Chapitre 50: In extremis

par osyris3

Vous l’attendiez, n’est-ce pas ? Ah, que je suis désolé de vous avoir fait languir mais la réalité de la vie m’a rattrapée. Mais bon, les examens sont presque finis et j’ai terminé de bosser sur le scenario de cette fiction qui va beaucoup évoluer dans les dix prochains chapitres.

 

Dans ce chapitre, un carnage manqué, il est vrai. Mais une apparition inattendue. Laquelle ? Lisez, et vous saurez.

 

Bonne lecture !

 

Chapitre 50 : In extremis

 

Ce n’était plus un ninja, ce n’était plus un humain. C’était un monstre. C’était une créature démoniaque qui se trouvait devant le jinchurikii de Sanbi, qui, les yeux emplis de terreur, reculait peu à peu.

 

Des ondes de haine et de chakra rouge sang balayaient le sol avec la régularité d’un métronome. Chacune de ces ondes de chocs pulvérisait la terre dans son rayon d’action. Les débris de roche volaient en tout sens.

 

L’avatar de Kyubi était entièrement recouvert d’une peau de chakra rouge sang qui virait peu à peu au noir le plus profond. Le sang pour annoncer ce qui allait couler, et le noir pour annoncer la mesure de sa colère.

 

Hinata était tout aussi effrayée que leurs adversaires. Sous ses yeux terrifiés, son bien-aimé cédait à la folie. Ce qu’ils avaient craint venait de se réaliser. L’antique haine de Kyubi, amplifiée depuis que celui-ci s’était lié d’amitié à la jeune femme et que celle-ci avait frôlé la mort, s’apprêtait à tout détruire sur son passage.

 

- Qu’est-ce qui se passe ?! Hurla derrière elle la jeune femme aux cheveux roses.

 

Elle reculait, la visage pâle et les traits tirés, vers son fiancé et ses coéquipiers qui se regroupaient instinctivement en un seul point. Le fils du croc blanc avait abandonné son combat contre Yonbi en voyant l’état de Naruto. Le membre de ¨Manako avait alors battu en retraite auprès de son coéquipier.

 

- Hinata ! Il faut arrêter Naruto où nous allons tous mourir ! Cria alors Kakashi.

 

La jeune femme, qui était jusque là  obnubilée par la vision cauchemardesque qui s’offrait à elle, se retourna d’un coup vers l’équipe de Konoha. Les yeux de Kiba étaient fixés, emplis d’une terreur sans limites, sur le monstre qui prenait naissance face à lui. Shino gardait son flegme habituel mais ses insectes tournaient nerveusement autour de lui dans un vrombissement désordonné. Kakashi et Sakura, enfin, se tenaient l’un contre l’autre. L’homme aux cheveux argent fixait la Hyuuga tandis que sa fiancée ne pouvait détourner les yeux dans son ancien meilleur ami.

 

Il avait raison, Hinata devait arrêter son compagnon avant qu’il ne les tue tous. Elle seule en avait le pouvoir, bien qu’étant grièvement blessée. Elle ferma donc les yeux et concentra ses forces.

 

- Nekomata ?

 

- Je sais, Hinata. Je rassemble ce qu’il me reste d’énergie. Une bonne part est partie dans la guérison sommaire de tes blessures.

 

- Merci, Neko-chan. Merci d’avoir veillé sur moi.

 

- De rien.

 

Autour de la jeune femme à la chevelure noir de jais, des flammes bleues se mirent à danser. A son tour, elle amassait le chakra. La quantité était dérisoire face à l’inimaginable masse d’énergie que concentrait son compagnon, mais il lui suffirait de pouvoir s’en approcher et de franchir ses défense pour une seconde seulement afin de le mettre hors d’état de nuire à ses amis.

 

Mais un détail clochait. Il n’y avait pas assez de chakra. Quelque chose semblait retenir en elle une quantité non négligeable d’énergie.

 

- Que se passe t-il, Nekomata ?

