La mort et la déesse

par Fan-manga

Prologue : La mort et la déesse

Le choc, l’incompréhension et l’appréhension balaya les rangs shinobis… L’enfant qui portait leur espoir, l’adolescent qu’ils croyaient capables de vaincre Madara ne l’était pas. Ses amis, ceux qui avaient été là pour lui, tombèrent à genoux, sous le choc. La mort de Neji n’avait servi à rien finalement, Naruto n’avait pas vaincu l’Uchiwa. Son corps refroidissait déjà, plus de vie dans ses prunelles, il avait tout donné, ses espoirs, son courage et même sa détermination.

 

La bataille avait été épique, incroyable, puissante, mais… Madara avait vaincu, Madara avait vaincu l’unique être capable de le vaincre, l’enfant de la prophétie.

-     C’était un bon combat pour un humain insignifiant, dit-il avec le sourire regardant les shinobis effrayés, confus.

-     Il n’était pas insignifiant! Il était l’enfant de la prophétie, hurla-Hinata, outragée.

-     Laisse-moi rire! L’enfant de la prophétie est mort il y a longtemps, tué par son propre pays, sourit-Madara. Ce gamin n’était que son protecteur, il n’était pas l’enfant. Cet enfant que vous parlez est mort il y a exactement 14 ans… Vous croyez réellement que j’aurai permis qu’il vive?

-     Tu te trompes, répliqua-Tsunade. C’est l’ermite du Mont Myoboku qui l’a lui-même annoncé!

-     L’enfant est né à Kiri et non à Konoha comme vous pensez tous le savoir, il est mort il y a longtemps. L’âme la plus pure que je n’ai jamais rencontrée dans ce monde, remplie de douceur et de bonté. Il est vrai qu’il était un jinchûriki, informa-Madara. Mais croyez-vous vraiment que je n’ai pas pris la peine de déchiffrer la prophétie? Ça fait plus de 100 ans qu’elle est annoncée. J’ai eu tout le temps que je voulais pour comprendre qui c’était. Je suis sûr que la description que je viens de faire de cet enfant a ouvert les yeux à la Mizukage puisqu’elle est celle qui l’a tué alors qu’il était sous mon contrôle.

 

La dite Mizukage blêmissait à vue d’œil à chaque fois que Madara parlait, se rappelant avec exactitude de l’enfant qu’il parlait… À la fois un prodige et un paria. À la fois si destructeur, mais si aimant de son pays.

-     Ça ne peut pas être lui, murmura-t-elle sous le choc.

-     Tellement pas, ironisa leur adversaire. Enfant de la prophétie, le terme enfant était le mot clé. Ils n’ont jamais parlé d’un adolescent idiot et déterminé, mais d’un enfant né de puissant shinobi.

-     Il était un adulte, s’écria la Mizukage.

-     Un adulte dans le corps d’un enfant de 12 ans, il est mort à 16 ans avec le corps d’un enfant et les capacités d’un enfant. Pour dire, il est mort nettement trop jeune, mais disons que j’avais mes moyens pour le faire tuer sans que personne découvre que je le contrôlais…

-     Mettre Kiri en plein chaos, comprit-Mei.

 

Maintenant, on la regardait comme si elle venait d’une autre planète, elle était la seule à avoir compris de qui cet Uchiwa parlait.

-     Pourtant, tu n’as aucune preuve pour démontrer qu’il était l’enfant de la prophétie, s’indigna le Kazekage.

-     Aucune? Il a été le premier jinchûriki de l’histoire à contrôler son Biju, le premier à devenir si puissant à l’âge de 10 ans et le premier à devenir Mizukage à 12 ans exerçant son règne pendant quatre années… Oui, il était un adulte quand il est mort, mais n’est-ce pas remarquable que ses exploits n’ont jamais été dits.

-     Mais de qui parlez-vous, demanda poliment le Tsuchikage.

-     Devinez…

 

Le monde des morts

Naruto voyageait depuis un moment, c’était si lumineux, il ne comprenait pas où il allait. Il s’était ramassé d’un coup dans cette dimension. Il se souvenait d’une douleur sourde à la poitrine au niveau du cœur et après, il était dans ce couloir blanc marchant. Il était émerveillé par la fin du couloir, ça avait l’air si tranquille contrairement au champ de bataille qu’il venait tout juste de quitter par il ne sait quel moyen.

