Le calme revient

par Argouges

Chapitre 33

Le calme revient.

-       Naruto, toi et moi, nous rentrons à Konoha.

Il  fit claquer son poing fermé dans la paume de sa main :

-       Il est temps de rendre à Danzo la monnaie de sa pièce.


Mayumi s’approcha de Minato et lui remit une liasse de papiers. Celui-ci la regarda, l’air interrogateur et la jeune femme se sentit obligée de s’expliquer :

-       Pendant que nous cherchions le matériel nécessaire à Sakura dans tout le bâtiment, Itachi et moi avons trouvé ceci. Cela devrait vous intéresser. Cela concerne Danzo et l’Akatsuki.

Minato se saisit des feuilles et les parcourut rapidement. Il retint un hoquet de stupeur et s’assit, reprenant sa lecture depuis le début. Dans un silence lourd, les autres ninjas le laissèrent prendre connaissance des documents, cherchant à déchiffrer son langage corporel. Mauvaises nouvelles ou pas ?

Une exclamation irritée les tira de l’expectative. Minato claqua sa main sur la table devant lui. Sans un mot, il sortit un petit parchemin de stockage et scella les documents dedans. Il pinça les lèvres et donna ses ordres.

-       Sasuke, je veux que tu continues à chercher toute preuve me permettant d’incriminer Danzo. Dès qu’il sera mis hors de nuire, nous lui ferons un procès pour haute trahison. Il est sournois : plus on aura de preuves, mieux ce sera.

-       Bien, Maître Hokage.

-       Je compte sur toi. Naruto, on y va.

Il attrapa Naruto à bras le corps et tous deux disparurent en un éclair.

-       Je commence à comprendre pourquoi on l’appelle l’Éclair jaune de Konoha, soupira Sakura.

-       C’est le seul ninja de l’histoire que les combattants des autres villages ont l’ordre d’éviter à tout prix même s’ils sont en supériorité numérique. Sauf que leurs chefs ont oublié de préciser que c’est aussi le seul qu’il est impossible de semer ! plaisanta Itachi.

Tous ses compagnons rirent à cette boutade. Peut-être un peu plus fort que nécessaire mais rire faisait tant de bien après la tension de ces derniers jours !

L’hilarité estompée, Sakura retourna à ses soins, Mayumi et Itachi restèrent près de la blessée pour sa protection tandis que Sasuke partait exécuter les ordres qu’il avait reçu de son supérieur.

 

 

La situation devenait critique au village. Dès la disparition du Quatrième Hokage, les chefs de clans étaient passés à l’attaque. Malheureusement, privés d’une grande partie de leur chakra par le poison de Danzo, ils n’avaient pu s’opposer à lui bien longtemps. Tsume était la seule encore debout avec Fugaku, son chien Kuromaru à ses côtés, grondant, babines retroussées. La menace était d’autant plus palpable que l’œil crevé et l’oreille manquante de cet imposant canidé aux allures de loup suggérait un tempérament coriace, et hargneux.  De son côté, Danzo avait retiré les bandages de sa tête et dévoilé un sharingan dans son œil droit.

Fugaku retint un hoquet de surprise en reconnaissant celui de Shisui Uchiwa, le meilleur ami d’Itachi, presque un troisième fils pour Fugaku, décédé une dizaine d’années auparavant. Shisui avait été retrouvé énucléé au fond de la rivière. Il comprenait mieux pourquoi. Cette raclure de Danzo l’avait-elle assassiné ou bien s’était-il contenté de prendre ses yeux sur son cadavre encore chaud ?

L’une et l’autre de ces deux actions écœurait profondément Fugaku. L’iniquité de ces méthodes  rappelait à Fugaku les anciennes traditions du clan Uchiwa, celles qu’il n’avait eu de cesse de combattre dès son accession à la tête du clan. Les anciens du clan avaient la tête dure et il n’avait pas eu la vie facile jusqu’à ce qu’il parvienne à museler ces vieilles badernes. Il n’y serait d’ailleurs jamais parvenu sans le soutien indéfectible de Minato, soutien amical et moral, bien sûr, mais aussi officiel et politique grâce à sa charge d'Hokage.

