Un échec est un succès si on en retient quelque chose

par Akina-Chan

Sa première nuit dans ce château fut la plus horrible de toute sa vie, bien qu'elle se dise que toutes ses nuits jusqu'à présent seront tout aussi affreuses, voire même pire que celle qu'elle venait de passer.
Les soldats les avaient réveillé à l'aurore pour qu'elles se préparent à leur première journée de travail - ou d'esclavage, selon les points de vue. Les jeunes filles, mal réveillées, eurent du mal à se lever.
Sakura quant à elle se leva rapidement, baillant et s'étirant tout en réveillant doucement Hinata qui se trouvait près d'elle. Cette dernière se réveilla elle aussi assez vite, rejoignant en silence la fille de servantes qui s'était formée, suivie par Sakura, qui se préparait mentalement à cette première journée, laissant de côté son optimisme habituel.


Une femme blonde qui se disait être la « patronne des esclaves », et se prénommant Tsunade, distribuait les fonctions aux servantes. Trois groupes avaient été formés. D'après ce qu'avait compris Sakura, les tâches respectives étaient la cuisine, le ménage et les appartements.
Peu importa la tâche à accomplir, Sakura espérait qu'Hinata se retrouve avec elle, car même indépendante et impétueuse, La Rose avait à ce moment-là besoin d'avoir à ses côtés quelqu'un en qui elle pouvait avoir confiance.
A son plus grand soulagement, la brune et elle furent mises dans le même groupe, et désignées pour travailler dans les cuisines.

On les avait mené dans des longs couloirs où déjà d'autres esclaves inconnus travaillaient hardemment à la tâche qu'on leur avait attribué. Le groupe de Sakura pénétra alors dans une salle assez spacieuse, avec des fourneaux et des bassines d'eau trônant sur chaque mur et des ustensiles de cuisines éparpillés sur tous les plans de travail.
Tsunade se retourna en faisant voler ses couettes blondes et s'adressa à tout le groupe :

« Bien. Voici la cuisine des châteaux, votre lieu de travail pour aujourd'hui et pour à peu près une semaine. Je vais vous aider à démarrer, mais demain je ne serais plus là, donc retenez bien tout ce que je vais vous dire aujourd'hui »

Sur ces mots, elle pointa du doigt une fille et lui désigna un plan de travail, et elle fit de même pour chaque servante.

« Vous savez toutes cuisiner je suppose ? » demanda-t-elle.

La plupart des jeunes filles acquiescèrent, tandis que certaines jetaient des regards gênés aux autres. La patronne soupira.

« Bon, celle qui ne savent pas, regardez les autres faire, et apprenez ! »

Durant une bonne heure – malgré le fait que Sakura ne s'y retrouvait plus avec les heures depuis qu'on l'avait enfermée -, les jeunes filles apprirent les repas que l'on préparait habituellement au Roi, au Prince, ainsi qu'aux invités royaux. Elles apprirent donc à préparer, cuire, farcir, et surtout à bien présenter chaque plat que l'on allait proposer le midi.
Peu à peu, les jeunes filles se mirent à saliver devant les repas exquis qu'elles préparaient. En effet, aucune n'avaient mangé depuis leur emprisonnement.
Ce fut à ce moment-là que Tsunade, sûrement consciente de leur état, et après avoir vu quelques-une lorgner sur les aliments, claqua dans ses mains pour les stopper dans leur tâche.

« Bon, pour la plupart vous vous débrouillez bien. Le Roi et le Prince seront ravis, les félicita-t-elle. Cependant, il faut que vous sachiez quelque chose : les servants mangent toujours après eux, et mangent les restes des repas. Vous devrez donc attendre que notre Roi, son frère et leurs invités terminent de manger. »

Un silence de mort s'abattit sur l'ensemble des servantes, tandis que d'autres blanchirent en pensant qu'elle devraient encore faire patienter leur estomac quelques heures.
Seule Sakura se posa alors une question simple, mais cruciale.

« Et, si je peux me permettre, en général, à quelle heure terminent-ils de manger ? » questionna-t-elle.
« Je vois qu'il y en a au moins une de sensée ici ! lança Tsunade, un sourire narquois au coin des lèvres. Cela dépend, mais généralement, le repas commencent à midi, et durent entre quatre et cinq heures, le temps de goûter à tous les plats qu'on leur propose ».

