Héritier du tourment

par tookuni



Héritier du tourment



J’ai vu des yeux plus noirs que toutes tes nuits blanches,

J’ai vu des cœurs brûlés de sang plus que de larmes,

J’ai vu des paupières lourdes mais toujours étanches,

J’ai vu les âmes en peine prendre soudain les armes.


J’ai connu des douleurs que tu ne peux sentir,

J’ai connu des éclats de rire maladifs,

J’ai connu les dédales des joies de mentir,

J’ai connu les enfers en un cauchemar tardif.


Toi qui sais mon horreur,

Toi qui sais ma laideur,

Oublie un peu la bête

Qui ravage ma tête.


Tu es de la pureté, une mer aigue-marine,

Tu es de la chaleur à tes heures en cascade,

Tu es le désespoir de ces vies assassines,

Tu es le pâle visage de la vile mascarade.


Tu as une candeur souillée de cicatrices,

Tu as compris comment faire confiance à la rage,

Tu as connu beaucoup de mes humbles caprices,

Tu as pourtant le choix de rester dans ta cage.


Toi qui sais mon odeur,

Toi qui sais sa laideur,

Viens donc tuer la bête

Qui rugit dans ma tête.


Je sais des cieux plus sombres que tes songes infâmes,

Je sais des morts plus belles que d’adoration,

Je vis bien plus terrible que tes tourments d’âme :

Je vis en massacrant les rêves avec passion.


Toi qui sais mon horreur,

Toi qui me sais sans cœur,

Viens remplacer la bête

Qui maîtrise ma tête.


Je suis le vent griffant ton visage glacé,

Je suis les océans dans lesquels tu te noies,

Je suis ta vie durant ton oppressant passé,

Je suis ta mort dans l’âme et ton manque d’émoi.


Toi, tu sais mon horreur,

Toi, tu sais ma laideur,

Je suis devenu la bête

Qui rôde dans ta tête.