Une décision inattendue

par Vanessa0202

Une couronne pour la reine

 

 

Chapitre 1 : Une décision inattendue

 

 

 

 

« Un homme est fait de choix et de circonstances. Personne n'a de pouvoir sur les circonstances, mais chacun en a sur ses choix. »

Éric-Emmanuel Schmitt.

 

 

 

Sakura était donc assise, dans ses appartements, plongée dans ses réflexions. La semaine dernière, déjà une cinquantaine de dépouilles et blessés avaient été rapatriées. Et elle avait dû aidée en soignant les rares survivants. Il y a de cela quelques années, elle avait décidé de suivre un apprentissage de soins médicaux, sous la tutelle du meilleur médecin de la contrée, Tsunade, ou comme elle l’appelait, Maitre Tsunade. C’est lui est tombé, un jour sur la tête, comme une illumination, alors qu’elle se faisait ausculter par Tsunade. Elle se sentait stupide de ne pas y avoir songé avant. Grâce à cela elle pourrait apporter son aide et son soutient. Comme ce matin.

 

***************************************************************************

 

-Sakura ! Analyse leur état de santé, à ces deux patients. Tu veux ?

-Tout de suite, Maitre Tsunade !

Elle s’exécuta alors sur-le-champ. La première victime était un homme plutôt jeune, dans la trentaine, et malgré ses importantes injures, il tenait encore le coup, et se battait contre la douleur et la souffrance. En effet, son visage était bien amoché. Des ecchymoses et des balafres sur le corps entier, ainsi que des plaies assez profondes. Le risque était que l’hémorragie était  abondante, et si elle n’était pas stoppée maintenant, plus rien ne serait possible pour lui éviter d’atroces souffrances. Il se serait tout d’abord vidé de tout son sang, et ensuite les plaies se seraient infectées, provoquant une gangrène, qui contraindrait alors à une amputation des membres. Elle s’attela alors à la tâche, et réussit à coudre et panser ses plaies.

 Le second était un homme, âgé d’une cinquantaine d’années. Après une longue observation, elle put constater que son œil droit avait été arraché. Mais pas seulement. Ses côtes étaient cassées, presque broyés, et avaient ainsi transpercé ses poumons. Et cela avait causé une hémothorax. Il était en train de se noyer dans son propre sang.  Le diagnostique était fait.  Il n’allait malheureusement pas survivre. Car, oui, en examinant cela de plus près, elle réalisa que cette hémothorax aigüe avait entrainé une coagulation du sang, vu qu’elle n’avait pas été traitée en temps et en heure.  Même si on procédait à une évacuation immédiate du sang, il serait impossible de retirer les caillots sanguins qui obstruaient les voies respiratoires. Elle fut alors dévastée par un profond désespoir. Elle ne pouvait pas le laisser mourir. Non ! C’était impossible. Elle ne voulait pas. Mais que pouvait-elle faire ? Rien. Que pouvait-elle faire contre cette force divine qui décidait tout de ce monde dont nous ne sommes que des simples spectateurs ? Elle n’était qu’une simple humaine parmi tant d’autres qui venaient au monde, puis mouraient, ne laissant plus aucune trace d’eux, comme si ils n’avaient jamais existé. Que pouvait-elle faire que de se laisser immerger par le chagrin et la culpabilité ? Que pouvait elle faire ? Soudain, elle entendit l’homme tousser et lever un doigt vers elle. Elle se précipita alors vers sa direction, et se pencha légèrement. Il dit alors, en suffocant et gémissant, ce qui lui fendit le cœur :

-Princesse, croyez vous que j’ais dignement servi le royaume jusqu’au bout ?

-Je crois surtout que vous vous êtes vaillamment battu, au nom du peuple, et que vous avez eu la noblesse d’âme de vous sacrifier pour lui. Nous poursuivrons le combat afin que votre sacrifice ne soit pas vain. Nous ne vous oublieront jamais. Et que la paix soit avec vous, le répondit elle, en s’efforçant de faire son sourire le plus rayonnant, plutôt que d’éclater en sanglot.

Il ferma alors les yeux, dans un ultime souffle.

 

-Je te félicite Sakura. Tu as assumé ton rôle jusqu’au bout. Le devoir d’un médecin est de pouvoir apporter son aide aux autres, que ce soit en les soignant ou en leur apportant du réconfort, et ce, en toutes cironstances. Bien, tu peux disposer.

 

-Bien, Maitre Tsunade.

 

***************************************************************************

 

 

Elle avait toujours apprécié cette femme forte, et au caractère bien trempé, mais qui savait faire preuve de douceur. C’était aussi elle, qui lui avait enseigné les arts du combat en cachette. Car oui, il était interdit pour une femme d’exercer de telles activités, spécialement réservées à la gente masculine. Elle la considérait en quelque sorte comme une seconde maman.

