Examens chuunin, première épreuve !

par Keysapocalypses

Chapitre 23 : Examens chuunin, première épreuve !

« Onii-san, merci de nous avoir sauvé. » S’exclama Konohamaru, son corps tremblant encore de l’expérience qu’il venait de subir.

« Ce n’est rien. » Lui assura Naruto en souriant légèrement. « Remercions simplement le fait que j’aie été au bon endroit au bon moment. Qui sait ce qui serait arrivé dans le cas contraire… »

« Menma-baka, arrête de dire n’importe quoi ! » S’exclama Sakura, exaspérée. « Tout le monde sait que c’est grâce à Sasuke-kun que les choses se sont arrangées. »

« … » L’Uzumaki retint un grognement et décida de ne pas commenter.

Comme d’habitude, la kunoïchi de l’équipe 7 était d’une partialité sans borne. Initialement, c’était elle qui avait été responsable de ce presque désastre. Tout avait commencé quand Konohamaru, et deux de ses amis, Moegi et Udon, étaient venus trouver Naruto pour qu’il joue avec eux. Ce n’était pas quelque chose qui était hors de l’ordinaire, l’Uzumaki jouait souvent avec le trio. Cela avait commencé peu de temps après qu’il soit devenu genin, pendant son temps libre principalement. Et depuis son retour à Konoha, les trois enfants étaient encore plus collants qu’avant, pas qu’il s’en plaignait. Ils l’avaient cru mort, après tout.

Non, le problème, pour ainsi dire, c’était que le reste de l’équipe, alors que vaguement au courant de l’interaction entre Naruto et le trio, ne les avaient jamais vu jouer ensemble. Pour cette raison, Sakura, en particulier, s’était montrée choquée et désabusée lorsqu’elle avait appris que l’Uzumaki jouait au shinobi avec eux. C’était comme si ce qu’il faisait était une sorte de sacrilège ou un affront aux lois de l’univers… Ou pire, quelque chose qui pourrait ruiner la réputation de son Sasuke-d’amour-qui-durera-pour-toute-la-vie-jusqu’à-sa-mort-qui-même-ainsi-ne-les-séparera-jamais !

« Un shinobi qui joue au shinobi… » Avait dit Sakura d’un ton dédaigneux.

Cela n’avait rien d’étrange pour un shinobi de jouer au shinobi avec des enfants ! Au contraire, c’était même plutôt éducatif. D’une part, cela initiait doucement les enfants au métier de shinobi et, d’autre part, cela permettait aux enfants de prendre de bonnes habitudes dès leur plus jeune âge. Les membres de clans entrainaient souvent leurs enfants de cette façon à travers divers jeux en tout genre. Seuls les enfants de civils ne bénéficiaient pas de ce genre de traitement, et encore, lorsque ceux-ci intégraient l’académie, ils pouvaient prendre des cours supplémentaires pour compenser leurs manques. Malheureusement, pour Sakura qui n’avait jamais vraiment eu d’intérêt dans sa formation autrement que pour impressionner son Sasuke chéri, c’était quelque chose qui la dépassait complètement. Ou peut-être qu’elle refusait juste de comprendre…

Ironique, vraiment, puisque même Sasuke avait lui aussi « joué » au shinobi lorsqu’il était enfant, pas qu’il l’admettrait si on lui demandait…

Toujours était-il que, en raison de la façon dont dédaigneuse avait été Sakura, Konohamaru s’était énervé et avait fini par insulté involontairement la Haruno. Rien de méchant, vraiment, mais il avait frappé un point faible sans le vouloir. La kunoïchi avait toujours été sensible aux questions de courbes et de poids. La traiter de boudin était donc l’une des pires insultes qui soient à ses yeux. Toujours était-il que, dans sa fureur, elle avait effrayé le trio d’enfants qui, dans leur fuite, avait accidentellement percuté quelqu’un.

Il avait malheureusement fallut que ce quelqu’un soit un genin de Suna au sang chaud.

Au final, les choses s’étaient déroulées en douceur. Naruto avait retiré Konohamaru des griffes du genin de Suna, dont le nom était Kankuro. Dans le même temps, Sasuke, plus pour montrer sa force que par un soudain élan d’empathie, avait frappé la main de Kankuro avec une pierre, ce qui avait valu l’admiration de la jeune femme qui se trouvait juste à côté de ce dernier pour son audace. Elle s’était présentée comme Temari, la sœur de Kankuro. Elle avait également légèrement flirté avec l’Uchiwa, ce qui lui avait valu l’ire de Sakura, qui avait semblé à deux doigts d’en venir aux mains… Et sans doute de se faire humilier en toute beauté.

Heureusement, pour ainsi dire, l’arrivée de Gaara avait mis fin à tout début d’hostilité.

Gaara était le plus jeune frère de la fratrie. Le plus dangereux aussi. Un simple coup d’œil avait suffi à Naruto pour le comprendre. Le garçon était… Dérangé. Et encore, le mot était faible. Pour beaucoup, Gaara donnait sans doute l’impression d’être schizophrène, parlant à la soi-disant voix de sa mère dans sa tête. L’Uzumaki savait cependant que la question était plus complexe. Après avoir rencontré Fu, il était désormais capable d’une plus grande compréhension quant à ce qu’il en était. Gaara, il en était presque persuadé, était également un jinchuriki. Très probablement, la voix de sa mère était en réalité celle de son Biju qui devait tenter de le manipuler d’une manière ou d’une autre.

En y repensant, Naruto en avait des sueurs froides. Dire qu’il aurait pu être comme ça…

A la réflexion, l’Uzumaki était en mesure de percevoir une sorte de motif. Gaara semblait haïr l’humanité, ou n’en était pas loin. Fu non plus n’avait initialement pas vraiment de sentiments positifs envers son village, du moins jusqu’à l’intervention involontaire de Naruto. Quant à ce dernier, sa propre enfance aurait pu le pousser à des extrêmes similaires. Combattre la violence par la violence et la haine par la haine. Cela aurait engendré un cercle vicieux. Heureusement, il avait en quelque sorte était capable de l’en empêcher, à la fois pour lui et, plus récemment, pour Fu. Devrait-il faire de même pour Gaara ? Probablement, s’il en avait l’occasion.

Mais malgré tout, Naruto avait encore du mal à croire à quel point illogiques étaient leurs trois situations, à la fois similaires et différentes. Trois jinchurikis. Trois bombes ambulantes. Trois puissances destructrices. Mais surtout, trois enfants retenant une créature capable de raser un village shinobi en une nuit. Sachant cela, la logique, la vraie logique, voudrait que les villages qui les hébergent prennent soin d’eux et les chouchoutent pour éviter qu’une haine s’installe… Et pourtant, dans les faits, le contraire exact semblait se produire. Naruto n’avait rien eu d’une enfance facile, le contraire en fait. Fu avait littéralement été chassée de son propre village. L’Uzumaki ignorait ce qu’il en était pour Gaara, mais il était persuadé qu’il était dans une situation similaire.

Enfin bon, le pire avait été évité. C’était toujours ça…

« Konohamaru, Moegi, Udon, rentrez chez vous pour le moment. » Déclara Naruto avec douceur. « Il va y avoir de plus en plus de shinobis étrangers à Konoha dans les jours à venir. Nous ne voudrions pas une répétition de l’incident de plus tôt… »

« Tu as raison nii-san ! » Approuva le petit-fils de Hiruzen qui tremblait toujours, bien que beaucoup moins que quelques minutes auparavant. La présence de l’Uzumaki le calmait et l’apaisait. « A bientôt, nii-san ! »

« A la prochaine ! » Salua Naruto en agitant paresseusement la main dans une imitation passable de Kakashi… Leur sensei commençait vraiment à avoir une mauvaise influence sur eux.