Le choc fut d'autant plus rude pour les jeunes femmes que leur ventre commençait à quémander une substance nutritive, peu importe ce que ce fut. Une d'elle commença même à vaciller et se retînt de justesse à une table. Hinata resta abasourdie et déglutit en fixant Sakura, qui prenait alors pleinement conscience de la situation.
Donc, si elle résumait bien, Sakura et les autres filles de Konoha avaient été capturées le jour d'avant, vers huit heures du soir si elle se repérait bien dans le temps – le soleil se couchait, avait remarqué Sakura. Depuis, elle n'avaient pas été nourries, et aujourd'hui, elle devaient attendre jusqu'à cinq heures de l'après-midi pour manger, c'est-à-dire qu'elles allaient passer... vingt heures sans manger ! Sakura eut un vertige en arrivant à cette conclusion. C'était humainement impossible ! Certes, les nouvelles servantes venant de Konoha étaient dans une situation spéciale, mais cela voudrait dire qu'il leur fallait attendre les quatre heures de l'après-midi pour manger... leur midi ? Comment Tsunade arrivait-elle à tenir ? Comment tous les servants arrivaient-ils à tenir ?!

« On s'y habitue, vous verrez » répliqua Tsunade d'un ton amer en voyant la tête que tiraient les servantes, comme pour répondre à la question que Sakura se posait intérieurement.

Ces dernières devinrent encore plus blanche qu'elle ne l'étaient déjà, mais leur malaise fut interrompu par un gros homme qui entra dans la cuisine :

« Allez, le Roi et le Prince vont bientôt arriver et aimeraient être nourris tout de suite ! »
« Oui, Chôji, on s'y remet » répondit calmement Tsunade.

Alors que le dénommé Chôji ressortait de la pièce, Tsunade claqua une énième fois dans ses mains, et leur commanda de préparer une nouvelle fois tous les plats.
Lorsqu'elles eurent terminé, Tsunade, les dévisageant tour à tour, en choisit une dizaine. Sakura et Hinta furent prises. La patronne leur enfila presque de force des robes rapiécées, mais qui faisait assurément plus propre que les vieux habits qu'elles portaient à cet instant. Par dessus la robe – et peut-être pour cacher les traces de gras présentes sur le devant des habits – elle leur fit enfiler par dessus un tablier d'une vieille couleur blanche.
Tsunade les pria de se retourner vers elle :

« C'est votre premier service. Les choses à ne pas faire : ne parlez pas ; ne répondez pas, quoi qu'on vous dise ; faites vous discrètes, même transparentes si possible ; et surtout, ne regardez personne ! »
« Quoi ?! » s'indigna Sakura.
« Faites ce que je vous dis car vous n'imaginez même pas ce que vous allez subir si vous ne respectez pas ces règles ! » s'exaspéra la grande blonde en lançant un regard intimidant à la Rose.

Puis tout se passa très vite : elle les mit en file indienne, leur donna un plat, et elles rentrèrent dans ce qui semblait être la salle à manger.
Le Roi, le Prince et leurs convives étaient déjà installé, attendant que les esclaves leur livrent la nourriture du midi.
Sakura, qui avait compris ce qu'ils attendaient d'elles, se dépêcha de montrer l'exemple aux autres jeunes filles, et posa les plats au milieu de la table. Les personnes lorgnaient déjà sur leur repas qui semblait appétissant, tandis qu'Itachi et Sasuke surveillaient discrètement – ou pas – les esclaves.

---------------------------

C'était dur de résister pour Sakura, alors qu'elle était en temps normal assez coriace. Elle était aux abords de la table, autour de laquelle des personnes richement habillées et se comportant comme des rois engloutissaient les tonnes de nourriture que les servantes venait de leur mettre à disposition. Elle se crispait, son estomac se nouait : elle avait faim.
Les autres jeunes filles se tenaient aux quatre coins de la table, regardant leurs pieds, craignant de rencontrer un mauvais regard.
Sakura avait préféré se mettre derrière le Roi et le Prince, car elle savait qu'elle serait tentée de les regarder. Non pas qu'elle éprouvait une irrésistible envie de les admirer – totalement impensable ! - mais elle savait qu'elle serait tentée de leur faire affront si l'un d'eux se mettait à la regarder de travers.

« Servante ! » cria l'un des convives de sa voix insupportablement autoritaire.

