Ne meurs pas

par Encens


Ne meurs pas

Suna et Konoha s'entretuaient. Tels deux guerriers assoiffés de sang, ils s'élevaient dans la mort des milliers de cœur qui s'étaient épanouis en eux.
Konohamaru regardait Shikamaru Nara de loin. Le garçon avait toujours admiré ces shinobis talentueux tels que Naruto, Sakura ou encore Hinata quand celle-ci faisait encore partie de leur monde. Il avait un immense respect pour eux et les voyait maintenant se perdre dans leur décadence...
Il fut un temps où Shikamaru Nara faisait équipe avec Temari de Suna. Respectés dans le monde entier, ils étaient légendes parmi les légendes. Konohamaru se rappela ces jours où il voyait les deux adolescents fendre la foule avec prestance, marchant côte à côte, le regard impassible et indifférent, tant à l'autre qu'au reste de la population.
Il se dégageait d'eux comme une maturité égale à celle des vétérans de la guerre, et la fonction de shinobi semblait être une seconde nature les deux équipiers. Ils étaient adultes depuis le premier jour où ils avaient tué.
Elle la puissante soeur de Kazekage, sa force allant de paire avec sa beauté et lui, le stratège le plus jeune et le plus talentueux que le village de Konoha avait jamais engendré. Un sang-froid à toute épreuve, le regard semblant tuer sur place.
Même les plus audacieux des prétendants de la jeune fille, faisaient place au Nara.
Quiconque de leurs ennemis se mettait en travers de leur chemin, prenait le risque de voir s'étendre vers lui les mortelles ombres du Kagemane.
En ce temps, les plus riches seigneurs s'offraient leurs services et l'entente entre le pays du vent et celui de la feuille, était parfaite.
Et si l'on reconnaissait leur puissance, il fallait aussi reconnaître leur mauvais caractère. Une attitude râleuse dominait chez l'un tandis que les colères de l'autre avaient déjà fait le tour des deux nations.
Mais tout ceci remontait déjà à quelques mois. Et depuis la guerre avait éclaté, la situation s'était dégradée comme les pétales d'une fleur qui finissaient par faner.
Shikamaru Nara ne pensait à rien d'autre qu'à ces combats qu'il livrait chaque jour qui passait. Généralement affecté avec Neji ou Naruto, ils étaient loin de la franche camaraderie qui les animait auparavant. Tous deux anéantis par la mort de leur cousine et amie, si ce n'est plus.
Il se refusait à penser à son ancienne équipière. Chaque fois que son esprit la rappelait à sa mémoire, il était envahit par des sentiments indescriptibles et une peur sans commune mesure. Et si le jour, il parvenait à l'oublier, elle venait la nuit hanter ces rêves qu'on appelait cauchemars.

Le Nara avait été affecté à une mission dans la forêt de Hi No Kuni. Le pays de la feuille était secoué par des batailles sans fin et les shinobis de Suna avaient réussit à percer certaines de leurs défenses.
Accompagné d'une escouade de l'armée régulière, il franchit les portes du village et se perdit dans les arbres de son pays.

Devant lui se déroulait une sanglante tragédie. Ils avaient rejoint les troupes en tant que renfort et Shikamaru avait prit le contrôle des hommes. Ils avaient l'avantage du nombre et commençaient à repousser leurs assaillants. Mais, surgissant de nulle part, un tourbillon infernal les repoussa avec force comme de vulgaires mouches.
Shikamaru ordonna le repli d'un geste. Les hommes firent marche arrière tandis qu'aux yeux d'un homme dévasté s'imposait la seule femme qu'il ait jamais véritablement respectée. La fille du vent, aussi indomptable que son insaisissable allié. Temari No Sabaku, son passé, son présent...
Elle ordonna aux soldats de Suna de retourner se cacher, parés au lancement.
"Je connais cette tactique"
Elle leva les yeux vers un arbre à proximité, le Nara était déjà descendu.
Son regard rivé dans le sien, elle y lisait tout, elle n'y lisait rien.
N'avaient-ils pas changé? Le visage de Shikamaru s'était durcit et cela devait faire longtemps qu'il n'avait pas prononcé son "galère".
Allaient-ils devoir s'entredéchirer pour leurs villages? Se massacrer pour le compte de personnes qui les manipulaient à leur guise? Oublier qui ils étaient pour mener à bien une guerre dont ils ne voulaient pas?
En étaient-ils capables?