« Menma-baka, qu’est-ce qui te fait croire que plus de shinobis étrangers viendront à Konoha dans les prochains jours ? » Demanda Sakura avec agacement, une fois le trio d’enfants hors de vue.

« … Tu me poses vraiment la question ? » Demanda finalement l’Uzumaki, après quelques secondes d’hésitation. « Je veux dire… Sérieusement ? Temari nous a informés, après que tu leur aies demandé, que leur équipe vient spécifiquement de Suna pour passer les examens chuunin. Penses-tu vraiment qu’ils seront la seule équipe venant de l’étranger à participer ? »

Le jinchuriki avait du mal à croire qu’elle ait réellement pu ne pas deviner cela par elle-même. Ce n’était pourtant pas si compliqué à comprendre. En fait, il était même persuadé que, quelques mois plus tôt, elle l’aurait compris en un instant. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Se pourrait-il que son intelligence régressait ? Lorsqu’elle était à l’académie, elle n’avait jamais été la meilleure concernant la pratique, loin de là en fait, mais elle avait presque systématiquement été la fille au sommet de leur promotion, juste devant Hinata et Ino respectivement. Il fallait au moins ça pour pouvoir espérer attirer l’attention de son Sasuke-kun.

Mais maintenant ?

Sakura était désormais dans la même équipe que son amour-éternel-qui-durera-à-tout-jamais. Depuis qu’ils étaient devenus une équipe, elle n’avait fait que le minimum d’efforts pour progresser en tant que kunoichi, élargissant ainsi toujours plus le fossé entre Naruto et Sasuke, dont la puissance était loin devant, et elle, qui se retrouvait loin derrière. Elle se contentait de suivre, s’abreuvant des « exploits » de l’Uchiwa, sans jamais essayer de faire quelque chose par elle-même. Elle ne tentait rien, ne se mettait jamais en danger, ne prenait même plus la peine d’étudier. Si la question de la Haruno en était une bonne indication, alors même ses compétences déductives avaient baissé en raison d’un manque de stimulation. Tout ça à cause d’un garçon qui ne savait probablement même pas qu’elle existait, ou encore plus probablement ne s’en souciait pas, en dépit du fait qu’elle était dans la même équipe que lui…

« Tch ! Pas besoin de répondre ainsi, je ne faisais que poser une question… » Grommela Sakura avec mauvaise humeur.

« Une question à laquelle tu aurais su répondre par toi-même il y a six mois... » Soupira mentalement l’Uzumaki. « Dire que tu te laisses volontairement t’affaiblir dans le vain espoir que Sasuke devienne ton chevalier en armure étincelante… Quand vas-tu enfin comprendre qu’il est temps pour toi de grandir ? Tu n’es plus une petite fille, Sakura. Le monde n’est pas rose. Nous vivons dans un monde dangereux et tu as choisi de devenir une kunoichi, le métier le plus dangereux qui soit. Pour le meilleur ou pour le pire, il va te falloir assumer, désormais. J’espère que tu comprendras cela pendant les examens chuunin… Sinon tu mourras. »

« Peu importe… » Décida finalement la Haruno, son tempérament toujours aussi sombre. « Dépêchons-nous d’aller au point de rendez-vous. Kakashi-sensei a dit qu’il avait quelque chose de très important à nous annoncer. Je me demande bien de quoi il s’agit… »

« … Je ne sais même pas quoi répondre à ça. » Songea Naruto, en quelque sorte choqué par les paroles de la jeune fille.

Comment pouvait-elle ne pas comprendre de quoi il s’agirait, surtout après leur conversation précédente ? Il était évident que leur sensei allait leur annoncer qu’ils étaient des candidats éligibles pour les examens chuunin ! Même elle devrait l’avoir compris. Ses capacités de déduction avaient-elles diminué plus qu’il ne l’avait pensé ? Et puis, sérieusement, se dépêcher pour aller rencontrer Kakashi ? En six mois, son taux de retard dépassait les 99%. Si pas pour certains cas extrêmement particuliers, ou le fait que Sasuke était une fois tombé par hasard sur lui avant l’heure du rendez-vous, le Hatake aurait un taux de retard d’au moins 101%. Oui, 101% ! Une fois, il ne s’était même jamais présenté à l’une des réunions. Bon, certes, il était arrivé à l’heure le lendemain, mais Naruto pensait plutôt qu’il avait en fait 24 heures de retard, ce qui justifiait tout le reste…

Sans surprise, lorsque l’équipe 7 arriva au point de rendez-vous, leur sensei était absent. L’Uzumaki ne comprenait toujours pas pourquoi ils se donnaient la peine d’arriver à l’heure encore maintenant alors qu’il faudrait au minimum deux heures de plus à Kakashi pour arriver. Le nombre de choses qu’on pouvait faire en deux heures était assez conséquent, encore plus pour quelqu’un comme Naruto qui pouvait utiliser la puissance monstrueuse du multiclonage de l’ombre. Mais non, il était là, à attendre inutilement un professeur qui de toute évidence allait se présenter avec une excuse si minable que même un sourd en serait insulté.

« Désolé pour le retard ! » S’exclama le Hatake, arrivant avec précisément deux heures de retard. « Je m’étais levé tôt aujourd’hui, exprès pour mes mignons petits genins. Malheureusement, en quittant ma maison, je n’ai pas vu Tora qui dormait sur le pas de la porte et lui ait accidentellement marché sur la queue. De là, cette sale bête m’a poursuivit pendant au moins une heure pour se venger et a même appelé ses cousins, les chats noirs, à la rescousse. Et comme vous le savez, les chats noirs portent malheur donc j’ai dû faire des efforts considérables pour les éviter. Finalement, après encore une heure, Tora et ses acolytes se sont finalement lassés et je peux enfin me présenter à vous, la tête haute. »

C’était… Une excuse presque potable, en fait. Pour quiconque qui ne s’appelait pas Kakashi Hatake. Pour lui, qui avait déjà dépassé de beaucoup son quota d’excuses bidon et/ou foireuses, c’était juste consternant. Enfin… Ce n’était pas vraiment une surprise non plus. Tout le monde avait attendu cela de leur juunin-sensei.

« Se présenter la tête haute après avoir fui lâchement une bande de chats esseulés… » Nota néanmoins Naruto, perplexe.

« Yep ! » Confirma Kakashi, sans se soucier d’à quel point humiliant cela était censé être. « La lâcheté est l’arme du survivant ! » Déclara-t-il dans un élan de sagesse.

« … » L’Uzumaki en resta sans voix. Le pire était que, d’une façon tordue, c’était vrai.

« Passons… » Décida négligemment le Hatake en agitant paresseusement une main pour souligner son changement de sujet. « Cela va sans doute vous surprendre, mais j’ai décidé de vous recommander pour les examens de sélection pour le passage au rang chuunin. »

« Oui, parce que dire examens chuunin, cela ne faisait pas assez professionnel ou mystérieux… » Pensa sarcastiquement le jinchuriki, se retenant de justesse de secouer la tête de dépit.