Fugaku activa aussi son Sharingan. L’iris vira au rouge tandis que trois petites virgules se positionnèrent autour de la pupille. Il se préparait à affronter Danzo avec le peu de chakra qu’il lui restait encore quand un éclair jaune traversa son champ de vision. Abasourdi, il vit Minato et Naruto surgir de nulle part et se positionner devant lui et Tsume. Sans perdre de temps,  Naruto sortit les seringues spéciales de Sakura pour injecter l’antidote à tous les participants au conseil, puis il leur confia les doses et leur confia le soin de « décontaminer » la population et d’arrêter tout membre de la racine qui tenterait de venir en aide à son chef.

-       Naruto ? Mais tu n’étais pas en mission avec Sasuke et Itachi ? Quelque-chose est arrivé ? Vous avez trouvé Salina ? est-ce qu’elle va bien ?

-       Du calme Fugaku, intervint Minato. Tes trois enfants sont en vie. Salina est sévèrement blessée mais Sakura s’occupe d’elle. Elle sera remise sur pied en un rien de temps. Tes fils sont crevés mais en bonne santé. Ils nous rejoindront dès qu’ils le pourront. Naruto, occupe cette erreur de la nature, je reviens tout de suite.

Minato attrapa Fugaku et tous deux disparurent grâce au hiraishin no jutsu et se matérialisèrent dans la demeure de l’Hokage. Minato ne perdit pas de temps :

-       Je veux que tu prennes tous les membres de ton clan et que tu fouilles chaque mètre carré du village. Débrouilles-toi comme tu veux mais retrouves-moi tous les otages.

-       Mais Danzo…

-       Celui-là, je m’en charge. Je te promets que ça sera bientôt de l’histoire ancienne. Hâtes-toi !

Minato repartit aussitôt sans laisser le temps à Fugaku de répliquer. De retour dans la salle du conseil, il assista à un véritable festival de taijutsu. Danzo parait avec difficulté les coups de Naruto. Minato se mit en garde et ordonna à Naruto de surveiller ses arrières au cas où les hommes de la Racine parviendraient à arriver jusqu’ici. Naruto grommela mais s’exécuta, se positionnant de manière à assister au combat tout en surveillant les environs.  Minato claqua son poing dans la paume de sa main et s’exclama :

-       Bien, à nous deux, espèce de traitre !

Danzo ricana :

-       Depuis le temps que j’attends l’occasion de te rabattre le caquet, petit hokage.

-       Petit hokage, peut-être mais le seul légitime. Approches donc si tu l’oses !

Danzo se garda bien d’obtempérer. Il savait que sur le plan du taijutsu, il ne pourrait pas longtemps tenir tête à l’Éclair jaune de Konoha. À soixante-dix-huit ans passés, on n’avait plus la même vigueur. Avec ses presque quarante ans de moins, Minato était clairement avantagé, surtout que le combat rapproché était sa spécialité. Et avec  son rasengan qui ne nécessitait aucun signe, la riposte serait instantanée et dévastatrice. Non, contre Minato seules les attaques à distance avait une chance de  porter leurs fruits. 

De son côté, Minato analysait les points forts de l’adversaire. Ses techniques futon, presque parfaites lui poserait un problème certain d’autant que c’était la spécialité de Danzo. Il avait également entendu dire que son adversaire était un maître de fuinjutsu et qu’il possédait le sharingan. Minato sourit : ils utilisaient tous les deux l’art des sceaux et possédaient la même affinité. Ce serait un peu comme se battre contre lui-même.

Ils n’avaient pas la même conception de leur métier, et chacun avait des techniques personnelles. Le combat serait serré. Très serré.

Danzo enclencha son sharingan. Trois virgules noires tourbillonnèrent dans les iris devenus pourpre. Sans plus attendre, Danzo envoya une lame de vent qui aurait pu couper son adversaire en deux sans son extraordinaire rapidité. Minato esquissa un sourire : le jeu commençait. Utilisant sa technique de déplacement instantané, Minato se déporta à la gauche de Danzo et le frappa violemment à l’abdomen. Danzo fit un bruit de chambre à air percée et recula de deux pas avant de lancer sa technique futon :

-       Déferlante de vide, hurla-t-il.

Aussitôt, plusieurs lames de vents se succédèrent vers Minato. La force du vent était telle que la table et les fauteuils furent réduits à l’état d’allumettes.

