Le fil d'un amour naissant

par Tenshi-kamoto

Chapitre N°8 : le fil d’un amour naissant

 

 

Alors qu’elle s’était endormit contre le corps de Sasori, Sakura se fit tirer de son sommeil par une douce caresse sur sa tête.

Elle sentait des doigts effleurer sa chevelure. Elle savait à qui appartenait cette main mais contrairement à l’attitude qu’elle aurait adoptée normalement, un sourire se dessina sur son visage.

Ce doux effleurement la faisait se sentir bien. Elle se redressa un peu affin de se rapprocher d’avantage du torse du marionnettiste qui fut agréablement surpris de voir que son toucher ne la répugnait plus.

 

Soudain, un homme qu’elle ne désirait vraiment pas voir, fit son apparition dans la pièce. L’homme parut d’abord surpris de la voir dans la pièce. Mais ce qui sembla le choquer d’avantage fut la position dans laquelle il retrouva la jeune femme qui lui lançait un regard de défi, ne bougeant pas d’un cil.

 

_« Je vois que tu prend du bon temps

_ Je voulais m’assurer que personne ne viendrait faire du mal à mon patient durant mon repos »

Un rictus de colère se dessina sur le visage d’Itachi qui s’approcha du corps de Sasori qu’il se mit à détailler. A présent, le jeune homme ressemblait véritablement à un être humain, bien que l’intérieur de son corps soit encore celui d’une marionnette.

_« Elle fait de l’excellent boulot, n’es ce pas Itachi ? Fit Sasori d’un air supérieur devant le Uchiwa qui fulminait intérieurement.

 

Il était venu dans le but de mettre un terme à la renaissance du chef de l’Akatsuki et par la même occasion se débarrasser de lui mais la présence de la kunoichi à ses côtés et le fait que ce dernier ne soit plus sous l’emprise de l’anesthésie avait fait échouer tout son plan qu’il avait pourtant calculer de manière à faire accuser l’insolente jeune femme qui le dévisageait toujours d’un air mauvais.

 

Finalement, ne répondant plus de rien, le Uchiwa tourna les talons et partit sans demander son reste.

Une fois Itachi partit Sakura tourna son regard vers Sasori. Ils restèrent ainsi à se fixer durant un long moment.

Soudain le marionnettiste se redressa un peu, se retrouvant ainsi à quelques centimètres du visage de la jeune fille qu’il caressa du revers de sa nouvelle main.

_« J’avais oublié à quel point le contact entre deux être était si fascinant. »

Ses mots firent sourire Sakura qui fit glisser un de ses doigts fin contre la paume de Sasori, le caressant du bout de son ongle. Un tendre moyen de l’empêcher de lui donner un baiser auquel elle n’aurait sans doutes pas résister.

Elle voyait ce doux traitement faire frémir le jeune homme qui en eu la chair de poule.

Sakura glissa sa main dans celle du marionnettiste, prenant soin d’effleurer le plus possible les doigts de l’homme avec les siens. 

 

Sasori fit glisser son autre main de la même manière dans la main valide de Sakura. Alors qu’ils se regardaient une fois encore, il posa son front contre le sien.

_« J’arrive à sentir ta chaleur Sakura…c’est un sentiment si merveilleux »

 

Les joues de la jeune femme s’enflammèrent. Décidemment elle ne s’habituerait jamais à voir

des mots doux sortir des lèvres du marionnettiste.

Finalement, trouvant qu’ils se rapprochaient un peu trop à son goût, Sakura s’écarta un peu de son patient.

Soudain, quelque chose lui glaça le sang. Sasori avait profité de ce court moment de tendresse pour relier les doigts de Sakura à ses fils de chakra qu’il utilisait pour contrôler ses marionnettes.

 

Epouvanter par ce spectacle la jeune femme tenta en vain de faire des mouvements brusques affins de se décrocher de l’emprise du jeune homme qui la regardait se démener en souriant.

Il s’était redressait et été à présent assis sur la table.

_« Que crois-tu pouvoir faire contre mes fils Sakura. »

Il fit un grand geste en arrière qui attira la kunoichi directement dans ses bras. Passant son bras valide sous les jambes de la jeune femme qu’il releva de façon à ce qu’elle soit assise sur lui.

 

Affin de ne pas perdre l’équilibre et de tomber, Sakura s’accrocha à la nuque de Sasori de sa main libre. Le marionnettiste coupa les fils qui retenaient sa main et en profitant pour passer cette même main sur la propre nuque de la kunoichi qui était rouge au possible.

_« Il est un contact que je meurt d’envie de ressentir depuis que je t’ai rencontré Sakura. Je ne te permettrait pas de me le refuser même si pou cela je dois employer les pires façons »

 

Ces paroles eurent pour effet d’attiser la rougeur des joues de la kunoichi qui semblait avoir perdu sa voix.

Sans se préoccuper d’une quelconque réaction de la part de la jeune femme, Sasori attira la nuque de Sakura vers son visage.

Avec toute la douceur du monde, il effleura les lèvres de la jeune fille avec les siennes. Puis, il les pressa un peu affin de lui offrir son plus tendre baiser.

 

D’abord réticente à ce contact plus qu’indécent quand on sait la manière avec laquelle ils s’étaient battus, Sakura tenta en vain d’échapper à cette étreinte. Mais bien vite elle s’oublia.

Sa peau était glacée, faute de circulation sanguine, mais sa peau était d’une douceur comparable à celle d’un nouveau né.        

De plus, elle devit admettre que le traître de Suna avait un charme plus qu’évident. La main de la jeune femme qui était restée posé sur la nuque de Sasori, vint se perdre dans le désordre de sa chevelure rougeoyante affin d’attirer un peu plus contre elle, les lèvres du marionnettiste.

 

Itachi, qui était rester derrière la porte a observé la scène fut soudait prit de nausées. Pourquoi ne pourrait-il jamais obtenir cette fleur inaccessible ?

Tout d’abord par le passé, c’était son frère qui possédait le cœur de la jeune femme. C’était pour cela qu’il n’avait pas tué son jeune frère le soir du massacre du clan Uchiwa. C’était l’unique raison pour laquelle Sasuke avait été épargné. Puis, plusieurs années plus tard, alors que son frère n’était plus qu’un souvenir pour elle comme pour lui, il avait fallu que celui qui s’empare de son cœur soit Akasuna no Sasori. 

 

Etait-il destiné à l’aimer sans que ce ne soit jamais réciproque. Son visage, son corps, il voulait tout d’elle. La posséder, c’était ça son plus grand désir, comme chaque collectionneur rêves de possédé la pièce la plus rare, la plus inaccessible, Itachi Uchiwa n’avait qu’un désir, obtenir les faveurs de la jeune Haruno.

Une sombre idée germa dans son esprit. Sans un mot, il laissa la jeune femme dans les bras du marionnettiste et partit en direction du couloir des chambres.

_« Profites en bien Sakura…Ce soir tu sera à moi !! »

 

A Suivre…