évolution

par soundgirl

Chapitre 2







10 mois plus tard.

Le soleil se levait lentement en illuminant les toits de Konoha. Il faisait un temps magnifique.
Laura s'éveilla. La lumière filtrait à travers ses stores en bambou. Elle ordonna ses longs cheveux blonds et descendit en bas dans la cuisine de la maison qu'elle occupait désormais avec Lou et Megan. Du temps s'était écoulé depuis leur arrivée fracassante dans le monde de Naruto. Les filles étaient formées pour devenir des kunoichis et elles recevaient un enseignement rigoureux, car elles étaient destinées à devenirs de grandes ninjas.
Elles avait grandis, s'étaient amincies et considérablement musclées. Elles savaient désormais se battre, aussi bien que les meilleurs genins du village. D'ailleurs Tsunade avait dit à leur sujet qu'elles apprenaient à une vitesse fulgurante, et qu'elle arrivaient à maîtriser en quelques mois, ce que les autres apprenaient en plusieurs années. Oui. Il était évident que ces filles étaient des prodiges du ninjutsu. Mais, comme le disait Ogenki-sensei, elles avait encore beaucoup à apprendre.
Laura salua ses amies qui buvaient déjà leur lait dans la cuisine. Elles se levaient chaque jour à l'aube, pour s'entraîner et accomplir diverses missions.
-Chava? Demanda Lou d'une voix pâteuse.
-Oui, Répondit Laura, attention, t'as les cheveux qui trempe dans le lait.
-Houla, ouais, merci.
-Pas de quoi.
-Et dire qu'on va encore se taper toute une journée avec l'autre crétin...

Depuis leur arrivée, Lou se disputait sans cesse avec Ogenki, pour un oui ou pour un non. Laura et Megan assistaient donc à de formidables joutes oratoires, où fusaient les insultes en tous genres et les qualificatifs peu flatteurs. Une fois ou deux,ils en étaient même venus aux mains.
-Je vais m'habiller, déclara Megan en se levant et en montant l'escalier.

Lou la suivit et Laura monta la dernière. Elle revêtit son costume bleu ciel, façon kimono, et attacha à son bras le bandeaux de Konoha. Un quart d'heure plus tard, elle étaient équipée de la tête aux pieds. Elle descendit et retrouva Lou. Celle ci avait un blouson de cuir vert flashy, un tee-shirt aux couleurs rastas avec une feuille de canabis et un collier avec un pendentif « peace and love ». Son pantacourt était noir et elle portait son bandeau sur son front. Ses cheveux étaient coiffés en deux chignons serrés, et le manche de son sabre (ah, oui, elle s'était découvert un talent pour le maniement du sabre, ce qui la rendait redoutable en combat rapproché) était...multicolore!
Megan, elle, arborait un costume blanc, très simple.
-Vous êtes toutes prêtes? Demanda Laura.
-Oui!
Elles sortirent de la maison. Des enfants couraient dans les rues, les marchands ouvraient leurs magasins. L'ambiance était joyeuse au village. Les filles se rendirent au terrain de basket, le lieu de rendez-vous habituel et saluèrent leur sensei, déjà présent, sauf Lou, qui semblait brusquement très interessée par le panier de basket.
-Alors, dit Laura, on a quoi aujourd'hui?
Ogenki feuilleta le registre et répondit:
-On doit escorter un marchand, apporter un paquet à une vieille, et....retrouver le chat de l'épouse du seigneur du pays du feu.
-Encore! S'exclama Lou, c'est la troisième fois ce mois ci! Je vous préviens c'est la dernière fois! Si ca se reproduit, je transforme ce campigne à puces en carpette!
-Du calme, lui dit Megan en lui tapotant dans le dos.
-Elle a raison, completa Laura qui en avait marre elle aussi de courir apres ce sale matou.
-Oui, oui, bon c'est quand même pas ma faute à moi! Répliqua Ogenki, et plus vite se sera fait, plus vite on pourra se reposer! Alors on y va!
-Yes! Répondirent les jeunes filles en bondissant en l'air facon ninja.
Laura sautait de branches en branches. San aurait adoré ça. Bien sur, elle et les autres n'avaient pas oublié leur amie. Mais elles avaient fait leur deuil. Oui, mieux valait ne plus y penser....


