Chapitre 6-Flash-back

par Storine

*Chapitre flash-back*

Konoha, avril 2002

Nous nous retrouvions toujours dans la grande cour chez Naruto depuis que nous étions gosses. Nous tous : Naruto, Sasuke et son cousin Sai, Shikamaru, Neji et sa cousine Hinata, Sakura, Ino, Temari et moi, Tenten.
Cette fois-ci n'était point différente des autres. Nous voilà, nous dix, nous, amis, nous, sœurs et frères de cœur, Sakura et Ino pâmées devant le beau brun de la bande, alors que Sai tente désespérément d'attirer l'attention de la blonde qui se contente parfois de lui lancer une ou deux remarques cinglantes.
Finalement, je le vis se retirer quelques instants, des feuilles de papier en main, ainsi qu'un crayon. Et il dessinait. Il laissait glisser son imagination et son talent nouveau sur la feuille. Il ne lui fallut que quoi, dix minutes ? Et déjà il revenait vers le trio composé de son cousin et de nos deux amies.

- Ino, je peux te voir un instant ?

Curieuse, la blonde acquiesça et nous la voyions suivre le jeune homme un peu plus loin, à l'écart.

Moi, pour ma part, j'ouvris en grand mon livre de maths et m'assieds près de Neji.

- Tu m'aides, grand aigle blanc ?

Il fronça les sourcils, amusé.

- Et pourquoi je t'aiderais, hein, jolie dame du Paradis ?

Ah, la fierté et la supériorité masculine ! Il m'énervait !
Autant marchander, comme d'habitude...

- Parce que je t'aiderais pour le devoir de japonais, ça te dit ? C'est pas le cours où tu coules depuis des années ?

Son sourire de vainqueur foutut le camp. Haha, victoire ! Nous avons chacun nos faiblesses, après tout.

- Allez, fais-moi voir ça, grogne-t-il.

Je souris et lui montra le numéro. Il tiqua. Il était drôlement beau, c'est fou ! Quoique tous les Hyuuga sont beaux, comme Hinata... sauf qu'elle ne s'en rend pas compte, la pauvre...

- Ah, ouais, j'avoue, sacré problème... tiens, si on commençait par...


* * *


- Qu'est-ce qu'il y a, Sai ? demanda Ino, agacée. Tu sais que Sas'ke était en train de nous raconter la fois où il...

Elle se tut devant ce que lui montre son ami. Elle dut cligner plusieurs fois des paupières, saisit finalement la feuille et demande, incrédule :

- C'est TOI qui as dessiné ça ?

- Non, pas ça, Ino. C'est toi que j'ai dessiné, et pas un vulgaire paysage ou un objet quelconque... même si je dois bien avouer que l'originale est bien plus jolie.

Elle rougit.
Au loin, Sakura lui hurla :

- INOOOOOO ! TU VIIIIIIIIENS ?

Elle hésita un instant, puis :

- NON, UNE AUTRE FOIS PEUT-ÊTRE !

Puis, se retournant vers Sai :

- Je peux te voir dessiner, si ça ne t'ennuie pas ?

Il acquiesça, heureux.
Ino prit enfin conscience qu'elle ne connaissait pas Sai autant qu'elle ne le pensait... et qu'il était bien plus intéressant et talentueux, dans son propre domaine, que Sasuke... et surtout plus sympathique !


* * *


- T'es qu'un imbécile, Shika ! cria Temari, qui part en courant.

Le Nara la regarda partir, indifférent. Naruto arrêta un instant son babillage inutile et se tourna vers son ami.

- Je crois que tu ferais mieux d'aller la voir, non ?

- Ah, galère... je reviens...

Le blondinet le regarda partir puis se rendit enfin compte qu'Hinata le fixait depuis un bout de temps. Aussitôt, elle baissa le regard.

- Hey, Hina-chan !

Elle sursauta.

- Ou... oui, Naruto ?

- Tu veux bien m'aider dans mes devoirs ? Je comprends rien !

- Bi... bien sûr... Naruto...

Il resta un moment pensif, et une fois que la jeune fille l'eut rejoint, il lui demanda :

- Tu crois que je n'ai aucune chance de devenir maire, Hinata ? Après tout, je ne sais pas grand chose et je suis plutôt idiot...

Elle sourit.

- T'inquiètes pas, Naruto, je suis sûre que... tu y parviendras, d'une manière ou d'une autre... je serais toujours de ton côté.

- Ah, merci Hinata ! s'écrie-t-il, tout ragaillardi.

Puis, tout content, il serra la jeune fille dans ses bras.

- T'es trop gentille Hina-chan !

Et la pauvre Hinata tourna de l'œil dans les bras du jeune homme...

- Hinata ? Ça va ?


* * *


- Ooooooooh, Sas'ke-kuuuuun, raconte-moi encore la fois où...

"Qu'est-ce qu'elle est lourde, celle-là !"

- Et si tu me racontais quelque chose, à la place ? demanda le brun, agacé par les babillages incessants de la jeune fille.

Elle acquiesça.

"Oh, Sas'ke-kuuun s'intéresse à moiiiiiiiii !"

- Tu te souviens de la fois où tu...

- Oui.

- Et la fois où...

- Oui.

- Et celle où...

- Putain, Sakura, tu me racontes toujours les mêmes maudites affaires ! Tu m'énerves, tu le sais ça ?! Putain, grandis un peu ! On dirait une groupie en chaleur !

L'effet fut celui d'une douche glacée.

- Mais... Sas'ke-kun...

- Premièrement, appelle-moi Sasuke, d'accord ? C'est déjà moins pire.

- D'accord... Sasuke...

