je me souviens(n°2)

par lunik

Chapitre 3

POV NARUTO
Il y a deux semaines, mon sensei m’avait appris que, en plus de moi, il entrainera une deuxième personne à la boxe, un deuxième disciple. Et qui plus est une fille. Je n’étais pas très joyeux à l’idée qu’une femme vienne troubler nos habitudes, et le fait de savoir qu’elle habiterait chez moi AVEC une de ses amies … comment dire ? Je n’étais pas à cent pour cent d’accord. Cela risquerait de marquer la fin de mon quotidien. Mes soirées avec KIBA, SHIKAMARU, GAARA, LEE et NEJI, ces soirées, où nous restons jusqu’à plus de quatre heure du matin, à visionner des films, à jouer à des jeux d’argent, entre autre le poker, à boire de la bière, et à parler de filles, tout cela sera-t-il toujours possible avec deux femelles sous mon toit ?si vous saviez comment ça m’enrageais de perdre mes habitudes comme ça, et, d’ailleurs, je m’en plaignit longtemps auprès de JIRAYA-sensei, mais bon, il essayait de me résonner, et je fini par me faire une raison, jusqu’à ce que d’autre doutes trouvent refuge dans mon esprit.

Et HINATA ? Qui pour l’instant a su garder sa place de « compagne » ou alors « petite amie », sera-t-telle d’accord que je vive avec deux filles, et réussiront-elle à lier des liens ?

Mes amis se poseront-il des questions ? Deviendront-ils amis avec ces deux femmes ? Tenteront-ils des choses plus qu’inimaginables ?

Tout cela me fait peur, comme quoi, même les plus grands champions peuvent avoir des craintes. Mais peut-être aussi, que tout cela me sera bénéfique, peut-être…j’aurais quand même voulu connaître les noms des personnes qui allaient partager ma vie, j’avais voulu poser la question à l’ermite pas net, mais, il ne faisait que parler des conquêtes qu’il avait eu ne serait-ce que celles de la semaine dernière. Il n’a pas besoin de me donner ses méthodes de dragues, après tout, ce n’est pas comme si HINATA était ma première, loin de là, je collectionne les aventures.

Je suis arrivé devant l’appartement de mes futur Co locatrices, JIRAYA-sensei m’avait indiqué l’étage et le numéro de porte sur un petit papier, et donc, j’entrepris de monter les escaliers jusqu’à l’étage 5. Au moment de frapper à la porte, mon téléphone sonna, c’était LEE, je parla maximum 10 minutes avec lui et quand je raccrocha j’entendis des éclats de rires, et ensuite la voie d’une jeune fille retentie ; je cognai trois fois et attendit que l’on m’ouvre. A ma grande surprise, la personne qui m’ouvrit n’était autre que la femme qui m’avait tellement intrigué et éblouit à la fête de UCHIWA et là, je ne pus m’empêcher de murmurer son nom.

-SAKURA HARUNO…

Elle me claqua violement la porte au nez, je dois dire que ce n’est pas commun qu’une femme, d’un simple regard, me rejette de la sorte. Je l’entends parler à une autre personne, puis, la porte s’ouvre de nouveau, décidément je ne comprends rien à la situation et je tente malgré moi de garder le sourire. Cette fois-ci c’est une blonde, et, contrairement à son amie, celle-ci resta droite, les yeux écarquillés et ne bougeant plus. Je crus au début qu’elle faisait une crise ou un truc du genre, mais cette idée disparue rapidement lorsque, la blonde en question se mit à hurler et à sauter dans tous les sens, je dus la faire taire pour éviter à mes tympans le massacre de leurs vies.
Sur le chemin en direction de KONOHA, j’appris à connaître d’avantage mes nouvelles partenaires, pendant tout le trajet, j’ai discuté avec INO, elle me posait des questions et je lui répondais, et d’autres fois c’était l’inverse, je crois que après quelque phrase je l’ai tout de suite apprécié. Je mourais d’envie de parler avec SAKURA, mais je dus me contenter de l’observer du coin de l’œil, sombrer petit à petit dans le sommeil, même endormie elle était incroyablement belle.
Quand nous fumes arrivés devant chez moi, je montrai aux filles mon appartement, c’était amusant de les voir s’extasier sur chacune de mes pièces. La veille, j’avais appelé toute ma bande en catastrophe pour nettoyer l’appartement qui en avait grand besoin je dois dire, ça nous avait pris toute l’après-midi et quasiment toute la nuit mais le résultat était satisfaisant.