Repaire d'Orochimaru

Kabuto marchait dans le couloir, ses pas résonnaient. Il devait réveiller San, qui était comme toujours en panne de réveil, depuis qu'elle l'avait fracassé contre le mur un matin où elle était de mauvais poil. La jeune fille était devenue très forte. Orochimaru l'avait personnelement entraînée, laissant parfois le relais à Kabuto. Au début, ses relations avec la jeune filles avaient étés ...disons...tendues. En fait,pour parler franchement, c'était proprement désastreux. Mais avec le temps, il avait appris à la connaître, à la comprendre et il s'était fait à son caractère. De son côté, San avait finalement décidé de faire des efforts, et après quelques mois, ils étaient devenus non seulement des coequipiers, mais en plus, des amis. Elle passait pas mal de temps à l'asticoter, mais sans méchanceté, et il le lui rendait bien.
Dailleurs San avait beaucoup changé de puis son arrivée. Elle était devenue plus forte, plus rapide et parfois aussi, plus sombre. Mais son caractère joyeux et moqueur reprenait toujours le dessus.
Il arriva devant sa porte. Là, le jeune homme respira à fond. Il n'avait pas oublié le jour où, en voulant ouvrir la porte, un kunai avait sifflé à côté de son visage, manquant de peu son oreille.
Il tappa.
-San!
Pas de réponse.
-San!
PSV (pas de signe de vie)
Alors, Kabuto ouvrit la porte, prudemment, avec précaution, car il croyait savoir pourquoi la jeune fille ne répondait pas.
Dans le lit, où aurait du se trouver une humaine, se trouvait une chose noire et poilue. Kabuto poussa un juron tout bas. Quand elle était arrivée, San se sentait bien,mais après quelques semaines, elle s'était plainte d'avoir mal partout. Après ananlyse, Kabuto s'était rendue compte que le métabolisme de San était étrange et changeant. Un jour alors qu'ils s'entrainaient, elle était tombée sur le sol en poussant des hurlements. Elle avait crié ainsi pendant quelques minutes, tendit que ses ongles se transformaient en griffes, ses dents en crocs, et qu'elle se transformait totalement.....en panthère noire. Elle était restée ainsi pendant quelques instants, puis était redevenue humaine. D'après Orochimaru, c'était un genre de capacité héreditaire qui s'était réveillée quand San était passée dans ce monde, mais que San ne contrôlait pas très bien.Elle s'était donc entraînée comme une folle afin de maîtriser cette métamorphose,et y était finalement arrivée. Mais, il y avait parfois....des ratés. Comme ce matin là.
Kabuto avança silencieusement. Puis recula. La panthère venait de bailler découvrant des crocs blancs et luisants. Elle s'étira de tout son long, ce qui fit sortir ses griffes rétractiles, puis se détendit.
-San...
-Mrmphh...
-San, c'est moi,Kabuto...
-Meroooow
La panthère ne se réveillait pas.
-San....
Soudain, la panthère réagit et se dressa sur ses pattes en une fraction de seconde, prête à l'attaque.
Kabuto recula et mis ses mains devant lui en un geste appaisant.
-C'est moi...calme toi....
La panthère sembla se radoucir un peu. Ellle sauta au bat du lit et poussa kabuto dehors.
Daccord. Elle voulait qu'il sorte pour qu'elle reprenne sa forme humaine. Il attendit plusieurs minutes et enfin, San apparut. Ses cheveux noirs avaient beaucoup poussés (rapport à un liquide qu'elle ne devait pas boire et qu'elle a but quand même, non mais quelle tête de mûle) et lui arrivaient jusqu'au bas du dos. Ses yeux verts étaient devenus plus sérieux, plus sombres. Elle était habillée d'un ensemble noir (dont un superbe blouson en cuir).
-Bonjour. Lui dit-il.
-'Jour.Ca va? Répondit la jeune fille.
-Mal dormi.
-Moi aussi.

Depuis qu'il était à Oto, Kabuto dormait affreusement mal, faisant souvent des cauchemar qui le faisaient se réveiller en sueur, au beau milieu de la nuit. Et apparement c'était pareil pour San. La kunoichi supportait mal l'ambiance de mort du repaire, cette horrible impression d'être dans un tombeau. Et donc son dodo s'en ressentait. Heuresement qu'elle avait Papoum, son panda en peluche qu'elle avait déniché on ne sait où.

-Voila, dit Kabuto, puisque tu es réveillée, je vais au labo.
-Hum. Je vais voir si je peux trouver quelque chose à grignoter et je te rejoint.

Après avoir mangé un bol de nouilles (zarb le petits dèj') San descendit dans le labo. Elle détestait cette pièce, froide et mal éclairée. Quand elle arriva, Kabuto rédigeait un rouleau d'incantation.
-C'est quoi?
-Un résumé d'éxperience.
-hooooo, je vois.

Elle prit un livre sur une étagère.
Kabuto sursauta et lui cria:
-Non! Pas celui-là!
-Eh, ça va! Détend toi! Répliqua San, pourquoi je peux pas prendre ce bouquin?
-Il...il est abîmé, il va se déteriorer encore plus si tu y touche!
-Hum.
San reposa le livre à sa place. Ca puait le mensonge à plein nez, mais elle n'insista pas. Elle se mit à fouiller dans une armoire.
-Eh! Tintin! Lança-t-elle à Kabuto.
-*Mais pourquoi elle m'appelle comme ça* Quoi?
-Tu sais où sont les éprouvettes?
-Non je ne...
Soudain,une voix retentit par un interphone.
-Vous-deux, j'ai à vous parler, tout de suite!
-Corne de bouc...grogna San, la castaphiore!
Elle quitta le labo sans se presser. Kabuto attendit qu'elle soit parti et soudain, il eut un comportement très étrange: il se leva,surveilla les alentours et ouvrit rapidement le livre qu'il avait interdit à San de prendre. Il enretira une feuille qu'il lut rapidement et qu'il replaca dans la couverture du livre. Et il quitta la salle, non sans avoir remit le livre en place, mais ce qu'il ne vit pas, c'est que le papier s'échappa de la couverture et tomba sur le sol.....

