chapitre1

par RêveBleu

Chapitre 1

 
Tout doucement je sors des profondeurs de mes rêves pour me réveiller peu à peu. La sensation d'un sable chaud sous mon corps finit de me réveiller, tous mes sens son en éveille maintenant. Le vent emmène une odeur d'eau salé. J'entends la mer et le chant des mouettes. J’ouvre les yeux. Je suis sur une plage. Malgré la chaleur il n'y a personne. Je me relève, enlève le sable qui ses aventurais un peu partout dans mes cheveux rose et mes vêtements déchirer. Attende une minute ! mes cheveux roses et vêtements déchirer ? Que s’est-il passé ? Où suis-je ? Qui suis-je ?  Je ne me souviens de rien. J’ai quel âge ? Comme je suis arrivé ici ?  J'ai peut-être toujours vécu là et que suite à une grosse fatigue je me suis endormi ici hier ! Oui c'est tout à fait possible, mais alors pourquoi je ne me rappelle de rien ? Je regarde autour de moi… il y a des arbres de toutes sortes, surtout des arbres fruitiers, au moins j'aurai de quoi manger. Tiens des cerisier… ces fleurs son si belle.

Une voix retentis dans ma tête, criant un nom : Sakura !


Sakura ? c’est comme ça que je m'appelle ? C'est joli comme prénom je trouve. Qui était la personne qui criée ? Et pourquoi crié - t -elle ? vraiment étrange… enfin laissons cela de côté. Je pars donc à la découverte de cet endroit. J'en fait d'abord tout le tour… aucun doute c’est bien une île. Je m'aventure entre les arbres regardant tout autour de moi, chaque arbre, chaque fleur, tout m'était étrange car je ne reconnaissais pas ses variétés. J’entends le bruit d'eau qui coule à torrent… au fur et à mesure que je m'approche de l'endroit, le bruit qui au début n'étais qu'un doux murmure devin aussi fort que le bruit du tonnerre. J'enlèves une branche qui me barre le passage et là, je voie une cascade ! La verdure qui entourer cet endroit le rendes magnifique. J'étais tomber sous le charme. Des papillons voletais, des oiseaux chanter leur aire préférer, quelque perroquet répétaient certain tempo… bientôt une cacophonie féerique s'éleva dans les aires. Je tournoyé sur moi-même ne fessant que très peu attention où je mettais les pieds tellement j'étais captiver par le spectacle qui s'offres devant mes yeux ébahis. J'étais tellement transporter que je ne vis pas ou j'aller et...PLOUF ! Aller savoir pourquoi mais j'ai l'horrible impression que ce n'est pas la première fois que j'atterris dans l’eau, enfin.

-GRR

Je me retourne d'un coup, les buissons bouge de manière inquiétante.

 


&*&*&*&


Au port de konoha la nouvelle avait fait grand bruit, tout le monde s'activer pour recevoir comme ils se devaient le capitaine Haruno et sa fille, Le bateau était en retard d'une semaine. Tout le monde s'était inquiétait mais heureusement ils arrivaient aujourd'hui. Le bateau fit son apparition, d'abord minuscule puis de plus en plus gros, tous reconnurent le paquebot du capitaine Haruno, des cris de joie s'élevèrent, en effet la famille Haruno était une famille très riche non seulement parce qu'ils possédaient plus de 600 000 000 de bateau allant de la petite barque au yote priver, en passant par le paquebot. En plus leur compagnie d'agence de l'immobilier et de voyage était classée dans le top des meilleurs en tête de Liste. De plus La famille Haruno aider toujours ceux qui en avaient besoin, on avait qu'à sonner à leur porte, expliquer la situation dans laquelle on se trouve et ils nous prêtaient l'argent. Bien sur on les rembourser mais jamais ils ne prenaient des frai supplémentaires. L'équipage descendit en premier du navire, le capitaine les suivit juste après mais l'ambiance était lourde, pesante. Le visage triste et
ravager du capitaine ne présager rien de bon, alors que tout le monde s’attendait a voir apparaitre la petite dernière des Haruno le capitaine déclara d'une voix terne :

- Vous ne verrez pas ma fille descendre de ce navire...

A l'entente de ses quelque mot la foule retint son souffle tous savez que la suite de la phrase aller être un choc… ils ne savaient pas à quel point.

-Ni aujourd'hui, ni demain, ni aucun autre jour. Ma fille sakura à disparue en mer. Âpres de nombreuse recherche qui nous ont retarder à venir ici, nous n'avons retrouver aucune trace de son corps.