 

- Je ne sais pas ! On dirait qu’une barrière retient une partie de mon chakra à l’intérieur de ton corps !

 

- Comment va-t-on y arriver ?

 

- Peu importe. Nous devons réussir. Tu peux toujours demander à tes coéquipiers. S’ils parvenaient à détourner l’attention de Kyubi et une infime part de sa puissance, nous aurions une opportunité.

 

- Ils se feraient tués.

 

- Si l’on échoue, ils mourront tous, et nous y compris !

 

- Je comprends. A nous deux, nous y parviendrons. Pour ceux que nous aimons. Pour ces deux-là.

 

Nekomata resta silencieuse pendant quelques secondes, sachant très bien qu’elle n’avait pu cacher ses sentiments à l’humaine. Un démon peut haïr, il peut donc aimer.

 

- Oui, pour ceux que nous aimons.

 

 

Le choc allait être rude. Et alors qu’Hinata s’apprêtait à demander de l’aide à ses coéquipiers, advenu un événement pour le moins inattendu. Une aide involontaire vint à leur secours. Les ninjas de Manako venaient de tenter un assaut.

 

Zetsu, dont la gorge transpercée et à peine refermée, avait lui aussi rassemblé son chakra, en synergie avec son compagnon de route, le jinchurikii de Sanbi, Suigetsu. Celui-ci, le bras gauche toujours manquant, concentrait à une main une partie de l’immense réserve de chakra de son bijuu.

 

Ils relâchèrent leur puissance de feu d’un seul coup. Mais cette attaque, pour le moins dévastatrice, n’eut comme autre effet, à part d’aider Hinata, que d’exciter la fureur du démon.

 

L’attaque avait été balayé en un instant par le champs de force qui le défendait, mais cet instant avait suffit à Hinata. Bondissant à une vitesse surhumaine malgré ses blessures, elle parcouru la distance le séparant de son unique amour aussi vite que l’attaque combinée des membres de Manako. Et au moment où celle-ci frappait le bouclier énergétique de Kyubi, détournant par la même occasion son attention, elle concentra tout son chakra dans sa main droite dans l’espoir désespéré de mettre à nu le manteau du démon qui protégeait Naruto.

 

- Tenshi no Kobushi !

 

Cette technique, qu’elle avait mise au point avec l’aide de Naruto durant ses premiers mois d’entraînement en sa compagnie, lui sauva la vie une fois encore. L’armure de chakra, sous la frappe de la Hyuuga, se dispersa et sa main frappa la tempe du démon qui avait détourné la tête vers les deux importuns qui avait tenté de le tuer.

 

Néanmoins, la charge de chakra qui s’était accumulé ne pouvait s’évaporer en douceur et, au moment même où Hinata rappelait l’esprit de Naruto à la réalité, celui-ci perdit tout contrôle sur la masse d’énergie noire qui explosa.

 

Les ninjas de Manako et ceux de Konoha purent esquiver en reculant précipitamment. Mais Hinata fut frappée de plein fouet.

 

Quelques instants plus tard, lorsque la poussière se fut levée, un Naruto à genoux et à la respiration saccadée apparut sous le regard rassuré de ses compagnons. Cette impression fut cependant vite dissipée lorsqu’ils aperçurent leur sauveuse étendue au sol, du sang maculant sa tunique et son visage.

 

- Hinata !

 

Naruto, à peine avait-il réalisé son réveil, courut auprès de la femme de sa vie. Il s’agenouilla et prit son pouls avec des gestes tremblants.

 

Le battement régulier qu’il perçut alors lui sembla être la musique la plus douce en ce monde. Nekomata avait protégé son amie.

 

- Bien sûr ! Nekomata n’est pas du genre à abandonner ! Elle a beau avoir l’apparence d’une chatte, elle n’en est pas moins une tigresse !

 

Il y avait une certaine fierté dans la voix de Kyubi. Une fierté et un ton que Naruto ne connaissait pas chez lui. Le renard croyait fermement en la valeur de son congénère. Mais il n’y avait pas que ça et k’Uzumaki le savait très bien.

