Chapitre 5

par Akina-Chan

Chapitre 5 :


Année 201 de la Quatrième Ère :


Un sentiment étrange la transperça et seule la main que Kiba posa sur sa cuisse put la faire sortir de sa torpeur. Elle en ressortit si bouleversée qu'elle ne se formalisa pas du geste incongru de son ami.

« Ça va ? » lui demanda celui-ci en la fixant, visiblement inquiet.

Sakura ne put dire un mot tant sa gorge était sèche et se contenta de dodeliner de la tête.

« Tu es pâle d'un seul coup.

- Tout va bien » réussit à croasser la rose.

Le brun continua de la regarder pendant quelques secondes, avant de reporter son attention sur l'orateur. Sans ôter sa main de la cuisse de la jeune femme. Mal à l'aise, elle se tortilla sur sa chaise et il sembla comprendra car il ramena sa main vers lui et croisa les bras, semblant écouter avec attention Orochimaru.

Sakura releva les yeux vers ce dernier qui s'était remis à observer chaque visage. Un frisson parcourut son échine. Jamais elle n'avait eu cette impression de dangerosité avec l'Archimage. Il était quelqu'un de sage, calme et infiniment bienveillant. Il veillait sur l'Académie depuis tant d'année... Tous étaient heureux de le voir rester à la direction de l'Académie, car il la gérait avec droiture et impartialité. Il était même dit que, pour le remercier de ses bons services, la magie elle-même avait allongé sa vie de centaines d’années, lui octroyant une quasi-immortalité. Pour cette raison, beaucoup de gens l’admiraient et l’enviaient.

L'Archimage clôtura son discours par un dernier appel à la prudence puis des félicitations aux élèves pour leurs efforts et leurs progrès manifestes.

Sakura laissa les autres se lever avant de faire de même, crispée. Elle se détendit un peu quand elle aperçut le sourire jovial que lui lançait Kiba.

« On va à la bibliothèque ? »

Elle hocha simplement la tête.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Assis à une table aux milieux des bouquins de magie, Sakura expliqua avec précision chaque partie que son ami ne comprenait pas. Kiba l'écoutait attentivement et semblait bien assimiler, ce qui fit plaisir à la rose qui oublia momentanément cette sensation de malaise qui la tenaillait. Depuis le discours de l'Archimage, elle se sentait nauséeuse et faible, comme si son corps menaçait de tomber à chaque pas qu'elle faisait. Et dans sa tête, un son, comme une voix sourde et lancinante, commençait à lui donner la migraine.


« Tu vas bien ? » demanda subitement son ami.

Sakura fut pris d'un vertige. Elle hésita une seconde de faire semblant de rien, mais elle avait l'impression que sa tête allait exploser.

« Non, désolé, je vais aller me coucher Kiba ».

Ce dernier la dévisagea, troublé, puis la laissa partir une fois ses affaires rangées dans son sac et son bâton accroché dans son dos.

Plus elle marchait, plus elle se sentait mal. Ses mains étaient moites quand elle se dépêcha d'ouvrir la porte de sa chambre. Puis elle entendit son prénom.

« Sakura, reviens... » lui susurra la voix de Sasuke.

Elle s'écroula au sol, inconsciente.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

D'un geste rageur, il projeta toutes ses affaires au sol.

« Où est-il ? Et où est cette satanée salle ? cracha Orochimaru, la voix tremblante de rage.

- Je n'en ai aucune idée » répondit calmement Tsunade, tentant de calmer son compagnon.

Elle s'approcha de lui mais fut stoppée net par l'aura de haine qui entourait l'Archimage.

« J'ai senti son pouvoir. J'ai senti son aura. J'ai senti mon immortalité s'envoler. Où est ce Sasuke Uchiwa ? Que j'en finisse une bonne fois pour toute avec ce parasite ! »

Dans sa fureur, il projeta son grimoire à l'autre bout de la pièce d'un geste ample de la main.

« Attention, tu n'utilises pas ton bâton... »

Tsunade se tut et déglutit difficilement lorsque les yeux remplis de folie d'Orochimaru se fixèrent sur son visage, comme s'il allait se jeter sur elle pour l'étrangler.

