Pour l'amour de la vengeance

par tookuni

Titre : Sasuke ne parle pas

 

Auteur : Tookuni

 

Résumé : Pour apprendre à contrer certaines techniques de Sasuke, Naruto accepte de s’entraîner avec Anko, la folle de l’examen chuunin, mais lorsqu’enfin il ramène Sasuke en lui prouvant qu’à Konoha aussi on peut devenir fort, celui-ci ne prononce plus un seul mot. Son silence l’enfoncera-t-il encore plus dans les ténèbres ? Ou bien le forcera-t-il à trouver d’autres moyens d’expression, et, peut-être, de revenir en arrière pour s’attacher de nouveau ?

 

Genre : Romance, le moins d’OOC possible

 

Rating : T pour bagarres et allusions

 

Note 2 : On dit merci à Sonata Arctica pour la deuxième partie, « For the sake of revenge » pour ce chapitre.

 

 

 

Sasuke ne parle pas

 

 

Chapitre 5 : Pour l’amour de la vengeance

 

 

La coutume chez Naruto et Anko avait été instaurée depuis bien longtemps de passer peu de temps ensembles en dehors des missions. Un Naruto jounin faisait quasiment toujours équipe avec elle et ils avaient parfaitement saisi que si cela continuait, ils allaient devenir fous. Ils habitaient ensembles, tuaient ensembles, alors ils avaient besoin d’autre chose. Naruto s’entrainait comme un damné. Il avait demandé à Shizune, sous les conseils d’Anko, de le former aux bases administratives, de lui réapprendre les positions hiérarchiques et de lui expliquer en quoi consistait toute cette paperasse qui s’accumulait sur le bureau du cinquième Hokage. Le blond passait sa vie à ses formations. Bien entendu, il n’était pas le seul. Il était évident que toute la promotion suivait ses efforts et se développait d’une façon monstrueuse. Cette nouvelle génération de ninjas était tout simplement incroyable. Kakashi et Yamato, qui s’étaient dernièrement faits massacrer par un Naruto en plein dans un délire de mystification du Quatrième, s’étaient tous les deux remis sérieusement à l’entrainement. Le ninja copieur avait même sacrifié ses temps de lecture pour accéder au niveau supérieur. Après tout, il était encore jeune, il devait encore pouvoir progresser. Anko aussi avait évolué. S’adaptant au blond et à la douceur dont il pouvait faire preuve, elle semblait être devenue plus féminine, plus femme à part entière. Kakashi la considérait, semblait-il, enfin comme une femme de son âge, tout comme il voyait Naruto comme l’homme de plus de vingt ans qu’il était. Un seul événement pouvait encore marquer les esprits désormais, avant que Naruto ne devienne Hokage. Cet événement survint le jour où, en pleine mission de reconnaissance dans un pays éloigné, Sasuke sentit une aura qu’il n’aurait jamais voulue recroiser. Du moins, pas à ce moment là. Sasuke aurait voulu être seul le jour où cela arriverait. Sasuke aurait voulu pouvoir se battre seul, vaincre seul, montrer sa seule puissance. Il était en mission avec l’équipe sept. Il se rappelait pourtant à chaque instant qu’il ne serait jamais allé aussi loin et devenu si fort sans ses amis, et que c’étaient eux qui, dans sa plus grande part, constituaient sa force.

Lorsqu’il se trouva devant Itachi, Sasuke hésita. L’homme face à lui semblait extrêmement diminué. Il était seul, l’ombre des arbres ne lui conférant même pas un peu du charisme qu’il semblait avoir laissé dernière les branches mortes. Sa cape noire était en loques, son regard voilé. Son frère avait l’air malade, fatigué, presque mort. Sasuke ne se démonta pas, rageant.

 

« Tu tentais de fuir pour lui échapper ? demanda Naruto, agressif, à l’adresse de l’autre, traduisant la question acide dans le regard de Sasuke qui s’essoufflait sans bruit.

– Je tentais de survivre pour pouvoir t’affronter », rétorqua Itachi dans un murmure, plus froid que la glace, ses yeux rivés sur son frère.

