Jour 3: Orage en perspective

par Salamandra

Jour 3: Orages en Perspective.

 

Hinata se réveilla ce matin là, en avance. Il était approximativement six heures du matin. Les yeux fatigués, elle se redressa à la façon d’un mort vivant sortant de son tombeau. Ses cheveux étaient completement emmêlés en un seul et unique noeu sur le coté droit. Elle s’étira en tendant les bras sur le coté, et dans sa manœuvre d’étirement elle donna un brusque coup dans son tout nouveau réveil qui trônait sur sa table de nuit. Et ce pauvre petit réveil bleu étoilé connu pour la première fois, et comme ses prédécesseur la dureté du sol. Elle posa un pied, puis l’autre sur le sol froid, puis tenta de ce mettre sur ces deux pieds. Malheureusement la première tentative fut un lamentable échec, et Hinata retomba sur ses fesses au milieu de ses draps. Ces jambes n‘étaient pas tout a fait réveillée, et a moitié endormi elle poussa un soupir d‘exaspération, puis retenta de ce mettre debout. La troisième tentative fut un succès, elle c’était aidée de ses mains afin de réussir a se hisser sur ces deux jambes flageolantes.

Il faisait encore bien sombre, et l’orage de la veille n’avait pas l’air d’être passé. Le ciel se trouvait toujours être aussi noir, et zébré de lumière électrique parfois suivi d’un tremblement sonore. Elle se mit a marcher en direction de sa porte, ou était suspendue un porte manteau. Elle farfouilla quelque temps avant de tomber en fin sur son peignoir. Les yeux toujours mis clos, elle entrouvrit sa porte et se faufila dans le couloir, en arrivant dans la cuisine elle fut éblouit par la lumière, elle poussa un grognement. Son père et son cousin, la regardèrent quelque peu surpris de la voir debout aussi tôt, et surtout de la voir d’une humeur massacrante, elle qui pourtant la veille était aux anges. Elle ne leur adressa aucuns mots, ne faisant que manger ses céréales avec son lait, et décortiquant sa banane pour la manger rageusement. Elle n’avait toujours pas ouvert totalement les yeux.

Elle donna un coup de pied dans la table en ce levant, et la douleur que ça provoqua la fit ouvrir les yeux en grand. Saillez elle était a présent complètement réveillée. Elle regarda la ou le pied de table avait tapé, c’était en plein sur le bleu qu’elle c’était faite la veille. Elle lança un juron et sans se retourner pour voir la réaction de son père et de son cousin qui n’en revenait pas de sa réaction matinale.

Elle remonta à l’étage et s’enferma dans la salle de bain, elle vit alors l’entendu des dégâts capillaire. Les yeux grands ouverts, pensant déjà a ce qu’elle allait subir comme douleur en essayant de démêler tout ça! Elle prit la brosse, et commença a brosser doucement, mais la douleur était vraiment du domaine de l’insupportable, et voulant souffrir le moins, elle prit le problème a bras le corps. Elle passa la brosse d’un coup dans ses cheveux et tira. Le noeux fut dénouer mais une touffe de cheveux pas énorme était restée coincer dans les dents de la brosse. Les yeux humides a cause de la douleur qui venait de la traversait toute entière, elle entra dans la douche et entreprit de ce laver.

Une heure plutard, elle était prête dans les temps, et il était temps de partir. Elle serait ce jour là pile a l’heure. Elle prit un parapluie avant de sortir de chez elle, son parapluie était celui qu’elle avait quand elle était petite: rose avec des oreille de chat sur le dessus, il était ridicule mais elle l’adorait et ne voulait pas s’en séparer. Kiba avait ressorti son manteau a fourrure, la capuche sur la tête et les mains enfoncés dans les poches semblait regarder un point invisible dans le ciel. Shino réfugié derrière sa paire de lunette de soleil et un imperméable de noire quand a lui attendant sans bouger. Il était a peine l’heure qu’ils étaient déjà là en train de l’attendre patiemment. Elle s’approcha patiemment d’eux, mais Akamaru tout trempé vint lui sauter dessus la renversant dans une énorme flaque d’eau, voila qu’elle se retrouver dans une flaque d’eau, trempée des pieds a la tête, sous un chien qui pesait plus de deux tonnes. Kiba siffla et Akamaru se retira de sur Hinata. celle-ci releva oubliant son parapluie qui traînait dans une flaque d’eau. L’état dans lequel elle se trouvait était plus que déplorable.

« Tiens! »

Kiba était devant elle et il lui tendait son manteau. Il se retrouvait en tee-shirt sous la pluie.

« Non…euh…tu vas tomber malade si tu ne le garde pas!

Bah t’inquiètes j’ai l’habitude de me retrouver sous la pluie mal habillé! Alors prends la et pose pas de questions! »

Il lui tendit plus expressément son manteau, et elle le prit sans grandes convictions. Elle le mit sur ses épaules, il était encore tout chaud, et il stoppa les frissons du au froid qui commençait a passer sur sa peau.

« Il vaudrait mieux qu’elle rentre ce changer! 

Ouais t’as raison Shino! 

Mais vous allez encore devoir m’attendre!

Non, je pense qu’avec ce temps de chien, on va rien faire aujourd’hui! »

Shino prit alors le chemin de chez lui, laissant Hinata, Kiba et Akamaru.

« Je vais te raccompagner chez toi…

Euh… mais tu vas vraiment finir par tomber malade!

Non… 

Bon ok, mais tu prends mon parapluie! »

Il se tourna vers le parapluie rose à oreille de chat qui se trouvait par terre, et tourna un visage furieux vers Hinata en désignant le dit parapluie.

« Tu veux quand même pas que je me promène avec cet horrible parapluie rose cochon avec des horribles oreilles de chats! »

Hinata regarda son jolie petit parapluie rose qu’elle aimait tant, elle le ramassa, et commença a enlever la veste.

« Dans ce cas… je vais te rendre ta veste et prendre le … »

Kiba lui avait prit le parapluie des mains, et l’avait ouvert au dessus de lui.

« Non c’est bon on y va! »

Hinata sourit en voyant Kiba un peu gêné sous son parapluie rose bonbon. Il marchait devant elle avec Akamaru a ses cotés, le chien blanc dégagé une horrible odeur propre au poil de chien mouillé, mais vu la taille du chien l’odeur était épouvantable.

« Dis Kiba…pourquoi tu m’as dit que tu ne pouvais pas m’aider hier, je n’ai pas compris! 

….

Kiba? »

 

Il s’était arrêtait en plein milieu du chemin, Hinata faillit lui foncer dedans mais elle s’arréta juste avant de justesse. Il se retourna et prit la jeune fille dans ses bras.

« Si seulement tu ne l’aimais pas lui! »

Il la lâcha puis s’en fut, la laissant la completement stupéfaite pas ce que venait de lui dire Kiba et par son geste. Peu à peu, tout ce mettait en place dans sa tête, mais elle ne voulait pas le croire. Non cela semblait totalement impossible. Les yeux vide, elle déambula dans les rues, jusqu’à ce qu’elle rejoigne enfin sa maison.

Elle passa la journée prostrée dans un fauteuil presque sans vie, et elle ne se leva de son fauteuil que pour aller se coucher en marchant comme un zombi dans les couloirs de sa maison.