« … Hein ? » Fut la réponse intelligente de Sakura, qui de toute évidence n’avait vraiment pas deviné que ce serait leur ordre du jour… Ou n’avait pas cru qu’ils seraient recommandés pour participer à ces examens. L’Uzumaki espérait vraiment que c’était sa deuxième supposition, mais ne se faisait pas vraiment d’illusion.

« Voilà vos formulaires d’inscription. » Déclara Kakashi, leur tendant à chacun un document officiel avec leur nom inscrit dessus. « Cela dit, je n’ai fait que vous recommander. Vous n’êtes pas obligé de participer. Ce choix est entièrement vôtre. Si vous décidez de signer ce formulaire, rendez-vous à l’académie, salle 301, avant 16h00 demain. Voilà ! Ce sera tout ! »

Et sur ce, le juunin s’en alla dans un shunshin.

Sans un mot, Sasuke s’éloigna, rapidement suivit par Sakura. Voyant cela, Naruto soupira. Le garçon était à peu près certain que ses camarades n’avaient pas compris que ces examens se faisaient par équipe. Eh bien, l’Uchiwa savait peut-être, mais définitivement pas la Haruno. Heureusement, ce n’était pour lui qu’un détail sans importance. Il était inenvisageable que Sasuke ne participe pas aux épreuves. De même, Sakura rejoindrait les examens juste pour être avec son bien-aimé-qu’elle-aimerait-pour-la-vie-et-avec-qui-elle-aurait-douze-enfants. Au final, même si c’était pour de mauvaises raisons, l’équipe serait finalement réunie. Sachant cela, l’Uzumaki n’était pas inquiet.

Ce qui l’inquiétait, en revanche, c’était que les épreuves durant l’examen seraient très probablement en équipe. Etant donné à quel point la leur était dysfonctionnelle, cela risquait de ne pas être simple de passer ces épreuves. Mais il le fallait. Naruto voulait devenir un chuunin pour enfin pouvoir faire équipe avec Haku sur des missions. Alors que Kakashi n’était pas un mauvais sensei, son actuelle équipe était juste abominable. Entre Sasuke qui persistait à être un solitaire et Sakura qui ne voulait rien d’autre que d’être avec l’Uchiwa, il n’y avait vraiment que l’Uzumaki qui avait tenté de faire fonctionner l’équipe, et même lui avait finalement abandonné depuis son retour de Taki.

Taki…

Oui, c’était vraiment depuis son retour du pays de la cascade, un peu plus d’un mois auparavant, qu’il avait véritablement abandonné tout espoir d’agir en équipe avec Sasuke et Sakura. Certes, il avait déjà beaucoup réduit ses efforts avant cette mission, mais ce fut la réaction de son équipe lors de son retour qui l’avait vraiment totalement démotivé de pouvoir même faire semblant de faire équipe. C’était à quel point mauvais était le relationnel de l’équipe 7. Et encore, c’était un euphémisme considérable.

Sasuke avait été le même que d’habitude… Enfin presque. Alors qu’il avait la plupart du temps agi comme si Naruto n’existait pas, il y avait eu un minuscule changement dans son comportement, si subtil que c’en était presque indiscernable, mais l’Uzumaki l’avait remarqué. Lorsqu’il regardait le jinchuriki, il y avait un fond de haine dans ses yeux. Au début, le fils de Kushina n’avait pas compris pourquoi et puis, avec le recul, il avait finalement deviné. L’Uchiwa ne supportait pas que quelqu’un du même âge que lui soit tellement plus puissant que lui. Pendant la mission à Nami, il avait pu justifier cela parce qu’à l’époque, il n’avait pas encore éveillé son sharingan. Cependant, lors de la mission à Taki, il n’avait pas eu une telle excuse. Sharingan actif et fonctionnel, une santé parfaite, un corps au summum de ses capacités… Et pourtant, il avait essentiellement été inutile, tandis que Naruto avait pratiquement à lui seul réussi à sauver le village.

Et il était même revenu vivant d’un affrontement contre un adversaire plus puissant et plus dangereux tout en empêchant ce dernier de voler l’eau des héros. Tout cela avait fait Sasuke se sentir totalement inférieur parce qu’il savait qu’il n’aurait pas pu faire à moitié aussi bien. Or, l’Uchiwa haïssait ce sentiment et, par extension, celui qui avait provoqué cela, à savoir l’Uzumaki. Ainsi, le voir revenir vivant avait été un choc qui s’était rapidement transformé en haine irraisonnée.

Quant à Sakura, le retour de Naruto avait été assez difficile à encaisser pour elle pour une autre raison. Elle le considérait encore et toujours comme une nuisance, un obstacle entre elle et son Sasuke. Cependant, maintenant, elle le voyait en plus comme une sorte de cafard qui survivait envers et contre tout. Le fait qu’il était meilleur qu’elle, et même que l’Uchiwa qu’elle idolâtrait, ne s’inscrivait même pas dans son esprit. Il n’était à ses yeux qu’un parasite, une inutilité qui la gênait dans ses rêves de conquête de son grand amour.

Oui… Il était vraiment temps qu’il quitte cette équipe. Elle était déjà au bord de l’autodestruction et Naruto n’avait pas l’intention d’être pris dans l’explosion. Espérons que ces examens chuunin seront son salut…

**********

Le lendemain, vers 15h00, Naruto se dirigea directement à l’académie. Naturellement, il était accompagné de Haku, dont l’équipe avait heureusement été recommandée de justesse pour la participation aux examens chuunin. L’Uzumaki soupçonnait cependant que Hiruzen pourrait avoir eu un rôle dans cette décision, même s’il n’y avait aucune preuve de cela. Sur place, la Yuki rejoignit ladite équipe, composée de deux garçons que le jinchuriki se souvenait avoir vu à plusieurs reprises durant sa période académique, mais dont il avait oublié les noms. Honnêtement, ils n’étaient pas vraiment importants. La seule chose que sa mémoire avait retenue à leur sujet était qu’ils étaient fils de civils.

Le groupe de quatre se dirigea sans se presser vers le troisième étage, où la salle 301 se trouvait. Chaque était numérotait ses salles selon une valeur définie en centaine : pour le rez-de-chaussée, c’était 0, pour le premier étage, c’était 100, pour le second étage, c’était 200, et enfin, pour le troisième étage, c’était 300. C’était de la logique de base. Ce fut donc pour cette raison que l’attroupement au deuxième étage attira immédiatement sa suspicion. Du coin de l’œil, il vit que Haku fronçait les sourcils, ayant également compris que quelque chose clochait. Ses deux coéquipiers, en revanche, semblaient n’avoir rien remarqué d’anormal. Pour eux, parce qu’ils étaient dans Konoha et que l’examen n’avait pas encore commencé, il n’y avait aucune raison de se méfier.

Façon naïve de penser, mais Naruto ne pouvait pas leur en vouloir. Ils n’étaient encore que des enfants et, plus important encore, des enfants de civils. Ils ne connaissaient pas encore la dure réalité du monde. De ce que Haku lui avait dit, leur équipe avait fait deux missions de rang C. Dans les deux cas, cela avait été une escorte et, dans les deux cas, rien ne s’était passé. Cela leur avait donné une fausse impression de confort et de sécurité. Heureusement, la Yuki n’était pas comme ça.