 

 Mais bien sûr, en aucun cas elle ne pourrait remplacer sa très chère et tendre maman, qu’elle avait perdue avant même l’âge de raison.  Malgré les vagues souvenirs flous qu’il lui reste d’elle, elle ne cesse de penser à elle en éprouvant une sorte de nostalgie. Elle l’aimait énormèment, et l’aimera toujours. Pourtant, à chaque fois qu’elle l’évoquait devant son père, dans l’espoir d’en savoir davantage sur elle, il demeurait pensif dans un silence muet, le regard fuyant. Oui, c’est cela ! Il fuyait quelque chose qui le tourmentait. Quelque chose dont il avait presque honte. Mais quoi ?

 

Quelqu’un toqua soudain à la porte. Il s’agissait de Ino Yamanaka, sa dame de compagnie et sa plus fidèle amie. Elles se connaissaient depuis toutes petites, et avaient partagé de nombreux moments de complicité.

 

-       Princesse, vous n’êtes toujours pas prête ? Le dîner est dans bientôt.

-       Ino ! Je t’ai déjà répétée une centaine de fois de m’appeler Sakura.

-       Oui. Ca va ! Je plaisante. Mais quand même Sakura, tu devrais déjà être prête.

 

Elle la mena alors vers sa garde-robe et l’aida à choisir une robe appropriée à l’événement, que la princesse enfila.

 

-Pfffff ! Sauf que je n’ai vraiment pas envie d’y aller.

- Mais tu sais combien ton père a insisté sur ta présence en tant qu’héritière. Ca doit être important.

 

Elle se chargea ensuite de son épaisse chevelure qu’elle rassembla en une coiffure simple et raffinée, qu’il lui allait à ravir.

 

-       Important ! Tu parles. Il va encore nous faire l’un de ces discours à la noix sur cette maudite guerre. Et je devrai passer la soirée à me faire draguer par ces vieux chnoques de ministres.

-       Oh, arrêtes ! Regarde le point positif. Kiba et Shikamaru seront là.

-       C’est vrai ?

-       Oui, j’ai entendu ça ce matin, quand j’étais aux cuisines.

-       Tu ne changeras jamais. Mais c’est vrai que l’un, en tant que fils de stratège, et l’autre, de fournisseur d’armes, soient invités. Mais avoues que c’est inhabituel.

-       Qui sait ? Peut être qu’ils ont leurs raisons.

-       Hmmm

 

 

Le moment du dîner arriva, et Sakura, se décida à y aller. Tout le monde était déjà présent. Elle descendit alors les marches lentement, la boule au ventre. Elle détestait devoir faire face à tous ces regards perfides que ces vieillards lui lançaient. Elle avait l’impression qu’ils la dévoraient de leurs yeux, et qu’ils s’amusaient à imaginer toutes sortes de scènes libidineuses et pas très pudiques. Elle alla donc s’asseoir à son siège et le dîner commença. Il se déroula sans encombre, et tout le monde en avait profité pour discuter et échanger. Vint alors le moment, ou le roi dut proclamer son discours. Il se positionna alors face à l’assemblée, la posture droite et la tête haute, pris une profonde respiration, et se lança :

 

-Chers camarades, conseillers et citoyens,

Cela fait des siècles que le royaume de la Lune est en éternel conflit avec le royaume du Soleil. Cela fait également des siècles que ce peuple de barbares ne cesse de nous infliger humiliation après humiliation, en nous dépouillant, brulant nos maisons, détruisant nombreux de nos villages, tuant nos familles, n’épargnant ni les femmes, ni les personnes âgées, ni les enfants. Ils nous ont même pris la dernière chose à laquelle nous tenions le plus. Notre honneur. Le peuple revendique ses droits et réclame vengeance.

Ainsi, après de longues réflexions de la part du Conseil, une décision qui marquera un tournant dans l’histoire de notre nation fut prise. J’irai alors, moi, votre roi, guider nos troupes et me battre à leurs côtés. Enfin, je mènerai un combat contre Fugaku Uchiha, roi du royaume du Soleil, et le vainqueur permettra la gloire à son pays. Je souhaite donc vous annoncer que je livrerai un duel digne de ce nom, et que je me battrai vaillamment pour l’honneur de la nation et du royaume, de toutes mes forces. A notre gloire !

 

-A notre gloire !

 

Sakura était complétement sous le choc. Elle avait l’impression qu’une massue venait de lui tomber sur la tête, et de l’assommer. Pourquoi ? Pourquoi avaient ils pris une telle décision ? Ne voyaient ils pas que cela les mènerait à leur perte ? Et apparemment, tout le monde semblait etre du même avis que son père, à part bien sur, certaines personnes encore censés. Quant à son père, c’était la première fois qu’elle ressentait en lui une telle soif de vengeance et un tel sentiment de haine. Mais pourquoi les détestait il autant ? Ils étaient dans la même position qu’eux. Mais ce dont elle se préoccupait pour l’instant, c’était le fait que son père mettait sa vie en péril et risquerait peut être de ne jamais revenir.