CHAPITRE 10

par corny94

 

 

CHAPITRE 10 :

 

 

       Keisuke était là, bouche bée, nous regardant tour à tour ébahie. Puis il se tourna vers son papa, les sourcils froncés :

 

- Pourquoi t'es parti ? Pourquoi tu l'as laissé seule tout ce temps ? Tu faisais quoi pendant qu'elle travaillait dur ? On avait besoin de toi, tous les deux...

 

Ce que je craignais se produisait, sa colère et son incompréhension... Il allait me détester une fois que j'aurais répondu à toutes ces questions.

 

- Je vais tout expliquer, je... Commença à se justifier Naruto.

- Non, je vais le lui dire. L'interrompis-je.

- Me dire quoi à la fin ? S'emporta notre garçon.

- Keisuke, ton papa ne savait pas que je t'attendais. Naruto venait de partir à Tokyo pour réaliser son rêve et j'ai fais le choix égoïste de ne rien lui dire pour qu'il soit heureux.

- Et de mon côté, je venais de rencontrer Shion et j'ai quitté ta maman pour elle quand elle a voulu me mettre au courant. J'estime être tout aussi fautif. Ajouta-t-il.

- Donc si vous êtes séparé depuis tout ce temps c'est parce que vous n'avez pas été capable de vous parler ?! Cri Kei-kun. Les grandes personnes sont stupides quand elles sont amoureuses ! Je vous déteste !

 

Et il nous pointa du doigt en s'écriant : "Ne me parlez plus jamais !" avant de sortir de la pièce comme une tornade et de claquer la porte de sa chambre. Je savais que cette discussion ne serait pas facile mais sa colère me fit si mal que mes larmes coulèrent toutes seules... Et presqu'immédiatement les bras de Naruto m'enlacèrent.

 

- Il faut lui laisser un peu de temps...

- Et s'il ne veut plus jamais me parler ? Tremblais-je.

- Il est jeune, il a encore de besoin de sa maman.

- Mais il me déteste !

- Tu te calmes maintenant, rétorqua Naruto fermement. Tu n'as aucune idée de ce qu'il de ce qu'il ressent. Tu le voudrais mais ce n'est pas le cas. On va devoir être patient et disponible pour les jours à venir pour dissiper ses doutes. Tu comprends ce que je veux dire n'est-ce pas ?

 

J'acquiesçais docilement avant de me nicher un peu plus contre lui. Il avait tout à fait raison. Désormais Naruto serait là pour me soutenir, je ne devrais plus m'inquiéter autant même si j'appréhendais déjà les prochains jours...

 

* * *

 

Keisuke ne sortait plus de sa chambre excepté pour manger ou aller à l'école depuis quelques jours déjà... Et tout cela sans m'adresser la moindre parole. Naruto essayait tant bien que mal de me réconforter mais je restais inconsolable.

 

- Hina-chan, je sais que cette situation t'attriste énormément mais tu dois manger. Me dit-il pour la seconde fois.

- Kei-kun ne me regarde même plus... Soufflais-je.

 

Cela avait toujours été Keisuke et moi, depuis sa naissance. Je n'ai eu que lui pendant toutes ces années et il n'a eu que moi. J'étais son seul parent et lui ma seule famille... Je l'ai sans doute un peu surprotégé. Nous sommes toujours ensemble et qu'il m'ignore comme ça du jour au lendemain, c'est comme s'il ne voulait plus que je sois sa mère...

*DRING DRING !*

Mon portable sonnait sur la table basse, je me levais fébrilement et le prenais entre mes doigts. Numéro inconnu.

 

- Mochi, mochi ?

- Hinata, c'est ton pè... Hiashi Hyuga à l'appareil.

 

Je mets quelques secondes à situer la voix de mon père à l'autre bout du fil avant d'avoir un sursaut. Naruto me jeta un regard inquiet et je lui mimais du bout des lèvres le nom de mon interlocuteur. Il écarquilla immédiatement les yeux.