Distraitement, Naruto songea à l’équipe de sa petite-amie. Alors qu’ils n’étaient sortis de l’académie que depuis deux mois, il était en fait assez impressionnant pour eux d’avoir déjà accompli deux missions de rang C. Par comparaison, il avait fallu deux mois à l’équipe de Naruto pour faire leur première mission de rang C. C’était à peu près la norme : une mission de rang C tous les deux mois pour les équipes de genins de moins d’un an. Cela dit, ce n’était pas si étrange en soi que l’équipe de Haku soit dans une situation différente, cela faisait partie du programme de leur formation accéléré qu’ils avaient dû subir afin de rattraper leurs quatre mois de retard. Parce qu’ils avaient trois fois moins de temps que leurs homologues pour se préparer aux examens chuunin, pas qu’ils étaient au courant de ce fait, leur sensei les poussait jusqu’à leurs limites physiques et mentales. Tout cela pour avoir une petite chance de faire aussi bien que ceux ayant gradués quatre mois avant eux. Malheureusement, il était très rare que cela fonctionne.

Cela dit, au moins pour l’équipe de Haku, il était très probable que Hiruzen avait supervisé à distance leur évolution afin qu’elle puisse participer aux examens chuunin.

Reportant son attention sur l’attroupement du deuxième étage, Naruto ignora les murmures alentours et se fraya un chemin parmi les nombreux genins, immédiatement suivi de la Yuki et de son équipe, et découvrit rapidement ce qui se passait. Il y avait là deux « candidats » qui barraient le chemin de la salle 301, empêchant quiconque d’entrer. Il ne fallut cependant à l’Uzumaki qu’un coup d’œil pour comprendre ce qui était erroné dans cette situation. Retenant un ricanement, il fit signe au trio qui l’accompagnait de rebrousser chemin. Inutile de perdre plus de temps ici que nécessaire. Regardant discrètement Haku, il vit qu’elle avait également compris ce qu’il en était.

C’était un piège, ou du moins un test préliminaire à l’examen. Plusieurs choses menaient à cette conclusion. La première, et la plus évidente, était que la salle 301 ne se trouvait pas au deuxième étage, et que la pancarte indicative qu’ils avaient vu devait avoir été entouré d’un subtil genjutsu, juste assez fort pour que quiconque ne faisant pas attention confonde le 2 pour un 3. Et franchement, qui observerait une pancarte au-delà d’un simple coup d’œil lorsqu’ils étaient déjà persuadés d’être au bon endroit ? Le second détail était qu’il n’y avait que deux « candidats ». Or, si n’importe qui avait fait attention à leur environnement, ou s’était renseigné au préalable, il aurait compris que le passage des examens chuunin se faisait par trinôme. Ce binôme faisait donc tâche ! Et puis, ils n’étaient sans doute pas des genins, mais plus probablement des chuunins. Dans le cas contraire, garder la fausse porte jusqu’au début des épreuves serait synonyme de disqualification pour eux. Quiconque prenant le temps de réfléchir comprendrait qu’ils faisaient diversion.

Malheureusement, il semblerait que la plupart des candidats soient n’avaient pas réfléchi en profondeur à ce sujet, soit se contentaient de suivre les autres sans être au courant de la situation. Dans les deux cas, c’était tant pis pour eux. Le malheur des autres ferait le bonheur de Naruto et de Haku. Cela signifiait qu’il y aurait moins de concurrence par la suite… L’Uzumaki hésita cependant un instant, songeant qu’avec les performances mentales de Sakura ces derniers temps, il serait possible pour elle de ne pas découvrir la supercherie, mais il se rassura rapidement en se disant qu’elle serait avec Sasuke, encore, et que lui au moins ne se ferait pas avoir. Satisfait, il se dirigea vers les escaliers de monta vers le troisième étage. Il n’alla pas plus loin, cependant, et laissa l’équipe de la Yuki partir devant.

Mieux valait prévenir que guérir. Si par malheur même l’Uchiwa se faisait tromper par le test préliminaire, Naruto allait redescendre les chercher 10 minutes avant le début des examens. Cela leur laissait environ 30 minutes pour arriver et atteindre la salle 301. Cela dit, l’Uzumaki n’était pas inquiet à ce sujet, ou qu’ils soient déjà entrés dans la salle. Dans le second cas, il n’était de toute façon possible d’y entrer que par trinôme. Sachant cela, il ferma les yeux et commença à attendre…

Environ 20 minutes plus tard, des genins commencèrent à monter les escaliers… En nombre. C’était les premiers que Naruto voyait arriver depuis qu’il s’était positionné là, ce qui signifiait que quelqu’un devait avoir révélé la supercherie du deuxième étage. Soit cela avait été un accident, et les autres avaient profité de l’occasion pour partir, auquel cas on ne pouvait rien y faire, soit cela avait été volontaire, auquel cas la personne qui avait signalé la vérité à tous était un idiot arrogant. Pour une raison quelconque, l’Uzumaki sentit l’envie de frotter ses tempes de frustration. Non, il devait se faire des illusions. Même Sasuke ne ferait pas quelque chose de si stupide…

Parlant du loup, l’Uchiwa arriva à tour à l’escalier menant au troisième étage, accompagné sans surprise de Sakura. Le duo était parmi les derniers à se présenter, ce qui ne rassura en rien les appréhensions de Naruto. Malgré tout, il continua à espérer que ce n’était pas Sasuke qui avait révélé la vérité derrière le subterfuge du deuxième étage. Quelques secondes plus tard, la jeune fille aux cheveux roses le remarqua, en haut à les regarder par-dessus la rambarde, et se mit aussitôt en colère.

« Menma-baka, qu’est-ce que tu fais là ? » S’écria-t-elle, frustrée. « Tu es venu ruiner mon moment de tranquillité avec Sasuke-kun ? »

« Est-ce qu’elle se rend compte au moins que j’étais là le premier ? » Soupira mentalement Naruto. « Je vous attendais. Nous devons nous dépêcher à présent, cela va bientôt commencer. »

« Tch… » Fit la Haruno, de mauvaise humeur. « Comme si nous avions besoin de toi ici, de toute façon. Tu es loin d’être aussi doué que Sasuke-kun. Tu aurais dû le voir, plus tôt, lorsqu’il a montré à quel point ignorants étaient tous ces idiots à attendre bêtement devant la mauvaise porte. Franchement, se faire avoir par un genjutsu de si mauvais qualité… C’est tellement pathétique. »

« … » L’Uzumaki se retint de gémir, ses espoirs brisés. « Qu’ai-je bien pu faire au ciel pour avoir une telle équipe ? Ils ne réfléchissent pas avant d’agir… » Murmura-t-il, heureusement trop bas pour que son équipe l’entendre.

« Eh, toi, avec le regard hautain ! » S’exclama soudainement quelqu’un à une dizaine de mètres sur la droite du jinchuriki.

« Gah ! » S’écria aussitôt Sakura, comme si frappée d’horreur.

« Pitié, donnez-moi une pause… » Gémit intérieurement Naruto, finalement incapable de se retenir plus longtemps. « Pourquoi les événements continuent-ils de s’enchaîner sans la moindre interruption ? »

 « Un problème ? » Demanda Sasuke, d’un ton indifférent, sachant parfaitement qu’il était la personne visée par le commentaire. Il ne tourna cependant que légèrement la tête en direction du garçon qui l’avait abordé, comme s’il ne méritait pas sa totale attention.