 

La main du blond vint effleurer la joue de la jeune femme qui entrouvrit les yeux à ce contact. A la vue de son unique amour, un sourire se dessina sur ses lèvres et elle murmura un faible :

 

- Naruto…

 

Les larmes vinrent aux yeux de l’homme qui avait la chance d’être aimé par une femme de cette valeur. Il serra sa douce contre lui. Elle s’en tirerait.

 

Quelques instants de paix dans un décor d’apocalypse. C’est ce qu’ils vécurent alors. Mais bientôt, Naruto entendit les pas de ses coéquipiers. Sakura était la première sur les lieux. Elle lui adressa un regard compatissant et ne fit pas allusion à l’incident.

 

- Laisse, Naruto. Je vais m’en occuper.

 

D’ordinaire, el blond n’aurait laissé à personne d’autre le soin de veiller à la santé d’Hinata. Mais dans ce cas-ci il se décida à faire confiance en son ancienne amie.

 

Kakashi se tenait derrière lui, accompagné de Shino, ils faisaient face aux deux membres de Manako qui, comme eux, étaient grièvement blessés et peu désireux de se battre. Kiba, enfin, vint auprès de Naruto.

 

- Ca va ?

 

Pendant un instant, l’Uzumaki demeura surpris de cette brusque demande à la fois sympathique et amicale. Depuis combien de temps n’avait-il pas entendu ça autre part que dans la bouche de la femme de ses rêves ?

 

- Oui…ça peut aller, merci Kiba. Je ne me souviens pas de ce qui s’est passé après que j’ai perdu le contrôle, mais je suppose que si Hinata est encore là, c’est parce que vous lui êtes venus en aide.

 

- Nous sommes une équipe après tout, non ? Nous n’allions pas vous laisser mourir sous prétexte que vous avez changés.

 

La souffrance mutuelle que l’on connaissait lors d’un combat ou d’une guerre rapprochait plus que tout autre chose les combattants d’un même camp. Ce fait était bien connu mais jamais Naruto n’en avait fait à ce point l’expérience depuis qu’il avait perdu son ancienne identité.

 

- Merci à tous.

 

A son grand étonnement, il était sincère. Il était réellement reconnaissant envers eux. Tout à coup, ses plans lui parurent moins justifiés, plus cruels. Konoha l’avait fait souffrir, c’est vrai. Mais s’il voulait un jour trouver la rédemption de ses fautes, ne devait-il pas apprendre à pardonner ?

 

L'eau ne reste pas sur les montagnes ni la vengeance sur un grand cœur.

 

Cette sagesse d’une autre époque et d’un autre peuple lui vint à l’esprit alors qu’il méditait sur ce combat dont l’issue demeurait encore en suspens.

 

- Naruto !

 

Le blond se retourna brusquement. Ce cri, qui n’était pas un cri de colère mais bien un appel à l’aide, venait de Kakashi. Le ninja masqué faisait face aux deux membres de Manako.

 

A la vue de ceux qui avaient manqués de tuer sa bien aimée, il sentit un regain d’énergie monter en lui. Il était dans un état aussi déplorable que ses adversaires mais leur camp possédait l’avantage du nombre.

 

Kakashi, Shino ainsi que Kiba se mirent en garde.

 

Suigetsu et Zetsu étaient nerveux. L’un comme l’autre n’était plus en état de se battre. Ils reculaient de nouveau et s’apprêtaient à prendre la fuite.

 

- Pas si vite !

 

Naruto disparut de leur champ de vision et les trois de Konoha les chargèrent. Kakashi, un chidori à la main, venait de face ; les insectes de Shino s’approchaient par la voix des airs ; un chien à la taille gargantuesque venait de la gauche et Kiba, enfin, attaquait sur leur droite.

 

- Chidori !