Dans une autre salle, San attendait qu'Orochimaru se décide à parler en jouant avec un kunai de belle taille qu'elle s'amusait à lancer en l'air avant de le rattraper entre le pouce et l'index. Le sannin atendait, assis dans son fauteuil habituel en ne prettant pas attention à San qui lançait le kunai de plus en plus haut en lui faisant executer des vrilles et des loopings dangereux.
Ce ne fut que lorsque Kabuto pénetra à son tour dans la salle, qu'Orochimaru ne se décida à prendre la parole.
-Vous êtes la tous les deux...
-Finement remarqué! Le coupa San.
Kabuto soupira. C'était repartit pour un tour. San ne résistait jamais à la tentation de faire tourner le sannin en bourrique, avec un fort taux de réussite dailleurs.
-Je disais, donc, reprit Orochimaru après avoir réspiré à fond, que je vous ai convoqués afin que vous executiez une mission de la plus haute importance....
-Et c'est quoi cette mission? Demanda San sans quitter son kunai des yeux.
-Arrete de jouer avec ça, dit Orochimaru (San leva les yeux aux ciel et ranga son arme), je veux que vous voliez quelque chose...
-Quoi, maître? Demanda Kabuto.
-Une plante.
San éclata de rire.Elle dut s'appuyer contre un pilier pour ne pas tomber à la renverse. Il faut dire qu'elle venait d'imaginer Orochimaru avec un chapeau de paille et un arrosoir devant un plan de chou-fleurs.
-Hi, hi! Une...plante! Vous vous êtes mis au jardinage? Tant mieux, cultivez des carottes alors, y parait que ça rend aimable!
Orochimaru fronça les sourcils ce qui était signe chez lui d'une colère imminente. San finit par se calmer et demanda ce qu'ils devaient faire.
-Cette plante donne un poison très puissant dont j'aimerais pouvoir me servir à l'avenir, elle est gardée dans un château, plus à l'Est. Il n'y a, m'a-t-on dit, que des soldats pour la garder. Pas de ninjas, ça devrait être facile pour vous. Cette plante, ou cette fleur devrais-je dire, n'existe qu'en un seul exemplaire, elle a été récemment crée. Je la veux. Rapportez la moi.
-Bien. Dit Kabuto.
-Ouais, fit San en haussant les épaules, on va vous la ramener votre paquerette empoisonnée!
Tandis que les deux s'éloignaient, Orochimaru les interpella:
-Au fait Kabuto, il me faut une autre dose de tes médicaments.
-Bien, maître.

A force de changer sans cesse de corps pour acquérir l'immortalité, Orochimaru s'était rendu compte que ceux ci se dégradaient au bout du temps jusqu'à tomber en lambeaux; Seuls les remèdes de Kabuto, en attendant un nouveau corps, lui permettaient de surmonter la douleur.Apparement, ils commençait à ressentir des douleurs, car avant ce jour, il se portait comme un charme.

Les deux ninjas sortirent du repaire et se mirent en route.

Bien, bien plus loin, une autre mision suivait son cour.
Lou poussa un “banzai!!!!!!!!!!!!!!!!” de malade et sauta sur une CPNI (Chose Poilue Non Identifiée) en la ceinturant.
-Je te tiens! Ricana la jeune fille.
La “chose” en question se retourna et lui griffa le visage.
-Haaaaaa, mais arrête, carpette ambulante!
Laura atterit à côté de Lou, et soupira.
-Ha,la,la pas même capable de maîtriser un chat!
-Les chats, je les maîtrise, répliqua Lou, sauf que ça ce n'est pas un chat, c'est une aberration de la nature!
Tora, le chat fugeur, sembla comprendre la remarque, car il griffa le nez de Lou avec un feulement indigné.
-Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaa! Mais prend-le toi puisque t'es si intelligente!
Et elle lui balança le chat.
-Doucement, intervint Ogenki, notre cliente tient BEAUCOUP à son chat!
-Haaaaa, mais ça va oui?! Cria Lou, c'est pas toi qui te fait défigurer par un chat débile que je saches!
-Change de ton!
-Dans tes rêves!
Pendant ce temps, Megan fourrait Tora dans un sac et le mettait sur son dos.
-Ok, dit elle avec un sourire rayonnant, mission accomplie!
Ils rentrèrent au village. Lou se fit soigner et couvrir de pansement sur les bras et le nez. Ensuite elle se rendit chez Ichiraku où elle dévora avec ses amies, des ramens version royale! Elle salua Naruto qui passait par là (devinez pour quoi faire...^^) et elle alla se coucher, apres une partie de playstation. Quand elle mit game over le boss du jeu, elle repensa spontannément à San et à son talent pour ce genre de jeux. Elle aurait adoré être la, avec elles, à vivre tant d'aventures....