 

- Tu es encore là ?

- Ou-oui, bonjour Hiashi-sama.

- Si je t'appelle c'est au sujet du mariage de ton cousin.

- Il y a un problème ? M'inquiétais-je.

- Neji et Tenten souhaitent que tu participes aux préparatifs du mariage

- Qu'est-ce que vous voulez ?

 

Il y avait toujours des conditions avec mon père. On obtient rien sans rien.

 

- Tu dois venir au manoir et il faut que tu viennes avec mon petit-fils.

- Attendez un instant.

 

Je couvrais le téléphone d'une main et me tournais vers petit ami. Je lui expliquais brièvement la situation :

 

- C'est mon père, il veut que je vienne au manoir avec Kei-kun si je veux aider Neji et Tenten pour le mariage.

- Si j'écoutais mon instinct, je te dirais de ne pas y aller. Sauf que je sais à quel point tu tiens à eux et que ta famille t'a énormément manqué ces dernières années. Cependant tu devrais demander son avis à Keisuke.

- C'est vrai, je vais essayer de lui parler....

 

Je me rendais dans le couloir et frappait à sa porte.

 

- Kei-kun, c'est maman, j'entre.

 

La chambre était plongé dans le noir sauf une petite veilleuse en forme de grenouille près du lit. Keisuke était enroulé dans sa couette et ne semblait pas vouloir en sortir. Je pris place sur son lit et posait une main sur lui :

 

- Je sais que tu ne veux pas me parler mais je suis avec ton grand-père au téléphone et il voudrait te voir bientôt. Tu es d'accord ?

 

Je le sentis s'agiter et sa main immergea de sous le drap, le pouce levé. Je me relevais sans un mot et retournait dans le couloir en refermant la porte derrière moi. Je repris le téléphone à l'oreille :

 

- J'accepte uniquement si c'est hors de mes heures de travail et que Keisuke n'ai pas école.

- Ce dimanche, est-ce que cela te convient ?

- Ca, ça devrait aller.

- Très bien, quatorze heures dimanche au manoir. Ne soyez pas en retard. Tu sais très bien à quel point je déteste ça.

 

Et il raccrocha sans même un au revoir mais peu importe c'était comme si l'air circulait à nouveau dans mes poumons. Je ne sais pas combien de temps je restais planté là avant Naruto ne vienne me rejoindre. Il prit délicatement mon téléphone des doigts et posa une main contre ma joue pour que je le regarde :

 

- Tout va bien ? M'interrogea-t-il.

- Je... Je vais au manoir dimanche avec Kei-kun. Répondis-je laconique.

- Je vous y emmènerais et pas de non, tu n'as pas le choix.

- Et ton entrainement ?

 

Même si Naruto avait quitté Tokyo, il faisait néanmoins toujours parti de l'équipe et poursuivait ses entrainements ici, à Konoha.

 

- Il n'y a pas de problème je te dis, j'irais pendant que tu serais là-bas.

- Vraiment, ça ne t'embête pas ?

- Si j'en avais pas envie, je ne te l'aurais pas proposé.

 

C'est exactement ce que je voulais entendre, ce que j'avais besoin. Et Naruto me le dit sans la moindre hésitation. J'avais confiance en lui aujourd'hui et j'aurais confiance en lui demain. J'envisageais un avenir avec lui et ensemble avec notre enfant, enfin peut-être, on verra ça plus tard... Pour l'instant, je me contentais de poser mes mains sur le col de son tee-shirt et l'attirait vers moi pour l'embrasser. Ses lèvres étaient agréables et chaudes contre les miennes... Je pouvais pleinement me détendre entre ses bras. Alors pourquoi maintenant que tout allait bien avec Naruto, il fallait que ma relation avec Keisuke en pâtisse ?