 

Kakashi fut le premier à frapper mais son attaque se heurta à la lame que Suigetsu lui opposa. La glace que Naruto avait en effet répandue plus tôt avait fondue et le jinchurikii en avait profité pour récupérer son arme.

 

La foudre crépita le long de l’arme monumentale du déserteur de Kiri no Kuni. Celui-ci n’en démordrait pas. Il affichait un rictus diabolique malgré son bras manquant et son état affaibli.

 

Vint ensuite au tour des insectes de Shino qui tentèrent de s’abattre sur le duo. Ces insectes, qui absorbaient le chakra, auraient mis fin au combat si le jinchurikii de Yonbi n’avait pas expectoré un nuage de fumée toxique sur les arthropodes qui n’y survécurent pas.

 

L’hôte de Yonbi était toujours métamorphosé, malgré ses blessures. Il savait ce qui allait se passer. Il parerait l’attaque du maître chien mais le blond, qui était encore invisible à ses yeux, surgirait alors pour le tuer une fois sa garde baissée.

 

Il ne pouvait cependant pas faire autrement.

 

 Le serpent monstrueux qui lui faisait office de bras gauche se détendit comme un ressort vers l’animal qui les attaquait sur sa gauche. Le reptile et le canidé se mordirent à la gorge simultanément mais l’avancée d’Akamaru n’e fut pas moins stoppée.

 

De sa main libre, Zetsu composa divers signes qui firent venir à lui les racines. Les appendices végétaux se dressèrent sur sa droite comme un bouclier.

 

- Doton - Doryuudan no jutsu !

 

La tête d’un dragon de terre aux mâchoires grandes ouvertes jaillit du sol face aux tentacules. De sa gueule jaillit un souffle boueux d’une force impressionnante qui dispersa les racines, ouvrant ainsi le chemin à l’Inuzuka.

 

Le ninja de Manako avait échoué. Non seulement il n’avait pu retenir tous les ninjas de Konoha, mais en plus, l’Uzumaki ne tarderait pas à apparaître. Comme s’il lisait dans ses pensées, le blond surgit alors dans son dos, katana levé. C’en était fini du duo de jinchurikiis.

 

Mais dans ce combat étaient en jeu des mises trop importantes pour qu’il en fût ainsi.

 

Démence ne goûta jamais au sang de Yonbi, pas plus que l’assaut de l’Inuzuka ne mit en danger son adversaire. En un instant, Kakashi se voyait projeté à une dizaine de mètres, Kiba s’écrasait sur les arbres survivant encore à quelques mètres de là, Akamaru disparaissait dans une explosion, Shino se vit poser une lame sur sa gorge et les deux femmes de l’équipe virent la lumière du soleil être masquée par deux silhouettes. Seul Naruto ne fût pas mis hors combat. Son épée avait seulement rencontré une résistance inconnue.

 

La fumée blanche qui était apparue un instant avant que ne sonne le moment fatidique pour les jinchurikiis se dissipa. Les yeux de Naruto, de terreur, s’écarquillèrent et sa main se mit à trembler alors qu’il parcourait du regard le champ de bataille.

 

Sept ninjas venaient de faire leur apparition. Sept ninjas vêtus d’une robe noire parsemée d’yeux au regard vide. Tous étaient encapuchonnés et masqués.

 

Sur les sept, trois formaient un triangle autour du duo de Manako rescapé. Une silhouette menaçait la gorge de Shino et deux autres entouraient les deux jeunes femmes du groupe. Enfin, le dernier d’entre eux se trouvait en face de Naruto.

 

Ce ninja qui lui faisait face portait une robe trop ample pour qu’il puisse savoir s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. Au travers du masque et de la capuche, seule une paire d’yeux azur apparaissait. Des yeux d’un bleu si pur qu’ils semblaient lire dans son esprit. Hormis ce détail, rien ne pouvait caractériser ce personnage qui tenait à une seule main le katana de Naruto.

 

- Je te souhaite le bonjour, Naruto.

 

- Qui êtes-vous ? Répondit du tac au tac l’Uzumaki, dont la lame forçait toujours sur la main du mystérieux ninja.