 

Une main fraiche lui toucha l’épaule, il se retourna, une femme sans âge flottait devant lui, des cheveux d’une beauté immortelle…

-     Qui êtes-vous, demanda-il émerveillé.

-     Dans votre monde, je suis appelée Kami, mon enfant.

-     Et où suis-je?

-     Dans la mort, dans le couloir du jugement.

-     Je suis mort, fit-il surpris.

-     Comme beaucoup d’autres avant toi, en effet, mais tu es le deuxième humain à qui j’apparais.

 

Ses yeux s’écarquillèrent, il se recula sous le choc…

-     Pourquoi?

-     Tu n’étais pas destiné à mourir de cette façon, prends ma main.

 

Naruto obéit, sous le choc d’une telle révélation. Pas destinée à mourir de cette façon? Qu’est-ce qu’elle sous-entendait? Il toucha la main fraiche et se retrouva dans une salle blanche avec un matériel pour s’installer confortablement. Il remarqua immédiatement le jinchûriki regardant dans une marre non loin de là.

-     Qu’est-ce qui se passe, finit-il par demander.

-     Les humains ont fait une erreur que votre ennemi n’a pas faite, ils t’ont considéré comme l’enfant de la prophétie annoncée alors que ce n’était pas ton rôle. C’était son rôle à lui, répondit-Kami en pointant le jinchûriki.

-     Hein?

-     Il est vrai que tu répondais aux critères sauf un, celui d’être un enfant… L’enfant de la prophétie est mort il y a longtemps, exactement 14 ans dans votre monde. Depuis sa mort, il observe le monde des humains à partir de cette marre. Il est complètement devenu insensible à tout ce qui se passe autour de lui. J’attendais ta venue avec impatience.

-     Alors qui suis-je?

-     Tu es né pour être son protecteur, Naruto. Tu es né pour lui permettre de vivre, mais cet homme a complètement devancé le destin en le faisant tuer alors que tu n’avais que 2 ans. Je sais que tu le reconnais puisque tu l’as combattu pendant cette guerre.

 

Naruto regarda le concerné, bien sûr qu’il le reconnaissait, il avait été l’un des plus difficiles à maitriser… Son contrôle naturel du Biju qu’il possédait malgré qu’il soit mort avait resté le rendant nettement plus dangereux que les sept autres.

-     Donc, le monde est voué à sa fin…

-     Il y a peu de chose irréversible pour une déesse, surtout la déesse créatrice, remarqua-Kami.

-     Et que pourrez-vous faire pour sauver notre monde?

-     Reculez dans le passé, sourit celle-ci. Enfant, ton monde ne vit pas que sur un plan, il vit sur plusieurs. Chacun choisit sa destinée, chacun est différent selon les choix que vous avez faits dans ce parallèle. Il y a mille possibilité, mais je ne peux rester le monde tomber sous la domination de Madara, c’est pour ça que vous serez renvoyés tous les deux, pour prendre la place de vos homologues.

 

Il fronça les sourcils en guise d’incompréhension…

 

Dans le monde des vivants 

-     C’est absurde, s’écria le Raikage.

-     Alors, pourquoi Naruto est-il mort, questionna moqueusement Madara.

-     L’autre est aussi mort…

-     Pas tué par moi, tué par sa patrie, celle qu’il a essayé de protéger de tout son cœur malgré qu’il ait été contrôlé. Savez-vous qu’il est royalement difficile de contrôler un Kage doublé d’un jinchûriki spécialisé dans le genjutsu?

-     Parce qu’il était spécialisé dans le genjutsu, fit-Mei sous le choc.

-     Quand même, son grand-père maternel était le Nidaime Mizukage et son père était le Sandaime Mizukage, bien sûr, je parle du vrai et non de moi… Depuis le Sandaime, j’étais le dirigeant de Kiri, bien sûr, c’était avant que la Mizukage actuelle décide d’éliminer mon petit jouet rebelle. Pourtant, dans un certain sens, tu m’as rendu service, tu as éliminé l’enfant de la prophétie en plus de me donner le Biju que j’attendais de pouvoir cueillir à sa mort.

 

Le silence s’abattit sur la plaine, un silence effrayé. Plus rien ne bougeait, plus rien ne respirait. C’était comme si la vie elle-même s’était arrêtée, en attende de l’intervention des dieux, une intervention qui tardait à venir dans leur monde, enfin, de l’avis des shinobis. Pourtant, dans le monde des morts, Kami elle-même venait d’arrêter le temps.

