La nuit du démon

par Kohaku1102

«  Kakashi ?  »

«  Oui Naruto ?  »

«  Pourquoi je suis enfermé ici ?  »

«  Parce que les gens sont des idiots.  »

«  C’est à cause de Kurama ?  »

«  Oui.  »

«  Pourquoi ? Il n’est pas si méchant qu’il en a l’air.  »

«  Je le sais.  »

«  Est-ce que je suis une arme ?  »

«  NON !! Surtout pas !  »

«  Pourtant tu es le seul à ne pas me voire comme ça, pas comme un monstre.  »

«  Tu n’es ni un monstre, ni une arme. Tu es juste toi : Naruto Namikaze.  »

«  J’aimerais bien sortir d’ici, aller dehors, voir le ciel, le soleil. Sentir le vent, l’herbe.  »

«  Je te promets qu’un jour je te ferais sortir d’ici.  »

«  C’est une promesse nii-san ?  »

«  C’est une promesse otouto.  »

 

 

Konoha 10 octobre

 Cette nuit là Kyubi-No-Yôkho, le démon renard aux neuf queues, fut retiré de son hôte et attaqua le village ninja de la feuille.

  Le Yondaïme hokage venait d’arriver au combat faisant pencher la balance en faveur des ninjas. Mais beaucoup savaient que le prix à payer pour gagner cette batail serait lourd. Parmi eux,  un jeune jônin avait réussi à passer la sécurité afin de partir au combat pour rejoindre son hokage. Mais surtout  pour essayer de lui éviter un destin tragique. Il fut le premier à arriver sur les lieux du combat. Seulement il fut bloqué par le kekkaï qui enfermait la bête et les deux combattants. En voyant la scène qui se dressait devant lui il sut qu’il ne pourrait rien faire. Il ne pourrait qu’être spectateur. Minato Namikaze se dressait face au renard, l’ombre du Shinigami dans son dos, son fils nouveau-né posé devant lui sur l’autel du sacrifice. Plus loin, Kushina observait la scène en larmes, essayant de maintenir la barrière. Mais celle-ci finit par se relâcher par manque de puissance. Le démon n’hésita pas une seconde à profiter de ce court instant pour essayer  de tuer celui qui serait son hôte. Malheureusement deux corps vinrent  se mettre en travers de ses plans, stoppant la griffe à seulement quelques centimètres du bébé.

  Le jeune jônin essaya de passer la défense pour les aider, mais il ne put qu’assister, impuissant,  à la mort de celui qui fut son senseï.

  Les deux ninjas prononçaient leurs derniers mots à leur enfant destiné au triste sort de jinchuuriki. Peu de temps après le Yondaïme scella le démon. Celui-ci disparut et les deux ninjas s’écroulèrent au sol inerte. La jeune femme mourut la première, faisant disparaitre la barrière avec elle. Le ninja ayant assisté à toute la scène de loin put enfin s’approcher. Il se pencha d’abord vers l’enfant pleurant sur l’autel. Il le souleva prudemment pour le prendre dans ses bras. Rapidement les pleurs se calmèrent et le jônin put se diriger vers le blond gisant au sol. Il remarqua vite que celui-ci n’était pas encore mort. Il semblait vouloir lui parler, profitant du peu de reste d’énergie qu’il avait. Sachant très bien que tenter de le sauver de cette technique mortelle serait vain, il se contenta de s’asseoir aux côtés du mourant pour l’écouter une dernière fois. Le regard azur du père se porta sur son fils s’agitant doucement dans les bras de son élève. Toutes traces de pleurs avaient disparues laissant voir deux orbes aussi bleus que le ciel. Encore plus que son paternelle. Les yeux du bébé regardaient curieusement le monde le monde qui l’entourait  et plus particulièrement les deux personnes proches de lui. Surtout celui au sol.

  Minato leva difficilement sa main jusqu’à atteindre le visage de son fils. Il caressa doucement ses joues marquées de trois traits, effaçant au passage les traces de sang. Peu après il sentit les petits poings du bébé se refermer maladroitement sur un de ses doigts. Ces mains étaient si petites, si fragiles. Il espérait sincèrement  que ce petit bout de vie s’en sortirait dans le futur. Son regard s’arrêta sur l’adolescent qui tenait son fils. Ses yeux étaient embués, preuve qu’il tentait de retenir ses larmes. Le Yondaïme savait qu’il pouvait compter sur lui pour prendre soin de l’enfant.

  Il regarda à nouveau le bébé qui ne cessait de le fixer, essayant de comprendre ce qui se passait, ce qui l’entourait. La première chose qu’il sut c’est que l’homme au sol avait un lien avec lui. Content de sa trouvaille il offrit un petit sourire, son premier,  à son père. Celui-ci laissa quelques larmes perler. Il voulut à nouveau tendre sa main vers son fils. Mais ce simple geste lui arracha un gémissement de douleur alors qu’une vague de souffrance le traversait, lui faisant cracher du sang. Son âme disparaissait de plus en plus. Il ne lui restait que très peu de temps. Le nouveau-né qui le regardait jusque là semblait comprendre ce qui arrivait et les larmes roulèrent à nouveau sur ses joues. Quelques gémissements étouffés ne tardèrent pas à se faire entendre. Le jeune ninja le berça doucement, essayant de le calmer, ce qui marcha après plusieurs murmures rassurants. La moue triste fit à nouveau place à un sourire. Malgré la situation peu joyeuse les deux ninjas ne purent que sourire face à ce moment.

  Le Yondaïme regarda son élève, celui-ci avait un regard protecteur et affectueux envers la petite boule de vie dans ses bras. Il rassembla ses dernières forces pour parler.

       - Il semblerait qu’il t’aime bien Kakashi.

      - Comment s’apelle-t-il ?

