état psychologique actuel de Sasuke ne lui permettait pas d’être objectif.

D’ailleurs, en parlant du loup, Karin était justement en compagnie de Sasuke alors que tout les autres avaient rejoins le lycée, y compris Naruto.

 

- Comment vas-tu aujourd’hui Sasuke-kun?

- Comme hier.

- Je vois, peut-être voudrais-tu aller te promener ou autre, qu’est-ce qui te ferais plaisir?

- Ce que je voudrais, c’est qu’elle soit là. Dit-il dans un murmure.

- Si je pouvais te dire où elle se trouve, je le ferais du moment que ça puisse te remonter le moral. Mentit-elle.

Le brun avait tourné son regard vers elle, les yeux plus sombre que jamais dû à la tristesse qui l’avait envahie.

- Tu as fait tout ce que tu pouvais et je t’en remercie Karin.

Elle n’avait jamais entendu son amour lui parler ainsi, il la considérait enfin comme une personne à part entière et non comme un moyen de se soulager rapidement. Suiguetsu avait tord, elle allait réussir, il allait l’aimait.

Sasuke, de son côté, avait l’esprit embué, la disparition de la fille qu’il aimait l’avait salement affecté, et les médicaments qu’il prenait n’arrangeaient rien à son état. Tout ce qu’il savait, c’était que, pour un instant, il voulait la retrouver, pour un instant, il voulait l’embrasser encore. Alors, dans un profond désespoir, il s’était approché de la brune et l’avait embrassé, fermant les yeux et imaginant tenir la rose entre ses bras. Cette dernière jubilait et ne se plaignait absolument pas de la situation, profitant ainsi de la faiblesse du jeune homme. Ils avaient fini par faire l’amour passionnément, le ténébreux murmurant le prénom de la fleur, au plus grand damne de Karin qui enrageait de se faire appeler comme elle. Quand enfin leurs ébats avaient pris fin, Sasuke s’était rapidement endormi, affaibli par son état, sans se rendre compte qu’il venait de faire une énorme bêtise.

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Le lendemain matin, à Osaka, Sakura avait retrouvé son faux sourire devant Chiyo. Les deux femmes étaient assises l’une en face de l’autre, savourant un bon petit déjeuner que la belle avait préparé. Néanmoins, la vieille dame n’était pas dupe et voyait que derrière ce sourire se cachait une jeune fille meurtrie qui en avait lourd sur la conscience, et elle était bien décidé à en savoir plus sur cette fleur fanée qui s’occupait si bien d’elle depuis plus d’un mois maintenant.

- Dis-moi ma petite Sakura, où se trouve ta famille?

Sakura était surprise par cette question, elles n’avaient jamais parlé ensemble de leurs passés respectifs et la rose pensait qu’il en serait toujours ainsi. Et surtout, elle redoutait de craquer si elle venait à discuter de ça.

- Mes parents sont….sont morts et, je n’ai plus de famille……je n’ai plus personne, avait-elle ajouté les yeux dans le vague.

- C’est triste qu’une si jeune personne se retrouve seule ainsi, d’autant plus que tu es une fille très sympathique, ne me dis pas que tu n’avais pas d’amis, là où tu vivait avant.

- C’est que….je ne reste jamais longtemps dans un même endroit.

- Oh, quel dommage!

- Oui, bon, je vais aller faire les chambres, j’ai terminé mon petit déjeuner.

- D’accord ma petite.

Chiyo regardait Sakura monter les escaliers en chêne de sa petite maison, cette enfant lui faisait de la peine, elle ne sortait jamais et ne cherchait pas à faire des connaissances. De plus, elle avait le pressentiment qu’elle lui avait caché la vérité en lui parlant de sa famille, aussi, la vieille dame, ayant peur d’avoir une fugueuse chez elle, avait décidé de se renseigner discrètement sur les jeunes filles qui avaient disparu dans les environs ces derniers temps.