 

* * *

 

            Le dimanche venu bien trop rapidement  à mon goût... Comme convenu Naruto nous emmena en voiture jusqu'au manoir Hyuga. La trajet me donna l'impression d'être interminable avec Keisuke qui ne nous adressait toujours pas la parole et cela commençait sérieusement à agacer Naruto. Je le voyais se tendre contre le siège, ses mains serrées sur le volant, leurs jointures étaient blanches, les sourcils froncés... Il allait s'énerver et cela ne serait pas beau à voir. Ce que je craignais se produit lorsque nous nous sommes garés non loin de la demeure familiale...

 

- Keisuke, on est arrivé. Tentais-je gentiment.

 

Sans succès, mon fils m'ignora une nouvelle fois en détachant sa ceinture. Et c'est à ce moment-là que son père s'emporta :

 

- Ca suffit maintenant ! S'écria-t-il en sortant de la voiture. Keisuke, toi qui proclamait être un grand garçon à longueur de journée... Est-ce que tu te rends compte de la peine que tu fais à ta maman en te comportant de cette façon ?

- Naruto-kun s'il te plaît, soufflais-je pour tenter de le calmer.

- Non Hinata, il faut qu'il comprenne. Me rétorque-t-il durement. Tu es le seul à savoir combien cela a été difficile pour elle de s'occuper de toi ! Et pourtant, elle n'a accordé son amour qu'à toi, ces sept dernières années. Et tu décides de ne plus jamais lui parler, alors qu'elle a tout sacrifié pour toi ? Ne lui en veux pas pour un choix qu'elle a fait en pensant à ton propre bien avant le sien... Aujourd'hui, nous avons enfin la chance de pouvoir être une véritable famille, maman, toi et moi. Et c'est ce que tu souhaites depuis toujours, n'est-ce pas ?

 

Je vis les larmes montés aux yeux de Keisuke avant qu'il ne se jette sur moi et me serre très fort avec ces petits bras d'enfant.

 

- Pardon maman, je voulais pas te rendre triste. Pleura-t-il contre mon moi. J'étais très en colère parce qu'on s'aime tous mais on pouvait pas être ensemble plus tôt !

 

Je me contentais de serrer mon fils dans mes bras en hochant la tête. Lorsque je m'écartais, Keisuke se dirigea vers son papa et à ma grande surprise, il l'enlaça !

 

- C'est de cette façon que l'on devient un petit homme, Keisuke. Quand on est capable d'apprendre de ces erreurs, comme ta maman et moi l'avons fait. Et je suis fier que toi aussi tu admettes les tiennes aujourd'hui. S'exclama Naruto en caressant la crinière de notre enfant.

- Merci papa ! Souriait-il.

 

C'était la première fois qu'il appelait Naruto, papa ! Naruto resta interdit quelques secondes avant de rougir comme une tomate. Mon Naruto gêné, on aura tout vu...

 

- De, de rien... Maintenant allez-y. Hiashi-san n'aime pas les retardataires. Et je compte sur toi Keisuke pour surveiller ta maman.

 

Ce dernier acquiesça vivement et me prit par la main. J'allais lui emboiter le pas quand Naruto me saisit par la taille et m'embrassa devant notre fils !

 

- Appelle-moi lorsque tu sors, je viendrais vous chercher. Me chuchota-t-il avant de regagner sa voiture et de démarrer.

 

Nous fîmes alors face à l'ancienne demeure familiale, je pris une profonde respiration et sonnait à l'interphone :

 

- Manoir Hyuga, que puis-je pour vous ?

- Hm, c'est Hyuga Hinata et son fils Keisuke. Nous avons rendez-vous avec Hiashi-sama.

- Mademoiselle Hinata ? Je... Attendez un instant.

 

Ca y est, l'angoisse me prends à la gorge, au ventre et mes mains devenaient moites.

 

- Maman, tu colles. Remarqua Keisuke en souriant l'air de rien.

