CHAPITRE 8

par corny94

CHAPITRE 8 :

 

 

       La soirée à été super, nous nous sommes détendus autour d'un verre pendant que les enfants dormaient dans la chambre de Keisuke. J'ai ris lorsque Yuhi-san à dû porter Atsumi à moitié endormi pour partir...

 

Aujourd'hui je suis un peu plus sereine, j'ai accompagné Kei à l'école et Haku-san m'a appelé alors que je rentrais pour m'annoncer qu'il m'attendrait comme d'habitude à neuf heures et que si je ne venais pas, il créerait lui aussi un scandale. Pour un retour un peu plus discret, j'avais attaché mes longs cheveux en chignon et enfin un jean et un haut de couleur sombre, histoire de ne pas être trop remarqué dans le centre-ville. Je me trouvais à quelques pas de la supérette quand quelqu'un me poussa violemment par derrière. Avec mon sens de l'équilibre inné, je tombais la tête la première, les genoux et les mains heurtant le sol douloureusement. Je sentais déjà le sang couler au travers de mon pantalon. Malgré la douleur, je voulais absolument savoir qui m'avait fait ça. Je tournais la tête pour trouver Akuma-san poster à quelques pas, les bras croisés le même air supérieur sur le visage et un petit sourire en coin. Je lui devais sans doute ma chute...

 

- Tu n'as pas voulu rester éloigné de lui, ça t'apprendra ! Vocifère-t-elle.

 

J'étais encore sous le choc de la violence dont elle avait fait preuve envers moi. Mais ce n'était rien face au regard haineux qu'elle me jetait. D'accord, nous étions loin d'être amies mais rien ne justifie ce comportement !

 

- C'est quoi ton problème ?! M'exclamais-je énervée. Elle m'a fait mal, bon sang !

- Je ne sais pas ce que tu lui a dit mais il est hors de question que je le laisse me quitter sans rien faire ! Surtout pas à cause de toi. S'écrit Shion au milieu de la rue attirant par la même occasion l'attention des passants.

- Je ne sais absolument pas de quoi tu parles. Répondis-je calmement en me relevant. Tout ce que je sais c'est que lorsqu'il prend une décision, il ne revient pas dessus.

- Pff... Comme si tu m'apprenais quelque chose, pouffe-t-elle. Tu crois que c'est grâce à quoi qu'il est resté tout ce temps avec moi ?

- Qu'est-ce que tu veux dire par là ?

- Tu es idiote en plus ? S'il est encore avec moi c'est parce que je lui ai fait promettre de rester le lendemain de notre première nuit.

- La seule et unique, pensais-je. Je ne vois pas en quoi en cela me concerne.

- J'y viens ! Rétorque-t-elle impétueuse. Naruto était près à revenir à Konoha à ce moment-là pour se faire pardonner et rester auprès de toi. Mais à l'époque je le voulais lui et personne d'autre, j'en avait rien à faire qu'il ait une petite amie.  J'avais appelé quelques amis photographes et je leur ai donné l'adresse de l'hôtel où nous avions passés la nuit... Evidemment en sortant, j'ai fais celle qui a paniqué, qui avait peur de ruiner son image et je l'ai supplié qu'on reste ensemble le temps que cette histoire se tasse. Sauf que ce ne fut pas le cas, la presse nous adorait ! Et j'ai obtenue plus de contrat grâce à lui. Mon petit chantage avait dépassé mes espérances.

 

J'enrageais complètement, comment avait-elle osé faire un truc pareil ?

 

- Dis-moi que tu as fais ça parce que tu avais des sentiments pour lui et non par envie de gloire ?

- Des sentiments ? N'importe quoi. C'est vrai qu'il était mignon, il sortait tout juste de cette ville paumée avec des rêves pleins la tête, il était trop naïf. C'est ce que je trouvais charmant au début sauf que je m'en suis rapidement lassée. Malgré mon corps de rêve, il n'a jamais reposé les mains sur moi, pas faute d'avoir essayé de le tenter. Rit-elle. Je suis chanceuse d'avoir un homme qui me respecte autant et je comptais faire durer le plaisir encore quelques temps... Enfin c'est ce que je croyais avant qu'on arrive ici. Depuis que Naruto t'a revu, il se désintéresse complètement de moi... Même si grâce aux nouveaux articles publiés j'ai eu quelques contrats, il faut que tu partes. Conclut-elle.