Minato utilisa sa technique de déplacement spatio-temporel pour se téléporter près de Naruto sur lequel le sceau paternel était toujours actif. Quand le vent s’apaisa, Minato put constater qu’un vortex de vent entourait son adversaire. Le hokage sauta en l’air et lança des shuriken dans lesquel il avait insufflé son chakra. Exécutant un signe après les avoir lancé, il les multiplia afin de découvrir la faille dans la défense de vent de Danzo.

À sa grande surprise, celui-ci sortit son sabre et fit dévier les shuriken avec sa lame. Le vent s’apaisa. Cette défense futon était-elle limitée dans le temps ?

 S’attendant à être attaqué au corps à corps, Minato prit ses kunai d’espace-temps dans sa pochette dorsale mais Danzo resta à bonne distance. Que manigançait-il ?

Pendant quelques minutes, les deux hommes s’observèrent, cherchant à détecter la plus petite faille. Le combat continuait mais sur un autre plan. Chacun des deux hommes tentaient de prendre l’ascendant sur l’adversaire, un ascendant psychologique. Leur arme la plus efficace était leur regard, les deux hommes se fusillaient, yeux bleus calmes et déterminés contre regard noir haineux et envieux.

Minato se tendit : la voilà enfin la lueur qu’il attendait. Il se prépara à esquiver tandis que Danzo invoquait un tapir géant qui essaya d’avaler le Hokage. Minato esquiva avec un nouveau Hiraishin no jutsu qui le ramena près de son fils. Il se mordit le doigt et, avec le sang qui coula, créa un sceau d’invocation.

-       Destruction des échoppes ! s’exclama-t-il.

 

Un gigantesque crapaud tomba du ciel après avoir traversé le plafond et fait s’effondrer une bonne partie de la toiture. Un sabre au côté et une pipe à la bouche, il portait une veste bleue. Il s’abattit sans crier gare sur l’invocation de Danzo. Minato les fit disparaitre tous les deux dans sa barrière d’espace-temps après avoir chargé Gamabunta le crapaud de battre le tapir de Danzo.

Une fois débarrassé de ces deux invocations qui prenaient toute la place, Minato tenta de se rapprocher de Danzo pour apposer sa balise sur lui mais il se fit repousser. Minato fit la moue. Il ne lui restait plus qu’à utiliser son kunai pour le planter à proximité de Danzo mais si celui-ci se déplaçait, tout serait à refaire. C’était pour cette raison qu’il préférait poser sa balise directement sur son adversaire malgré les risques accrus. Quels que soient ses mouvements par la suite, la balise se déplaçait avec son ennemi. Minato décida de refaire un essai.

Danzo le prit de vitesse avec son souffle divin. L’attaque de vent repoussa Minato contre le mur opposé. Naruto se précipita vers son père mais s’arrêta sur un geste de celui-ci qui se releva sans difficulté. Un mince filet de sang s’écoula de la lèvre qu’il s’était mordu sous la violence du choc.

Utilisant sa vitesse de déplacement à son maximum, Minato se rua sur l’ennemi et le frappa avec un enchaînement de coups de poing et de pieds. À l’occasion d’un de ces impacts, il déposa discrètement une petite balise sur le torse de Danzo avant de devoir esquiver le rempart de terre invoqué par celui-ci.

Le ninja de la Racine activa Izanagi. Comprenant qu’il n’avait pas le dessus et que Minato semblait avoir une parade pour chacune de ses attaques, il estima cette précaution nécessaire. Bien lui en prit : Minato se précipitait à toute vitesse avec un rasengan géant à la main. La vitesse d’exécution de cette action était telle que toute esquive était impossible. Danzo vola dans les airs  et s’écrasa au sol. Izanagi fit son office et toute l’attaque fut annulée. Le sharingan de Shisui se ferma à jamais. Privé de cet avantage certain, le combat ne pouvait que devenir plus difficile pour l’homme de la Racine. Sans ce sacrifice, cependant, il n’aurait pu survivre à l’impact de ce rasengan.  Profitant de l’instant de surprise due à Izanagi, Danzo lança une sphère de vide sur celui dont il voulait tellement le poste. Minato tendit les bras devant lui, son kunai à trois lames en équilibre sur ses deux mains. Un sceau se dessina autour de son kunai telle une barrière spatio-temporelle qui absorba la technique de vent. 