 

Avec Kami et Naruto

Naruto resta sous le choc, il était penché sur l’étang dans lequel regardait le véritable enfant de la prophétie. C’était ce qui se déroulait dans la vie, il voyait son corps, froid, aux pieds de Madara. Celui-ci s’amusait aux dépends des autres shinobis. Kami mit une main rassurante sur son épaule, d’un mouvement du poignet, l’image changea. C’était maintenant le règne de Madara sur le monde shinobi, un monde d’illusion où la paix était omniprésente. Pourtant, dans cette paix, il y avait un détail malsain, une réalité cachée par la déesse. Ce brusque changement d’image fit réagir le jeune jinchûriki installé à coté de Naruto, il leva les yeux, cligna à plusieurs reprises avant de regarder la divinité, insensible à ce qui se passait.

-     Voilà ce que deviendra le monde sous le règne de Madara, un monde sans vie, murmura-t-elle. Vous êtes les deux seuls à pouvoir l’arrêter, vous possédez les capacités de le neutraliser, surtout toi, Yagura. Je ne peux laisser ce monde tomber entre les mains d’une âme folle, c’est pour ça que je vais déjouer les lois du temps et de l’espace pour vous renvoyer dans un monde différent de celui dans lequel que vous avez vécu.

-     Est-ce que nous nous souviendrons de ce que nous apprenons par vous, demanda le blond.

-     Partiellement, seulement ce que vous devez savoir. Avant de vous envoyer là-bas, je dois vous avertir, les enfants. Ces mondes sont différents, tous différents, aucun ne se ressemble. Parfois, un simple choix peut avoir provoqué les plus grands changements. Quelques fois, ce sont les choix de la création, d’autres fois, ce sont les choix des humains ou de la probabilité de votre monde. Vous pourrez être femme dans un monde et homme dans l’autre, vous pouvez être né plus tôt ou plus tard. Je ne pourrai pas choisir dans quelle dimension que je vais vous renvoyer, loin de là. Ça m’est impossible, tout simplement. Si l’un de vous meurt avant son temps, l’autre sera ramené directement ici et vous serez renvoyés jusqu’à ce que vous accomplissez ce pourquoi vous êtes nés. Bien sûr, si Naruto te protège, Yagura, tu resteras dans ce monde accomplir ce pourquoi tu es né sans lui. Il est seulement ton protecteur.

 

Kami regardait les deux enfants, le jeune Yagura clignait des yeux, hébété, il ne comprenait pas vraiment ce qui venait de se dire. Elle déposa une main sur leur cœur, une lueur commença à les engloutir, Naruto leva les yeux, paniqué.

-     N’aie pas peur, ce n’est seulement que ma force qui vous envoie dans une des dimensions disponibles. Vous récupérez les souvenirs de vos homologues, vous apparaîtrez à différent moment. Plus précisément, le moment où votre chakra sera à son plus faible niveau ou que votre esprit sera plus faible que la normal. Vous assimilerez la vie que vous avez vécue en vous souvenant partiellement de ce que je vous ai dit. Les souvenirs de votre ancienne vie seront totalement effacés pour laisser la place à ceux de votre nouvelle vie. Profitez de vos secondes chances, expliqua la déesse de plus en plus faiblement pour les deux jinchûrikis. Ah, j’oubliais, vous serez toujours les hôtes du Kyuubi et du Sanbi!

 

Naruto cligna des yeux emportés par le tourbillon lumineux, ses yeux se fermèrent alors qu’il sentait son âme être aspiré. Ses yeux se fermèrent le libérant de l’image de la déesse, il disparut dans un éclat lumineux, suivit par l’enfant de la prophétie, le véritable sauveur de leur possible futur monde.

 

Avec Madara

Tout se figea, les lois du temps et de l’espace se modifiaient, la vie reprendrait son rythme seulement lorsque les âmes de Naruto et Yagura retourneront dans la mort. Pour le moment, rien ne vivrait dans cette dimension. Rien ne vivrait, rien ne changerait sauf si Yagura et Naruto réussissait à faire ce pourquoi ils étaient nés.

 

Le début d’un cycle sans fin, le début d’une seconde chance, quelle dimension prendrait la place de celle où Madara avait vaincu?