« Je te lance un défi ! » Déclara fortement le nouveau venu, sa voix emplie de détermination. « Ici et maintenant ! »

« Se battre ? Ici et maintenant ? » Répéta l’Uchiwa d’un ton bizarre, comme si la notion même était ridicule.

« Parfaitement ! » Confirma le garçon, avant de sauter du troisième étage directement jusqu’au plancher du second étage.

Le nouveau venu semblait à peu près de leur âge, peut-être un an de plus. Il était vêtu d’une écœurante combinaison moulante de couleur verte. Ses avant-bras, du coude jusqu’à la première phalange des doigts, étaient intégralement recouverts de bandages. Il portait son bandeau frontal à la manière d’une ceinture. Il avait une coupe au bol de cheveux noirs et épais, quoique pas aussi épais que ses sourcils. Ses yeux, ronds, étaient bizarrement expressifs.

« Je m’appelle Rock Lee. » Se présenta-t-il, ses yeux fixés sur Sasuke, avant de le pointer du doigt. « Je te dis mon nom avant de te demander le tien. » Déclara-t-il d’un ton formel qui fit comprendre à Naruto qu’il devait faire référence à quelque chose qui s’était produit plus tôt, probablement quand l’Uchiwa avait révélé le subterfuge du deuxième étage.

« Sasuke Uchiwa, ça te va comme ça ? » Se présenta le concerné d’un ton légèrement arrogant. « Pourquoi me le demander si tu le connais déjà ? » Demanda-t-il, confirmant ainsi les soupçons de l’Uzumaki.

« Battons-nous ! » Déclara Lee, ignorant sans le vouloir le questionnement de son adversaire. « Je meurs d’envie de voir ce que valent mes techniques face au descendant du célèbre clan Uchiwa ! »

« Oh non… » Gémit Naruto une fois de plus. « Maintenant qu’il a dit ça, il n’y a pas moyen que Sasuke lui refuse son duel… »

« Et puis… » Continua le Rock, son attention dérivant lentement vers Sakura. Il la regarda pendant plusieurs secondes, intensément, puis lui fit un clin d’œil, ce qui dégouta aussitôt la Haruno qui commença à citer à mi-voix tout ce qui la répugnait chez le garçon.

« Bon, cette fois, ça suffit, j’en ai ma claque… » Grogna intérieurement l’Uzumaki, las de voir son équipe se ridiculiser. « Je pars devant ! Quand vous aurez fini de jouer, dépêchez-vous de me rejoindre. Le temps va finir par manquer ! »

Et sur ce, il commença à s’éloigner. Il ne voulait pas voir ce qui était sur le point de se passer. Il n’en avait pas besoin pour en deviner l’issue. Juste à en voir l’épaisseur des bandages sur les bras de Lee, il était facile de deviner que ce dernier était un cogneur, et pas un léger. Il devait être bien versé dans tout ce qui était taijutsu, hypothèse soulignée par le fait qu’il ne portait aucun étui à kunaï ou shuriken. Logiquement, il était un pur combattant au corps à corps. Sasuke allait se faire massacrer, son sharingan n’y changera rien !

Soupirant, il rejoignit la salle 301 devant laquelle se trouvaient deux genins, un garçon et une fille. Pas besoin d’être un génie pour comprendre qu’ils étaient les coéquipiers de Lee et qu’ils l’attendaient pour entrer dans la salle, puisqu’ils n’étaient pas autorisés à entrer sans une équipe complète. Les deux lui jetèrent un rapide regard lorsqu’ils le virent mais restèrent silencieux et concentrés. Sans un mot, il s’adossa au mur à côté d’eux. Distraitement, il remarqua que le garçon devait être un Hyuga, si ses yeux en étaient une indication. Il fallut moins de cinq minutes pour Lee de revenir, permettant ainsi à son équipe d’entrer dans la salle d’examen.

A peine une trentaine de seconde plus tard, ce fut au tour de l’équipe de Naruto d’arriver. Et comme prévu…

« Menma-baka, tout est de ta faute ! » S’écria Sakura lorsqu’elle le vit. « Si tu ne t’étais pas lâchement enfui plus tôt, cela n’aurait pas perturbé Sasuke-kun et il n’aurait pas perdu ainsi ! »

« … Je ne sais pas quoi dire. » Furent les seuls mots de l’Uzumaki face à tant de mauvaise foi.

« Donc… Vous êtes finalement arrivé. » Fit la voix de Kakashi, qui apparut soudainement juste à côté d’eux. « Parfait, vous allez effectivement pouvoir participer à l’examen. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire, Kakashi-sensei ? » Demanda la Haruno, perplexe.

« Ce que je veux dire est que, en fait, il faut être trois pour pouvoir participer à cet examen de sélection. Dans le cas contraire, à moins d’une dérogation spéciale du kage de son village, l’admission n’est pas permise. » Expliqua négligemment le Hatake.

« Ah ? M-Mais vous aviez dit que chacun était libre de décider par soi-même, c’était un mensonge ? » Fit Sakura, soupçonneuse, en plissant les yeux.

« Ma douce, tendre, naïve, colérique, idiote, petite Sakura… » Commença Kakashi de son ton paresseux habituel. « Le mensonge est l’un des arts de base du shinobi, presque à égalité avec le ninjutsu, le genjutsu et le taijutsu. Savoir ligne entre les lignes est également important. Lorsque vient le temps d’accomplir ta mission, ou si tu dois un jour sauver ta peau, tu comprendras que tous les moyens sont bons pour arriver à tes fins. Voler, tricher, empoisonner. La fin justifie toujours les moyens dans notre profession. Enfin bon, la question n’a plus de raison d’être puisque vous êtes tous là, et de votre propre volonté qui plus est. Vous formez une belle équipe… Allez, bon courage pour cet examen. Essayez de ne pas mourir~ ! »

Sur ce, il s’en alla, disparaissant dans un shunshin. Naruto ricana légèrement avant de regarder son équipe et de retenir un soupir. Leur sensei avait dit pas mal de choses, mais il semblerait qu’il soit le seul à s’en être rendu compte. Savoir lire entre les lignes, en effet. Kakashi venait de les mettre en garde sur ce qui allait se produire lors des épreuves de l’examen. Tout comme le fait qu’il avait dit qu’ils formaient une belle équipe. Belle, pas bonne ! Il savait que leur actuel travail d’équipe était horrible, pire même qu’à leurs débuts. Il n’avait cependant pas commenté et les avait malgré tout recommandés pour cet examen. Peut-être espérait-il qu’une nouvelle épreuve du feu, cette fois-ci avec des personnes de leur âge, puisse resserrer leurs liens et les faire avancer dans une même direction. Pas de chance, cela ne risquait pas d’arriver. Ce n’était sans doute qu’un vœu pieux, de toute façon…

Sans un mot, ils entrèrent dans la salle 301 et, aussitôt, s’arrêtèrent. Sakura, en particulier, s’était figée en sentant la pression qui émanait de chaque personne présente. Ce n’était pas aussi effrayant que l’intention meurtrière de Zabuza, mais l’intensité était ici renforcée par au moins une centaine de personnes, ce qui était suffisant pour effrayer la Haruno, la plus faible d’esprit de leur équipe. Heureusement, après quelques secondes, même elle commença à pouvoir supporter la tension, principalement dû au fait qu’elle n’était pas dirigée vers eux.