 

Je tente de répondre mais reste crispée, incapable de me détendre. Et cela ne s'arrangea pas quand le portail s'ouvrit devant nous. La personne qui nous accueilli me renvoya quelques années en arrière... C'était mon ancienne nourrisse, Hikari. Elle c'était occupé de Hanabi et moi pendant toute notre enfance. Et à ses côtés se trouvait mon ancien garde du corps, Kô. Malgré toutes ces années, ils n'avaient pas changés. Eux avec qui j'avais grandis et qui avaient prit soin de moi, je suis tellement émue que je ne peux pas faire le moindre geste. J'ai pensé si souvent à eux, ils étaient les membres les plus proches de ma famille et pourtant ils semblent tout aussi ébahit que moi de me voir au manoir. Et leurs yeux s'écarquillent un peu plus lorsqu'ils voient le petit bonhomme à mes côtés.

 

- Pourquoi ils nous regardent comme ça ? Ils sont bizarres ! Me fait remarquer Kei-kun.

- C'est parce que je ne suis pas venue depuis longtemps et en plus je suis accompagnée. Avançons, on va les saluer.

 

J'arrive enfin à poser un pied devant l'autre et Keisuke me suis calmement.

 

- Kô-san, Hikari-san, bonjour. Dis-je en me courbant devant eux.

- Hinata-sama, je suis si contente de vous revoir ! S'exclama cette dernière en portant une main à sa bouche. Comment allez vous ? Oh, mais qui est-ce ?

- Hikari pose lui une question à la fois et elle te répondra... Soupira Kô. Hinata-sama, bon retour au manoir. Dit-il en serrant ma main entre les siennes chaleureusement. Alors dites-nous qui est ce petit garçon ?

- Keisuke voici Kô-san et Hikari-san, ils s'occupaient de moi lorsque j'étais plus jeune. Ils font aussi parti de ta famille. Kô-san, Hikari-san, je vous présente mon fils, Keisuke. Il a sept ans.

- Alors la rumeur était vraie... Souffle mon ancien garde du corps.

 

J'opinais de la tête avec un petit sourire et demandais à Kei-kun de leur dire bonjour.

 

- Bonjour, marmonne mon garçon en se cachant derrière moi.

- Il est adorable ! Me fait remarquer Hikari-san. Je suis triste ne pas avoir le temps de faire sa connaissance mais Hiashi-sama vous attends dans le grand salon, Hinata-sama.

- Hinata, je suis juste Hinata maintenant. Et tutoyez moi s'il vous plaît, je n'habite plus ici depuis longtemps. J'espère que l'on aura l'occasion de se revoir bientôt et que vous pourrez venir boire un verre à la maison. A bientôt !

- Au revoir tonton ! Au revoir tata ! Les salua mon garçon.

 

Je les vis rougir du coin de l'œil lorsque nous les dépassions pour rejoindre l'autre pièce. Keisuke et son charme vaincrons, je le savais ! Nous longions le grand couloir sous le regard tantôt intrigué, tantôt choqué des membres de la famille Hyuga. Une fois devant la porte coulissante quelqu'un nous annonça et la voix rauque de mon père nous autorisa à entrer. Le salon qui m'apparu était telle que dans mes souvenirs. Une pièce immense baigné de lumière, une grande table rectangulaire en ébène au centre ainsi qu'un vase remplit de lys blanc frais y trônait. C'était les fleurs préférés de maman... Autour de la table de trouvait ma petite sœur Hanabi, mon cousin Neji et sa fiancée, mon amie, Tenten. Lorsque je croisais le regard de ma sœur, l'émotion m'envahit subitement, cela faisait si longtemps... Je m'avançais doucement, la main de Kei-kun dans la mienne. Je m'agenouillais face à mon père et mon fils m'imita tant bien que mal :

 

- Bonjour Hiashi-sama. M'exclamais-je en courbant le dos comme l'étiquette le voulait.

- Bonjour Ojii-san ! Fit mon garçon avec désinvolture.