A propos de San, celle-ci observait le château qui se trouvait devant elle en baillant.
-Quelle tuile...j'ai du sommeil en retard moi!
-Et moi donc... mais bon , on a pas le choix alors on le fait et on rentre à la maison!
-Oto n'est pas ma maison. Coupa San.
-Heu..je sais , ce n'était qu'un façon de parler.
San lui sourit.
-T'inquiete. Bon on y va?
Elle bondit de sa branche et Kabuto la suivit. Il bondirent en quelques sauts par dessus les murailles, et évitèrent rapidement les quelques patrouilles de gardes qui circulaient.
-Ou va-ton? Demanda San sans s'arrêter de courir.
-J'ai consulté les plans du château, répondit Kabuto, les trésors se trouvent dans la tour la-bas.
En effet, une haute tour noire se dressait devant eux,seule la fenetre du donjon était éclairée. La salle des trésor. Rapides comme des ombres, les deux ninjas se glisserent dans l'escalier qui montait au donjon, et montèrent jusqu'en haut. Il y avait une garnde pièce circulaire percée de plusieurs portes de bois sculpté, dont une, la plus importante, qui s'ornait de statuettes d'or et d'argent.
-La salle des coffres, souffla San, à ton avis, qu'est ce qu'il y a derrière les autres portes?
-Je ne sais...
Soudain des pas retentirent dans l'escalier. Kabuto poussa San sur le côté. Celle-ci, tomba à la renverse, passa à travers une porte dans l'ombre et s'étala par terre. Kabuto,lui, lui tomba dessus.
-Mais qu'est ce que tu... commença San.
Kabuto lui plaqua une main sur la bouche. Un soldat arrivait de l'escalier. L'homme s'immobilisa et jeta un regard circulaire autour de lui. Kabuto lança un jutsu de dissimulation. L'homme remarqua alors la porte ouverte. Il s'avança la lance en avant
et vérifia qu'il n'y avait personne. Il ne vit les deux ninjas d'Oto, cachés sous un genjutsu. Le soldat referma la porte et ses pas s'éloignèrent. Kabuto attendit que l'on entende plus rien et se tourna vers San. Il vit les yeux de la jeune fille(qui soit dit en passant était encore allongée sous lui) jeter des éclairs menaçants.Il retira sa main et....se fit gifler.
San se releva, écarlate de fureur, et épousseta ses vêtements.Kabuto avait la joue cramoisie.
-Mais...pourquoi tu m'a frappé?!
-On ne saute pas sur une femme comme ça tu devrais le savoir!
-Mais....
-Non, je ne veux rien entendre! En plus tu m'as fait mal!
-Je voulais juste...
-Basta!
San vérifia qu'il n'y avait personne dehors, et sortit de la salle en grommelant.
Elle observa la porte attentivement.
-Pas de serrure, pas de système de sécurité, rien du tout!
-C'est louche...
-Peut-être mais je compte bien en profiter, répliqua la kunoichi en ouvrant la porte.
Devant elle s'étendait une salle gigantesque, comme une salle de bal, et vide. A l'exception d'une clohe de verre au beau milieu. Et sous cette cloche, une fleur rose et violette.
-Hé,hé! Jackpot! Ricana San.
-Attends! C'est surement piégé. Pas de gardes, pas d'alarmes, c'est vraiment trop bizarre.
-Ne t'en fait pas.
San posa le pied sur une dalle. Rien. Elle courut alors rapidement vers la cloche. Toujours rien. Elle la souleva. Rien de Rien. Kabuto atterit à côté d'elle.
-Vraiment, tu devrais te méfier.
-Mmmh.
San était concentrée. Elle ne détectait aucun jutsu. Elle tendit la main, toucha la fleur du bout du doigt...et les alarmes se mirent à hurler.
-Merde! Jura-t-elle.
-Je le savais, c'était beaucoup trop facile!
San attrappa la fleur et s'élança vers la sortie, mais elle vit des dizaines de soldats pénetrer dans la salle en les encerclant. Un homme apparut alors. C'était un éspece de géant, à la machoire carrée et au regard cruel.
-Tiens,tiens, on dirait que nos petits fouineurs n'ont pas été assez prudents! Dit il avec un sourire qui découvrit plusieurs dents en or, Alors les jeunes, on ne vous à jamais dit que c'était mal de voler?
-C'est qui ce bouffon? Demanda San en levant un sourcil.
Le bonhomme vira au rouge brique.
-Je ne sais pas, répondit Kabuto en regardant le géant comme on regarde une variété d'animaux particulièrement répugnante, j'hésite entre un gorille et un cachalot....
Cette fois, l'homme devint violet clair.
-SILENCE!! hurla-t-il, vous n'êtes pas en mesure d'être insolents!!!! pour qui travaillez vous?!
-Ca se voit non? Dit San en désignant son bandeau qu'elle portait à la ceinture.
-Haaaa, Orochimaru, je vois, mais dites moi, est-il si faible au point d'envoyer des gamins? Répliqua l'homme avec un sourire narquois.
-Tiens? Fit San.
-Quoi?
-J'me fais chier!
Ce fut la phrase de trop.
-Nous allons vous massacrer!!!! hurla le géant.
Ses hommes fonçèrent sur San et Kabuto. Ca vira rapidement au massacre. Mais seulement dans un sens. San envoyait valdinguer ses ennemis à vitesse grand V en chantant “siffler en travaillant” et Kabuto avait un air absent (signe évident qu'il s'ennuyait à mourir).
-C'est tout? Demanda San quand tous les soldats furent à terre.
-Petite...garce...grinca le géant.
Il leur envoya alors une volée de shuriken.
San sauta sur le côté.
-Un ninja! C'est impossible! Orochimaru a dit qu'il n'en y avait pas!
-Je ne comprends pas! S'exclama Kabuto, c'est surement un déserteur qui est devenu mercenaire!
-Cette fois, Ce serpent d'Orochimaru va m'entendre! Lui et ses infos vaseuses!
La jeune fille balança à son tour des kunais, que le géant évita sans mal. Il en rejeta.