 

Cette fois, Sasuke ne prit même pas le temps de comprendre. Sasuke ne prit pas non plus le temps d’informer les autres. Tous avaient établi depuis bien longtemps la façon dont cela devrait se passer à ce moment là. Ensembles, tous les quatre, dans un parfait accord, ils composèrent des signes, et Sasuke sembla devenir grand. Cette technique de fusion des capacités était vraiment incroyable. Il ne remercierait jamais assez l’intelligence de Sakura d’avoir trouvé pareille merveille. A la base d’un sceau complexe sur le corps de chacun, et d’une benne connaissance des techniques de son équipe, Sasuke pouvait profiter de leur chakra et de leurs techniques. De toute sa hauteur, l’Uchiha regarda son frère, du chakra rouge courant sur ses membres, le sceau maudit se répandant sur son corps, un Rasengan dans la main gauche et la Kusanagi serrée à se faire mal dans sa main droite. La puissance était sienne. Il la sentait dans tout son corps face à cet être qui un jour l’avait si bien dominé de sa présence et de sa force comme indestructible.

Aujourd’hui, Itachi ne semblait plus que l’ombre de lui même. Grâce à son Sharingan aux liserés doublés du dôjutsu de Kakashi, il put percevoir l’état de faiblesse du corps de son frère. Les drogues qu’il avait pu prendre pour tenir encore debout, pour le croiser une dernière fois. Pourquoi tenait-il tellement à ce que ce soit lui qui le tue ? Pourquoi tenait-il tellement à vivre pour voir ce jour ? Le mieux aurait été de mourir de la main de quelqu’un d’autre. Exprès. Pour faire de son enfer vivant un enfer encore pire. Pour le désespérer encore plus de ne pas avoir pu accomplir sa tache et venger directement sa famille. Sasuke ne comprenait pas. Kakashi fronçait les sourcils mais avait visiblement décidé de ne rien dire, de laisser faire. Il respectait le choix de ce grand frère aux airs si faibles, seulement parce qu’il regardait, presque attendrit au fond de ses yeux, l’homme rayonnant de puissance divine qu’était devenu son petit frère.

 

« Tche… souffla Naruto, faisant en sorte que Sasuke n’entende pas, voulant que lui seul décide de ce qui était la vérité, de quelles étaient les raisons, de quoi il retournait. Sasuke n’avait pas besoin de ça pour être fort. »

 

Naruto avait lui aussi compris. Son entrevue avec Itachi, des années auparavant, l’avait fait réfléchir à toutes les  possibilités et ce qu’il savait à présent de l’histoire du clan Uchiha, grâce à Shizune qui lui en avait dit un peu plus que nécessaire, l’avait éclairé sur beaucoup de points. Sakura écarquilla les yeux. Elle n’était pas certaine. Rapidement, Sasuke s’anima et plus personne ne pensa aux étranges paroles du jeune homme. Aussi vite qu’il avait composé ses signes, Sasuke se déplaça vers sa cible qui tenta d’esquiver. Mais Itachi trébucha. Son état de faiblesse semblait tel que Sasuke l’aurait presque retenu pour le faire se reposer et ensuite se battre du mieux qu’il pouvait. Mais Sasuke avait bien compris que si Itachi ne mourrait pas maintenant, de sa lame, il disparaitrait pour toujours, détruit par la maladie qui semblait le ronger. Cela se voyait dans ses yeux. Ces deux yeux si pâles, voilés, dans lesquels flottait vaguement, fière et désespérée, une dernière flamme rougeâtre qui disparaissait progressivement à les forcer à fonctionner.

Un coup de sabre. Un seul et unique coup de sabre. Itachi cracha un flot de sang, Sasuke se recula. Itachi le regarda fixement un instant puis tomba à genoux, terrassé par l’épuisement et le manque d’héb6moglobine. Sasuke tomba avec lui, la main de son frère se cramponnant à son épaule. Sasuke ouvrit grand les yeux. Itachi le retenait, pas pour tenter, dans un ultime sursaut de vie, de le tuer, mais bien pour lui souffler quelque chose que lui seul pourrait entendre. Ce que les autres purent encore saisir après une quinte de toux, se rapprochant subrepticement de l’étrange scène qu’ils n’auraient jamais cru voir, furent quelques mots remplis d’amour que Sasuke ne sembla pas réaliser :

 

« Je suis fier. Tu es bien trop fort, petit frère. »

 

Alors, sans que personne ne comprenne ce qu’il voulait faire, Sasuke se mit à toucher ses yeux d’un air absent. Puis, réalisant ce qu’il se passait, les écarquillant, horrifié dans sa tombée des nues, il composa des signes et tenta de toutes ses forces de guérir la blessure qu’il avait lui même infligée, sortant du corps d’Itachi, paniqué, le sabre qui devait l’achever.