Cet exploit lui avait coûté un maximum de chakra. Minato, essoufflé, tentait de reprendre son souffle. Intuitivement, il savait que la prochaine attaque serait la dernière. Ses réserves de chakra étaient à présent très limitées et il devait en être de même pour Danzo, les réserves de chakra s’amenuisant avec l’âge.

Minato rassembla ses dernières forces. Il lança sa technique d’hiraishin no jutsu et se matérialisa juste devant Danzo, un orbe tourbillonnant dans chaque main. L’impact fut terrible. Danzo vola littéralement dans les airs avant de s’écraser au sol tel un immense oiseau aux ailes brisées.

Il se releva péniblement à la grande surprise de Minato qui pensait le combat terminé et écarta les pans de sa tunique. Quatre sceaux parsemaient la peau blafarde de leurs contours noirs. Minato eut à peine le temps de reconnaitre les symboles qu’il se précipita vers Naruto et, le saisissant par le bras, les téléporta tous deux avant que Danzo n’active le sceau des quatre éléments.

Resté seul, mais dans l’incapacité d’inverser le processus, Danzo attendit la mort, son ultime sacrifice devenu vain. Jamais il ne serait hokage.

 

Juché sur la tête de sa propre statue, Minato assista aux derniers instants de celui qui lui avait pourri son mandat depuis le premier jour. Le chef de la Racine disparu, il fallait maintenant traquer les membres de cette organisation, déterminer leur degré de responsabilité dans les évènements et les inculper grâce aux preuves recueillies chez Orochimaru. Mais pour l’instant, décida-t-il, il fallait encore retrouver Emiko. Quand ce serait fait, il s’octroierait un long, très long moment de détente aux bains chauds. Oh oui, il en rêvait ! Peut-être même parviendrait-il à convaincre Naruto de l’accompagner pour lui tenir compagnie.

Il se laissa tomber à terre et appuya son dos à la falaise surplombant les visages de pierre, épuisé. Il médita un instant sur l’incroyable enchaînement d’évènements de cette journée fertile en émotions. Deux adversaires de taille étaient morts aujourd’hui, deux ninjas d’exception qu’il avait fallu affronter sans faillir. À présent que toute la tension nerveuse se relâchait, il sentait toute la fatigue de cette journée éreintante s’abattre soudain sur ses épaules. Sans y penser, il lâcha un :

-       Je suis trop vieux pour ces conneries.[1]

Naruto éclata de rire et attrapa la main que son père lui tendait en s’exclamant :

-       Allez, viens, vieil homme. C’est l’heure de ta tisane, déclara-t-il, moqueur.

-       C’est normal que tu sois fatigué, reprit-il, plus sérieux. Je n’ai jamais vu un combat de ninjustu aussi intense. La plupart des ninjas seraient tombés à cours de chakra à ta place, d’autant plus que le poison t’avait déjà absorbé une grande partie de ton chakra avant que Sakura ne t’administre l’antidote et que tu avais affronté Orochimaru avec nous peu de temps avant.

Il attendit une réponse qui ne vint pas. Son père tenait encore debout par un immense effort de volonté mais ne semblait plus être en état de tenir une conversation. Naruto prit son père sur son dos et se rendit au Manoir Namikaze. Fugaku les attendait en compagnie de sa femme et d’Emiko. Le clan Uchiwa avait fait des merveilles et déniché les otages en un temps record grâce à leur sharingan. Ils avaient de plus, eut la précaution de s’adjoindre les services de certains membres du clan Hyuga. L’héritière, notamment , s’était montré particulièrement efficace grâce à son Byakugan.

Emiko s’était précipité sur son père et faillit le faire tomber sous l’impact.

-       Fais un peu attention ! Tu ne vois pas qu’il dort debout ? s’exclama Naruto. Il est crevé.

-        Se coltiner Orochimaru et Danzo dans la même journée, c’est vachement balaise, quand même ! reprit-il, admiratif. J’ai hâte qu’il m’enseigne ses techniques.

Il rattrapa de justesse son père qui s’écroulait de fatigue et Emiko mit Fugaku à la porte avec un…

-       Revenez demain !

…péremptoire.

La porte se referma au nez du patriarche Uchiwa qui n’avait pu placer un mot.

 

 



[1] Clin d’œil aux films «  l’arme fatale 1,2,3,4 » dont c’est le leitmotiv.  J’ai trouvé drôle de mettre cette réflexion dans la bouche de Minato. Ne me demandez pas pourquoi.