-Encore des kunais, soupira San, mon pauvre ami, on ne peut pas dire que vous ayez la palme de l'originalité!
Elle les évita et se redressa. Mais alors,elle vit foncer sur elle, des dizaines de kunais.
-Quoi?! Mais je les ai évités!
-Ha!ha!ha! Brailla le géant d'une voix démente, “technique de la dissimulation fatale”, j'ai lancé d'autres kunais cachés par un genjutsu pour te prendre par surprise!!!!
San ne pouvait pas les éviters, ils étaient trops rapides! Elles les vit se rapprocher, de plus en plus près......
Shlack! Les armes recontrèrent effectivement un corps. Mais pas le sien. Kabuto s'étit mis devant elle et plusieurs kunais s'étaient plantés dans ses bras.
-Kabuto!
-Ca va...ce ne sont que des égratinures...
Il se poussa.
-C'est tout? Lança-t-il à leur ennemi, il va faloir faire beaucoup mieux!
Le géant eut un sourire.
“Quoi?! Pensa San, il sourit?!, mais qu'est ce que...”
Soudain, sans prévenir, Kabuto poussa un cri et tomba à genoux.
-Kabuto! Qu'est ce que tu lui as fait, éspèce d'ordure?!
L'homme eut un sourire encore plus large.
-Ne t'es tu pas demandé pourquoi cette fleur est notre plus grande richesse? Dit -il, c'est parce que son poison est unique et très cher, mais aussi....parce que nous en enduisont toutes nos armes!
San devint livide.
Kabuto tomba sur le sol en gémissant.
-Rassure toi! Dit le géant, il ne mourra pas tout de suite, il en a encore pour plusieurs heures de souffrances!
Il éclata de rire.
San tremblait de rage. Elle ne se rendit pas compte que ses dents s'allongeaient et que ses yeux viraient au jaune or. Ses ongles se transformèrent en griffes menaçantes. L'homme recula de quelques pas. San activa sa transformation et se fut alors une panthère folle furieuse qui se trouva devant le géant, apparement apeuré par ce qu'il voyait. San fonça droit en avant. Le géant lança des kunais. San sauta avec souplesse et évita toutes les armes. Le géant reculait maintenant avec une expression de terreur.
-Pitié! Supplia-t-il, pitié, je vous en prie!
Mais San n'écoutait plus à ce moment que la rage qu'elle éprouvait. L'homme composa alors des signes et des cordes apparurent pour ligoter la panthère. Mais San fut la plus rapide. Elle bondit, toutes griffes dehors, et avant que son ennemi ait pu faire quoi que ce soit, lui sauta à la gorge. Elle le mordit violemment, de toutes ses forces et se dégagea. L'homme gisait à terre, mort.
Elle retrouva alors son apparence humaine et courut auprès de Kabuto. Le jeune homme était agité de tremblements.
-Ne t'en fais pas, lui dit-elle, je vais t'amener à Oto, Orochimaru te soignera!
Elle le soutint sur une de ses épaule et partit sans prendre la fleur. Elle n'avait pas de temps à perdre.
Elle traversa la cour et sauta par dessus les murailles. Des archers décochèrent des flèches, Que San évita avec beaucoup de soin, maintenant qu'elle savait leur terrifiant pouvoir. Le poid de Kabuto la ralentissait quelque peu, mais elle devait continuer à courir. Des mots angoissants résonnaient dans sa tête “Cette plante donne un poison très puissant...” “Son poison est unique...” “Plusieurs heures de souffrances...” elle devait arriver à Oto. Et rapidement.mais au bout de dix minutes, Kabuto poussa un gémissement déchirant. San s'arrêta et l'examina. Ses symptômes étaient bizarres, comme si on avait combiné plusieurs poisons. Le ninja était plus résistant que la moyenne de part sa capacité héreditaire, mais à se rythme là, il ne tiendrait pas bien longtemps.
“Alors, pensa San, Fièvre, tremblements, poul qui s'accélère , pupille qui se dilate...non c'est vraiment trop dur pour moi!”
-Kabuto,écoute moi, est ce que tu m'entend?
-S...San...
-Ecoute moi, je vais te sauver on est bientôt arrivés.
Son ami était blafard.
-J'ai mal...
-Je sais, Orochimaru va arranger ça !
Bientôt, ils arrivèrent à Oto. San s'engagea dans le repaire et elle sentait Kabuto s'affaisser de plus en plus. Le temps passait et il n'avait plus que quelques heures devant lui.
-Orochimaru!
Elle défonça la porte du labo pour entrer.
Orochimaru était là, assis sur une chaise. Il semblait calme, détendu, et bizarrement, pas du tout inquiété par ce qu'il voyait. Il regardait un bout de papier.
-Orochimaru!! cria San, c'est Kabuto il est...
-Je sais. J'ai vu.
-Alors?! Bouge toi! Il est en train de...
-Dis moi Kabuto, la coupa Orochimaru en tendant son papier, sais-tu ce qu'est ceci?
Kabuto releva difficilement la tête, et devint encore plus pâle si c'était possible.
-Non? Demanda Orochimaru avec un air faussement surpris, tu m'as pourtant habitué à mieux. Dans ce cas, peut-être que San va nous donner la réponse?
Il lui tendit le papier. San le lui arracha de la main et le lut rapidement. C'était des formules chimiques complexes, comme celles que l'on utilise pour fabriquer des médicaments. San avait quelques compétences en la matière. Seulement voila, il y avait dans ces formules des éléments qui n'auraient pas du y être. Des choses incompatibles, qui donnaient....
“un médicament empoisonné! Pensa San qui n'y comprenait rien, un remède, mais truffé de poisons subtils,qu'est ce que ça veut dire?!”
-Qu'est ce que c'est que ça? Dit-elle.
