-Suna- Deux JInchuurikis

par Coyote

-Sunagakure ne Sato, jour présent.-


Naruto s'installa plus confortablement dans son fauteuil rembourré rouge. Il jeta un rapide coup d'œil au bureau. Gaara avait posé sa marque, la décoration était sobre, et rien n'avait changé depuis son dernier passage, les murs avaient toujours leur couleur ocre, les meubles portaient tous des rapports de shinobis de Suna. Naruto remarqua une photographie représentant Ai
.

« -Et ensuite, tu es revenu? Comment as-tu su pour Kabuto? demanda le Kazekage, en joignant ses mains sur le bureau.
-Je ne savais pas. Pas en arrivant en tout cas. Dans le cas où je revenais, Konan devait me faire un topo de la situation. Quand je suis arrivé, la balise que je lui avait laissée se trouvait à l'extérieur d'Ame, avec une lettre me disant qu'elle était surement morte en ayant empêcher le serpent de récupérer les Rinnegans de Nagato.
-Comment a-t-elle fait?
-Elle les a détruit peu après que j'ai quitté Konoha. Elle voulait que je les récupère, mais je n'ai pas besoin de Dojutsu.
-Pourquoi es-tu revenu alors? Gaara avait parlé de manière brusque, ce qui fit soulever un sourcil au blond.
-Ravi de constater que tu es content de me revoir.
-Ne te méprends pas Naruto. Savoir que t'es en vie, et que tu as enfin obtenu, ne serais-ce que temporairement, une vie que tu as amplement mérité, me réjouit. Mais pourquoi es-tu parti de là-bas? Tu allais te marier, bon sang, tu allais pouvoir fonder ta famille. »


Naruto eut un sourie gêné. Il attrapa la photo d'Ai. La blonde était sur un toit surplombant le village de Suna, au bras de son mari. Aucun doute qu'elle était la femme la plus heureuse au monde, comblé par son mari, et surtout faisant le bonheur de celui-ci. Naruto tiqua légèrement en voyant Gaara sourire, son bras droit passant dans le dos de sa femme, et la main droite posée sur les hanches de sa compagne. Gaara récupéra la photo et l'observa brièvement avant de la reposer.


« -C'est bizarre de te voir sourire. Tu ne m'as pas habitué à sourire.
-Temari m'a fait la même remarque quand elle a pris cette photographie. Ai était persuadée que notre enfant avait était conçu ce soir là. »

Gaara planta son regard dans celui de son meilleur ami. Il essaya de lire dans ses pensées, de déceler la faille du blond, d'apprendre le secret qu'il ne souhaitait partager avec personne. Mais il n'y parvint pas.


« -La dernière fois que je l'ai vue, elle m'a demandé de m'assurer que tu ne restes pas assis derrière ton bureau, seul. Elle voulait que tu trouves une autre femme qui te combles.
-Je ne suis pas seul. Ai est là, dit Gaara en posant sur son cœur. Je ne me morfonds pas, c'est juste que uns seule personne ne peut remplacer Ai. Mais tu n'es quand même pas revenu pour ça? »



Naruto ne répondit pas. Gaara se leva et s'assit sur le bureau, directement en face de Naruto. Celui-ci tourna la tête. Le sable de Gaara sortit de partout en se dirigeant vers le descendant Namikaze. Le blond fit face au roux, qui se mit sur le fauteuil à côté de son meilleur ami.


« -Naruto, tu es mon meilleur ami. Je peux pas supporter que tu t'isoles de nous, des gens qui tiennent à toi. Qu'est-ce qui t'arrive?
-Qu … Naruto se reprit. Quand j'ai quitté Konoha, j'ai vagabondé pendant un mois, puis je suis aller m'entraîner au mont Myoboku, afin de maîtriser la dernière technique de Kensei.
-La fureur de l'Ermite, c'est ça?
-Oui. Il s'agit de se laisser littéralement consumer par l'énergie naturelle. Kensei avait utilisé un sceau pour la stocker, et je suis actuellement porteur du même sceau. Cependant, garder une telle quantité d'énergie comporte quelques risques.
-C'est-à-dire?
-J'ai commencé à avoir des genres de vision. Je voyais des gens qui n'aurait pas du être à mes côtés se tenir face à moi. Puis, plus tard des rêves sont venus.
-Des rêves.
-Au début, ils étaient comme tous les rêves. Puis, quelques mois avant de partir, un sentiment s'est installé. Ces rêves n'étaient pas que des rêves. L'élément déclencheur a été l'attaque sur Iwa. J'avais vu les serpents géants attaquer le village quelques jours avant. La nuit suivante, j'ai pris ma décision de partir.
-Pourquoi cela?
-Dans ce rêve, je... Elle... »


Les yeux de Naruto s'embuèrent. Il les ferma pour les rouvrir aussitôt.


« -Je tuais...
-Tu tuais …
-Sakura. Elle … elle était transpercé par mon arme et elle, … elle mourrait dans mes bras. »

Gaara fronça les sourcils.