 

« Hhh… » tenta de crier Sasuke, paniqué, regardant le sang qui ne voulait pas s’arrêter de couler.

 

Naruto s’approcha, Sakura voulu, même si elle ne comprenait pas, aider le brun et s’agenouilla près du corps. Sasuke semblait devenir fou. Sasuke tenait l’épaule de son frère pour l’empêcher de s’affaisser et ses yeux en sang regardaient dans toutes les directions comme s’il cherchait une aide qui ne viendrait pas. Sakura tenta a son tour quelque chose, refermant parfaitement la plaie béante au cœur, réparant les dégâts juste avant qu’il ne puisse être trop tard mais elle murmura quand même, entre deux tentatives de parole de Sasuke qui ne cessait de gémir pour exprimer son angoisse d’on ne savait quoi :

 

« Sasuke-kun, sa maladie ne date pas d’hier. Il avait déjà perdu trop de sang avant même que tu ne l’attaques. Il serait mort dans quelques jours si tu ne l’avais pas achevé. »

 

Alors, le regard de Sasuke se figea, croisant la dernière lueur de lucidité dans les yeux à présent blancs et voilés d’Uchiha Itachi. Sur les lèvres de l’homme, on pu discerner le hurlement de désespoir qu’il ne pouvait faire entendre : « Grand frère ! ». Naruto s’anima alors, considérant que tout était terminé. Doucement, il se pencha face au visage blême et d’une main ferma les paupières du déserteur. De l’autre, il tapota l’épaule de son ami qui semblait plus que bouleversé. Sasuke ne vit que les deux yeux clos. Sasuke comprit. Alors, recommençant à gémir dans une litanie qui se rapprochait plus des pleurs, le dernier des Uchiha pris dans ses bras son frère et le serra de toutes ses forces.

 

*

*  *

 

« Sous le lieu de la mort de nos parents se trouvent l’ordre de mission et les secrets que j’ai gardés pour toi. »

 

Sasuke se trouvait devant une tombe qu’il ne pensait pas vouloir un jour regarder. Il ne pensait pas non plus, à vrai dire, qu’il souhaiterait à ce point qu’elle figure en vue dans le cimetière de Konoha. Pas dans celui des Uchiha. Car après tout, Itachi appartenait plus au village qu’à son clan. Ce n’était même pas un mal.

Sasuke n’était pas ce genre de personne qui avait besoin qu’on le console. Pourtant, ce jour là, il baissa la tête en sentant la présence inquiète et protectrice de Sakura qui le veillait de loin. Sasuke n’avait pas besoin qu’on s’inquiète pour lui. Il avait beau être blessé, il était trop fort. Pourtant, lorsque le ciel gris sembla se rétrécir au dessus de sa tête et l’écraser de tout son poids, il se rappela ses erreurs, son manque de jugement, la façon dont il avait pu mal comprendre et surtout, la façon dont avait été traitée sa famille et la façon dont elle s’était imbue d’elle même. C’était étrange. Le fait que ce soit son frère qui décide de lui dévoiler les choses ainsi, indirectement, sans même lui laisser le temps de se réjouir de sa mort, avait éradiqué en Sasuke toute volonté de vengeance. Il se sentait vide. Toutes ces années à courir après un mensonge. Tout ce temps perdu à ne pas profiter de ce qui l’entourait. Toute cette haine déversée sur la mauvaise personne, pour rien. Haine qui s’était finalement évaporée avec tout ressentiment. Quelles que soient les raisons, Itachi était mort pour lui. Son grand frère l’avait protégé et c’était lui qui l’avait tué parce que l’autre l’avait bien voulu.

D’après l’autopsie qu’avait faite Sakura –et elle avait été la seule à avoir ce droit, le corps d’Itachi avait été tellement poussé à bout qu’elle ne savait même pas comment il avait encore pu apparaitre debout devant lui. Naruto avait parlé de volonté, Kakashi de fierté. Sasuke avait parfaitement traduit que c’était un peu de tout cela, mu par un unique dessein qui était de faire en sorte que le dernier des Uchiha lui survive et à toute autre chose, par amour pour lui. Pour son petit frère. Pour la seule personne qu’il n’avait jamais pu se résoudre à tuer.