- Wow, tu es encore pire que ce que je pensais. Soufflais-je. Cependant, il y a quelque chose que tu ne semble pas avoir imprimé, je suis à Konoha chez moi. Je vis ici depuis que je suis enfant et toi, tu ne fais que passer. Tu ne veux plus m'avoir dans les pattes ? Très bien. Va t'en ! Me défendis-je. Et j'espère vraiment que Naruto verra clair dans ton jeu et du temps qu'il a perdu avec toi. Tu ne mérites pas un homme aussi gentil et généreux que lui parce que tu n'es qu'une sale égoïste !

- Il n'a rien vu pendant ces sept dernières années et ça va continuer comme ça. Je compte bien le ramener avec moi à Tokyo. Il t'a laissé tombé en un claquement de doigt  la dernière fois et rien n'a changé aujourd'hui.

- Tu ne viendrais pas jusqu'ici si tu ne te sentais pas un minimum menacer n'est-ce pas ? Mais peu importe, Naruto est libre de ses choix. Tu ne lui imposera rien.

- On verra bien, j'ai tous les arguments pour le convaincre. Ce n'est pas parce que tu es une héritière toi aussi, qu'il va te revenir. J'ai assez perdu de temps avec toi, c'est la dernière fois que nous nous croisons. Je m'en vais demain avec Naru-kun. J'espère que tu lui a fait tes adieux.

 

Elle balança ses longs cheveux blonds par dessus ces épaules et s'éloigna en roulant des hanches tel un mannequin sur un podium.

 

- Oh mon dieu Hinata, elle ne t'a pas fait mal ?! Surgit Momochi-san de sa boutique.

 

Il me prit dans ses bras et me regarda de bas en haut pour s'assurer que j'étais entière.

 

- J'ai des tas de questions à te poser mais le travail avant tout. Ca va, hein ?

- Oui, plus vite on s'y met plus vite je me changerais les idées. M'exclamais-je en secouant la tête pour oublier les pensées négatives qui me guettait.

- Parfait, te voir motiver me fait plaisir.

 

* * *

 

Pendant l'heure du déjeuner Zabuza-san reprit brièvement la boutique pour que nous puissions prendre une pause.

 

- La plupart des clients sont venus pour te voir aujourd'hui, visiblement.

- Oh, ne m'en parlez pas... Marmonnais-je honteuse.

- Arrête, ces petits lycéens qui te fixaient étaient plutôt mignons non ?

- Je me rappelle surtout de ces femmes qui ne voulaient pas que je les encaisse en me regardant de haut.

- Oublie ces mégères qui croient aux rumeurs. Tu n'es pas comme ça, les habitués le savent, moi aussi et même Zabuza le sait !

- Sauf qu'à cause de moi, vous allez perdre des clients...

- Et en gagner d'autres. Les ados adore rencontrer des gens qui apparaissent dans les magazines.

 

Il était si gentil avec moi que je voulais pleurer.

 

- Ca n'empêche pas que je veux savoir l'essentiel maintenant. Vous en êtes où ce Naruto et toi ? Déjà tu aurais pu me dire qu'il était si beau !

 

Je rougis lorsqu'il me dit ça. Oui, je ne peux pas le nier Naruto était encore plus beau qu'avant.

 

- Rien ne s'est réellement passé. Mise à part sa fiancée qui a déboulé avec des journalistes à l'école de mon fils.

-  Elle est complètement folle... Je comprends mieux pourquoi tu hésites tant à lui sauter dessus. Je t'avoue que lors des Jeux Olympiques, j'en aurais bien fait mon quatre heures avec son physique de rêve.

- Haku si c'est pour discuter d'autres mecs, tu peux bien le faire en bossant ! S'écrit Zabuza de l'autre pièce.

- Ne sois pas jaloux, tu auras ton câlin ce soir !