« Bâton ou pas bâton, cherche-le ! »

Il inspira une grande goulée d'air et sembla se calmer. Mais sa voix retentit à nouveau, vibrante de colère, lorsqu'il ajouta :

« Et surveille la Haruno ! C'est déjà à cause de cette famille que nous sommes dans cette situation. Ne refais pas deux fois la même erreur, Tsunade... »

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Sakura se réveilla en nage. Elle tourna la tête et ses joues brulantes rencontrèrent la surface glacée du carrelage. Elle se redressa lentement et se sentit vacillante un moment. Puis elle se mit debout avant de se laisser retomber sur le matelas de son lit. Elle avait la bouche pâteuse et son corps paraissait peser une tonne. Que lui était-il arrivée ?

A nouveau, la voix de Sasuke résonna dans son crâne. Elle se rappela l'avoir entendu avant de perdre connaissance. Elle ferma les yeux, tentant de s'endormir, mais elle n'y parvint pas. Alors elle se concentra, fit appel à ses pouvoirs de perception et, derrière les formes indistinctes de ses camarades présents dans les couloirs adjacents, elle vit distinctement là où se trouvait la grotte. Se focalisant davantage sur le lieu, elle laissa son esprit vagabonder le long de la paroi rocheuse de la caverne, avant de déboucher sur la grande salle au milieu de laquelle trônait l'autel. Et sur le socle sacré… la forme imprécise de la boule lumineuse, flottant dans les airs. Sasuke Uchiwa.

« Sakura, sauve-moi... » entendit-elle.

Puis soudain, sa vision sembla s'affoler. Un voile noir passa devant ses yeux, elle sentit son esprit se faire projeter hors de la grotte et un frisson glacé lui parcourut le dos. Autour d'elle, une sorte de brouhaha l'empêcha de se concentrer. Et, distinctement, dans ce bourdonnement étouffé, elle entendit une voix désincarnée :

« Uchiwa, tu vas mourir ! ».

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Sasuke frissonna. Non pas qu'il ait froid, mais la voix qui venait de sortir de nulle part – ou peut-être de sa tête – ne lui inspirait rien de bon. Il pouvait reconnaître la voix sifflante de l'Archimage, teintée de ressentiment, entre toutes. Et la menace que cette dernière avait proférée ne le laissait pas de marbre. Orochimaru était capable de tout et possédait une puissance incroyable, bien trop grande pour le corps décharné qu'il possédait, d'ailleurs.

Si seulement Sakura pouvait entendre ses appels à l'aide... Tout en réfléchissant, il pria pour que cette Haruno soit aussi puissante que ses ancêtres. Kohada Haruno, à son époque, était une magicienne de renom. A tel point qu'il avait vu en elle sa rivale, et qu'il s'était toujours efforcé de la surpasser, car cette famille de magiciennes était connue pour mettre au monde des enfants prédisposés à la maîtrise de la magie sous toutes ses formes. Sasuke, enfant rejeté et renié, avait cherché dans cette perpétuelle compétition un moyen de prouver qu'il pouvait être aussi bon que n'importe qui. Il avait finalement terminé par être meilleur que tout le monde...

Et c'était justement à cause de ça qu'il se retrouvait coincé ici, dans cette grotte sombre et abandonnée !

Il jura à nouveau. Kohada lui manquait…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Sakura n'était pas allée dîner. Elle trouverait bien une excuse le lendemain pour s'excuser auprès de Kiba, mais pour le moment, ses pensées étaient bien trop accaparées par un autre problème pour qu'elle y réfléchisse sérieusement. Elle fourra un grand livre dans son sac et après avoir vérifié que personne ne fouinait dans les couloirs, elle se faufila dans l'ombre.

Ses pas la guidèrent vers la bibliothèque cachée, puis vers la trappe menant à la grotte. Elle sauta à l'intérieur du trou et invoqua rapidement quelques lucioles pour éclairer la caverne. Sans prendre son temps, elle se mit à marcher le long de la paroi, et entendit chacun de ses pas résonner sur chaque mur du souterrain. Elle ne chercha même pas à cacher sa présence.

Elle déboucha enfin sur la porte couverte de runes et, prenant son courage à eux mains, la poussa. Elle entra dans la cavité rocheuse… mais aucune trace de la présence de Sasuke. Elle alla se poster devant l'autel, les mains sur les hanches, droite, nerveuse. Elle fit une moue étonnée, se concentra mais elle ne perçut rien.

« J'aurai rêvé ? » dit-elle tout haut, pour se rassurer.

Puis, soudain, elle sentit son cœur se soulever et un souffle frais lui caressa les bras et le cou. Elle frémit et comprit que, non, elle n'avait pas rêvé. Une lumière bleuâtre apparaissait progressivement sur le plateau de l'autel.

« Tu es revenue... » souffla la voix de Sasuke, soulagé.