-C'est ce que j'aimerais que notre ami m'explique.Répondit Orochimaru d'un ton léger, Oui, pourquoi le remède qu'il me donne sans cesse est-il bourré de poisons? Des poisons qui n'agissent pas tout de suite? Alors, répond Kabuto!
L'interpellé releva la tête. San vit alors avec stupeur que ses yeux brillaient de haine.
-J'ai...fait...ce que ...j'avais à faire!
-Dois-je comprendre que depuis tout ce temps où je t'ai donnée mon entière confiance, tu m'empoisonne?
Le jeune homme eut un sourire douloureux.
-Je vois...ces poisons sont très fins, j'en déduit qu”ils devaient accelerer la décompositions de mes corps. Ces remèdes qui m'étaient devenus indispensables étaient en fait ce qui me tuait à petit feu. Mais, tu as oublié un chose essentielle....personne ne peut me tuer! Depuis combien de temps fais-tu cela?
-Depuis mon départ de Konoha.
-Traître...San?
La kunoichi ne réagit pas tout de suite. Elle était stupéfaite par ce qu'elle avait entendu. Elle n'aurait jamais pensé que...
-San?! Répéta Orochimaru d'une voix impatiente. Elle le regarda.
-Va dehors, et achève le s'il te plaît. Les jouets cassés ne m'interèssent pas. Mais ramène moi le cadavre, je pourrais l'autopsier et peut-être prélever un peu du poison de la fleur. Allez!
San ne bougea pas. Elle était horrifiée.
-Alors?! Vas-y!
-Non. Dit la jeune fille d'un ton sec.
-Quoi?!
-Je te hais, je te méprise, et je n'ai pas à t'obéir.
-Tu dois me servir! Grinça Orochimaru.
-Je ne sert que mes propres interets, et si je t'ai suivit durant ces derniers mois, c'est parce que tes interêts servaient les miens!
-J'aurais du te tuer...tu n'est qu'un déchet!
San regarda Orochimaru dans les yeux.
-Un grand ninja a dit un jour “dans le monde des shinobis, ceux qui transgressent les règles sont considérés comme des déchets, mais ceux qui ne pensent pas à leurs compagnons...sont encore pire!”. J'applique cette règle.
D'un coup, elle sauta et atterit devant Orochimaru.
-Ca c'est pour moi....
Elle lui arracha le papier des mains.
-Et ça c'est pour toi!
Elle sortit ses griffes et balafra le visage du sannin qui poussa un cri.Il avait maintenant trois entailles qui lui barraient le visage.
San se détourna et mit Kabuto sur son dos.
-Adieu, serpent!
Et elle quitta le repaire. Maintenant, l'essentiel était de faire vite. Un poison unique recquérait un médecin unique! Et la seule personne assez puissante dans le domaine pour l'aider était...l'Hokage Tsunade de Konoha! Mais elle n'aurait jamais assez de temps. San pensa alors à un dernier moyen de se rendre à Konoha avant qu'il ne soit trop tard. Le jutsu de téléportation ( c'est vrai ça existe ^^), le gros problème c'est qu'elle n'était pas très douée pour ça et franchement, elle n'avait pas envie de les disloquer tous les deux aux quatre coins de la forêt.
Mais il fallait le tenter! Elle s'arrêta.
-Je vais nous téléporter à Konoha! Dit-elle.
Le coeur de son ami ne battait presque plus.
Elle se concentra, pensa à sa destination, le plus fort qu'elle pouvait, et composa les signes. Aussitôt, elle sut qu'elle avait réussie. Elle sentie son corps se dématerialiser, et un instant plus tard, elle se trouvait devant Konoha. Elle regarda ce village mythique qu'elle n'avait jamais vu que dans ses rêves.
“Konoha...le village de Naruto, Sasuke, Sakura et Kakashi, je rêve....Non! C'est pas le moment!”
Elle courut vers les portes du village et les franchit. Des ninjas apparurent soudain. Elle reconnut Izumo et Kotetsu, des chuunins chargés de l'entrée du village.
-Qui êtes vous?! Demanda Kotetsu.
-Des ninjas d'Oto! S'exclama Izumo, Alerte!
Des ninjas jaillirent de nulle part.
-Je veux voir l'Hokage Tsunade! Dit San.
-Pourquoi?!
-Mon ami est en train de mourir! Elle seule peut le soigner!
Izumo regarda Kabuto.
-Le serviteur d'Orochimaru! Appelez Tsunade-sama!
Quelques minutes plus tard, Tsunade était pésente.
-Tsunade-sama! Dit San, je vous en prie! Aidez moi!il est blessé!
-Qui est tu?
-Si vous m'aidez, je vous le dirai!
Tsunade sembla réflechir, et soudain Ibiki lui dit:
-Ces deux là sont une source d'information pour le village! Il serait judicieux de les garder en vie!
Tsunade regarda San, et soudain s'approcha.
-Je vous aide, mais en retour, vous vous engagez à me dire tous ce que vous savez sur Orochimaru!
-Aucun problème!
Tsunade sembla surprise. San posa Kabuto à terre.
Tsunade s'agenouilla.
-Qu'est ce qui lui est arrivé?
-Il a été empoisonné, par une plante bizarre, rose et violette!
-Quoi?! De la Méliatine! Bon sang!
Tsunade activa son chakra médical, et le passa le long de la plaie.
-Je ne peux pas faire beaucoup plus, je nous fait juste gagner un petit peu de temps! Il faut l'enmenner au service de soins intensifs de Konoha! Vous deux! (Kotetsu et Izumo s'avancèrent) enmenez-le à l'hopital le plus vite possible!
Les deux ninjas soulevèrent le ninja et décollèrent.
-Tsunade-sama, dit San avec une voix tremblante, il va s'en sortir? Hein?
-Je ne sais pas. Le poison est puissant et a déjà touché un de ses organes vitaux. Il est résistant, un autre serait déjà mort, mais il va être dur de le sortir de là. Shizune est à l'hopîtal, elle va s'en charger,et elle me contactera en cas de problème. Et maintenant, passons à toi, si tu le veux bien...
Quel est ton nom?
-San.
-San?
Tsunade avait entendu parler d'une San, par Lou et les autres. Serait-il possible que...

