Un gage parfait ? ( Yûgao )

par Dream Theater

Naruto jeta un coup d’œil furtif à Yûgao. Celle-ci regardait par la fenêtre en sirotant son chocolat chaud. Elle avait l'air parfaitement innocente et Naruto devait bien l'avouer, terriblement craquante. Cependant il ne devait pas baisser sa garde ! Car il avait devant lui la reine des glaces du lycée de Konoha, la ténébreuse Yûgao Uzuki qui avait déjà castré le quart de la population de l'établissement. Soudain, la jeune fille se tourna vers lui avant de sourire. Naruto tourna la tête en rougissant et vit alors Sasuke, Kiba et Shikamaru planqué dans un buisson.

Alors Shikamaru, tu crois toujours que c'était le gage parfait ? songea-t-il en souriant.


~ FLASHBACK NO JUSTU ~



Aucun moyen que je fasse un truc comme ça, dit Naruto Uzumaki en croisant ses bras contre sa poitrine, secouant la tête de droite à gauche. J'ai encore un soupçon d'amour-propre. Trouvez autre chose. On a dit : rien ayant rapport avec la merde ok ?


Kiba et Sasuke commencèrent à râler alors que Shikamaru se contenta de soupirer bruyamment. Ils avaient parié que Naruto ne réussirait pas à faire 500 tours de piste comme l'avait fait Rock Lee, leur pote de la section sport-étude. Malgré sa légendaire détermination, le blondinet avait faillit à sa tâche. Maintenant, ses trois amis essayaient de lui trouver un gage, et ce n'était pas chose facile avec Kiba et ses délires scatologiques.


Comme ça, je trouve rien. C'était une bonne idée pourtant, de boire l'eau de la cuvette des chiottes.

Sûrement, mais pas après Chouji, et certainement pas après un repas mexicain ! protesta l'Uzumaki.

Bon bah alors bois l'eau des chiottes normalement.

Non, c'est trop facile, répondit Kiba en se creusant la tête pour essayer de trouver un défi digne de ce nom.

J'ai trouvé, fit alors Shikamaru au grand damne du blondinet. Des trois, c'était lui qui était à même de trouver un gage acide et difficile.

Abrège ! lança Kiba

Naruto, commença le Nara en pointant son doigt vers lui, tu vas inviter Yûgao-sempaï aujourd'hui à passer la journée avec toi !

Le visage de l'Uzumaki se décomposa. Sasuke et Kiba écarquillèrent les yeux avant de rigoler sournoisement.

– … Rah putain ok j'vais le faire ! Bon sang, je vais y passer à coup sur.


Naruto souffla pour se donner un semblant de courage et laissa ses trois amis qui s’esclaffaient dans son dos. Lui ne trouvait pas ça si drôle : après tout, inviter Yûgao Uzuki lors d'un rendez-vous signifiait la mort... ou la castration ce qui pouvait se révéler bien pire. Il se planta dans la cour du lycée à la recherche de la jeune femme. Son visage s'éclaira au fur et à mesure qu'il scrutait la foule : peut-être était-elle malade, partie en voyage ou morte dans un accident de la route ?

Non, Yûgao ne mérite pas ça, n’exagérons rien !


Et soudain, il la vit. Uzuki Yûgao, présidente du club de Kendô, jeune fille à la beauté aussi froide que la mort, sa futur meurtrière. Il devait avouer qu'elle avait tout pour plaire : de longs cheveux couleur indigo qui lui donnait un air mystérieux, une silhouette à faire pâlir les plus sexy des idoles et des formes qui auraient pu vous mettre en orbite d'un simple giclement de nez. Aujourd'hui, Yûgao portait son traditionnel pull-over mauve et son jean délavé. Naruto prit son courage à deux main et avança d'un pas... condamné vers la jeune fille.


Uzuki-sempaï ! fit-il en interrompant la présidente du club de Kendô dans sa conversation. Les rares amies de Yûgao écarquillèrent les yeux. Il avait perdu l'esprit ? La concerné planta ses yeux droit dans le regard de l'Uzumaki, celui-ci sentit son sang se glacer littéralement.

Est-ce que on pourrait se voir après les cours s'il te plaît Yûgao-sempai.

Elle planta ses mains sur ses hanches sans rien dire, puis se retourna sans rien dire. Naruto ne savait pas comment réagir. Elle l'avait ignoré soit, mais il était encore vivant. Alors que le blondinet s'apprêtait à rebrousser chemin, Yûgao dit dans son dos :

Je termine à dix-sept heures, Uzumkaki-kun.



~ FLASHBACK NO JUSTU ~


Il n'aurait jamais cru que Yûgao accepterait de sortir avec lui en ville, encore moins qu'il passerait un agréable moment en sa compagnie. Mais le plus incroyable selon lui, c'était que elle aussi, semblait passé un bon moment, et ça Naruto n'arrivait toujours pas à l'assimiler.

Bon, je crois qu'il est heure pour moi de rentrer. J'ai encore les examens de cet hiver à préparer, fit Yûgao en prenant sa veste.

Je te raccompagne, proposa Naruto.


Ils marchèrent un long moment sans dire un mot. Le blondinet appréciait ce silence, plus étrange il appréciait la compagnie de la jeune fille. Elle n'était pas si terrifiante finalement, et il avait eu tord de se fier aux rumeurs à son sujet.

J'ai castré une centaine de garçon cette année, Naruto-san, commença la jeune fille alors qu'ils arrivaient au pas de la porte.

Il retira tout de suite ses dernières pensées et s'attendit au pire.

Il y en a un cependant, à qui je n'aurais jamais touché à ses parties génitales... sans son accord du moins, ajouta-t-elle en s'approchant du blondinet.

Ah bon ? balbutia le blondinet qui transpirait tel une cascade.

Tu vois de qui je veux parler ? demanda-t-elle avec un regard qui en disait long ?

Elle va le tuer ! chuchota Kiba qui se cachait derrière un poteau non loin d'ici.

Enfin, ça en aura mis du temps ! grommela Sasuke.

Je ne crois pas... dit Shikamaru alors que l’impensable se produisit devant leurs yeux. Ils virent Yûgao se pencher sur le visage de Naruto avant de l'embrasser dans un baiser passionné.

QUOI ! hurlèrent Sasuke et Kiba en cœur avant de couvrir leur bouche avec leurs mains, un peu trop tard cependant.


La suite ? Oh et bien Kiba et Sasuke furent traîné à l'hôpital par Shikamaru. Quant à Naruto, il ne dormit pas chez lui cette nuit là...