Aux portes du destiin

par Tenshi-kamoto

Chapitre N°11 : Aux portes du destin

  

 

Tandis que Deidara venait à peine de rentrer, à l’autre bout du repaire de l’Akatsuki un homme se réveille.

Allongé sur la table, le visage éclairé par la faible clarté que dégage la nuit, Sasori ouvre les yeux. Il se sent léger, il se sent bien. Il n’a plus froid, une chaleur qui lui es inconnu s’empare de chaque parcelle de son corps. Il regarde sa main, un sourire se dessine sur ses lèvres : plus aucune trace de bois seulement de la chair.

Sasori se releva et enfila sa chemise blanche. Soudain, Itachi fit son apparition dans la salle.

_« Que fais-tu là ? Je ne t’ai autorisé à venir !!

_ allons, allons Sasori-san, ne soyez pas si agressif ! J’ai des informations pour vous…Des informations qui je suis sûr, vous intéresseront énormément.

_.... Je t’écoute

_ Et bien…notre…chère fleur de cerisier s’est…comment dire…

_ Quoi ?! Elle s’est quoi ?!! Demanda Sasori d’un ton mêlant l’inquiétude et la colère.

_ Disons que, par l’intermédiaire d’un bon ami à elle, elle a…pris la clé des champs »

 

A peine le Uchiwa achevait sa phrase que le visage de Sasori prit une pâleur inquiétante.

Sakura ? Partit ? Non impossible ! Pour qu’elle raison l’aurait-elle abandonné ? Pourquoi serait-elle partit ? Il devait en avoir le cœur net :

_« Qui es l’enfoiré qui l’a poussée à partir ?! Demanda Sasori dont la fureur ne cessait d’augmenter.

_ Vraiment vous ne devinez pas ? Pourtant il s’agit malheureusement d’un traître que vous portez en estime et à qui je crois, vous aviez déjà reprochez son soudain intérêt pour notre invitée »

 

Un rictus de haine s’empara du chef de l’Akatsuki qui comprit soudain à qui Itachi faisait allusion. D’un air le plus méprisant du monde il grinça entre ses dents :

_« Deidara !

_ En effet, repris le Uchiwa, Il semblerait que malgré vos efforts pour le tenir à l’écart de Sakura-san il ai…braver les interdits. »

 

Itachi affichait un sourire très sûr de lui que Sasori, emporter par la colère ne sembla pas remarquer.

_« Amène le moi !! » Ordonna le chef de l’Akatsuki. Le Uchiwa ne se fit pas prier et s’exécuta. A présent son plan était en marche.

 

§§§

 

Pendant ce temps, à mi-chemin entre Konoha et le repaire de l’Akatsuki, Sakura s’était arrêtée. La pluie commençait à tomber mais la fatigue était telle que ses jambes ne pouvaient plus la porter. Elle avait courut à s’en tuer vers Konoha sans penser à rien d’autre qu’à son village. Pourtant, à présent qu’elle était assise sous cet arbre, toutes ses pensées se dirigeaient vers Deidara.

Un sentiment étrange l’a gagnait. La présence du blond lui manquait. Elle ne se souvenait de son séjour là-bas que de ses sourires, de ses attentions, du fait qu’il l’avait sauvé d’Itachi.

En lui criant de quitter le repaire des nuages rouges, il l’avait sûrement sauvé une fois de plus.

La kunoichi ferma les yeux un instant, s’endormant presque aussitôt recroquevillée sur elle-même. Elle était spectatrice dans son rêve d’une scène horrible.

Deidara était emprisonné derrière des barreaux, le corps meurtri de nombreuses blessures. Il criait de douleur devant son bourreau qui se tenait devant lui, de l’autre côté de la cage, le torturant d’une drôle de manière. Sakura cru d’abord qu’il s’agissait d’Itachi mais en se rapprochant elle reconnu le visage de celui à qui elle avait rendu la vie.

Sasori bougea sa main devant son visage provocant des cris stridents de la part de son ancien coéquipier. Alors que le cri du blond n’en finissait plus, Sakura ouvrit les yeux.

Ses vêtements étaient trempés par la pluie et quelques larmes perlaient sur son visage.

 

Elle avait peur. Peur que ce ne soit pas qu’un rêve. Peur de perdre Deidara.

Perdre Deidara ? Mais que lui prenait-elle ? Sakura qui s’était promis de ne plus jamais donner d’importance à une quelconque relation avec un homme l’a voilà en train de s’en faire pour un traître. Elle était totalement perdue : retourner sauver Deidara  qui n’était peut être pas du tout en danger ou rentrer à Konoha.

 

Finalement, sans plus réfléchir, la kunoichi laissa parler son cœur et rebroussa chemin, retournant ainsi au pas de course vers le repaire de l’Akatsuki.

 

§§§

 

Repaire de l’Akatsuki : 

 

Sasori était debout sur la grande main de pierre prenant la quasi-totalité de l’espace de la pièce, Itachi à ses côtés.

Tobi et Kisame arrivèrent, tenant chacun fermement Deidara par un bras.

Les anciens coéquipiers se fixèrent durement. Sasori prit la parole :

_« Qu’a tu as dire pour implorer mon pardon ?

_ Je n’ai rien fait qui puisse mériter des excuses ». Sasori répéta sa question, obtenant la même réponse. Énervé, il haussa la voix :

_« Pour qu’elle raison as-tu fais s’évader Sakura ?! Quand t’en ai-je donné l’ordre ? Oublierai tu  qui est le chef ici ?! Vas-tu répondre enfin !! »

Deidara fixait  Sasori de l’air le plus surpris du monde. Comment avait-il pus savoir aussi vite que Sakura n’était plus là ? Et surtout comment savait-il qu’il s’agissait de lui ? Le regard du blond se tourna devant le sourire sadique qu’affichait le Uchiwa.

_« Itachi, grinça Deidara entre ses dents. Reportant son attention sur Sasori, le blond dit d’une voix qu’il essayait de prendre assurer :

 _« Je l’ai fait pour la sauver ! Elle était persuadée que tu l’as laisserai partir dans les jours à venir, mais c’est faux ! Je te connais bien jamais tu ne l’aurais laissé partir. Contrairement à toi, moi je ne pense qu’à son bien être ! On ne juge pas les actes de noblesse, on juge ceux comme ton mensonge et ton vice ! »

A peine eut-il terminé son discours que Sasori dressa sa main devant lui. Aussitôt une douleur intense s’empara de la tête de Deidara qui tomba sous le poids de la douleur, poussant un cri déchirant le silence de la pièce.

_« Je t’ai déjà dit de ne pas toucher à ce qui m’appartiens Deidara. Pour qui te prends tu ? Pour un super héros ? Si ton sens de la justice et ta manière de penser diffère de nous je pense qu’il va falloir mettre un terme à ta sale existence.

_ Fais ce que bon te semble, moi au moins je garde ma dignité ! »

 

Une fois de plus, le marionnettiste fit taire le blond en lui infligeant une nouvelle torture mentale qui obligea Deidara à plier une fois de plus sous la pression.

_« Débarrassez moi de cet insecte ! »

 

Tobi et Kisame prirent à nouveau Deidara et le conduire vers les cachots au plus profond du repaire  de l’Akatsuki.

_« Qu’allez vous faire de lui Sasori-san ? Demanda Itachi

_ Je vais mettre un terme à sa pitoyable existence »

 

Un sourire se dessina à nouveau sur le visage victorieux du Uchiwa. Un sourire que Sasori n’interpréta pas comme une menace…

 

A suivre…