Sasuke trembla légèrement. Il faisait froid, il n’aimait pas ça. Surtout si quelqu’un pouvait le voir dans un état physique et moral si faible. Il sentit Sakura s’avancer, doucement, ne prononçant pas un mot. Elle savait qu’il avait perçu sa présence et elle ne cherchait même pas à la cacher. Lorsqu’elle arriva juste derrière lui, elle regarda sa stature, les mèches brunes détrempées qui tombaient un peu sur la nuque pâle, à hauteur de ses yeux à elle. Les gouttes d’eau qui en tombaient glissaient vicieusement dans le kimono et devaient lui être plus que désagréables. Sakura décida qu’il était temps d’outrepasser les limites de l’Uchiha. Il n’avait actuellement de toute façon plus de limites. Il était juste vide, juste mort lui aussi d’une certaine façon. Alors, doucement, légèrement, comme si elle croyait qu’en le touchant elle allait le briser, Sakura passa ses bras autour de ceux de Sasuke, le serrant très fort contre elle, appuyant sa tête contre le haut de son dos. La jeune femme savait parfaitement dans quel état de transe misérable était Sasuke. A l’inverse de la dernière fois où il s’était retrouvé dans un état aussi perdu et où elle avait réagi de la même manière, Sasuke était désemparé.

 

« C’était son choix. Je sais que ça te fait mal et je sais que tu ne comprends pas non plus ce qui a pu se passer avant pour que cela dégénère à ce point. On ne trouvera pas forcément, Sasuke-kun. Tout ce qu’il faut faire, maintenant, c’est enfin commencer à profiter de ce que tu peux avoir. Il serait temps, tu ne crois pas ? »

 

Sasuke n’avait rien dit, rien fait, rien répondu. Sasuke se contenta de soupirer et, se retournant pour lui faire lâcher prise, lança à Sakura un regard condescendant qu’elle comprit dans toute son ampleur. Un merci, un pardon, une décision qui correspondait à ses conseils et qui, au vu de la moue qu’il faisait, lui avait semblée comme une évidence à présent. Enfin, Sasuke allait pouvoir vivre.

Sakura sourit doucement en croisant les yeux onyx du brun et chuchota :

 

« Rentrons. »

 

Sasuke baissa d’autant plus les yeux et grogna. Il avait oublié. Ils n’habitaient plus ensembles. Il n’avait plus d’endroit où rentrer. Sakura comprit parfaitement ce qu’il signifiait lorsqu’elle s’aperçu que leurs chemins devaient se séparer. Elle prit un regard un peu triste, désolée, puis souffla doucement :

 

« De toute façon c’est mieux comme ça, pour toi surtout. Je suppose que vivre quatre années en ma compagnie a été un fardeau assez lourd comme ça. Un peu plus et tu voudrais rester seul à vie ! » se força-t-elle à rire.

 

Et Sakura s’éloigna sur ces mots, serrant une dernière fois Sasuke Uchiha, désemparé, dans ses bras. Le brun fit un vague geste vers elle, doucement, avec précaution, mais elle était déjà trop loin pour entendre son léger gémissement.

 

*

*  *

 

Le lendemain même, Sakura sortit de chez elle très tôt, comme tous les jours où ils étaient de repos et où elle partait s’entrainer automatiquement. Ensuite viendrait l’heure où elle irait voir Sasuke pour terminer sa formation aux techniques de guérison de base. Sasuke était déjà là.

Ils passèrent finalement leur journée ensembles, Sakura ayant décidé de remplacer Naruto qu’Anko gardait bien consciencieusement enfermé chez eux, pour qu’il n’aille pas réconforter Sasuke qui se mettrait en boule, plus qu’autre chose.  Elle n’avait pas annulé son planning. Ils changèrent juste l’ordre des choses. Un peu de pratique aux jutsus médicaux, en plein air, après une marche lente et calme, profitant chacun de l’aura paisible de l’autre, se reposant enfin. Lorsque l’entrainement prit place, Sasuke sentit une envie irrésistible d’en faire de même. Sakura avait commencé à frapper tout ce qu’elle pouvait et à présent tentait de maîtriser son chakra en fonction des obstacles qu’elle rencontrait. C’était elle qui avait construit ce terrain d’entrainement, plaçant des poteaux en guise d’ennemis, des pièges partout et des genjutsus à tout va, rendant ainsi le terrain inconnu à ses yeux. Sakura était tellement forte, songeait Sasuke en la regardant. Sakura rayonnait. Elle était simple, belle, elle savait tout. Elle était au delà de leurs tourments d’enfants. Il se sentait si puéril et si inutile.