Lou marchait un peu plus loin. Elle avait entendu du bruit du côté de la porte principale et elle se rendait donc las-bas pour voir de quoi il retournait. Elle arriva en face de la porte. Tsunade était là et parlait avec une étrange jeune fille dont elle ne voyait pas le visage. Ses cheveux noirs descendaient jusqu'en bat de son dos. Spontannément, Lou pensa à San. Tsunade reprit la parole et la jeune fille bougea. Lou vit soudain son visage. Son coeur manqua un battement.
-S...San? Demanda-t-elle.
L'autre tourna la tête.
-Lou? C'est bien toi?
A ce moment, Lou fut certaine qu'il s'agissait bien de son amie. Jamais elle n'oubliait une voix. Elle fit un pas incertain en avant. San fit de même, et puis, n'y tenant plus, Lou courut vers son amie et lui sauta dans les bras en pleurant de joie et en riant en même temps. San était folle de joie. Ses amies avaient réussies à rejoindre Konoha, et maintenant, elle les retrouvait! Elle serra Lou en riant et les deux filles s'éxaminèrent mutuellement.
-Comme tu as changé!
-Et toi alors!
-T'as grandis non?
-Ch'ais pas j'ai pas fais gaffe!
-Mais... tes cheveux? Et coment t'as fait pour survivre? Qu'est ce que tu fais ici?
-Oulalala, c'est une longue histoire!
-Tu me raconteras! Les filles vont êtres dingues de bonheur!
-Au fait, dit San, où sont-elles?
-Dans notre maison, qui est la tienne maintenant!
-On va les voir! Elles m'ont tellement manqué!
Tsunade, qui avait observé la scène avec étonnement, intervint:
-Minute! C'est donc cette San dont vous m'avez parlé?
-Oui Tsunade-sama! C'est elle en chair et en os!
-Mmmh, elle va devoir me suivre!
-Pourquoi?
-Elle a été au service d'Orochimaru!

