Maintenant qu'il est Hokage, épilogue

par tookuni

 

 

Si j'étais Hokage

Epilogue

 

 

Iruka revenait d’un petit voyage très agréable à Suna, où il avait été chargé de former des enseignants pour les jeunes ninjas. Il avait apprécié son séjour, mais il avait hâte de retrouver ses propres élèves, son académie, la verdure qui l’entourait, le rire de Naruto, son Konoha à lui.

Il arrivait à la porte lorsqu’il eu l’impression que quelque chose n’allait pas. Ce n’était pas une mauvaise impression. Au contraire, le village semblait respirer la fête.

Iruka passa la porte, anxieux, et ce fut l’émerveillement.

Partout autour de lui tournoyaient des manèges. Des couleurs vives chatoyaient et faisaient tourner la tête. Une musique entraînante venait de tous côtés et les rires des enfants s’élevaient telle la plus belle des symphonies. S’enfonçant un peu plus dans la fête pour retrouver son appartement, Iruka put admirer la magnifique fontaine au centre du village, d’où coulaient des flots d’un liquide orangé que grands et petits buvaient avidement.

 

Plus loin, il aperçu l’Ichiraku qui travaillait sans s’arrêter, recevant commande sur commande, client sur client, qui allaient et venaient sans payer. Il décida d’aller voir le vieil homme pour lui demander ce qu’il se passait, mais ce fut Ayame qui s’adressa à lui :

 

« Oh ! Iruka-san ! Bon retour !

        Bonjour Ayame-chan ! Tu peux m’expliquer ce qu’il se passe ici ? Vous laissez les gens partir sans payer ?

        Ah ça ! rit la jeune femme. C’est une idée de Naruto-san ! Il nous paye tous les soirs toutes les commandes de la journée et ainsi tout le monde peut profiter des ramens jusqu’à plus soif ! »

 

Iruka quitta la jeune femme après un bol de ramen, qu’il n’eut pas le droit de payer, et se rendit enfin chez lui.

Sur sa route, il avait croisé plusieurs marchants ambulants sur lesquels se précipitaient des gamins pour se servir de pâtisseries à volonté, encore un cadeau de l’Hokage, songea t’il.

Le soir venu, après s’être reposé un peu, Iruka ressortit. La plupart des enfants étaient rentrés chez eux, il espérait voir Naruto à l’Ichiraku pour lui parler de ses décisions, qu’il trouvaient quand même un peu exagérées, mais le blond n’était pas là.

 

« Iruka-sensei, si vous cherchez l’Hokage, ce n’est sûrement pas ici que vous le trouverez, lança une voix grave et timbrée derrière lui.

        Oh ! Bonsoir Sasuke ! Et où est-ce que je peux le voir ?

        Si vous arrivez à supporter le bruit, venez avec moi. Aujourd’hui, on reçoit les délégations de Suna et d’Iwa. »

 

Iruka ne vit pas le regard désespéré de l’Uchiha, mais il sentit son ton las. Il comprit lorsqu’ils arrivèrent devant ce qui ressemblait à un hangar, sauf qu’il y avait plein de couleurs qui brillaient dans la nuit, qu’une musique incroyablement forte se propageait à l’extérieur, et que ce qui se révéla être une salle de danse, ou une discothèque, était bondé. La grimace de Sasuke se fit tout à coup évidente car il venait d’ouvrir la porte.

Le professeur resta ébahi devant la scène : tous les adultes ninjas de Konoha se trouvaient réunis. Parmi eux, les Kage de Suna et d’Iwa, qui dansaient comme des fous en plein milieu de la piste. Tout près, un Naruto déchaîné en sueur, plus loin, la timide Hinata qui arrivait à bouger et semblait s’excuser toutes les trois secondes lorsque quelqu’un la poussait. Affalé sur une chaise, un Shikamaru dormant malgré le bruit, Shino et Kiba faisant une bataille de pseudo-danse dans un coin, supportés par Ino, puis une chose rose fonça à côté de lui et un bruit de collision fut étouffé par le vacarme.