« Sasuke-kun~ ! Te voilà enfin~ ! » S’exclama une voix qui fit grincer les dents de Sakura et soupirer Naruto une fois de plus.

« Ino… » Grogna la Haruno, se tournant vers elle d’un geste mécanique, avant que son grognement se change en hurlement strident lorsqu’elle vit que la nouvelle venue s’était littéralement jetée sur Sasuke. « Bas les pattes, je t’interdis d’enlacer Sasuke-kun ! »

« Oh ! » Fit Ino, semblant finalement remarquer la présence de son collègue féminin. « Ce n’est que Sakura… »

Cette fois-ci, Naruto ne fit même pas l’effort de tenter de se retenir de soupirer. Il connaissait la rivalité légendaire entre les deux filles, ainsi que leur concurrence acharnée, et vaine, pour le cœur de Sasuke. Les deux avaient été comme ça depuis l’académie. Eh bien, pas depuis le début. A l’origine, elles étaient amies mais, pour une raison inconnue à l’Uzumaki, elles étaient pratiquement devenues ennemies du jour au lendemain. Pas que ça l’intéressait, cela dit. Son premier réflexe d’auto-préservation fut de s’éloigner, sachant parfaitement que leurs disputes pourraient durer très longtemps. Apparemment, Shikamaru avait eu la même idée, l’accompagnant de leur… Retraite stratégique. Ils n’allèrent pas loin, juste assez pour discuter sans être entendus de leurs pairs.

« Tss… Quelle galère. » Soupira-t-il de son éternel ton blasé.

« Cela m’aurait étonné que tu penses autre chose de cet examen. » S’amusa Naruto. « Laisse-moi deviner, est-ce Ino qui t’a forcé à y participer ? »

« Ma mère. » Répliqua le Nara d’un ton légèrement geignard.

« C’était ma deuxième proposition. » Avoua le jinchuriki.

Shikamaru avait toujours été d’un naturel plutôt passif. Mais, plus que tout, il était faible face aux femmes. Il râlerait et se plaindrait mais, au final, il leur obéirait sans faute. C’était simplement une question de facilité. Il était plus simple d’obéir immédiatement que de trouver à redire et, au final, devoir obéir malgré tout. C’était tout simplement trop galère pour être digne du Nara.

« … » Le garçon resta silencieux quelques secondes avant de jeter un regard à Naruto. « Tu n’as pas emmené ton épée ? »

« Cassée. » Répondit-il sombrement. « J’ai été incapable de la faire réparer. Il semble que personne ne dispose des bons matériaux. Si j’avais pu conserver la lame brisée, cela aurait pu être arrangé, mais maintenant… » L’Uzumaki tapota distraitement l’une de ses poches. « Néanmoins, je ne supporte pas de ne pas l’avoir avec moi. Du coup, je la garde sur moi dans un rouleau de parchemin. »

« Galère… » Fut le commentaire de Shikamaru.

« A qui le dis-tu ? » Soupira le jinchuriki, mélancolique. « J’aimais bien cette épée, j’espère vraiment pouvoir trouver quelqu’un qui sera en mesure de la réparer. Elle a une immense valeur sentimentale pour moi… » Son regard vacilla vers Haku, qui était assise dans un coin de la salle avec son équipe. Elle et Naruto avaient décidé de ne pas interagir autant que possible pendant l’examen par mesure de sécurité. Il ne voulait pas qu’elle soit utilisé contre lui et inversement. « Et une autre personne. »

« … » Le Nara médita sur les paroles de son camarade, devinant sans doute plus qu’il ne le montrait. « Quand comptes-tu leur dire ? » Demanda-t-il finalement.

« De quoi ? » Demanda l’Uzumaki, sa voix soigneusement neutre.

« Ne fais pas l’innocent, tu sais très bien de quoi je parle. » Asséna Shikamaru avec un sérieux inhabituel. « Quand comptes-tu révéler ta véritable identité ? Tu sais que tu ne pourras pas rester cacher indéfiniment. »

« Je ne compte pas me dissimuler encore très longtemps. » Déclara finalement Naruto. « Mon intention initiale était de devenir chuunin avant de révéler ma véritable identité. Une fois l’examen réussi, je n’aurai plus aucune raison de me cacher. »

Cela avait été son plan tout du long. Son identité « Menma » avait été conçue spécialement pour lui permettre de devenir chuunin. Tant qu’il était genin, le Conseil avait assez d’influence pour pouvoir tenter d’interférer avec ses tentatives d’être promu à un grade plus élevé. Une fois devenu chuunin, cependant, sa position dans la hiérarchie était suffisamment haute pour que seul le Hokage puisse forcer des décisions sur lui. Cependant, Naruto Uzumaki, haï des civils pour la seule raison d’exister, n’aurait jamais eu la possibilité de tenter sa chance pour devenir chuunin. En revanche, Menma, inconnu de tous et sans histoire, avait toutes ses chances aussi longtemps qu’il faisait ses preuves.

« Si tu le dis… » Marmonna Shikamaru, ne semblant pas convaincu, ou ne s’en souciant pas. « Cela dit, tu devrais faire attention pendant ces examens ? »

« Attention ? » Répéta Naruto, fronçant les sourcils. « Attention à quoi ? »

« A eux. » Dit le Nara, indiquant discrètement le trio de personnes qui venaient de rejoindre leurs deux équipes.

« … » L’Uzumaki les regarda à son tour, son expression inchangée. « Oui, je sais. »

Kiba, Hinata et Shino, de l’équipe 8. Ces trois étaient sans doute ceux qui risquaient le plus de compromettre la fausse identité du jinchuriki. Concernant les deux garçons, c’était parce qu’ils étaient en mesure de détecter son odeur corporelle et donc, éventuellement, de faire le rapprochement entre son identité comme Menma et sa véritable identité comme Naruto. Heureusement, dans un sens, l’odeur de Menma était très légèrement recouverte par celle du sang et du fond de teint en raison de sa méthode de camouflage. Le changement était subtil, mais suffisant tant que l’on n’y regardait pas de trop près. Pour la Hyuga, c’était surtout son byakugan qu’il craignait.

L’Uzumaki ignorait à quel point efficace était ce dojutsu mais la jeune fille pourrait être en mesure de faire le rapprochement à partir de la structure de son corps ou en voyant à travers son maquillage et/ou son masque. Certaines de ses caractéristiques, celles qu’il a cachées, sont particulièrement identifiables. Qui sait, elle pourrait même être au courant pour ses oreilles et sa queue de renard. Le fait qu’il ait maintenant deux queues n’y changeraient pas grand-chose… Non, vraiment, tout dépendant d’à quel point elle était performante dans son byakugan et d’à quel point le byakugan était en mesure de percer ses secrets. Cela dit, étant donné son âge, Naruto était relativement confiant qu’elle était la moins susceptible de son équipe à pouvoir découvrir la vérité.

Contrairement à Kiba et à Shino.

« Tant que tu en es conscient… » Soupira Shikamaru.

Doucement, presque insupportablement lentement, le temps continua à s’écouler. Toujours à l’écart, Naruto observa les trois équipes de genins de sa promotion être abordé par un dénommé Kabuto qui tenta de les calmer parce qu’ils étaient la principale cause de stress dans la salle, étant trop bruyant. Pour les distraire, il leur a même proposé de regarder ses cartes shinobis, dans lesquelles se trouvaient les informations qu’il avait compilées sur tous les candidats qu’il avait rencontrés depuis sa première participation aux examens chuunin, quatre ans plus tôt. Cela faisait un total de plus de 200 cartes. Etant donné qu’il y avait apparemment 153 participants cette fois-ci, toujours d’après les données de Kabuto, cela en disait long sur le taux d’échec et le nombre de redoublants.