 

&*&*&*&

 

Je regarde les buissons bougeais, je ne fis pas un seul mouvement retenant mon souffle. Je ne sais combien de temps je restai ainsi…trente secondes…une minute peut être deux. Je décidai de m'approcher, je poussai tout doucement les buissons. Je fus surprit de ce que j'y découvrit. Un petit tigre se débattait avec les ronces, enfin petit c'est vite dit. Il était beaucoup plus grand que moi et surement aussi plus fort. Je savais déjà rien quand le voyant qu'il ne fallait surtout pas que je le provoque à la course à pied au risque de me voir déjà et d’une dépasser et de deux manger en guise de trophée... gloup’s ! Mais le voir ainsi s'emmêlé les pinceaux me fit sourire. Je m'accroupis et enleva les épines une à une. Oh bien sur j'eu droit à un ou deux grognements mais rien de bien méchant pendant que je le soigne, je lui parle, le rassurant lui disant que tout irait bien, que je ne lui voulais aucun mal. Une fois mon travaille terminer, je me dirige vers la cascade. Je déchire un morceau de mon vêtement, de tout façon vu l'état dans le quelle il se trouve cela ne peut pas être pire. Je le mouille. Le tigre vint se placer à coter de moi comme s’il savait ce que je m'apprêter à faire. J'enroule, mon bout de tissue sur sa patte blesser en espérant que se serrer suffisant

-C'est fini. Je suis désolée de ne pas pouvoir faire plus. Dis-je au tigre en lui caressant sa tête de gros chat.
-Mais tu as déjà fait beaucoup, me répondit-t-il
-T…tu...tu parles ?
-Bien sur toi aussi tu...tu as compris ce que je viens de dire ?
-Ben oui sinon je ne serai pas autant surprise tu penses bien ! Comment tu t'appelles ?
-Lili et toi je ne t'ai jamais vu sur l'île. Assurât-elle d’un ton tranquille.
-Je m'appelle sakura, et cela s'arrête là. Je n'ai aucun autre souvenir. Je ne sais pas comment j'ai atterri ici ou encore mon âge. Je murmure tout doucement. Une nostalgie m’envahit sans trop savoir pourquoi.
-Allons voir Peter, il saura nous aider, dit Lili en se levant, je la suivis.
-Qui est Peter ? demandai-je
-Le plus sage d'entre nous...

Aux même moment une boule de bout atterris en plein dans la tête de Lili

-Enfin sa dépend pour quoi, reprit-elle

S’en était trop. J’éclate de rire, je ne pouvais plus m'arrêter, en effet la tête que faisait cette petite tigresse était trop drôle pour que je puisse m’en empêcher. Je repris ma respiration et mon calme avec beaucoup de difficulté je dois dire. Une fois cela fait, je le détaillai : je ne savais pas où mais j'avais l'impression d’avoir avoir déjà vu ce genre d’animal et le nom " panda roux" vint tout de suite à mon esprit sans que je comprenne pourquoi. De plus je savais que j'avais raison encore plus déroutante.

-Alors c’est vous le dénommer Peter ? intéressant ! En effet vous êtes quelqu'un de sage. Dis-je avec un sourire.
-En effet je suis bien Peter Le Sage, L’Unique, L’Intelligent Peter ! Meilleurs amis de Lili La Tigresse et Oncle de Jade La Conquérante, déclara-t-il
-Est modeste avec ça, écouter quand vous aurez fini de vous faire des fleurs j'aimerais que l’on discute alors faite-moi signe quand vous serez près. Je serais près du lac si vous me chercher. J'ai un grand besoin d'enlever tout se sel de ma peau. Dis-je en les laissant seule. Pourtant une question me turlupiner ou avais-je appris à parler de la sorte et de cette manière. Bon fini les questions ! De toute façon ça ne m'apporte rien, à part d'horrible maux de tête.

-J'aime beaucoup cette enfant, dit Lili.
-Pff, Fit Peter.
-Oh regardez qui boude. Dit-elle dans un rictus.
-Mais…elle a compris ce que j'ai dit, s'extasia Peter.
-Pour un sage je te trouve bien long a la détente, le taquina Lili.

Pendant qu'ils discutent de je ne sais quoi moi je suis dans l'eau. Je me sens bien. Toutes cette verdure et le chant des oiseaux… alors que j'allais m'endormir, je reçu de l’eau sur le visage. Je vis en face de moi un jeune éléphant. C’était surement Jade.

- Tu vas voir ce que tu vas voir. Dis-je en lui lançant moi aussi de l'eau. Qu’es-que c'était marrant je ne me suis jamais autant amusée je crois. Peter et Lili nous rejoignirent. Une bataille d'eau commença. Plus tard dans la journée, Peter m'annonça que j'ai surement dû arriver par la mer lors d'une tempête. Jade Lili, Peter m'accueillir et ils devinrent ma famille.

