Mangekyo Sharingan

par petite-saku

 

Coucou c’est encore moi je suis désolée pour mes chapitres, c’est vrai qu’ils sont courts mais j’essaye de faire du mieux que je peut^^ Donc voila.

Réponse aux reviews :

 

Hinata-chan : ne t’inquiète pas elle n’est pas prête de tomber enceinte. ^^

Faily06 : oui désolée que se soit un peu court mais bon ^^ Voici la suite ^^

Risa : Sakura est calculatrice elle sait voir son profit ^^

Mimi-chan : à l’origine elle devait être tuée mais bon… J’ai eu une idée donc voila l’es en vie ^^

 Tsume : Oui malheureusement pour lui il est amoureux d’elle…

 

 

 

 

                                                   Ta vie contre…

 

 

-         Ne te leurre pas, si je t’ai pris sous mon aile c’est que j’y vois mon profit. Si tu aime tant Sasuké tu vas donc pouvoir m’aider…

 

Sakura observa la femme qu’elle venait de sauver de beaux yeux verts, des cheveux roux et un visage rond. Elle serait parfaite pour le rôle que Sakura lui réservait…

La jeune femme lui donna une chambre et alla se coucher quelques minutes avant que Sasuké ne revienne.

 

-         Tu es trop gentille avec elle, tu aurais mieux fait de me laisser l’exécuter.

-         Non, j’avais besoin de quelqu’un d’autre avec moi, et puis je préfère l’avoir en vie pour la surveiller.

-         Tu es au courant pas vrai ?

-         Quelle excelle dans le domaine de la confection des poisons ? Oui.

-         Tu es intelligente mais le poison n’aura pas d’effet sur moi…

-         C’est ce que l’on verra…

 

Le lendemain, Sakura convoqua Shyna et lui expliqua ce qu’elle avait en tête, elle mirent tout en place pour la soirée envisagée et attendirent patiemment jusqu’au soir, fignolant les derniers détails.

Quand Sasuké arriva, il trouva une Sakura en nuisette, l’attendant un sourire aux lèvres.

 

-         Que…

-         J’en ai assez de résister, et puis je suis fatigué d’entendre ses femmes me dénigrer, Qu’elle sache une bonne fois pour toutes de quoi est capable une Ninja !

 

Sasuké sourit, intéressant.

 

-         Donc tu as décidé de te rendre ?

-         Oui.

 

Il ferma les yeux, et disparu de la vue de la jeune femme, dans la salle adjacente on étendit la cri étouffé d’une femme que l’on surprend. Il ouvrit la porte et poussa la servante dans la pièce.

 

-         Que fais-tu ?

-         Shyna tu peut rompre l’illusion et t’en aller, Sakura va m’expliquer son petit manège.

 

La servante au sol, reprit les trait de Sakura tandis que la Sakura sur le lit repris sa forme originale : Shyna.

 

-         Bon tu m’expliques ?

-         Il n’y a rien à expliquer.

-         Pourquoi cette mise en scène ?

-         Comment as-tu deviné ?

-         Elle a utilisé le terme ninja, alors que toi tu aurais utiliser le mot kunoichi.

-         Tu me connais trop bien.

-         Tu ne sais pas à quel point…

 

Il s’approcha de la jeune femme, elle se releva d’un coup et s’éloigna de lui.

Il sourit, elle n’allait pas se laisser faire ? Autant passer aux choses sérieuses dès maintenant.

Il la plaqua conte le mur, lui retenant les deux poignets d’une seule main au dessus de sa tête.

 

-         Que fais tu ?

-         Je vais te refaire vivre notre première nuit…

 

Il activa le Mangekyô Sharingan, il sentit Sakura trembler, bien sûr cette nuit elle ne l’avait jamais désirée…

Quand l’illusion fut terminée, elle se rendit compte que Sasuké l’embrassait.

Pourquoi ? Pourquoi la trait-il ainsi ?

Quand l’Uchiwa la libéra, elle s’accrocha à lui.

 

-         Pourquoi as-tu fais cela, murmura-t-elle. Tu n’avais pas le droit de me faire sa.

-         Parce que…

-         Pourquoi… ?

 

La jeune fille se mit à pleurer.

-         Parce que… Je…

-         Dit le moi …

 

Sa voix s’étrangla dans sa gorge, alors que Sasuké la plongeait dans un semblant de sommeil…

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

-         Tu aurais dû le lui dire Sasuké, ton obstination a ne pas lui dire que tu l’aime ne feras qu’empirer les choses.

-         Elle ne m’aime pas, c’est sa qui me retiens si elle se montrait un tant soit peu agréable, peut-être que j’aurais le courage de le lui dire.

-         En tout cas, après se soir, cela m’étonnerait qu’elle te tombe dans les bras…