Sans surprise, ce fut Sasuke qui demanda à voir les cartes de personnes spécifiques. Toujours sans surprise, il voulut voir celle de Gaara et celle de Lee, les deux genins qui avaient fait une forte impression sur lui au cours des derniers jours. Ce qui fut toutefois une surprise, et une mauvaise de l’avis de l’Uzumaki, fut que l’Uchiwa demanda également à voir celle de Menma. Personnellement, Naruto trouvait ça de mauvais gout. Heureusement, il n’y avait là aucune information que Sasuke ne savait pas déjà.

Concernant Gaara, il y avait peu de choses à dire, outre le fait qu’il avait fait une mission de rang B. Et il s’agissait là d’une véritable mission de rang B, correctement classée, pas comme la mission d’escorte de l’équipe 7 à Nami qui avait été reclassé après-coup de rang C à rang A. Le kage de leur village, le Kazekage, avait volontairement attribué à l’équipe de Gaara une mission de rang B, quelque chose que seuls un shinobi ayant au moins le rang de chuunin devrait pouvoir faire. Les genins, pour leur part, n’étaient censé avoir accès qu’aux missions de rang D et de rang C. Pour le reste, il y avait très peu d’information à propos des capacités de Gaara, principalement en raison du fait qu’il s’agissait de sa première participation.

Pour ce qui était de Lee, il y avait déjà plus d’informations en dépit du fait qu’il s’agissait également de sa première participation. Cela était principalement dû au fait que lui et Kabuto étaient tous deux des shinobis de Konoha, ce qui rendait plus facile la collecte de données. Apparemment, il privilégiait le taijutsu et était décent dans l’utilisation d’armes. Pour le reste, il était relativement moyen, voire en dessous de la moyenne. Cela correspondait à peu près aux prévisions de Naruto de ce qu’il avait pu voir lors du bref affrontement entre lui et Sasuke.

Cependant, ce qui intéressait le plus l’Uzumaki, c’était Kabuto. Mine de rien, sa petite démonstration n’était pas anodine. Ce qu’il n’avait pas dit était plus révélateur que ce qu’il avait dit. Sa capacité à récolter rapidement des informations, même sur des shinobis étrangers, à partir du peu de temps qu’ils avaient passé à Konoha, était exceptionnelle. Certes, il s’agissait de sa septième participation aux examens chuunin, mais cela ne voulait rien dire. Ou plutôt si, cela signifiait qu’il était intelligent. Peut-être même au niveau de Shikamaru.

Il était très probable que Kabuto faisait en sorte de ne pas devenir chuunin. C’était totalement volontaire. Pour beaucoup, cela pourrait sembler stupide, mais c’était loin de l’être. De cette façon, il créait petit à petit son propre réseau d’information et se faisait des contacts avec de nombreux shinobis prometteurs d’autres pays. Inversement, ces jeune prometteurs le sous-estimaient parce qu’à chaque fois il échouait à devenir chuunin, restant derrière. Personne ne comprenait, ou ne devinait, qu’en agissant ainsi Kabuto pouvait prendre son temps et devenir chuunin lorsqu’il s’estimerait prêt. C’était du pu génie.

Si Naruto n’avait pas été si pressé de quitter sa propre équipe, il aurait sans doute fait de même. Malheureusement, les chances étaient trop élevées que Sakura au moins échoue à l’examen. Même l’Uzumaki ne pouvait pas être certain d’y parvenir du premier coup. Néanmoins, il allait mettre tout en œuvre pour y parvenir. Si son équipe avait été plus agréable et conciliante, il aurait pu faire comme Kabuto et prendre son temps, mais ce n’était pas possible pour lui. Pas avec Sasuke et Sakura qui étaient insupportable. Et pas non plus avec Haku qui attendait patiemment qu’ils deviennent tous deux chuunins. Ses choix étaient trop limités.

Une explosion de fumée interrompit soudainement ses pensées.

« Bon, il est temps de commencer ! Que tout le monde se taise, bande d’avortons ! » S’exclama un homme, visible une fois la fumée dissipée et dont le visage était clairement balafrée. « Bonjour à tous. Je suis Ibiki Morino et c’est moi qui serais chargé de la première épreuve de cet examen. » Déclara-t-il avec un léger sourire qui fit frissonner presque tous les genins présents. « Je vais commencer par vous avertir. Pas de combat ! Aucun affrontement ne peut avoir lieu sans l’accord d’un examinateur et, même ainsi, il est formellement interdit de tuer son adversaire. Ceux qui s’aviseraient de désobéir… Je les égorgerai moi-même ! Est-ce bien clair ? »

Le ton était sombre, lugubre même. Cependant, cet avertissement n’eut véritablement effet que sur les équipes de Konoha. Celles provenant des autres pays prirent davantage cela comme une provocation. Dommage pour eux que, s’ils devaient vraiment désobéir à cet ordre, ils seraient plus que probablement effectivement égorgés comme Ibiki l’avait annoncé au préalable. Naruto ne connaissait pas personnellement l’homme, mais il avait un peu entendu parler de lui et de ses méthodes. C’était un expert en intimidation, en interrogatoire et était très doué pour obtenir ce qu’il voulait. Il pouvait se montrer extrêmement vicieux s’il le fallait et rien n’était trop extrême à ses yeux.

« Bien, nous allons pouvoir commencer. » Annonça le Morino. « Vous allez tous vous présenter à tour de rôle et, en échange de votre formulaire d’inscription, vous recevrez un jeton numéroté, correspondant au numéro d’une place où vous devrez aller vous asseoir. Une fois cela fait, nous vous distribuerons des questionnaires qu’il vous faudra remplir. Cette épreuve comporte également certaines règles bien précises qu’il vous faudra connaître. Je vais les écrire au tableau mais je ne répondrai aucune question, donc écoutez bien. Compris ? »

Personne n’osa parler. Cela dit, Naruto était à peu près persuadé que, même si quelqu’un avait émis une objection, Ibiki n’en aurait pas tenu compte et l’aurait ignoré. Il avait déjà dit qu’il ne répondrait à aucune question, après tout. Satisfait, le Morino se retourna et commença à écrire au tableau, notant les règles et des exemples pour faciliter la compréhension. Dans le même temps, il les récita à haute voix.