&*&*&*&



Quand Monsieur Haruno rentra cher lui sa femme lui sauta dans les bras. Elle avait l’air d’aller beaucoup mieux. Elle n’avait plus ce teins pâle. Elle avait plutôt une peau halée par le soleil. Des cheveux d’un blond brillant. Long. Démêlé aussi constata vaguement M. Haruno. Elle avait aussi repris du poids. Elle était mieux ainsi. Beaucoup mieux. Elle lui fit un si beau sourire que l’espace d’un instant il lui sembla que le monde n’était pas aussi sombre… aussi noir qu’il l’était en réalité. Bien qu'il fût heureux de la revoir il ne savait pas comment lui annoncer que leur fille chérie avait disparu en mer… qu'elle ne révérer plus son ange comme elle aimer l'appeler, son ange rose. Qu’elle l’eût perdu à nouveau… peut-être pour toujours cette fois.
Madame Haruno remarqua pratiquement tout de suite que quelque chose clocher.

-Où est mon ange rose ? Demanda-t-elle.

En levant les yeux vers son mari Madame Haruno vit le regard ravager par la colère la rage et la tristesse dans les yeux de son mari. La colère et la rage envers lui pour n'avoir pas su protéger leur fille, et la tristesse d'avoir était impuissant. Il se souvenais encore de son cri. De sa voix qu'il l'appeler. Il se souvenais parfaitement de son corps dans l'eau qui devenais de plus en plus petit au fur et a mesure que le navire s'éloigner. Elle qui était déjà si petite pour ses 8 ans. Jamais au grand jamais il ne se le pardonnerais.

-Mebuki… Commença le père de Sakura.

-Sasori ne devrais plus tarder à rentrer du lycée. Coupa sa femme. Il va être tellement content de te voir. Et sakura aussi d’ailleurs. Vous lui avez énormément manquer tous les deux et à moi aussi. Alors où es Sakura ?

A ce moment-là, la porte d'entrer s’ouvris sur un jeune homme d'environ 17 ans… aux cheveux d'une couleur anormalement rouge.

-Papa tu es rentré ! si tu es là sa veux dire que saku aussi est là. Alors où est cacher se petit monstre ? Demanda Sasori en cherchant sa sœur partout.
-Salut fiston. M. Haruno ne parvenait pas à parler plus. Temps l’émotion était grande.

Sasori était partis deux mois avant que M. Haruno et leur fille prennent le bateau. Il voulait aborder quelques points avec leur mère et finalement tout c'était bien passer. Il ne voulait pas reprendre l’entreprise de la famille et sa mère n'avais pas était contre. Après tout ils avaient une fille qui elle était très attaché au bateau et conté bien marché sur les traces de leur père.

-Assez y vous, j'ai quelque chose d'important à vous dire. Sakura est...Ne... Il respira un bon coup. Mebuki, Sasori… Sakura n’est pas avec moi.

-Kizashi. Murmura la mère de Sakura.

-Qu’essaye-tu de dire papa ? Sakura est rester en France ? Demanda Sasori.

Kizashi pris une dernière respiration avant d’avoir le courage d’avouer l’horrible vérité.

 

-Sakura a disparu en mer. C’est la raison de mon retard. Des recherches ont été donner… sans sucée hélas.

 

Mebuki s’effondra à genoux sur le sol. Ne parvenant pas à croire ce que son mari venait de lui annoncer. Oh bien sûr, elle c’était inquiété de ne pas les voir arriver à la date prévue mais quand on lui avait annoncer que le bateau avait enfin accoster cela ne lui avait plus parut si important. Son bébé…Son ange rose lui avait été enlevé…Encore. On lui avait encore enlevé son ange. Sasori s’agenouilla aux coté de sa mère. Pour lui aussi, la nouvelle était dure a avalé. Il n’y croyait pas. Ce n’était pas possible ! Et pourtant…Sakura n’était pas là avec eux…Ella avait une nouvelle fois disparus. Et cette fois peut-être qu’elle ne reviendra plus jamais. Il ne pourra plus l’embêter. Ni la rassurer les soir d’orage. Ni lui dire que maintenant qu’elle était à la maison rien ni personne ne lui fera plus jamais de mal. Non Sakura ne pouvait pas avoir disparu en mer. C’était impossible !

M. Haruno s'agenouilla en face de Sasori et de sa femme

-Je suis désoler mes chéris, vraiment désoler. Leur dit-il en les prenant dans ses bras. Ce soir-là dans la famille Haruno une ambiance triste, sombre, celle d'un deuil qui jamais ne pourras se faire. Kizashi raconta à sa femme et son fils ce qui c’était passer. Cet horrible événement plana dans la demeure des Haruno comme une enclume qui jamais ne les lâcha.