Sakura se retînt de prononcer un « oui » et se dépêcha d'accomplir les quatre volontés de l'homme : « Mettez ceci ici », « enlevez mon assiette », « non, remettez-la moi, vilaine ! et remplissez-la de nourriture ! ». Voilà ce qu'elle dut supporter avant que le convive ne la repousse méchamment pour la congédier. Elle ne put s'empêcher de lui lancer un regard mauvais avant de se remettre à sa place.
L'homme ouvrit la bouche d'un air outré, et s'adressant au Roi et à son frère, il s'écria :

« Avez-vous vu ?! Mon Seigneur, Votre Altesse, votre servante vient de me regarder ! »
« Est-ce bien vrai ? » demanda calmement Itachi.

Sakura baissa les yeux, pour éviter de faire une autre bourde, mais c'était trop tard.

« Oui, cela est vrai ! » insista une vieille dame, assise à côté de l'homme.
« Esclave ! » appela l'Uchiwa d'un ton sec.

Sachant qu'on s'adressait à elle, la Fleur de Cerisier s'approcha maladroitement à la droite du Roi et baissa les yeux pour ne pas rencontrer son regard.
Celui-ci la fixait d'un regard inquisiteur, puis, il reporta son attention sur son convive.

« Elle sera puni, n'en soyez pas inquiétés » menaça-t-il, tandis qu'il éloignait Sakura en la poussant de la main.
« Laissez moi m'en occuper frère, je sais comment lui faire regretter ses impolitesses » réclama Sasuke de sa voix charismatique.
« Seigneur Sasuke, ne vous salissez donc pas les mains en touchant cette vermine ! s'exclama une jeune femme, à l'autre bout de la table. D'ailleurs, Votre Altesse, d'où vient cette catin ? »

Sakura serrait les poings. Comment osaient-ils parler d'elle comme si elle n'existait pas, alors qu'elle n'était qu'à quelques mètres d'eux, et qu'elle entendait tout ce qu'ils disaient ?

« D'un village complétement perdu, au milieu d'une forêt, répondit Itachi. Ils n'étaient que des paysans, des humains arriérés. »
« Encore faut-il que ce soit des humains. Ces loques ne méritent pas le nom d'humains ! » siffla l'homme du début.

Les autres jeunes filles assistaient à la pièce impuissantes, craignant le dénouement de cette discussion. Elles savaient que Sakura ne supporterait pas cela longtemps. Effectivement, cela fut de trop pour la Rose.

« Comment pouvez vous dire de telles choses ? » murmura-t-elle.
« Pardon ?! » demanda l'homme, abasourdi qu'une servante parle.
« Comment pouvez-vous dire cela ? » répéta Sakura, un peu plus fort.
« Tais-toi ! » cracha Itachi à l'adresse de son esclave.

Sakura fixa Itachi, qui supporta son regard, jusqu'à ce que celle-ci ne détourne les yeux. Elle n'avait pour l'instant plus la force de se rebeller. Ce que venaient de dire ces personnes, même si elle savait que c'était faux, l'avaient complétement anéanti. Elle chercha de l'aide dans les yeux de ses congénères, mais toutes avaient le regard rivé au sol, honteuses. Le seul regard auquel elle fit face fut celui de Sasuke qui la dévisagea d'un air amer, avant de se reconcentrer sur la nourriture encore dans son assiette.
Le repas sembla reprendre, d'abord en silence, puis peu à peu les discussions reprirent de plus belle, semblant même oublier la violente confrontation qui s'était déroulée quelques instants plus tôt.


Au bout des quatre heures de repas, les convives remercièrent hypocritement leur Roi et sortirent de table, laissant tout en plan. Évidemment, puisque les servantes faisaient tout ici...
Itachi fit signe aux servantes de tout débarrasser. Mais alors que Sakura suivait toutes les autres pour obéir, le Roi lui prit rudement l'épaule et la plaqua contre le mur. Un bruit sourd résonna, et Sakura ressentit une vive douleur dans l'épaule. Elle se retînt de gémir, et regarda le brun d'un air à la fois surpris, mais aussi compréhensive. Elle s'attendait à ce genre de punition. Le Roi n'allait pas lui donner une fessée comme lorsqu'on punit les petits enfants...

« Ne refais plus jamais ça ! » menaça-t-il.
« Oui... » promit Sakura.
« Ne me réponds pas ! » cingla-t-il.