 

J'entends un bruit sourd puis un juron venant de la boutique, comme si quelqu'un venait de tomber.

 

- Peut-être qu'il faudrait...

- Laisse-le il s'en remettra. Tu le revois quand ?

- Je ne sais pas... Visiblement il doit partir bientôt. Enfin c'est ce que m'a dit sa fiancée.

 

Je mentirais si je disais que cela ne m'attristait pas qu'il s'en aille. Et Akuma-san semble très déterminé à rester dans la vie de Naruto.

 

- C'est ce qu'elle dit sauf que pour le moment il est toujours à Konoha. Et si tu veux qu'il reste il faut que tu le lui dises.

- Comment vous...

- Je suis un homme amoureux et je sais reconnaître l'amour quand il est devant moi.

 

Il avait fais exprès de dire la phrase bien forte, provoquant visiblement une autre chute de Zabuza-san.

 

- Il est temps d'y retourner avant qu'il ne casse vraiment quelque chose ! S'amusa Momochi-san. Mais penses-y, si tu ne lui avoue pas ce que tu ressens, il risque de t'échapper pour de bon, même s'il y a Keisuke.

 

* * *

 

En chemin pour prendre Keisuke à l'école, je me retrouve à fixer mon téléphone portable sans savoir si je devais appeler Naruto ou non... Pour lui dire quoi de toute manière ? Je suis folle de toi, ne pars pas et remet-toi avec moi ? Il n'y a pas plus pathétique. Mais si je ne fais rien, il ne reviendra peut-être pas. S'il retourne à Tokyo, il se remettra surement avec Shion. Perdue dans mes pensées, je me réveillais lorsque mon téléphone vibra entre mes doigts. Oh, c'est lui ! Mince, mince... J'appuie sur le bouton pour prendre la communication :

 

- Mochi, mochi ? Fis-je hésitante.

- Tu le promets ?

- Akuma-san ? Soufflais-je.

- Oui, je te le promets.

- Naruto ?!

- Dis-le moi alors, insiste-t-elle.

- Je te jure de repartir à Tokyo avec toi demain.

- Tu es un amour, je savais que tu me choisirais !

 

Je raccroche, je ne veux pas entendre sa réponse. Shion avait raison, elle a gagné. C'est normal, sept ans de relation ne disparaisse pas comme ça. Pourquoi m'aurait-il pris moi ? Parce que je suis la mère de son fils ? Non, si on met de côté notre enfant, plus rien ne nous lie et j'ai une vie minable. Et ça me fait mal. Je serais toujours le second choix.

 

Par je ne sais quel miracle, j'arrive à ramener mon fils à la maison à m'occuper de lui jusqu'au couché. Lorsque je m'allonge enfin dans mon pauvre clic-clac, je me mets à fixer le plafond et les larmes coulent d'elles même. Une fois de plus je suis faible, une fois de plus j'ai le cœur brisé et une fois encore par la même personne. Tout n'était que des promesses en l'air. Naruto ne l'avait jamais vraiment quitté, c'était juste pour que je ne fasse pas d'histoire mais il n'avait pas besoin d'aller si loin en me montrant sa maison... Je me sens ridicule d'avoir été si naïve. Lorsque je rabats les draps sur mon corps, je les trouve encore plus froid qu'à l'ordinaire...

 

* * *

 

Ce matin, je commence un peu plus tard, c'est Yuhi-san qui emmène Kei-kun à l'école. Ca me laisse un peu de temps pour faire ce que j'ai à faire. Je me suis levée avec la résolution de ne plus me laisser abattre. Et pour commencer, je voulais dire ces quatre vérités à Naruto avant son départ ! J'avais enfilé un jean et une vieille paire de basket et j'étais à peine coiffé lorsque je débarquais dans le quartier fortuné où se trouvait la maison des Uzumaki. Je ne ressemblais à rien et je m'en contrefichais que les gens me lancent des regards ahuris.

 

 J'arrive devant le portail et sonne comme une malade sans savoir s'il se trouve là. Le portail s'ouvre enfin, je traverse le jardin en marchant sur la pelouse pour arriver plus rapidement devant la maison. La porte s'ouvre sur lui quand j'y arrive. Naruto affiche une mine décontenancé quand il me voit.