Sasuke s’avança au milieu du terrain, profitant des mouvements fluides de la kunoichi, trop concentrée pour saisir une présence aussi discrète et habituelle. Sasuke arrêta le poing qui allait s’abattre contre un arbre à deux centimètres de sa tête, ayant calculé le coup. Sakura croisa son regard, plongeant dans des abysses rouges brûlantes, une étrange rosace prenant forme dans le Sharingan.

 

« Tu veux qu’on s’entraine ensemble ? » demanda-t-elle, tout sourire, s’étant posée au sol et regardant Sasuke innocemment.

 

Sasuke n’eut pas le temps de répondre. Sakura lançait déjà son deuxième poing. Sasuke se sentit soudain aspiré dans une jouissance qu’il n’avait pas connue depuis, semblait-il, une éternité. Sasuke n’aurait jamais pensé, après avoir tué son propre frère, qu’il puisse, encore une fois, de nouveau, apprécier autant de se battre. C’était cette sensation magnifique de beauté dégagée, de grandeur, de force. Sakura frappait très fort, il sentait tous les coups et volait s’écraser contre les arbres, ne pouvant esquiver que les premiers assauts, les bras de la jeune femme parfois plus rapides que sa capacité d’analyse. Ils s’en tiendraient certainement au taijutsu, aux techniques standards. Les techniques plus importantes risquaient trop de les détruire l’un l’autre. Il n’en était même pas sûr. Sakura avait acquis énormément de chakra. Lui même avait progressé et, à cause, ou grâce, à Naruto et Anko, qui étaient avec Lee les plus grands phénomènes d’endurance de Konoha, ils avaient tous deux acquis une capacité à encaisser proprement extraordinaire. Sasuke voulu tester. Sasuke voulu voir si cette fille était si forte que cela. Il voulait toucher, combattre, parce qu’il voulait partager quelque chose avec la douceur de cette femme. Parce qu’elle était forte et qu’il canalisait en elle des sentiments qu’elle seule pouvait recevoir, Naruto trop fort et trop fier, Anko contenant les mêmes, sachant parfaitement, de toute façon, que ce n’était pas son rôle à elle, ni a qui que ce soit d’autre que Sakura.

Sasuke composa des signes, rapide, sûr de lui. Il sentait le vent souffler dans ses mèches tombantes. Il voyait l’ombre rose voltiger sur les poteaux et les arbres, se cacher, réapparaitre, lancer ses poings qu’il esquivait comme il le pouvait. Vite. Un dernier signe. Chidori.

Sakura écarquilla les yeux, prenant l’attaque en plein ventre alors qu’elle donnait un ultime coup de poing dévastateur au visage de l’Uchiha déjà couvert d’hématomes. La jeune femme cracha du sang, le poing toujours planté dans son abdomen. Aussi rapidement qu’elle donnait ses coups, un sourire aux lèvres, regardant Sasuke dans les yeux d’un air provocateur, elle attrapa la main encore scintillante, la retira par la seule force de son bras, grimaçant un peu, et de son autre main dégagea quelques gouttes de chakra qui suffirent à la guérir. Sasuke fit de même pour sa joue, gardant un air neutre, excité, chauffé à blanc de tout son être par le défi qu’elle lui lançait silencieusement. Ils voulaient jouer. Tous les deux, ils voulaient jouer à ça.

Le combat dura encore deux jours et deux nuits. Sasuke se libérait de sa douleur et de sa rage. Sasuke se sentait revivre complètement, profitant pleinement de cette présence, de ce contact, de cette chaleur que dégageait Sakura, qu’il pensait ne plus jamais pouvoir accepter après les événements. Sakura donnait toute son énergie, Sakura vivait à travers ce combat elle aussi. Elle avait attaqué des techniques d’eau et de terre, elle avait testé quelques récents jutsus de bois et Sasuke avait presque semblé bluffé. Elle l’avait impressionné, elle le savait. Sasuke la voyait enfin réellement.

