Le trouble de la discorde

par Tenshi-kamoto

Chapitre N°12 : Le trouble de la discorde

 

 

Ses pas se répercutaient à une allure folle contre le sol trempé menant vers le repaire de l’Akatsukie. Sakura, savait intérieurement la folie qu’elle s’apprêtait à commettre. Avant de rebrousser chemin elle avait longuement hésité mais l’idée de savoir cet homme qui l’avait si souvent sauvé l’encouragea à accélérer sa course.

 

De longues minutes, peut être même une heure se passa sans qu’elle n’arrête sa cadence. Finalement, elle arriva à son terme alors que les premières lueurs de l’aube apparaissaient.

 

§§§

 

Cependant, au plus profond des souterrains de l’Akatsukie :

 

Deidara, était fermement enchaîné au mur de sa prison. Deux grosses chaînes au bout duquel des bracelets en fer étaient soudés maintenait le blond à une distance précise des barreaux.

Sa peau saignait abondamment faute d’avoir trop tiré sur ses liens dans l’espoir de les briser.

Tout son corps était pris de spasmes faisant flageoler ses jambes, l’immobilisant au sol.

Le blond ne portait plus son manteau d’Akatsukie. Sa bague lui avait était retirée elle aussi.

Désormais, il n’était plus qu’une vie prête à être exterminé.

 

Sasori fit soudain son apparition. Il lança à Deidara son regard le plus froid, le scrutant d’en haut. Le marionnettiste se sentit soudain plus puissant que jamais. Par la faute de son ancien coéquipier il venait de perdre la femme au quel il tenait le plus au monde. Malheureusement pour lui, Deidara avait l’avantage. Il posséder la chose que le traître de Suna désirait plus que tout depuis son combat contre la jeune Haruno : le cœur de la jeune femme.

Intérieurement, son sang bouillonnait plus que de raison.

 

Deidara, que le mépris de son ancien senpai ne semblait pas déranger plus que ça, lui délivrait en réponse à son dédain un regard méprisant. Ainsi leurs yeux se fixèrent durant un long moment. Aucun mot, aucune parole, seulement la lecture des sentiments de l’autre dans son regard.

 

Le chef de l’Akatsukie s’avança et ouvrit la porte de la cage du blond et fit sauter ses chaînes avec un de ses jutsu.

_« Tant qu’à t’abattre, je préfère encore que ce soit sans avantages. Tu es pitoyable Deidara, et ta faiblesse l’est tout autant, et pourtant, tu continu sans cesse de me mépriser du regard, comme c’est prétentieux de ta part. Lorsqu’on commet une faute, on a au moins l’intelligence de se faire petit et d’implorer le pardon pour sa vie

_ Je préfère encore perdre la vie sous ta main que de vivre comme un lâche en m’excusant d’avoir sauver la vie de celle que j’aime….Sasori-sama » fit Deidara sur un ton confiant.

 

_« Ainsi donc tu t’obstines ? Soit ! Je n’ai donc plus rien à attendre de toi » Sans attendre une réplication du blond, Sasori envoya ses fils dans la direction de Deidara qui les esquiva de peu. Ce qui n’empêcha pas le marionnettiste de recommencer encore et encore, épuisant ainsi son adversaire à l’esquiver.

_« Je suis patient et tu es faible, esquiver mes attaques ne t’apportera rien de plus.

_ Crois ce qui te fais plaisir… » La bouche se trouvant dans la paume du blond sortit une petite boule d’argile que Deidara malaxa avec une extrême agilité affin de lui donner une forme d’oiseau qu’il fit s’envoler en direction de Sasori avant de la faire exploser.

 

Cette attaque, bien qu’elle le fit reculer de quelques pas, ne blessa pas Sasori. Ce dernier, profita de la surprise de Deidara pour envoyer dans sa direction un millier de petits dards empoisonnés auquel le blond tenta d’échapper. Mais le nombre et la vitesse de l’arrivée des petites aiguilles était bien trop importante et bien vite, le blond fut à terre, le corps paralysé par le poison de Sasori.