Elles déposèrent leurs affaires puis, Je les emmenai dans un restaurant qui à mon gout, était le meilleure endroit gastronomique au monde, et, à ma grande joie, c’est AYAME qui vint prendre notre commande, je n’avais pas envie d’avoir à faire avec certaines serveuses qui ne m’apprécient pas, c’est pour dire si la situation m’arrangeait ; Je pus donc déguster mes ramens dans la plus grande sérénité qui soit en compagnie de deux magnifiques jeunes femmes, car oui, leurs beautés sautaient aux yeux, que cette journée commence bien...
Et pourtant, j’aurais mis ma main à couper que quelque chose n’allait pas, une simple intuition mais quand même assez pesante. Je tournai la tête en direction de SAKURA quand tout à coup, je la vis dans la plus grande mélancolie qui soit, elle mangeait sont repas rapidement, comme si il la répugnait et puis une fois avoir tout fini, elle poussa légèrement son plat sur le côté et tourna la tête du sens inverse le regard vide. C’est étrange, il y a deux semaines cette fille rayonnait de joie et là, maintenant, toute la joie a disparu. Surement est-ce le mal du pays ? Est-elle tout simplement malade ? Pour dire vrai je n’en avais absolument aucune idée.
Juste après, je les emmenai au parc de KONOHA, il m’arrive d’y aller la plus part du temps, alors je me suis dit que ce serait l’endroit parfait pour passer l’après-midi et digérer le repas par la même occasion. Les filles, sans même se rendre compte, se sont pris au jeu, et je les ai suivi tout en répondant au sms que m’envoyait sans arrêt LEE, elles avaient entrepris un petit sentier entourer de verdure qui se trouvait au centre du parc, j’avais toujours l’impression de pénétrer dans une forêt à chaque fois que je passais par-là. Plusieurs fois INO et SAKURA s’extasièrent devant des choses que moi, à force de les voir à chaque fois, n’y prête même plus attention, elles s’arrêtèrent devant un petit lac où poussaient une multitude de nénuphars, devant des orchidées sauvages, devant des roses blanches et devant plusieurs autres fleurs de toutes sortes d’origine. A la fin de notre petite balade INO aperçu près d’un simple banc blanc, une famille toute entière d’amaryllis en fleur, c’est rare d’en voir à cette saison de l’année, et malgré tout cela je ne me lasse pas de les voir ; Ce doit être le cas aussi pour SAKURA, je la voie s’assoir sur un banc et continuer à les regarder, on dirait qu’elle était comme hypnotisée.

-NARUTO !!

Je détournai à contre cœur mon regard de SAKURA pour rejoindre INO qui se trouvait devant une camionnette qui vendait de la nourriture.

-tu ne désire rien ? me demanda-t-elle en sirotant un jus de fruits.

Je regarde ma montre, déjà 16H24, que le temps passe vite, je reporte mon attention sur INO qui, depuis tout à l’heure attend ma réponse.

-heu…oui, je vais prendre une gaufre, et pour SAKURA ?lui demandais-je.
-ben, tu n’as qu’à lui prendre un cornet à la vanille, elle adore ça !

Je m’exécute alors, et, une fois fait, je rejoins SAKURA qui n’avait toujours pas changé de place. Je lui ai donné sa glace et nous avons échangé quelques mots mais sans plus, je la trouvai limite froide, mais, je suppose que ce n’était pas voulu. Elle décida d’entamer son cornet qui commençait à fondre, elle s’était précipitée et donc elle en avait partout, c’était hilarant, à l’entente de mes éclats de rire SAKURA tourna sa tête vers moi, ce qui me fit rire encore plus. Elle me lançait des regards remplies de question alors, quand j’eu fini, je pris le mouchoir qui entourait ma gaufre et j’essuyai les traces de glaces qui lui entouraient la bouche, quand elle sentit le contact du papier sur sa peau, son visage pris rapidement une couleur rougeâtre, et elle baissa rapidement la tête. Je souris, et quand elle me regarda son visage se décomposa, comme si elle avait vu un fantôme où un truc du genre, mais ça ne dura pas longtemps. Je lui ai proposé de rentrer, elle ne semblait pas d’accord, et juste après elle entama de faire le tour du parc. Quand elle revint, il était près de dix-huit heures et quelque alors, je les ai emmenés dans un restaurant de grillade pour le diner et ensuite on est retourné chez moi, ou plutôt chez nous. LEE m’avait appelé alors je suis resté debout plus longtemps que les filles.

Mais quand je passa devant leur chambre, je découvris que seul INO dormait, SAKURA était accoudé au rebord de la fenêtre et regardait le ciel, elle était déjà comme ça dans la voiture, mas là… elle était encore plus absorbé, elle ne m’a même pas entendu fermer la porte. Ensuite je me glissa dans mon lit quand mon téléphone vibra.

LEE, me feras-tu chié encore longtemps ?