 

- Salut, me dit-il avec un petit sourire.

- C'est tout ce que tu as à me dire ? Un simple salut ? Attaquais-je sans préambule.

- Je...

- Je sais que tu t'en vas aujourd'hui. Mais une fois de plus tu n'as pas eu le courage de me l'avouer toi-même quand nous nous sommes vus. Et je présume que tu n'allais pas dire au revoir non plus n'est-ce pas ? Fis-je amère. Heureusement que Keisuke n'est au courant de rien sinon...

 

Je ne terminais pas ma phrase qu'il posa sa main contre ma joue baignée de larmes. Quand avaient-elles commencés à couler ?

 

- J'allais me diriger chez toi avant que tu n'arrives.

- Menteur ! Tu n'arrêtes pas de me mentir, encore et encore ! Akuma-san m'a dit que vous partiez ensemble. Je suis ravie que...

- Si je vais à Tokyo c'est pour récupérer les dernières affaires qui restent dans mon appartement. M'interrompt-il. Ainsi qu'officialiser ma rupture avec Shion auprès de la presse. Alors oui je prends le même train qu'elle pour rentrer mais ça s'arrête là, tu t'en rendra compte quand tu verras le communiqué dans les journaux.

 

Mes larmes reprennent de plus belle et pour la première fois depuis des années, Naruto m'enlaçe. J'éclatais littéralement en sanglot. Il me sera fort d'un bras et sortit son portable de son autre main.

 

- Pourquoi tu...

- Chut.

 

Il appuya sur une touche de son téléphone et la sonnerie résonna dans le haut-parleur. Je tentais de comprendre ce qu'il faisait quand j'entendis sa voix résonner.

 

- Naruto, qu'est-ce qui se passe ? On part dans deux heures, j'ai un tas de truc à faire ! Se plaignit Shion.

- Tu as encore été voir Hinata sans me le dire, hein ? Rétorque-t-il sèchement.

- Oui, je l'ai vu. Mais je n'ai rien fait de mal !

- Vraiment ?

- Bon d'accord, je lui ai peut-être dit qu'on partait ensemble aujourd'hui.

- Pourquoi tu as fait une chose pareil ?

- Pour la faire réagir. J'en avais marre qu'elle fasse semblant de ne pas vouloir de toi. Alors que ça se voit comme le nez au milieu de la figure. J'ai peut-être dis aussi que je me servais de toi pour la voir réagir... Ce qui a fonctionné vu qu'elle m'a traité d'égoïste en faisant un portrait très flatteur de toi !

- Ah ? Fit Naruto en me jetant un regard en coin pendant que je rougissais.

- Oui que tu es gentil et généreux, la maxime habituelle. Soupire Shion au téléphone. Enfin, même si nous ne sommes plus ensemble je ne voulais pas te laisser avec n'importe qui. Je voulais te protéger.

- Et les photographes c'était pour quoi ?

- Pour tirer ma révérence et pour qu'elle sache à quoi s'attendre en se mettant avec toi.

 

Je comprenais ce qu'elle ressentait, elle tenait à lui et voulait par n'importe quel moyen qu'il soit heureux. Et je savais que Naruto ne m'avait pas mentit. Ils ne sont plus ensemble, c'est la réalité. Un poids venait littéralement s'envoler de mon estomac me rendant étrangement sereine. Comme si tous les liens qui me retenais venait de se détacher. Comme si mon cœur recommençait à battre. Comme si j'étais capable de tout sans la moindre restriction, sans aucune conséquence.

 

Naruto continuait de parler au téléphone mais je ne les écoutais plus depuis longtemps. Il n'y avait personne dans sa vie, il pouvait être à moi. Enfin.

 

- Oui, je sais l'heure à laquelle nous prenons le train. Non, je n'ai pas changé d'avis. Si des gens veulent me dire au revoir, ils n'ont qu'à...