 

Tout le monde écarquilla les yeux, même la bonne qui servait le thé devant tant d'audace vis à vis du chef de famille. Mais celui-ci se contenta de hocher la tête, pas le moins du monde surprit.

 

- Keisuke, je ne sais pas si tu t'en souviens mais voici ta tante Hanabi. La dernière fois que tu l'as vu tu n'étais qu'un petit garçon.

- Oui, tu m'as montré des photos d'elle à la maison et tata portait de très beaux kimono dessus ! Répond t'il. Maman m'a dit aussi que tu travaillais aussi avec oncle Neji et que vous étiez des gens importants. C'est pour ça qu'on ne pouviez pas venir à la maison.

 

Je vois la mine surprise de mon père se poser un instant sur moi avant de la détourner aussitôt. Il s'attendait surement à ce que je dise du mal de lui.

 

- Je suis très content de tous vous voir aujourd'hui ! Maman m'a tellement parlé de vous... C'est chouette parce que ce c'est comme si on était déjà une famille ! Sourit Kei-kun de toute ces dents de lait.

- Tu as toujours fait partie de cette famille. S'exclame le chef de famille.

 

Je ne rétorquais rien malgré que cela ne soit absolument pas la vérité. Il plia son journal et se redressa :

 

- Viens avec moi Keisuke, je vais te faire visiter le manoir où ta mère a grandi. Dit-il en ouvrant la porte coulissante. On va les laisser discuter entre adultes.

 

Keisuke m'observait tandis que je fixais son grand-père.

 

- Tu peux y aller Kei-kun à condition que tu sois revenu dans une heure, c'est bien compris ? Fis-je.

- Ca sera amplement suffisant.

 

Mon garçon me donna une bise sur la joue comme s'il comprenait l'effort qu'il me fallait pour faire confiance à mon père, avant de rejoindre ce dernier. J'eus juste le temps de le voir prendre la main de son grand-père avant que la porte ne se referme derrière eux.

 

- Ca c'était de la tension ! Soupira ma sœur

- Tu l'as dis... Renchérit Tenten. Je t'avoues que jusqu'au dernier moment aucun de nous ne savait si tu viendrais.

- Pour quelle raison ?

- On pensait seulement que tu ne voulais plus revenir ici, surtout après ce qu'il t'a fait subir. Répondit Neji. Mais nous sommes heureux que tu viennes nous aider pour notre mariage. Confessa mon cousin en prenant la main de sa future femme entre la sienne. D'ailleurs nous voulions te demander quelque chose...

- Nous aurions souhaités que tu sois ma demoiselle d'honneur. Poursuivit mon amie.

- M-moi ? Je ne mérite pas de...

- Si Hinata. C'est une occasion qui ne se présenteras plus et ça fait des années que tu nous manques ici... Et je me fiche de ce que pourrait dire notre famille, c'est notre mariage.

 

Je ne savais plus où me mettre, j'étais trop émue... Même si nous ne nous voyons plus depuis des années, ils me considéraient toujours comme une de leur proches.

 

- Oui bon, changeons de sujet deux secondes. Nous interrompit Hanabi. Pour Naruto et toi, c'est vrai ? Enfin mise à part que c'est le père de Keisuke et les potins des magazines... D'ailleurs ça a rendu père fou furieux. Tu aurais vu sa tête quand il a comprit ! Je ne l'avais jamais entendu injurié quelqu'un mais là... Il a insulté Naruto de tous les noms. C'était si drôle que même Neji-nii-san à eu dû mal à ne pas rire. Tu te souviens du : "Ce sale petit connard prétentieux, il a osé toucher à ma petite fille !". Et il a déchiré le journal, c'était tordant. S'amusa ma sœur les larmes aux yeux.

- Tu voulais me demander quelque chose ou tu voulais juste rire de notre père ? Soupirais-je avec un petit sourire.

- Ah oui, c'est vrai ! Alors Naruto et toi c'est repartie ?

 

J'entendis Neji s'étouffer avec son thé.