      - Naruto. Comme le héros du livre de Jiraya senseï.

      - Il vous ressemble beaucoup.

      - Kakashi, j’ai une dernière faveur à te demander.

La voix était presque éteinte, mais le ninja ressentit bien le sérieux de la demande qui allait suivre.

      - Quand ton père est mort tu as été placé sous ma tutelle. Sache que Kushina et moi t’avons considéré comme notre fils. Nous sommes vraiment très heureux de t’avoir eu auprès de nous. Je ne sais pas si tu nous voyais comme ça, mais tu es un membre à part entière de notre famille qui aujourd’hui c’est agrandie. Alors je te demande de t’occuper de Naruto. Légalement c’est ton frère. J’aimerais que tu le considère comme tel, car une famille ne se construit pas forcément sur les liens du sang, mais également sur ceux du cœur. Occupe-toi bien de lui. Aide le, le futur sera dure avec ce petit enfant et il aura besoin de quelqu’un sur qui compter. Des personnes voudront faire de lui une arme. Si cela arrive, fait tout pour qu’il garde une part d’humanité. Apprend lui tes principes qui me paraissent être les plus nobles. Montre-lui la volonté du feu.

  Kakashi regardait son maître. Cela faisait longtemps qu’il avait laissé ses larmes coulées. Celles-ci ne voulaient plus s’arrêter et roulaient librement le long de son masque jusqu’à atterrir sur le nouveau-né. Celui-ci ne comprenait pas ce qui se passait. Du haut de ses quelques heures le petit Naruto ressentait très bien les sentiments de ceux qui l’entouraient. La tristesse de l’un et la chaleur rassurante de l’autre. Ses yeux azurés faisaient des allers-retours essayant de comprendre tout ça. Mais peine perdue, ce n’est qu’un tout petit bébé et il voyait son père mourir sans savoir ce qu’il se passait. Le jônin essayait de reprendre contenance pendant l’analyse de l’enfant pour enfin parvenir à reparler.

      - Je vous ai toujours considéré comme un second père. Comme une autre famille. Je m’occuperais de Naruto, de mon frère. Je vous le promets.

      - Merci. Je suis désolé que tu doives de nouveau perdre ta famille. Mais je suis vraiment heureux que tu nous considère ainsi. J’aurais tellement voulu vous voir grandir. Pouvoir être à vos côtés, vous aider. Vous voir devenir de grands ninjas, car c’est ce que vous serez. J’en suis sûr. Malheureusement je vais devoir vous laisser vous débrouiller seul. Désolé…

      - Senseï..

La voix se faisait plus faible jusqu’à devenir murmure. L’ombre du dieu de la mort pâlissait emportant avec elle l’âme du Yondaïme hokage. Plus que quelques secondes avant qu’il ne s’en aille.

      - Je suis…vraiment heureux...de vous avoir connu…je souhaite…que vous soyez heureux. Sachez que…je suis fier…d’avoir été…votre...père……

      - PAPA !!!

Le Shinigami emporta à ce moment l’âme du ninja, lui retirant sa vie qui ce finit sur ces simples mots. Il n’était pas triste de mourir, juste un peu déçu de ne pas voir ses deux fils grandir. Il arrivait facilement à s’imaginer la vie qu’ils auraient put avoir. Mais maintenant, dans ses derniers instants, ce n’est pas la déception qui est le sentiment dominant, mais la joie. Il était heureux de finir ainsi, en sauvant son village, ses enfants et tout ce qui comptait pour lui. Il était heureux de la vie qu’il avait eut. Kushina avait grandement participé à ce bonheur. Il ne savait pas ce qui l’attendait, mais il espérait pouvoir un jour la revoir. Ses dernières pensées furent pour elle et pour ses deux fils qu’il laissait seul. Mais il savait que peut importe ce qui leur arriverait, ils s’en sortiraient, malgré les difficultés qu’ils croiseront, ils se relèveront. Il partit ainsi, la tête pleine de question quant au futur. De là-haut il devrait suivre ça de près. Il veillera sur eux. Il s’en fit la promesse.

   Le cri qui avait rompu le calme des lieux quelques secondes plutôt n’était plus qu’un écho qui se perdait lentement dans les arbres, ne trouvant aucune oreille où il pourrait être entendu. Les cris avaient fait place aux larmes. Mais Kakashi se força à les arrêter. Il ne devait pas se laisser aller. Maintenant quelqu’un de bien vivant avait besoin de lui. Son œil unique se baissa vers l’enfant qui venait de s’endormir dans ses bras. Il semblait si calme, si serein, mais aussi si fragile. Un véritable petit ange. Drôle de contraste alors que le plus grand des démons habite désormais en lui. Le ninja se releva et posa un dernier regard à son maître baignant dans son sang, un léger sourire figé pour l’éternité sur le visage. Il le remerciait pour la vie que celui-ci lui avait offerte après le suicide de son père. Quand il commença à s’éloigner, voulant rejoindre les autres ninjas et plus particulièrement le Sandaïme, il fut stoppé par plusieurs anbus. Il se fit rapidement encerclé. Il ne perdit pas de temps pour se mettre en garde malgré le poids qu’il avait sur les bras l’empêchant de se mouvoir correctement. Son inquiétude grandit quand il remarqua que ces anbus appartenaient à une section bien précise du village : la Racine. Non seulement il était entouré de puissant ninja, mais en plus le chef de cette même section avait prit la peine de se déplacer jusqu’ici. L’Hatake savait très bien ce qu’ils voulaient. Ils venaient chercher celui dont ils veulent faire une arme : Naruto, jinchuuriki de Kyubi.

 

 

 

 

 

« Lorsque qu’un nouveau né serre pour la première fois dans sa petite main le doigt de son père, il le garde attrapé pour toujours. »