 

Pour une fois dans ma vie, je pouvais choisir, pour une fois je pouvais faire ce dont j'avais envie. Et je le choisissais lui. J'attrapais son téléphone avant qu'il n'ait terminé sa conversation et le jetait dans le salon au hasard. Il me regarda un stupéfait, sans comprendre. Je posais alors mes mains autour du col de son t-shirt et l'attirait à moi. Nos lèvres se rencontrèrent maladroitement... J'avais attendu ce moment depuis si longtemps. J'avais enfin l'impression d'être à ma place, là dans ses bras, d'être à nouveau entière. Et il ne me repousse pas, au contraire, il m'enlace. Je m'écartais la première et nichait ma tête contre son torse. Je n'osais pas relever le regard, j'appréhendais sa réaction.

 

- Ca m'avait manqué de te voir rougir pour un rien. M'avoue Naruto en posant son menton sur le dessus de ma tête.

 

Ses bras étaient au creux de ma taille et c'est comme si ils avaient toujours été là. Les miennes étaient encore agrippé à son t-shirt, je ne voulais plus le relâcher. J'avais peur qu'il s'en aille. 

 

- Hinata, regarde-moi. Je ne vais pas m'enfuir, je te le promets.

 

Je levais les yeux vers lui pour croiser les siens. Je me perdais littéralement dans l'océan. Il prit une de mes mèches entre ses doigts et la replaça derrière mon oreille.

 

- Maintenant tu vas me laisser t'embrasser comme il se doit.

 

Et avant de dire ouf, sa bouche se trouvait sur la mienne, une main dans mes cheveux, l'autre sur mes reins, ma poitrine collé à son torse. Mon corps retrouvait son autre moitié. Je ne voulais pas que ce moment se termine mais nous allions devoir nous séparer, il avait un train à prendre et moi un travail. Et quitte à paraître idiote, Naruto faisait une tête de plus que moi et je me commençais sérieusement à avoir mal au cou. Je me détache de ces lèvres pour le lui dire mais il ne me laisse pas en placer une :

 

- Il est hors de question que tu m'échappes. Surtout que c'est toi qui m'a sauté dessus la première. Me taquine-t-il.

- Je ne t'ai pas sauté de dessus ! Protestais-je.

- Ah oui ? Tu veux qu'on se refasse la scène ?

 

Je ne dis rien mais je suis presque certain de ressembler à une pivoine, face au sourire de Naruto je suis complètement démunie.

 

- Il y a tellement de chose que j'ai envie de te dire depuis mon retour. Me dit-il à l'oreille. A quel point tu m'as manqué par exemple. A quel point tu es devenue belle au cours des dernières années... Tes cheveux ont tellement poussés que je pourrais passer des heures à les coiffer. Mais c'est pour ça que tu les a gardé long n'est-ce pas ?

 

Je pique un fard une nouvelle fois. Quand nous nous sommes rencontrés, nous avions sept ans et mes cheveux étaient courts. Il m'avait avoué qu'il trouvait dommage que des cheveux aussi beau que les miens ne soit pas plus long. Parce qu'il aurait pus les regarder et les toucher pendant des heures m'avait-t-il dit lorsque nous étions ensemble à l'époque. Je haussais les épaules en guise de réponse, je ne lui avouerais pas qu'il a encore raison.

 

- Ne fait pas semblant du contraire, j'adore savoir que tu ais pensé à moi tout ce temps. Mais si tu avais eu les cheveux court, tu m'aurais plu tout autant. Me confit Naruto en m'enlaçant une nouvelle fois. Je sais que je ne dois pas te lâcher mais je ne veux pas...

- Sauf que tu as un train à prendre, tu te rappelles ? Fis-je avec regret.

- Je reviendrais dès que possible. Normalement tout sera réglé d'ici deux ou trois jours.

- Trois jours, soufflais-je en comptant les heures et les kilomètres qui allait nous séparer.

- Et quand je reviendrais, je t'emmènerais à un rendez-vous, un vrai. Ou simplement passer la journée avec Keisuke et toi. Je te laisse choisir.

 

J'étais surprise que Naruto envisage des projets. Pour nous trois, pour l'avenir. Je me dégageais de ses bras effrayé.