 

- Enfin c'est la rumeur qui court dans Konoha... Comme Naruto accompagne Kei-kun à l'école, que vous allez faire vos courses ensemble et tout ça. Ca laisse croire que...

- C'est vrai ?! S'exclame-t-il après s'être essuyer la bouche.

 

Je ne savais plus où me mettre. Je voulais leur dire la vérité mais père se trouvait non loin de là et après ces menaces de la dernière fois, je ne savais pas si je pouvais.

 

- Je préférerais en parler une autre fois. Dis-je en regardant les fleurs au centre de la table. Si vous pouvez venir à la maison, on en discutera.

- Nous serions ravis d'être invité chez toi et de voir enfin ton appartement.

 

C'est vrai qu'aucun membre de ma famille n'avait vu notre logement et le peu de fois où j'avais pu les voir était de pure coïncidence.

 

- Même si père me l'interdit j'ai vingt ans, je suis majeure. Je fais ce que je veux ! Rétorqua ma sœur nonchalante.

- Arrêtons de parler de moi, je suis venue ici pour ce mariage. Souriais-je en secouant la tête.

 

* * *

 

Nous parlâmes près de deux heurs avant que je ne me rendes compte que Keisuke et mon père n'étaient pas revenu... Je paniquais presqu'immédiatement en regardant ma montre :

 

- Ce n'est pas normal... Keisuke devrait déjà être là, depuis une heure. M'exclamais-je en me redressant. Je vais les chercher.

- Je viens avec toi, on ne sait jamais. Fit Neji en se levant à son tour.

- Non, c'est bon restez ici. Je vais me débrouiller.

 

Je commençais à déambuler dans les couloirs, sous les regards scrutateurs des membres de la famille Hyuga. Ne les trouvant pas, je me dirigeais vers les quartiers privés de mon père où se trouvait son bureau, sa chambre et celle d'Hanabi ainsi que la mienne lorsque je vivais encore ici. Il y avait beaucoup moins de monde dans cette aile du manoir car peu de personne était autorisé à y circuler. Je me permettais d'aller voir à son bureau et sa chambre mais je trouvais porte close pour les deux. Sans trop y croire, je me dirigeais vers mon ancienne chambre. J'aperçus la porte entrouverte et des voix familières se firent entendre :

                                                                                                                                                                                          

- Papy pourquoi tu n'aimes plus maman ? Interrogea Kei-kun.

- C'est elle qui t'a dis ça ?

- Non. C'est juste que tu ne nous jamais venu nous voir ou invité ici avant...

- C'est ma fille, je l'aime et je l'aimerais toujours quoi qu'elle fasse.

- Alors pourquoi ?

- Parce que ta maman a fait quelque chose qui aurait pu nuire à l'image de notre famille.

- C'est parce que elle m'a gardé, c'est ça ? Tu ne voulais pas de moi dans ta famille ?

- Ce n'est pas ça... Ceux sont des affaires de grandes personnes

- Vous, les adultes vous pensez toujours que les enfants sont bêtes... Mais je sais que maman m'a eu jeune et que personne n'était content à part elle. Même papa ne lui en veut pas... Alors pourquoi tu fais la tête à maman ? Tu sais que tous les ans elle te faisait une carte pour Noël ? Mais elle ne les a jamais envoyés, elle les gardes avec ces dessins...

- Hinata dessine toujours ? S'étonna mon père.

- Oui mais pas beaucoup parce qu'elle s'occupe de moi. Mais papa lui a proposer un... Un ate... Je sais plus comment ça s'appelle mais c'est un endroit où elle pourrait peindre autant qu'elle voudrait.

- Comment ça ? Ton papa à une maison ici à Konoha ?

- Oui, même qu'il aimerait bien qu'on vive tous ensemble sauf que maman ne veut pas...

- Pourquoi ça ?