Lou fit un pas en arrière.
-Quoi?
-Ecoute, Lou je n'ai pas eu le choix! Dit San.
-Mais...mais tu n'est pas contre nous! tu..tu es toujours notre amie!
-Bien sûr! Mais la situation est un peu plus compliquée...
-Justement tu vas me l'expliquer, coupa Tsunade.
Elle enmenna les deux kunoichis dans son bureau.
-Dis moi tout.
San lui raconta toute l'histoire du début à la fin sans rien ommettre. Elle lui dit également l'emplacement du repaire, les éxperiences en cour, et les projets d'Orochimaru (enfin ce qu'elle en savait, il ne lui disait pas tout). Elle finit par la trahison de Kabuto et comment elle avait fait pour arriver à Konoha.
Tsunade resta pensive un instant, puis parla lentement, comme si elle cherchait ses mots:
-Les informations que tu nous apporte sont capitales, elle seront extremement précieuse pour le village. Seulement, le doute me tracasse: tu dis avoir trahis Orochimaru, et Kabuto également, mais as tu des preuves de ce que tu apporte?
-Oui. Pour Kabuto du moins. Elle sortit le papier couvert de notes.
-Un médecin tel que vous saura surement ce que cela veut dire.
Tsunade lut le papier et déclara:
-C'est...impressionant. Ce sont des formules très complexes. Tout est parfaitement élaboré et dosé, pour donner un brevage qui tue lentement et sans douleur.
-C'est ce qu'Orochimaru a dit. Mais si vous voulez, vous pouvez interroger Ino.
-Plait-il?
-Ino Yamanaka! Elle a un don de transfert d'esprit, non? Si elle rentre dans ma tête, elle aura accès à tous mes souvenirs récents. Vous pourrez alors vérifier la véracité de mes dires.
Tsunade réfléchit et fit appeller Ino.
Celle-ci arrivé échevelée et contariée d'avoir été réveillée en pleine nuit.
San était dans tous ses états. LA Ino. La seule,l'unique, qui se trouvait sous ses yeux. Si elle ne s'était pas retenue, elle lui aurait demandé un autographe. Tsunade expliqua rapidement la situation et Ino s'assit en face de San.
-Ca ne sera pas douloureux. Dit elle.
Elle composa un signe.
-Shitenshin-no-jutsu!
Son esprit passa alors dans celui de San. Le corps d'Ino s'affaissa. San-Ino ferma alors les yeux, tandis que la kunoichi de Konoha fouillait dans les pensées de San, dan ses souvenirs et ses émotions. Quand elle eut fini, elle rompit le jutsu et réintegra son corps.
-Alors? Demanda Tsunade.
-Oui, alors? Renchérit Lou.
-Tsunade-sama, déclara Ino d'un ton solennel, tous ce qu'a dit cette fille est rigoureusement exact!
J'ai fouillé partout, elle dit vrai!
-Me voilà rassurée, dit Tsunade, je pense donc que toi et ton ami (elle se retourna vers San) méritez une chance. Vous avez trahis Orochimaru, ce qui fait de vous nos alliés.
-J'ai une faveur a vous demander. Dit San.
-Quoi?
-J'aimerais...integrer Konoha. Devenir une kunoichi de ce village.
-Accordé.
-C'est vrai? Demanda San, les yeux brillants.
-Dans la mesure où Ino m'a conffirmé ta bonne foi, je n'y voit aucun inconvénient.
-Super! Dans ce cas, je vous remet mon ancien bandeau.
Elle posa le bandeau d'Oto sur le bureau.
-Et j'aimerais que ce soit également le cas pour Kabuto. Je sais qu'il est toujours fidèle à ce village.Donnez lui une dernière chance!
-Sa trahison est en effet un argument de poid. Je donne donc également mon accord.
San sauta en l'air, puis bondit dans les bras de Lou.
-Yes!yes!yes! Criait Lou, c'est géniaaaaaaaaaaaaaaal!!!!!! love and peace in the wooooooooooorlllld!San est de retour!!!!!!!!!!!
Le deux kunoichis quittèrent le bureau de l'Hokage, après que Lou eut reçu des instruction pour inserer San à Konoha. Elle arrivèrent en riant, devant la maison des jeunes filles.
-Voila, maintenant, c'est chez toi! S'exclama Lou.
-Super!
Elles entrèrent en silence à l'intérieur (il était quand même plus d'une heure du matin).
-Les autres dorment? Demanda San.
-Je pense.
-Elles ne vont pas être choquées de me revoir si brusquement?
-Tu parles! Elle vont être follesde joie!
Soudain, un juron monta du salon.
-Ha, je crois que Laura est sur la playstation!
San avait des papillons dans le ventre tandis qu'elle rentrait dans le salon. Laura lui tournait le dos, installée devant un jeu du genre de “street fighter”.
Laura poussa un juron quand le boss, évita son combo spécial. San vit le boss concentrer de l'énergie et se préparer à lacer son attaque spéciale. Laura ne s'en rendait pas compte et ne se mettait donc pas à l'abris derrière les rochers virtuels.
-A gauche!souffla San.
Laura ne l'avait pas entendue. San éssaya de se retenir, mais quand elle vit le boss foncer, elle cria:
-A GAUCHE!!!!!!
Laura sursauta et poussa le curseur à gauche toute.
Elle se retourna et dit d'une voix légère:
-Merci, San....HEIN?!!
Elle lacha la manette et se retourna d'un bloc.
-SAN?!!!!!
Elle avait les larmes aux yeux.
-C'est moi.
Laura se leva lentement et se jeta dans les bras de son amie.
-C'est pas vrai, je te croyais morte...je dois rêver..
-Non tu ne rêves pas....et je suis bien vivante!
Laura eut un sourire éclatant, même si ses joues étaient baignées de larmes.
-Mon dieu...dit-elle.
-Dieu n'a rien à voir la-dedans très chère amie! Répliqua San, je dois dire que tout est le fruit de mon immense talent!
-T'as pas changé toi!
-Eh, non!
-Je vais réveiller Megan! S'écria Lou en montant l'escalier quatre à quatre.
Quelques minutes et plusieurs dizaines d'embrassades plus tard, les amies étaient enfins réunies. Elles passèrent le reste de la nuit à raconter leurs aventures respectives, riant, plaisantant et se chamaillant gentiment, comme autrefois, quand elles étaient encore de simples adolescentes insouciantes, quand elles vivaient dans leur monde, loin de Konoha et loin de la vie passionante qui désormais s'offrait à elles.
Les filles étaient de nouveau toutes ensembles, et rien, rien ne pourraient plus les séparer....