- Tu sais, Sakura, faudrait que tu t'affirmes un peu. T'as commencé à agir en vraie conne dès qu'Ino a commencé. Qu'est-ce que tu vas faire, maintenant qu'elle semble cesser ?

- Je...

- T'étais pas comme ça quand on était gosses, Saku. J'aimais beaucoup passer mon temps avec toi. J'envie même Naruto; tu le tapes, tu lui cries dessus, exactement comme tu faisais avant. Ça t'ennuierais qu'on redevienne comme ça ?

Elle sourit.
Enfin, pour une fois, quelqu'un l’avait remise à sa place... et elle se rendit compte de son attitude puérile.

- Aucun problème, Sasuke. D'ailleurs, si tu me racontes encore une seule fois la fois où t'as réussi à battre ton frère aux échecs, je t'enfonce mon poing en pleine tronche...

Et Sasuke éclata d'un vrai rire sincère.


* * *


- Ah, je t'ai trouvée, lança Shikamaru tout en passant une main dans sa couette en forme d'ananas.

La jeune fille releva son visage vers lui. Il eut un choc : la petite brute de la bande, la tigresse sauvage qui ne demandait qu'à se battre avait le visage barbouillé de larmes.
Elle ne tarda pas à s'en apercevoir. Pleurer devant ce grand flemmard ? Elle ne s'y résoudra jamais !

- Va-t'en ! hurla-t-elle tout en se recroquevillant sur elle-même.

Le Nara s'approcha tout de même et posa une main hésitante sur l'épaule de la jeune fille.

- Ça va ? Pourquoi tu pleures ?

- Je pleure pas, j'ai une poussière dans l'œil !

Il soupira.

- Fille galère, ça doit vraiment être une sacrée grosse poussière !

Elle rit malgré elle. Ça le fait sourire.

- Tu me dis ce qui t'arrive, Tema-conne ?

- Rah, la ferme, ne m'appelle pas comme ça ! Je déteste ça !

- J'arrête seulement si tu me dis ce qui se passe, Tema-conne !

Elle lui balança un coup sur l'épaule et finit par acquiescer, tout en soupirant.

- Mais ça sert à quoi exactement que je t'en parle, si tu t'en tapes de toute manière ?! Tout ce que je dis tu trouves ça inintéressant !

- Non, pas tout, Tem. La plupart des choses que tu dis sont inintéressantes, voilà tout.

- Haha.

- Alors ?

- Bah... c'est mon père. Mais je veux pas t'ennuyer avec mes histoires, alors...

Il lui fit face et plongea son regard dans le sien.

- C'est moi qui te le demande, Tem. Alors vas-y, j'écoute.

La jeune fille le regarda dans les yeux et avoua, la voix légèrement secouée (de tristesse ou de rage ?) :

- Mon père me fait vraiment chier, si tu veux tout savoir... je l'ai jamais dit à personne, sauf à Ten, mais quand j'étais petite, je l'ai vu tuer ma mère... mais personne ne m'a jamais cru. Il n'arrête pas de me dire que je suis la plus grande honte de sa vie, j'ai juste envie de foutre le camp, mais je ne peux pas... je ne saurais pas où aller... et... tout à l'heure, il m'a...

Reniflant bruyamment ses larmes, Temari se pencha et tira doucement son chandail vers le haut, dévoilant des marques de ceinture encore toutes fraîches sur sa peau. Le Nara, dégoûté de l'inhumanité du père de son amie, fronça les sourcils et mordit sa lèvre d'agacement.

- Tem, écoute-moi bien, d'accord ? Je te jure que je ne le laisserai plus jamais te faire du mal, tu m'entends bien ?

- Comment tu vas...

- On s'en fout. Prépare discrètement tes affaires, je viendrai te chercher cette nuit, d'accord ? Et tu viendras chez moi, tiens ! Ma vieille ne dira rien contre !

- Mais voyons, Shika...

- Allez, fais ce que je te dis. Je vais te retrouver plus tard, promis.

Il s'apprêtait à partir lorsque la jeune fille l'attrapa dans son élan par la manche et lui colla un baiser timide sur sa joue.

- Merci Shika... je t'attendrai. J'attends ce soir, et encore plus demain avec impatience.

Malheureusement, il ne vint jamais la retrouver.
Ni cette nuit-là, ni le lendemain.
Il n'y aurait plus jamais de lendemain avec lui.
D'ailleurs, il n'y aurait plus aucun lendemain avec l'un de nos amis.
Jusqu'à ce jour... mais qui sont-ils donc devenus ?
Ils ont tant changé...





Salut la compagnie !
Et voici, tout chaud tout beau, le chapitre "flash-back" tant attendu... je me fais des idées là...
Merci infiniment à tous ceux et celles qui me laissent des commentaires et qui m'ajoutent dans leurs favoris et/ou suivies.
Un gros merci très particulier à emimix3, ma béta-lectrice !
Prochain chapitre, cette fois, on saura enfin ce qui arrive aux filles...
Dites-moi, vous préférez les happy ends ou les fins dramatiques ?
Je ne sais pas encore ce que je vais faire pour ma fic...
Mais bon... je dirais que je suis plus ou moins à la moitié, déjà... je ne compte pas faire une fic de 30 chapitres...
En tout cas, merci beaucoup de me lire, j'apprécie toujours les commentaires, constructifs ou gentils !
Bisous !
Storine
P.S. Quel est votre couple préféré, d'après ma fic, celui que vous voulez ABSOLUMENT voir finir ensemble ? J'attends les réponses avec une grande impatience ! (Personnellement... je préfère mon ShikaXTema, mais c'est mon avis ! J'aime bien aussi mon TenXNeji... et même le InoXSai... mais c'est vraiment le SHIKAXTEMA ! Et vous ?)