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le réveil pour Sasuke avait été difficile, un mal de crâne incroyable l’avait sorti de son sommeil. Il était encore dans son lit, pas vraiment motivé à se lever, quand son cœur s’était affolé en sentant une main lui caresser son dos nu. L’espace d’un instant, il avait cru avoir rêvé la disparition de sa bien-aimée, l’espace d’un instant, il avait cru la voir avoir son merveilleux sourire en se retournant. Mais la réalité était bien autre, en effet, non seulement, il n’avait pas vu Sakura en se retournant mais en plus, il venait de se rappeler de sa nuit et de la grave erreur qu’il venait de faire.

- Karin!

- Oui mon chéri, répondit-elle d’une voix mielleuse, se doutant bien qu’il venait seulement de réaliser ce qu’il avait fait.

Le brun ne savait pas comment réagir, il y a de cela plusieurs mois, il lui aurait dit de partir sans ménagement pour elle. Mais, tout était différent aujourd’hui, la fille en face de lui l’avait énormément soutenu ces dernières semaines alors, même s’il ne l’aimait pas, il ne pouvait pas faire preuve de cruauté avec elle.

- Je..Je crois qu’on devrait se lever, Naruto doit être là.

- Oui, il est là, il a même été assez surpris de nous voir ensemble en rentrant dans ta chambre….mais j’espère que ça ne te dérange pas qu’il nous ait vu.

-Écoutes Karin, hier j’étais pas vraiment moi-même et…

- Tu veux dire quoi par là? Dit-elle d’un faux air triste.

- Ce que je veux dire, c’est que j’ai encore besoin d’un peu de temps, c’est tout, c’est encore trop tôt. Ajouta-t-il, espérant ainsi ne pas trop la blesser.

-Alors, tu ne regrettes pas, tu ne t’es pas servi de moi, hein? Rajouta-elle, sachant très bien qui c’était servi de l’autre.

- Non. Mentit-il

- Bien, alors je vais prendre une douche et je te laisse.

-Hn.

 

Une heure plus tard, la brune était partie et le ténébreux avait finalement décidé de se lever. Comme il s’en doutait, son colocataire ne lui avait même pas adressé un bonjour, sans doute en colère de ce qu’il avait vu plus tôt.

 

- Tu comptes m’ignorer longtemps?

- Si je t’ignore, c’est pour éviter de te mettre mon poing dans la gueule!! Avait-il hurlé.

- Alors vas-y, qu’est-ce que t’attends baka!!!

Sans plus de cérémonie, le blond avait assainie un coup magistral à son ami qui n’avait même pas cherché à esquiver l’attaque. D’ailleurs Naruto, qui n’y était pas allé de main morte, avait été surpris de voir le brun se prendre son coup en pleine mâchoire le propulsant contre le mur.

- Mais c’est pas vrai!! Pourquoi tu l’as pas esquivé? Dit-il affolé, voyant son ami recroquevillé sur lui-même.

 

Mais, le brun ne répondait pas, toujours le visage caché, il restait immobile, le dos contre le mur, ce qui avait fait quelque peu paniquer le blond.

- Sasuke?! Réponds-moi!! Cria-t-il relevant le visage du ténébreux.

Naruto restait figé par le spectacle. Devant lui se tenait son ami, dans un état qu’il n’avait jamais vu auparavant chez lui. Sasuke pleurait, en silence certes, mais les larmes inondaient son visage.

 

- Allez vieux, je suis désolé, c’est jusque que j’étais énervé de la voire nue dans ton lit mais…….mais si ça peut t’aider alors….

- Arrêtes Naruto, je…ça m’aide absolument pas!!! Je..je sais pas pourquoi j’ai fait ça …ou enfin si, je sais, j’ai profité de Karin, en lui faisant l’amour, c’est Sakura que je voyais, c’est Sakura avec qui j’étais cette nuit, je suis entrain de devenir fou, elle me manque tellement!!! Termina-t-il frappant le mur de rage.

 

Naruto ne savait pas quoi lui répondre, à lui aussi elle lui manquait, mais il était loin d’avoir partagé les même choses que lui avec elle. De plus, Hinata lui était d’un grand soutien alors que lui, il n’avait personne, voilà pourquoi il s’était rabattu sur la brune à lunettes.

 

- Ecoutes Sasuke, je pense que tu devrais sortir avec moi, aller voir les autres, c’est pas bon pour toi de rester seul. Tu vois bien où ça t’as mené!!