 

C'est à cet instant que je me décidais à intervenir. J'entrais finalement dans mon ancienne chambre. Elle était telle que je l'avais laissé. Un lit dans un coin, un bureau dans l'autre où était parfaitement aligné mes livres de lycée et un chevalet près de la baie vitrée, sans toile...

 

- Il me semblait avoir dit qu'une heure était amplement suffisant pour visiter le manoir. Dis-je en détournant mon regard de l'objet. Il est temps de rentrer maintenant. Va dire au revoir à ton oncle et tes tantes Keisuke, je te rejoins dans quelques instants.

 

Mon fils se tourna vers son grand-père l'enlaça et s'en alla de la chambre. Lorsque je fus certaine qu'il s'était éloigné je me tournais vers mon père furieuse :

 

- C'était quoi cette mise en scène ? Vous voulez mettre Keisuke de votre côté en lui faisant croire naïvement que je suis encore votre fille ? M'emportais-je. Pour un enfant il est peut-être facile de se laisser berner mais cela ne fonctionnera pas avec moi. Keisuke et moi ne reviendrons plus ici. Et que cela vous plaise où non, je verrais Neji, Hanabi et Tenten quand je le souhaiterais. Je n'ai plus peur de vous aujourd'hui. Fis-je à bout de souffle.

 

Père me jaugeait avec la même expression imperturbable qu'à l'ordinaire. Cela pouvait être déstabilisant mais j'y étais tristement habitué. Il me fit alors face pour la première fois de la journée :

 

- Décidemment, tu as bien grandi. La petite fille timide qui manquait de confiance en elle et que j'ai élevé a disparue pour laisser place à une vraie femme. Tu es autonome, forte et tu as su élever Keisuke comme il le faut. Ta mère serait si fière de toi...

- Ne commencez pas à parler de maman !  Si j'en suis là ce n'est certainement pas grâce à vous. Je ne le dois qu'à moi seule.

- Oui et j'en suis d'autant plus fier de toi.

- Par-pardon ? Bafouillais-je estomaqué. Qu'est-ce que vous venez de dire ?

- Tu es devenue une merveilleuse jeune femme tout comme l'était ta mère et j'ai été idiot de ne pas m'en être aperçu plus tôt. Je m'en veux tellement d'avoir raté ces dernières années auprès de vous... J'espère que tu pardonneras mes erreurs.

 

Mes jambes flageolent. J'avais réellement bien entendu ?

 

- Je ne te demande pas de revenir dans cette famille mais laisse-moi faire partie de la tienne. Celle que Keisuke et toi vous formez. Ainsi que Naruto n'est-ce pas ?

 

Oui j'avais bien entendu, il demandait mon pardon...

 

A suivre...

 

Réponses aux commentaires :

 

Evaha07 : Oui tu es la première à avoir commenté félicitation ! ;) Hélas, je n'ai pas prévu que cette histoire se transforme en roman policier autour du meurtre de Sakura, hahaha ! Merci mon voyage au Japon a été parfait ^^

PsychoLove : Coucou, non Hiashi n'était pas présent dans le chapitre précédent mais je me suis rattrapé pour celui-ci. Le drame Sakura risque d'arriver prochainement... En tout cas merci pour tes compliments et ton commentaire, j'espère que tu continueras d'apprécier la suite ! :)

MissSadique : Pour commencer, j'adore ton pseudo ! Ca fait toujours plaisir lorsqu'un lecteur se manifeste par commentaire. :) Je sais que beaucoup attendait une véritable confrontation entre Hinata et Shion...  Mais je trouvais ça un peu facile de tout rejeter sur la nouvelle petite amie de Naruto (pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ?). Les règlements de compte sont pour bientôt. ;) N'hésite pas à commenter ce chapitre aussi.

Taraimperatrice : Si cela arrive, Hinata fera en fonction de ses moyens pour participer aux dépenses du foyer mais elle participera, tu peux compter la dessus. ^^ Merci de toujours être au rendez-vous pour me donner ton avis, je souhaite qu'après cette longue absence tu le sois encore !