Sakura avait aperçu Sasuke et s’était jetée sur lui. Décidant de laisser le brun se dépêtrer de la jeune fille et aller danser plus loin –même lui semblait vouloir un peu danser, contre toute attente, l’homme s’enfonça dans la foule et, au prix d’incroyables techniques d’infiltration, il arriva jusqu’à l’Hokage qui l’accueillit d’un merveilleux sourire.

Hurlant, Iruka demanda ce qu’il se passait, mais comme personne ne pouvait se faire entendre dans ce brouhaha, il finirent par sortir tous les deux.

 

« Bon, tu m’expliques ?

        Eh Bien, j’ai pensé que ça serait une bonne idée de faire la fête après avoir fait tout ce boulot ! s’exclama le Shichidaime en affichant un immense sourire.

        Et pour la fontaine, les ramens, tout le reste ? C’est toi qui paies tout ?

        Ouaip ! Tu n’as pas idée de l’argent que peut se faire un Hokage ! J’ai un studio deux pièces grand luxe où je ne vais jamais, un porte monnaie tellement rempli malgré tout que je ne sais jamais quand il va craquer… Ah ! Il faudra que tu viennes au pique-nique de demain après midi ! On y sera tous.

        Hé ! C’était pour le conseil le pique-nique ! remarqua Iruka.

        Justement ! Je l’ai un peu rénové et j’ai établi d’autres ordres, Kakashi est premier conseiller ! » s’exclama le blond, enchanté.

 

Iruka faillit s’étrangler, mais il se dit qu’il valait mieux attendre encore un peu, Naruto n’avait pas fini…

 

« Et j’ai aussi nommé Sakura pour la santé, Choji à la culture, Shino pour tout ce qui est bestioles et plantes…

        Rassures moi, tu n’a pas mis Hinata au commerce ?

        Ah non ! J’ai mis Ino, et Kiba aux relations inter-villages.

        Oh, pas mal…

        Shikamaru est aux finances, ça l’arrange, il ne bouge pas. Neji à la justice, et puis d’autres encore… La dernière nomination est une surprise pour demain. Il ne sait pas pourquoi je l’ai invité ce soir, continua le blond, plein d’entrain.

        Et vous travaillez quand même ? demanda finalement Iruka en regardant Lee, une bouteille vide à la main, se faire poursuivre puis assomer par Tenten.

        Bien sûr ! Je te montrerais les progrès qu’on a faits ! »

 

Iruka ne demanda pas plus, il était confiant.

 

Le lendemain, la matinée passée à se remettre d’une énorme cuite, les différents conseillers se retrouvèrent autour d’une quantité impressionnante de nourriture, discutant défenses militaires et rangs des missions en se roulant dans l’herbe. Au bout d’un temps, le Shichidaime se leva, tendit son verre et déclara :

 

« Jusqu’à présent, on s’est toujours tous consultés pour ce qui était des défenses et affaires de guerre, et on a bien vu que c’était impossible à gérer, n’est-ce pas ? »

 

Des murmures d’approbation se firent entendre, Naruto reprit :

 

« Alors je propose la création d’un nouveau poste de ministre de la guerre, chargé entre autres de la protection du village, j’ai nommé le chef de la police de Konoha, Uchiha Sasuke. »

 

Silence. Sasuke n’avait pas réagi. Considéré comme un traître encore, certains ne voulaient même pas de lui à la tête de cette fameuse police qui pourtant avait fait des merveilles les temps derniers.

 

« Naruto, tu n’es pas sérieux… commença l’Uchiha de sa voix la plus neutre.

        Et depuis quand est-ce que je sais me foutre de ta gueule, monsieur le ministre ? » rétorqua Naruto en croisant les bras puis se rasseyant pour engouffrer dans sa bouche une poignée de chips.

 

Iruka, qui était là en invité, resta coi. Certes, il avait été inquiet de l’avenir du village vu la façon dont Naruto l’avait transformé, mais tout avait l’air de bien se passer. Les amis du blond étaient plus que compétents, le village n’avait jamais été si gai et prospère, et lui, il voyait son propre rêve éveillé. Cette réalisation sonnait encore comme un grand merci aux oreilles d’Iruka.

 

« Naruto… murmura l’homme avant de se diriger vers l’académie, un sourire aux lèvres, c’est moi qui devrait te remercier. »

 

 

FIN