Ils partageaient quelque chose tous les deux. Uniques, suprêmes. Deux combattants de génie qui avaient fourni tant d’efforts, puisé dans des ressources qu’ils n’avaient pas, persévéré quoi qu’il arrive, se séparant, se retrouvant, se frappant enfin et pour la première fois, fusionnant enfin tous les deux. La reconnaissance de l’un comme un hommage ultime, l’affection de l’autre enfin acceptée comme un baume des plus efficaces, le seul qui pouvait encore guérir quelques blessures et les faire cicatriser plus vite, même si les marques resteraient à jamais dans le cœur déjà dévasté.

Lorsque Kakashi était passé, lointain, un peu déprimé par ce qu’il savait, persuadé que Sasuke, à présent, était perdu à jamais, il avait écarquillé un œil surpris et avait donné un coup de coude à Anko qui trainait par là avec lui en promenade amicale.

 

« C’est encore plus érotique que mes Icha Icha… »

 

Anko, satisfaite, avait ricané d’un air malicieux, percevant les vêtements des deux ninjas en lambeaux, la poitrine de la jeune femme aussi nue que celle de l’Uchiha, tous deux dans une transe intemporelle emprunte de magnificence et de grandeur.

 

« C’est vrai, commenta-t-elle. On dirait qu’ils sont en train de faire l’amour. »

 

Epuisés par leur déchainement respectif, Sasuke et Sakura, les importuns qu’ils n’avaient absolument pas perçus partis depuis longtemps, s’étaient enfin arrêtés. Ils guérissaient vite, simplement, quelques lumières vertes dans leurs mains scintillant dans la nuit. Encore capables de marcher, ils rentrèrent ensembles dans le village, apaisés, enfin et de nouveau entiers. Si les adultes avaient interprété leur geste, eux avaient leur propre vision des choses et étaient plus que satisfais, non pas d’avoir communié de cette façon si classique qu’était l’acte simple d’entrer en contact, mais de s’être fait la guerre jusqu’au bout.

Lorsque Sakura arriva devant chez elle, Sasuke trainait les pieds à ses côtés. Elle posa la main sur la poignée, heureuse plus que jamais de ce nouveau contact qu’elle avait pu avoir avec lui, elle lui adressa un immense sourire et lui chuchota d’un air mutin :

 

« A demain Sasuke-kun ! »

 

Mais Sasuke la retint. Attrapant son poignet avant qu’elle n’ouvre la porte, il le souleva au dessus de sa tête pour la maintenir en face de lui, maitrisée, surprise avant tout. Il voulait la garder. Il avait eu assez mais voulait plus. Après tout, Sasuke était un éternel insatisfait. Regardant Sakura comme s’il attendait quelque chose d’elle qui ne viendrait pas, il grimpa la petite marche du porche qui le séparait d’elle, les contraignant dans un espace clos qui fit rougir Sakura lorsque leurs nez se frôlèrent. Sasuke n’avait jamais été aussi près. Sasuke était grand, en plus, elle se sentait faible, n’aimait pas forcément cela mais avec lui, c’était si différent qu’elle était prête à l’accepter, parce que lui savait qui elle était, comment elle pouvait réagir. A présent, Sasuke pouvait être si proche parce qu’ils se connaissaient et s’acceptaient comme tels.

Le brun souffla lentement, le courant d’air chaud chatouillant la joue de la femme étonnée.

 

« Sakura… »

 

 

 

A suivre

 

 

 

Kukukukuku… Ce n’est pas forcément ce que vous croyez… Ensuite, je n’ai pas du tout aimé la tournure des choses avec Itachi mais je ne pensais pas avoir le choix. Avec le temps qui s’était passé, ne souhaitant pas refaire un énième combat avec Itachi, je me suis dit que ce n’était pas plus mal comme ça. De toute façon, je ne voulais pas insister là dessus. C’était simple à faire parce que cette technique a déjà été utilisée, etc

J’espère que ça vous a plu. Je voulais un peu de combat bien classe quand même et celui avec Itachi était décevant. Puis, Sasuke et Sakura ont commencé à se battre sans que je m’en aperçoive, c’est plutôt bien tombé !

Vos avis ?