Sasuke, témoin de la scène, attendait derrière son frère. A vrai dire il aurait fait pareil...
Itachi bloqua plus violemment Sakura contre le mur et lui susurra à l'oreille :

« Je peux faire bien pire. Veux-tu vraiment savoir ce que sont mes punitions lorsque je suis vraiment très énervé ? »

Sakura, sûrement pour la première fois de sa vie, admit sa défaite et se laissa aller mollement. Elle ne faisait pas le poids devant le Roi, elle le savait bien. Elle baissa ses yeux verts, découragée à l'idée qu'elle dût supporter cette violence pendant le reste de sa vie sous les ordres de ce Roi.
Itachi vit le changement d'attitude de la jeune fille, et regretta le temps d'une seconde d'avoir été aussi agressif avec la jeune fille. Puis il secoua sa tête pour reprendre ses esprits et laissa la Rose tomber au sol.
Il partit, invitant son frère à le suivre. Sasuke resta quelques secondes à observer la jeune fille, passée de rebelle à dominée, puis après un dernier regard, partit.

Sakura sembla rester par terre pendant des heures. Sa main sur son épaule endolorie, elle observait la tache mouillée au sol. Le sol mouillé de ses larmes. Oui, elle pleurait. Elle ne savait plus quoi faire. Le premier jour, elle se faisait déjà punir aussi brutalement, qu'en serait-il des jours suivants ? A ce rythme, tiendrait-elle une année ? Un mois ? Une semaine ?...
Tsunade arriva à ce moment et se dirigea vers elle. Elle la souleva de ses bras musclés par tant de travaux forcés, et la ramena dans les cuisines. La pièce était déserte, les servantes avaient toutes mangé et étaient toutes parties faire le ménage dans les couloirs, sur ordre du Roi. Tsunade réunit les restes des plats et les posa devant la jeune fille. La Rose s'accouda à un plan de travail, essayant de reprendre ses droits sur ces larmes traîtresses. Toute cette pression et cette peur – oui, elle admettait qu'elle avait eu peur d'Itachi, lorsqu'il l'avait menacé – retombaient, et elle ne pouvait s'empêcher de la faire évacuer par cette seule voie.

« Je l'avais bien dit... » murmura la blonde, avec des airs de maman qui donne une leçon à son enfant.

Sakura tourna son regard toujours larmoyant vers elle et hocha la tête avant de replonger dans de sombres pensées. Elle avala une si grosse quantité de restes de nourriture qu'elle ne put pas identifier le goût de tous les aliments qu'elle avait ingurgité.

« Écoute, ne te morfond pas comme ça. »
« Je ne me morfond pas. Je prend conscience de la réalité » répliqua Sakura, reprenant doucement le poil de la bête, et reprenant également ce qui ressemblait à un bout de poulet blanc.
« C'est vrai, certaines esclaves passent par ce stade, continua-t-elle d'un ton calme et rassurant, assise sur le rebord d'une table. Généralement, ça fait un choc. Mais dis toi que c'est parce que tu as directement fais face à Itachi. Fais toi juste oublier pendant quelques temps... »

Sakura se contracta à l'entente de ce nom, et Tsunade le vit.

« Arrête de pleurer... » implora-t-elle.

La patronne tira un linge propre de sa poche et essuya les yeux de la jeune fille aux cheveux roses.

« Merci » fit Sakura en reprenant ses esprits.

Elle sécha ses larmes, ravala un bout de nourriture, et s'approcha d'une bassine d'eau propre. Elle se rafraîchit le visage, et après s'être remise de toutes ces émotions, elle retira son tablier et sa robe.

« Merci » répéta la Rose.

Alors que celle-ci s'apprêtait à sortir de la pièce, elle se retourna.

« Comment êtes vous devenue servante ? » demanda-t-elle à son aînée.
« C'est une longue histoire » murmura la patronne tristement.
« Ai-je le temps ? »
« Non, répondit la femme en un doux sourire. Tu dois aller t'occuper des étages, des invités vont passer la nuit dans les appartements royaux. »
« Aurais-je le temps un jour alors ? »
« Peut-être... » commença à dire la blonde, se rappelant soudain qu'elle ne savait toujours pas le prénom de cette charmante jeune fille.
« Sakura » l'informa-t-elle en disparaissant derrière l'entre-bâillement de la porte.

Tsunade fixa l'endroit où se tenait la jeune fille quelques secondes plus tôt, et répéta une dernière fois son prénom, avant de se remettre à ranger la cuisine pour le lendemain.
Sakura...