 

- Hinata ?

- Je... Si tu reviens vraiment, peut-être qu'on envisagera... Quelque chose ensemble.

- Tu ne me fais pas confiance ?

- Laisse-moi le temps de m'habituer à ce que tu sois de retour Naruto. Je ne peux pas oublier ces dernières années aussi facilement... Je veux juste que tu reviennes vite de Tokyo, s'il te plaît.

 

Dire que les choses venaient tout juste de se résoudre et qu'il devait repartir. C'était une torture.

 

- Je reviendrais dès que je pourrais. S'exclame-t-il sérieusement. Pour preuve, je veux que tu me rendes un service.

 

Je le regardais interloqué et il attrapa ma main et y déposa des clés à l'intérieur.

 

- La maison à un tas de plantes qui doivent être arrosé tous les jours ou presque, il faut donc que quelqu'un le fasse pour moi. Et ça tombe bien que tu doives décorer la chambre de Keisuke, tu ne trouves pas ? Par contre fais attention, je n'ai pas de double pour ces clés. Je n'ai qu'un seul trousseau.

- Tu... Tu me confis les clés de ta maison ? Bafouillais-je.

- Exactement. Affirma-t-il avec un grand sourire. Tu pourras même y dormir. Chez moi, c'est chez toi et ça a toujours été le cas.

 

Les larmes me montèrent aux yeux et coulèrent sans que je ne puisse les retenir. Je tentais de cacher mon visage pour qu'il ne le voit  mais il m'en empêcha en attrapant mes mains.

 

- T'es tellement adorable malgré ton nez qui coule. Tu peux te moucher dans mon t-shirt, je ne t'en voudrais pas.

 

J'étais si contente de le retrouver que je riais de sa bêtise. Mais il fallait qu'on se sépare...

 

- Je dois vraiment aller travailler, je risque d'être en retard.

- Je te raccompagne. Me dit-il avec un sourire contrit. Mais avant...

 

Il prit mon visage entre ses mains et m'embrassa passionnément.

 

* * *

 

Nous étions le lendemain de son départ... Après m'avoir déposé au travail, il m'a fait promettre de me rendre dans sa maison au moins une fois et lui, me jura qu'il reviendrait au plus tard dans trois jours. J'étais inquiète de ce qui allait se passer ensuite, ce moment où nous devrions dire la vérité à Kei-kun. Comment allait-il réagir ? Est-ce qu'il m'aimera encore alors que je lui ai caché la vérité ? Je n'en avais aucune idée. Je ruminais ça toute la journée, jusqu'à la fermeture de la boutique à vingt heures. J'y réfléchissais encore même lorsque j'entamais le chemin pour aller chercher Keisuke chez Yuhi-san.

 

- Hinata-chan ? M'interpella une voix dans mon dos.

- Hm ? Oh, Kiba-kun ! Dis-je en lui faisant face. Comment vas-tu ?

- Ca peut aller... Mais étant donné que je n'ai pas eu de tes nouvelles depuis ce qui passé avec la presse, je m'inquiétais.

- Pardon, j'ai été un peu prise par les évènements. Je n'ai même pas eu le temps d'appeler Shino... Avouais-je.

- J'imagine. Je peux faire le chemin avec toi ?

- Bien sur, je partais chercher Keisuke chez Yuhi-san.

- C'est parfait, on discutera en route. Me sourit-il doucement. Si ça ne te dérange pas ?

- Tu ne me dérangeras jamais, Kiba-kun.

- Ah ? Souffle-t-il tête basse. J'ai pourtant eu cette impression ces derniers jours... 

 

Je suis surprise de sa réponse mais il a raison. Je n'ai rien fait pour le voir alors que c'est mon meilleur ami depuis des années... Quelle idiote !

 

- Je suis désolée.

- Ca ne fait rien. Je me doutais qu'avec son retour les choses allaient changer. Tu n'as jamais pu oublier Naruto. J'ai persisté malgré tout...

- Kiba-kun...