 

- Hn, laisses moi m’habiller, ok?

- D’accord, je t’attends. Dit-il, heureux de faire enfin sortir son ami.

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Karin marchait gaiement, heureuse que tout se déroule comme prévu. Le lycée se trouvait à cinquante mètres d’elle, encore quelques pas, et elle allait pouvoir se vanter de ses exploits de cette nuit auprès de ses amies, elle comptait bien faire des jalouses avec une telles annonces.

Alors qu’elle allait traverser la rue qui la séparait de l’établissement, elle avait senti une main lui tapoter l’épaule afin d’attirer son attention, que n’avait pas été sa surprise en découvrant une personne qu’elle pensait ne jamais revoir.

 

- Tiens donc, Rukki? Que me vaut le déplaisir de ta visite?

- Tu sais très bien pourquoi je suis là!!! Tu es la seule à avoir été satisfaite de notre arrangement! Je sais pas comment tu t’es débrouillés pour faire disparaître cette petite garce mais il me semblait t’avoir dit que je voulais me la faire avant. Donc, ma belle, tu me vois dans l’obligation d’aller tout raconter à ton bellâtre sur tes projets machiavélique concernant sa douce!! Et crois-moi, rien ne me fera plus plaisir, j’ai horreur qu’on se paye ma tête!!

- Arrêtes de hurler imbécile!! je ne veux pas qu’on nous remarque. Tu ne diras rien du tout!

- Ca, c’est-ce que tu crois!

- Ah oui, et si je te disais que j’ai en ma possession une lettre de Sakura elle-même, me disant dans quelle ville elle se trouve!!

- Tu sais donc où elle est, moi qui pensait que tu t‘étais définitivement débarrassée d‘elle!. Dit-il intéressé.

- Oui, je sais où elle se trouve.

- Et tu n’as pas peur qu’elle refasse surface?

- J’ai un moyen de pression suffisant sur elle avec son père, mais j’avoue que si tu pouvais faire en sorte de m’être un terme à mes craintes, ça m’arrangerait bien. Ajouta-t-elle froidement.

- Rassures-toi, dis moi où elle se trouve et je me ferais un plaisir de l’éliminer pour de bon, après m’être amusé avec elle, cela va de soi!

- Pas si vite, je te remettrai la lettre dans cinq jours, chez moi. A ce moment, tu feras ce que tu veux!!

- Cinq jours! Pourquoi j’attendrais jusque là?

- Parce que je sais que tu veux vraiment la trouver et, dans cinq jours, une cérémonie est donnée chez les Haruno, c’est l’anniversaire de la mort de la mère de cette pimbêche et son père souhaite dire un mot en la mémoire de sa fille bien-aimée en même temps. Je m’y rend avec Sasuke, ainsi, je suis sûre que tu ne pourras pas le voir avant et me duper!

 

- Je vois, alors à dans cinq jours!!

Sur ce, Rukki était reparti d’où il était venu et Karin s’était rendu dans le lycée, soulagée que ce dernier la débarrasse radicalement de celle qu’elle détestait.

Néanmoins, ce qu’aucun d’eux n’avaient vu, c’était qu’une personne avait entendu leur conversation. En effet, Suiguetsu, qui était dissimulé dans la ruelle à côté d’eux, avait tout cerné de leur discussion et n’en revenait pas de ce qu’avait osé faire celle pour qui il avait des sentiments. Il pensait réellement que Sakura avait disparu toute seule, il avait été bien naïf en étant content pour la brune. Avoir accepté de prendre des photos pour faire croire à Sasuke qu’elle le trompait était une chose, mais savoir que Karin et Rukki étaient responsables de sa disparition et qu’ils projetaient de la tuer, en était une autre.

Que devait-il faire?

 

 

 

Fin du chapitre.

 

 

Le prochain chapitre sera le dernier.

Suiguetsu va-t-il dénoncer Karin alors qu’il l’aime?

Retrouveront-ils Sakura avant qu’elle mette fin à ses jours ou sera-t-il trop tard?

Vous saurez tout cette semaine pour la fin de la fiction. A vous les pronostics!!!!!

Bisous à tous.