 

_« Vraiment, c’est tout ce dont tu es capable ? Tu me fais vraiment honte, dire que je pensais diriger des hommes forts

_ Les hommes que tu diriges ne sont que des larbins sans aucune pensée personnelle. Le seul qui sorte du lot complote déjà derrière ton dos depuis longtemps sans que jamais tu ne t’en soit aperçu, alors franchement, dis moi qui de nous deux est le plus faible ?! »

Deidara n’eu pas le temps d’attendre la réponse que déjà, le marionnettiste lui envoyait des ultra son d’une force incroyable, forçant l’androgyne à plier contre son gré.

 

Sasori pénétra la prison afin d’enchaîner à nouveau Deidara. Puis, avant de partir, il le gratifia d’un violent coup de pied qui vint heurter le visage du blond.

_« Mon poison devrai te tuer d’ici quelques jours, si ce n’est quelques heures. Profites en pour ressasser ce qu’a été ta vie jusqu’à présent. Tu verras, ton regard se dressera moins fièrement contre moi après cela. »

 

Sans un regard de plus, Sasori détourna les talons et laissa seul Deidara dans sa prison.

 

§§§

 

Au moment même, alors que Sasori et Deidara se battait dans les cachots du repaire, Sakura était arrivée, épuisée au lieu dit.

Malheureusement, celui qui vint l’accueillir était le seul homme sur qui elle ne désirait surtout pas tomber : Itachi.

Le Uchiwa la dévorait du regard. Sans prononcer un seul son, le visage affichant son éternel masque d’indifférence il s’approcha dangereusement de la jeune femme. Alors qu’elle se retrouvait bloquée contre le mur, il força le barrage de ses lèvres. Bien vite repoussé par la gifle monumentale que la kunoichi lui décocha en pleine figure, l’aîné Uchiwa n’en resta pas là pour autant.

_« Tu as tort de me refuser ainsi. Bientôt Deidara sera mort et je pense que Sasori le rejoindra bien vite. A ce moment là, je prendrai le pouvoir et si personne n’es là pour te défendre, je n’ose pas imaginer ce que tant d’homme pourrai faire d’une femme aussi magnifique que toi 

_ Va au diable Itachi !! » Lui répondit violemment Sakura

_« Je n’aime pas qu’on me résiste. Je déteste perdre. Et qui plus es quand il s’agit de perdre quelque chose que je convoite depuis longtemps. »

 

Le sharingan enclenché, il fixa Sakura qui se perdit dans les abysses  de ses pupilles. La jeune fille luttait intérieurement pour ne pas le laisser rendre le contrôle de son esprit, ce qui laisserait au Uchiwa, la possibilité d’assouvir ses désirs si longtemps refoulés.

 

Une silhouette se dessina dans l’ombre. Un homme revenant des sous-sol fit son entrer dans la salle.  Surpris de la présence des deux ennemis, il préféra espionner leur conversation, dissimulant sa présence dans l’obscurité.

 

_« Cet abruti de Deidara croyait vraiment pouvoir te sauver de moi avec juste quelques coups, mais crois moi ma belle, je suis d’une patience à toute épreuve. Ça n’es pas passez loin la dernière fois, mais aujourd’hui sera la bonne…aujourd’hui tu seras à moi ! » Jura Itachi, un sourire sadique au lèvres.

 

Sans donner la moindre chance à la kunoichi, il se jeta sur elle, la bloquant de son étreinte contre le mur de la paroi. Il essaya une fois encore de faire céder la barrière des lèvres de Sakura qui se débattait en criant.

 

La silhouette qui les observait ouvrit de grands yeux. Les paroles de Deidara lui revenaient peu à peu : « Je l’ai fait pour la sauver » avait-il répondu lorsqu’il lui avait demandé pour qu’elle raison il l’avait laissé partir. Sasori comprenait à présent de quel danger son ancien coéquipier avait tenté de protéger la jeune femme.

 

A suivre…