- Je t'aime. Je t'aime plus qu'un ami devrait le faire et différemment d'un frère. Je suis amoureux de toi et depuis longtemps. Me confit-il en me regardant dans les yeux. J'espérais vainement qu'un jour, tu partagerais mes sentiments .

 

Mon cœur se serre lorsque j'aperçois l'expression pleine de chagrin qu'il arbore. Je n'ai jamais voulu le faire souffrir., si seulement j'avais su où cela nous mènerais...

 

- Excuse-moi... Je... J'aurais du mettre cette situation au clair plus tôt, bafouillais-je.

- Ne t'excuses pas. Je le savais déjà, j'attendais juste que tu me le dise clairement.

 

Je ne sais pas quoi répondre et le silence s'éternise entre nous. Il reprend la parole en premier :

 

- Je repars à Osaka demain.

 

Je cligne plusieurs fois des yeux, abasourdie. Pourtant, il m'avait dit qu'il resterait peu de temps. Nous nous sommes à peine vue durant son séjour... 

 

- Quand reviendras-tu ?

- Je ne sais pas. Il me faudra du temps pour digérer tout ça.

- Je comprends...

 

Nous nous arrêtons en apercevant la maison de Kurenai.

 

- Tu veux dire au revoir à Kei-kun ? Demandais-je.

- Je ne préfère pas, je risquerais de regretter mon départ. Il va me manquer ce petit. Fit-il en regardant vers la maison. Je vais y aller.

 

Je ne veux pas le laisser partir comme ça et d'un geste un peu désespérer, je me précipite dans ses bras. Après un instant, il m'étreint en retour fortement. Je sens mes yeux devenir humide.

 

- Je sais que je ne devrais pas mais tu vas me manquer, Kiba-kun.

- Moi aussi, tu savais... Soupire-t-il.

- On restera ami ?

- Ca fait plus de vingt ans que l'on se connait , je ne pourrais jamais me passer de toi. Je veux juste un peu de temps pour tout remettre en ordre. M'explique mon meilleur ami en s'écartant. Tu diras à Keisuke que je suis parti pour le travail, d'accord ? Et s'il a besoin de me parler qu'il m'appelle et toi aussi.

 

J'acquiesce. Il commence à s'éloigner lorsqu'il se tourne vers moi, une dernière fois.

 

- Oh, si Naruto te fait souffrir et qu'il fuit ces responsabilités, je lui casserais la figure moi-même ! S'écrit-il avec un grand sourire. 

 

Et il se retourna une dernière fois avec un signe de la main et s'éloigna jusqu'à ce qu'il disparaisse dans les rues sombres de Konoha.

 

A suivre...

Réponses aux commentaires :

 

lilice : Merci ! : )

Yakihio : Hinata est quelqu'un de très fort pour moi à la base mais je voulais la rendre encore plus forte ! Hiashi réapparaitra tu pourras savoir dans quelle catégorie le mettre ;) J'ai eu un peu de mal à mettre mes idées en place pour ce chapitre mais pas encore de page blanche, j'espère que cela ne m'arrivera pas ! Merci d'avoir laissé ton avis et j'espère que ce chapitre te plaira.

Taraimperatrice : Pardonne-moi ô grande lectrice de ma fiction ! Pitié ? Keisuke est un garçon autonome, intelligent et très débrouillard avec un caractère de chien (fallait quand même lui trouver un défaut à ce petit non ?). Tu reverras Hiashi bientôt en principe ! Naruto va peut-être suivre ton idée... On verra ! ;) L'attente a-t-elle valu la peine alors ?

Evaha07 : Hello ! Pas de spoile sur The Last, j'ai pas eu la chance de le voir même si j'en meurs d'envie (et que j'ai déjà vu les trois quart étant donné ce qui traîne sur internet, haha). Mais note que j'ai suivis ton conseil Shion est presque éradiqué ! Bon pour Sakura elle risque encore d'être encore un peu dans le paysage... Mais ne me tue pas si tu veux savoir comment elle va finir ! Oh, lit le commentaire de Taraimperatrice, elle te renseigne sur Tara Duncan ! (Oui je suis factrice parfois aussi...). Je te dis à bientôt ? :)