 

Ce premier échange venait de lui fournir un élément primordial. C’était une femme qui lui parlait. Une femme dont la voix lui semblait étrangement douce et apaisante.

 

- Tu m’excuseras de taire mon nom, mais celui-ci ne doit pas être entendu par des oreilles indiscrètes.

 

D’un regard sur le côté, elle indiqua à Naruto que les ninjas de Konoha étaient ceux qui posaient problème.

 

- De là où ils sont, ils ne peuvent entendre.

 

- Bien sûr, mais si je te disais mon nom, tu ne me croirais pas à moins que je ne retire mon capuchon.

 

- Je ne vois toujours pas le problème.

 

- Disons que je n’ai pas envie que le village de Konoha soit au courant du vrai visage du chef de cette organisation que vous appelez Manako et des membres de son Haut Conseil.

 

«  Nous sommes perdus »

 

En face de lui se tenait le leader de Manako. Et d’après ce qu’il venait de lui dire, les six autres étaient ses lieutenants. Le Haut Conseil de Manako. Sept personnes. Cette organisation était-elle à ce point vaste ?

 

Dans tous les cas, il était fichu. Dans l’état où il était, il ne pouvait affronter le chef de cette organisation dont il avait espéré ne pas  faire la connaissance avant au moins plusieurs mois. Il allait se faire tuer et se demandait pourquoi ce n’était pas encore chose faite.

 

- Pourquoi avez-vous dit « cette organisation que vous appelez Manako » ?

 

- Parce ceux qui la connaissent bien savent que ce n’est pas son nom complet…

 

Naruto demeura perplexe. Que voulait-elle dire ? Elle ne répondrait pas à sa question s’il lui demandait. Il préféra donc changer de sujet.

 

- Qu’attendez-vous pour nous tuer ?

 

Naruto devina qu’un sourire venait de s’esquisser derrière le masque du Maître de Manako.

 

- Pourquoi le ferions-nous ?

 

- Nous sommes vos ennemis.

 

- Nous savons quand tuer est nécessaire. Nous savons aussi quand conclure un marché l’est.

 

- Un marché ?

 

- Nous en  reparlerons plus tard, Uzumaki Naruto. Ce lieu et cet instant ne se prêtent pas à une discussion civilisée.

 

- Quand ? Où ?

 

- Tu te souviens de cette oasis dans laquelle toi et la tribu des Hagutakas avez fait halte voilà plusieurs années ? Tu t’en souviens, n’est-ce pas ? Viens dans une semaine, accompagné de ta bien-aimée si tu le désires, mais de nul autre.

 

- L’oasis des Hagutakas ?! Mais comment êtes-vous au courant ?

 

- Ca ne fait aucune importance. Ne dis rien aux ninjas de Konoha. En gage de bonne volonté, nous ne tuerons personne aujourd’hui. Je sais que tu te montreras digne de cette confiance que nous plaçons en toi, Naruto.

 

- Attendez ! Pourquoi est-ce que vous…

 

Trop tard, l’ensemble des ninjas vêtus de banc, accompagnés de Suigetsu et de Zetsu qu’ils avaient emportés au passage,  venait de disparaître dans un souffle de vent.

 

Hormis lui et ses compagnons, il ne restait plus personne sur le champ de bataille. De soulagement, il tomba à genoux. Ils avaient été sur le point d’être tous tués. On les avait épargnés. Pourquoi ? Quelle était la nature de ce marché ? Il fallait qu’il en fasse part à Hinata.

 

A la pensée de sa bien-aimée, il se redressa et alla la rejoindre en courant. Elle allait déjà mieux, mais sa respiration restait faible et son était, critique.

 

- Ne t’inquiètes pas, Naruto. Je la soignerais le temps qu’on l’emmène à l’hôpital du village. Lui déclara Sakura d’un ton rassurant.