« Règle numéro 1 : Vous commencez tous avec un total de 10 points. » Enonça-t-il. « Votre questionnaire est composée de dix questions et chaque question vaut 1 point.  Le calcul des points se fait par retranchement. Autrement dit, chaque mauvaise réponse vous fera perdre un point. Règle numéro 2 : cet examen est une épreuve d’équipe ! Le calcul final se fera en additionnant les points obtenus par les trois membres de chaque équipe. Vous partez donc avec un total de 30 points et devez faire de votre mieux pour en conserver le plus possible. »

« Mais monsieur ! » S’exclama immédiatement Sakura, alarmée. « Je ne vois pas l’intérêt du retranchement de points ni du cumul des points par équipe ! »

« La ferme ! J’ai dit que je ne répondrais à aucune question. » Déclara Ibiki, sans se retourner. « Nous avons nos raisons de procéder ainsi. »

Naruto estimait que la Haruno avait déjà eu de la chance d’avoir eu une réponse plutôt que d’avoir été simplement ignorée. Là encore, elle n’avait pas vraiment posé une question non plus, ce qui était sans doute la raison pour laquelle le Morino avait répondu. Cela dit, l’Uzumaki voyait une fois de plus la dégénérescence des capacités de réflexion de Sakura. La raison d’être du retranchement de points et du cumul par équipe était évidente. Le retranchement de points signifiait que les points n’allaient pas servir uniquement à comptabiliser les bonnes réponses, mais également à autre chose qui engendrerait une perte indépendamment des bonnes réponses. Probablement des sanctions. Quant au cumul des points par équipe, c’était encore plus simple. Cela voulait dire que tout l’examen se ferait par équipe, pas seulement cette épreuve. L’inscription en était une bonne indication. Cela signifiait aussi que, si un membre d’équipe devait échouer, il entrainerait avec lui toute son équipe. C’était ça, l’intérêt du cumul par équipe. C’était tout ou rien !

Au moins, l’Uzumaki était rassuré pour la suite. Pour cette épreuve, Sakura n’aurait pas trop de difficulté. Même si ses capacités de déduction avaient fortement diminué depuis qu’elle était dans la même équipe que Sasuke, elle avait conservé toutes ses connaissances. Elle devrait pouvoir passer cette première épreuve sans trop de difficulté. C’était déjà ça. Naruto pourrait toujours aviser quelque chose pour l’épreuve suivante aussi longtemps qu’ils réussissaient celle-ci.

« Règle numéro 3 : Vous serez surveillés tout au long de cette épreuve. » Continua Ibiki. « Tous ceux qui auront un comportement suspect, c’est-à-dire tous ceux pris à frauder ou à tricher seront punis. La sanction est simple… Ils perdront deux points à chaque fois ! Si vous êtes maladroit, vous en payerez le prix, donc comportez-vous comme de vrais shinobis. Et pour finir, dernière règle : les candidats qui auront perdus tous leurs points, soient à cause de tricheries répétées, soient à cause de réponses fausses, entraineront leur équipe avec eux. Si l’un des trois à 0, c’est toute l’équipe qui est éliminée ! »

Voilà qui était éclairant… Le retranchement des points et le cumul de ceux-ci avaient un objectif similaire à ce qu’avait imaginé Naruto. Cependant, le Morino avait vraiment un esprit tordu. Chacun de ses mots était important. Et même plus, la tournure de ses phrases était subtile, mais pour qui savait lire entre les lignes, il y avait d’importantes informations révélées dans ce discours. Définitivement, Ibiki ne disait jamais rien pour rien. Comme attendu d’un homme de son calibre, capable d’instaurer la tension, la méfiance, la peur et la paranoïa en quelques mots.

« L’épreuve durera une heure ! De plus, comme vous le constaterez en lisant votre questionnaire, la dernière question n’est pas inscrite. Elle vous sera donnée quinze minutes avant la fin de l’épreuve. » Acheva l’homme avec un sourire carnassier. « Bien, à présent, il est temps ! Que tout le monde nous remette son formulaire d’inscription et s’installe ! Nous n’avons que trop trainé. »

Il fallut à peine cinq minutes pour que chacun s’installe et reçoive un questionnaire. Naruto était assez détendu, ayant déjà compris la nature de l’épreuve. La seule chose qu’il aurait voulu changer, c’était son voisin de table, qui se trouvait être Hinata. Eh bien, cela aurait pu être pire, il aurait pu tomber sur Kiba ou Shino. Soupirant, il reporta son attention sur la feuille devant lui. Lorsque l’épreuve commença enfin, il la retourna immédiatement et fronça aussitôt les sourcils en la lisant.

Ces questions… Etaient d’un niveau beaucoup trop élevé pour des genins ! Il était probable que seule Sakura saurait comment y répondre sans tricher. Et puisque le but de l’examen était justement de récolter des informations, cela voulait dire qu’il y avait au moins une source quelque part dans la salle. Le plus probable serait qu’il y ait une fausse équipe de genins qui écriraient sur leur questionnaire les bonnes réponses… Réponses qu’il leur faudrait collecter. C’était tordu, c’était vicieux. C’était typiquement quelque chose qu’Ibiki ferait. Sa réputation n’était vraiment pas volée.

D’un autre côté, Kabuto devait actuellement être aux anges.

Hey, une seconde !

Chaque candidat commençait l’épreuve avec 10 points.

Chaque mauvaise réponse entrainait une perte de 1 point.

Chaque tricherie vue par un surveillant engendrait une perte de 2 points.

Naruto plissa les yeux. Il y avait quelque chose qui clochait. Ce n’était pas le genre d’Ibiki d’oublier quelque chose. Ce qu’il disait, ou sous-entendait, faisait office de loi dans cette épreuve. Mais ce qu’il ne disait pas ? Cela devait vouloir dire que c’était toléré. Les « interdits » avaient été cités, ainsi que les diverses façons de perdre des points. Mais ce que venait de penser l’Uzumaki… Cela entrait dans une zone grise. Non, assurément, cela fonctionnerait !

La compréhension naquit dans ses yeux.

La récolte d’informations elle-même n’était qu’un subterfuge ! Ce n’était pas vraiment le but premier de cette épreuve. Au contraire, tout était au sujet d’éliminer ceux qui ne pouvaient pas faire preuve de discrétion dans leur façon d’obtenir les réponses. C’était effectivement éliminatoire, mais pas de la façon dont tout le monde l’avait cru. Chaque candidat avait cinq chances de faire ses preuves. C’était la seule chose qui comptait. Tout le reste était secondaire. Etre pris à tricher cinq fois, et c’était l’élimination pour toute son équipe !

Et il fallait encore avoir des points après le calcul du retranchement ! Si une personne trichait trois fois et était pris à chaque fois, il ne lui resterait plus que 4 points. Mais si, en plus, il répondait mal à quatre questions, alors c’était l’élimination, ainsi que celle de son équipe. Oui, cette épreuve était définitivement vicieuse. Cependant, tout cela n’importait pas, car il existait une alternative, quelque chose de si simple que personne n’y penserait en raison du stress.

Une mauvaise réponse entrainait une perte de 1 point.

Une tricherie confirmée entrainait une perte de 2 points.

Mais si on ne répondait pas du tout à une question ? Il n’y avait pas de mauvaise réponse, donc on ne perdait pas de point. L’absence de réponse ne signifiait pas une mauvaise réponse. Cela pourrait sembler absurde, mais c’était effectivement le cas. Cette alternative n’était possible que parce que cette épreuve fonctionnait selon le calcul des points par retranchement. Ces points, Naruto les avait dès le début. Il n’en perdait qu’en répondait faux à une réponse ou en essayant, et échouant, à tricher sans se faire prendre. Mais s’il rendait copie blanche, il ne perdait aucun point et ne s’exposait à aucun risque. Bien sûr, il fallait oser le faire, surtout face à un examinateur comme Ibiki qui avait une telle présence écrasante. Là encore, l’Uzumaki était connu pour son imprévisibilité. Il aimait jouer selon ses propres règles.

Retenant un sourire, Naruto retourna une nouvelle fois son questionnaire, dissimulant ainsi aux regards le fait qu’il était entièrement vierge…