Chapitre 6

par Akina-Chan

Chapitre 6 :



Année 201 de la Quatrième Ère :

Sakura resta un instant sans voix. Puis elle se reprit et alla droit au but :

« Pourquoi appelais-tu à l'aide ?

- Tu m'entendais ? »

Elle hocha la tête avant d'inspirer profondément.

« J'ai aussi entendu une voix qui... 

- Je l'ai entendu aussi » la coupa-t-il.

Il ne put s'empêcher de sourire. Elle semblait investie d'une mission périlleuse qu'elle devait accomplir à tout prix. A cet instant, Sasuke était intimement convaincu que cette fille allait être sa sauveuse.

« Pourrais-tu m'aider ?

- Pourquoi le ferais-je ? »

Mince. Il ne s'était pas attendu à cette audace. Décidément, bien que ressemblante à Kohada, elle n'en avait pas du tout le caractère…

Elle fouilla dans sa besace et en sortit un énorme grimoire noir, un de ceux que l'on n'ose ouvrir le soir de peur de ne pouvoir dormir ensuite.

« J'ai amené ton livre.

Mon livre ?

- Celui qui parle de toi » corrigea-t-elle.

Il crut percevoir une pointe d’anxiété dans sa voix. Bizarrement, il prit cela presque comme un compliment.

« C'est vrai que je suis méchant. Je suis une grande lumière bleue très méchante et je ne sais pas ce qui me retient de t'attaquer… »

Tout en ouvrant son livre, elle tourna un regard mi surpris mi dédaigneux vers lui, et cela le fit doucement rire.

« Sache que je ne te parle que parce que je suis curieuse. Imprudente, certes, mais curieuse. Si tu es réellement comme le livre te décrit, tu devrais à cet instant vouloir faire des incantations malfaisantes sur chaque partie de mon corps et me tuer pour boire mon sang…

- Personnellement, mon choix se porte plutôt sur le jus de tomate. Après, tout est une question de goût... »

Il vit un discret sourire se dessiner sur ses lèvres roses et sut qu'elle était en réalité tout sauf effrayée par lui. Et c'était une bonne chose pour ses plans.

« Que veux-tu ? »

La jeune fille suspendit son geste et releva la tête vers lui – ou plutôt, sur la lumière bleue qui le matérialisait.

« Ce que je veux ?

- En échange de ton aide, que veux-tu de moi ? Une fois libéré, je ne pourrais de toute façon jamais retrouver ma vie d’avant. Et une fois en pleine possession de mes pouvoirs, rien ne me sera impossible. Je ferai ce que tu voudras.

- Et si je te demande de mourir ?

- Joker, ricana-t-il.

- Je ne t'imaginais pas comme cela. Es-tu vraiment Sasuke Uchiwa ? »

Il resta bouche bée.

« Bien sur que je suis… moi ! Pourquoi ne le serais-je pas ?

- Le livre te décrit comme quelqu'un d'extrêmement froid, calculateur et égoïste. Tu étais dur avec tes camarades, tes professeurs. Tu aimais la violence, la mort et la souffrance. Mais quand je t'entends parler, j'ai l'impression d'entendre un… homme. Un homme normal, bien que très prétentieux, mais inoffensif. C'est pourquoi, permets-moi de douter de ton identité. »

Sasuke soupira.

« Que veux-tu que je fasse pour le prouver ? Aide-moi d'abord à sortir de cette prison magique et tu verras... »

Sakura fit une moue indécise et ses yeux d'émeraude fixèrent pendant quelques secondes une page du grimoire qu'elle tenait entre ses bras.

« Avant toute chose, dis-moi : es-tu vraiment aussi horrible ? » demanda-t-elle finalement en retournant le livre et en le tendant vers lui.

Posant les yeux sur le portrait qu'elle lui montrait, il les écarquilla.

« Qui est le fils de troll qui a dessiné cela ? Ce n'est pas du tout ressemblant ! Délivre-moi et tu verras à quel point ce dessin est une offense à mon physique ! »

Sasuke était rouge de colère et, pour la première fois de sa vie, honteux. Il ne ressemblait pas du tout à cette personne qu'on avait arbitrairement nommée « Sasuke Uchiwa » ! Et, étrangement, cela le mit profondément en colère que Sakura croit qu'il fut comme cela. Il était plus que temps de sortir d'ici et de montrer aux générations de futurs magiciens le vrai visage de celui qu'ils avaient inutilement craint pendant des décennies.

« Tu as parlé d'une prison magique, n'est-ce pas ? »

Sa fureur reflua en entendant la voix chaleureuse de la jeune femme.

« Oui. Je ne peux pas descendre de cet autel ».

Elle posa à terre le livre noir et sortit un deuxième ouvrage de son sac.

« Je m'en doutais. La magie, lorsqu'elle est bleue, signifie le plus souvent qu'elle entrave quelque chose, récita-t-elle. Tu parles, mais tu ne peux bouger. Tu ne peux pas sortir d'ici, alors que n'importe qui aurait quitté cet endroit s'il avait eu le choix. Oui, tout correspond... »

Elle s'assit en tailleur au sol – et il l'imita bien vite - et se mit à tourner frénétiquement les pages, avant de sortir un stylo et un cahier et d'y écrire fougueusement.

« Exécuter un sort peut être facile… murmura-t-elle. Mais le défaire requiert bien plus de force mentale et de précision. Qui vous a fait cela ? » questionna-t-elle en le regardant à nouveau.

Devant son air sérieux et appliqué, le cœur de Sasuke rata un battement. Elle semblait tellement ravie de mettre à profit ses connaissances qu'il en fut infiniment troublé.

« Orochimaru » fut le seul mot qu'il réussit à prononcer.

Le visage de Sakura se ferma subitement.

« O-Orochimaru ? » bafouilla-t-elle.

Elle se mordit la lèvre.

« Sakura… Qu’est-ce qu’il se passe ? »