Elle attend

par tookuni



Elle attend



J’ai vu dans ses yeux bleus la liberté de parler que je n’avais pas. J’y ai vu la vie que j'aurais souhaité posséder et je l’ai tout de suite admiré ; puis aimé.

Mais il est parti et, depuis ce jour-là, j’attends son retour en sachant que même alors, je n’arriverai toujours pas à le regarder en face.


Elle attend que le monde change

Elle attend que changent les temps

Elle attend que ce monde étrange

Se perde et que tournent les vents

Inexorablement, elle attend


J’attends patiemment que le monde change autour de moi.

Kiba et Shino sont très gentils, ils le seront toujours, mais ce n’est pas leur attention à eux que je souhaite capter. Il y a ma famille, Hanabi, mon père mais, de par ma discrétion, ils ne perçoivent aucun de mes efforts, pas plus que mes progrès. Je ne suis pas assez forte pour eux.

Alors j’attends, je continue toujours à m’entraîner avec mes coéquipiers et j’attends. Que ce monde qui me paraît si étranger disparaisse, que je retrouve le soleil qui m’a permis de m’affirmer. Je veux que les vents tournent, enfin. J’attends, inexorablement.


Elle attend que l'horizon bouge

Elle attend que changent les gens

Elle attend comme un coup de foudre

Le règne des anges innocents

Inexorablement, elle attend


J’attends de voir de nouveau mon horizon s’embraser lorsqu’il reviendra. J’attends que le soleil, mon soleil, réapparaisse. J’attends que les gens changent, qu’ils puissent me reconnaître pour moi-même. Ce sera grâce à lui si cela arrive, je le sais. Parce qu'il est capable de faire changer les gens. C'est grâce à lui que je me transformerai véritablement. C'est grâce à lui que le monde pourra enfin me voir sous un nouveau jour. J'ai beau essayer, je ne possède pas son art. Moi, je ne peux qu’attendre qu’ils changent lentement, sans y prendre garde.

Mais j’attends qu’il revienne, que comme un coup de foudre il s’abatte sur toutes les injustices, qu’il rayonne et fasse rayonner ce qui l’entoure. J’attends le règne d’un ange, le règne d'Uzumaki Naruto lorsqu'enfin, il deviendra Hokage.

C’est son innocence qui fait de lui ce qu’il est, un être pur qui se jette tête baissée quoi qu’il arrive, qui gagne toujours. Et je l'attends, inexorablement.


Elle attend que la grande roue tourne

Tournent les aiguilles du temps

Elle attend sans se résoudre

En frottant ses couverts en argent

Inexorablement, elle attend


J’attends que la grande roue tourne, car je sais qu’elle tournera le jour où il reviendra.

Quand tu reviendras, je n’oserai toujours pas te regarder mais je serai plus forte, je ne baisserai pas les bras, je ne me résoudrai jamais à être ce qu’ils croient.

Je m’arme, je ne travaillerai pas que les techniques inhérentes à mon clan. Elles ont des failles, elles sont trop dépendantes de notre condition physique. Je veux faire plus. Je veux dépasser mes limites.

Lorsqu’il reviendra, j’aurai eu le temps d’être plus forte.


Et elle regarde des images

Et lit des histoires d'avant

D'honneur et de grands équipages

Où les bons sont habillés de blanc

Et elle s'invente des voyages

Entre un fauteuil et un divan

D'eau de rose et de passion sage

Aussi purs que ces vieux romans

Aussi grands que celui qu'elle attend


Je vois des gens autour de moi, des images dans ma tête, qui tournent. Je lis beaucoup. C’est bien pour rêver, cela donne des valeur telles que l’honneur et le courage, qualité primordiales pour un ninja. J'apprends ce que c’est, cela me donne du caractère, je crois, même si cela ne se voit pas.

Ils sont toujours habillés de blancs, les héros, dans les histoires. Cela m’agace un peu, je préfère le orange. Mais c’est clair et pur, comme les yeux de mon cousin qui semble me considérer davantage et me porter même de l’affection.

Je m’invente des voyages, des missions à ses côtés, à la place de la belle Sakura qui capte toute son attention…

Tout en restant là, assise dans un coin, sans que personne ne me voie, je deviens plus forte. Dans mon corps et dans mon esprit, à travers ce que je vis de passionné, de pur, de doux, de grand… Comme celui que j’attends.


Elle attend que le monde change

Elle attend que changent les temps

Elle attend que ce monde étrange

Se perde et que tournent les vents

Inexorablement, elle attend


J’attends patiemment que le monde change autour de moi… Je ne peux rien faire moi-même. Même si je progresse, ils ne le voient pas. Alors j’attends, je continue toujours à m’entraîner, et j’attends.

Que ce monde qui me paraît si étranger disparaisse, que je retrouve le soleil qui m’a permis de m’affirmer. Je veux que les vents tournent, enfin, je veux le retrouver. Et j’attends, inexorablement.