 

Le blond lui répondit par un sourire timide et posa sa main sur la joue de la femme qu’il aimait. La chaleur qu’il sentit mit du baume au cœur. Il allait devoir affronter de nouvelles épreuves. Sans la présence d’Hinata, il n’en aurait pas la force.

 

- Naruto ?

 

Kakashi venait d’arriver ainsi que Kiba et Shino. Tous étaient en cercle autour de la blessée. Kiba semblait à la fois perplexe et effrayé, il interrogeait Naruto du regard. Le visage masqué de Shino cachait la moindre émotion. Enfin, son ancien senseï fronçait les sourcils.

 

- Qu’y a-t-il, Kakashi ?

 

- Que s’est-il passé ?

 

- C’était…le Haut Conseil de Manako, accompagné de leur chef, qui se tenait face à moi.

 

- Que lui as-tu dit ?

 

Naruto réfléchit pendant un instant avant de déclarer.

 

- Il faut que j’en parle avec Tsunade et Jiraya.

 

- Naruto…

 

- Je suis désolé, Kakashi.

 

Le fils du croc blanc soupira.

 

- Bien, si tu en fais part à Tsunade et Jiraya-sama, je ne vois pas d’inconvénient à ce que tu gardes le silence. Qu’en est-il de la mission.

 

Il leva la tête vers Shino qui lui répondit par un signe de dénégation de la tête.

 

- Nos clients ont tous été tués et la relique a été détruite par les combats. Répondit d’une voix morne le maître des insectes.

 

En effet, les moins bouddhistes, malgré l’escorte, n’avaient pu survivre aux multiples explosions et autres cataclysmes qui avaient frappés le terrain pendant le combat. Leurs cadavres reposaient sur le sol, éparpillés.

 

Naruto ne s’en souciait pas le moins du monde.

 

- Nous avons échoués dans la mission, mais nous avons appris beaucoup de choses concernant Manako. Vous avez été témoins de leur force et vous pourrez désormais faire part à Tsunade du niveau moyen de Konoha comparé au leur. Elle ne me fait pas confiance, mais à vous si. Je suppose donc qu’elle prendra enfin les mesures qui conviennent.

 

Kakashi et les autres acquiescèrent tristement. Ils n’avaient su jusqu’à aujourd’hui juger correctement le niveau du couple et de l’organisation. Désormais, ce qu’il en avait vu suffisait à leur démontrer leur impuissance. Des juunins ne pouvaient faire face à des ninjas contrôlant les démons et leur insondable puissance. Ce niveau leur était hors d’atteinte.

 

Kakashi mit fin d’une voix décidée au débat et à la mission.

 

- Nous rentrons à Konoha.

 

 

 

Je dédie ce chapitre à toutes les femmes et à ceux et celles qui se battent pour faire valoir leurs droits. Ici, c’est une femme qui dirige une organisation criminelle, ici, c’est la princesse qui vient sauver son prince charmant.

 

Je ne dis pas ça pour me faire bien voir des filles, mais ça m’arrange bien ^^

 

Pas que je sois pour l’égalité des sexes, au contraire. Je pense que les hommes devraient montrer plus de respect à celles qui savent donner la vie. Après tout, chaque homme, aussi fort soit-il, n’est-il pas issu d’une femme qui l’a porté durant neuf mois dans son ventre ?

 

Enfin bref, le sujet n’est pas là. Parlons plutôt du chapitre !

 

Le chef de Manako. Manako ? Ce n’est pas son nom complet. Quel est-il ? A vous de tenter de deviner. C’est votre nouveau défi !

 

Après la bien aimée de Naruto dans L’avènement d’une nouvelle ère », voilà un nouveau concours d’hypothèses !

 

Le chef de Manako est..

Le nom de cette organisation est…

 

Il y a des indices. A vous de voir lesquels.

 

Autrement, j’espère que vous avez tous apprécié et que vous ne regrettez pas trop l’absence de carnage. De toute façon, il y en aura un plus tard, donc…

 

Sur ce, je vous laisse à vos commentaires.

 

 

Osyris3