« -Naruto, ce n'était surement que des rêves.
-Non. Je sais faire la différence entre les rêves et ces visions.
-Kensei ne t'avait rien laissé pour t'aider face à ces … effets secondaires.
-Juste d'expulser fréquemment l'énergie naturelle.
-Et...
-Et j'ai trop attendu. Mon corps s'est accoutumé à toute cette énergie en moi.
-Ce chakra n'est pas nocif?
-Il … Ces visions sont une sensibilité aux flux d'énergie naturelle qui nous entourent. Mais je ne les perçois que parce que mon corps en est rempli. Libérer ce chakra ne me tuera pas, je serais juste très faible. Cependant, les dégâts qu'il a déjà causé à mon organisme seront sans doute irrévocables.
-Et …
-Non, Gaara. Je ne vais pas lui demander de me soigner. J'ai fait un choix. J'ai fait des erreurs j'en pais le prix. »


Gaara sentit qu'il était impossible de le faire changer d'avis.


« -Tu peux me dire pourquoi tu n'as jamais voulu voir Sakura après avoir quitté Konoha? »


Naruto sourit.


« -Si je n'ai jamais voulu la voir, c'est … C'est uniquement parce qu'elle aurait pu me faire rentrer à Konoha. Et je me sentais jamais prêt.
-Et maintenant? »


Le blond planta son regard dans celui du rouquin.

« -Je n'aurais jamais l'occasion d'y retourner.
-Dis pas ça. Ils veulent que tu sois leur prochain Hokage. Pour eux tu es le seul qui puisse porter ce titre.
-Hn. Ces hypocrites. J'étais hais, presque autant que toi. Et personne ne m'a jamais rien accordé. Et maintenant que je suis libre, que je ne les encombre plus, ils veulent que je reviennes. Ce doit être ce que l'on appelle l'ironie du sort.
-Ils leur fallait du temps pour apprendre à te connaître.
-Sûrement. De toute façon, je ne leur en veut pas.
-Donc tu retourneras à Konoha quand ils te le demanderont?
-Gaara... Ce combat est mon dernier combat. »


Gaara pensa d'abord qu'il comptait poser ses armes, prendre une retraite. Il ne pouvait pas dire qu'il... Non, Naruto n'était pas aussi stupide. Et il n'abandonnait pas. Il n'allait pas...


« -Une fois que je serais mort, tu... »


Le sable jaillit de partout et se déposa sur le corps de Naruto. Le Kazekage avait la tête baissée. Le blond l'appela à plusieurs reprises et il ne réagit pas. Puis le sable commença à se resserrer.


« -Non. murmura le Kazekage.
-Pardon?
-J'ai dit … NON! TU NE MOURRAS PAS! TU CROIS QUOI, QU'ON VA TE LAISSER JOUER LES HEROS EN TE SACRIFIANT? »


Naruto posa sa main sur l'épaule de l'ancien porteur d'Ichibi. Celui-ci le serra dans ses bras, en laissant quelques larmes couler.


« -D'abord Kankuro, puis Ai, tu étais mort pour nous … on va pas te laisser repartir comme ça...
-Kabuto va appeler mon père, Jiraya et Kensei. Je suis le seul qui puisse les affronter et espérer gagner.
-...
-Quand ça arrivera, il faudra que tu maintiennes l'intégrité de l'Alliance. Tu le feras?
-Je te promettrai que je le ferai, si tu me promets une chose.
-Laquelle?
-Si tu survis …
-Si je survis?
-Tu restes avec nous. »


Naruto sourit.


« -Je te le promets.
-Tu n'as pas répondu à ma question. Pourquoi es-tu revenu? demanda Gaara, en s'essuyant le visage. Et ne mens pas s'il te plaît. Pourquoi es-tu vraiment revenu? »


Naruto le regarda fixement, encore sous le choc d'avoir vu des larmes couler le long des joues de son ami.


« -Je te promets, ça restera entre nous.
-Tu te vexeras pas?
-Non!
-Je … Je ne suis pas revenu pour vous. Je suis revenu pour Sakura. Vers la fin, je ne voyais plus Nami, je voyais Sakura. Et une de mes visions montraient qu'elle était blessée. Une blessure sur tout le côté droit. Je voulais être sur qu'elle allait bien. Et stopper ce qui aurait pu la blesser. »


Gaara ne répondit pas. Il attendit quelques instants.


« -Elle a souffert.
-...
-Elle te cherchais partout. Elle ne voulait que te revoir. Elle n'a plus d'équipe sous ses ordres, elle n'a pas obtenu le poste de directrice de l'hopital.
-Elle était en bonne santé. Elle avait Neji, moi... Je l'ai déjà trop fait souffrir.
-Merci. Merci d'avoir été honnête. »


Derrière la porte, Ino partit en courant avant d'entendre quelqu'un s'approcher de la porte et de partir.