Ne meurs pas


Ils n'avaient pas promit, ils n'avaient pas juré. C'était une évidence, ils ne laisseraient jamais personne leur prendre la vie. Ils ne mourraient pas de la main des shinobis qui qu'ils soient et ils ne mourraient pas non plus de la main de l'autre.
Il joignit les mains et elle leva son éventail devant elle. "Ne jamais rien céder à l'autre quelle que soit la situation"

Fille galère...



Ne jamais montrer ses sentiments, ne jamais les éprouver. La guerre c'était la guerre. Plus jamais ils ne se verraient. Plus jamais il ne l'attendrait aux portes de Konoha. Plus jamais elle ne le saluerait avec ses piques médisantes. Plus jamais ils ne passeraient de nuits à la belle étoile à s'observer furtivement quand l'autre regardait ailleurs.
Temari savait tout cela mais elle ne put s'empêcher de lire dans les yeux de Shikamaru que toutes les guerres avaient une fin.

Il fit un pas vers elle et il sentit les ninjas de Suna se crisper sur leurs armes. Il vit, perché sur un arbre, ce jeune garçon qu'il avait parfois aperçut à Suna. Le disciple de Temari.
Celle-ci s'avança à son tour, le poing serré sur le manche de son éventail.
-Tu sais quoi? C'est la première... La première fois... Que je ne veux pas me battre...

Trahison



Sa voix se brisa dans un sanglot et pour la première fois, le Nara la vit pleurer. Elle était au bout du rouleau. La belle et fière Temari, celle que personne ne pouvait enfermer. Celle qui n'en faisait qu'à sa tête. Celle qu'il aimait à en perdre la sienne. Voilà que la tour instable sur laquelle elle s'était élevée ces derniers mois, venait de s'effondrer.
Elle lâcha son éventail, celui-ci tomba sur le sol dans un bruit sourd.
Qu'importe qu'ils vivent ou qu'ils meurent finalement. Quelle importance si on ne les laissait pas rester ensemble.
Kinoshi observait la scène, les yeux exorbités, craignant le spectacle qui allait suivre... Invariablement.

Se foutant de sa vie, se foutant du reste, elle se jeta dans les bras de Shikamaru qui la serra contre lui. Quelle fierté avoir s'ils ne parcouraient pas Konoha et Suna d'une même cadence? Quelle vie avoir si ce n'était pas avec lui...? Si ce n'était pas avec elle?
Elle savoura la chaleur de son corps, chaleur qu'elle croyait à jamais perdue.
Des salves de kunaïs leur transpercèrent le corps, se fichant dans leurs chairs.
Ils étaient devenus des traîtres, des renégats. Et ils seraient tués pou cela.
Kinoshi leur hurla d'arrêter, le visage baigné de larmes mais déjà les soldats plongeaient dans leurs étuis à shurikens. Il avait les yeux fixés sur les deux amants blessés, tombant à genoux sur le sol, enlacés à ne former plus qu'un.
Shikamaru releva le visage de la jeune fille, écartant les mèches rebelles qui lui cachaient les yeux.
Il grimaça quand les pointes des shurikens se plantèrent dans son dos.
Le regard plongé dans celui de Temari, il se noyait dans ses yeux bleus, faisant fi du monde qui les entourait.

Je t'aime



Il s'empara de ses lèvres, savourant pour la toute première fois le goût d'un baiser passionné. La main dans ses cheveux, elle désespérément accrochée à sa veste, ils se laissaient aller à leur dernière étreinte. Le coeur battant contre sa poitrine, Temari l'embrassa une nouvelle fois.

Je sais



La vue de Shikamaru se troubla et il ferma les yeux, la jeune fille blottie contre lui.
Les soldats tirèrent une seconde fois des kunaïs de leurs étuis et les lancèrent en une ultime salve qui acheva les dernières forces de leurs victimes, baignant dans leur propre sang.
Ensemble à jamais, ils se laissèrent couler dans ce sommeil sans fin, qu'auparavant ils appréhendaient tant et que de désormais ils accueillaient avec joie, du moment qu'on les laissait ensemble.

Kinoshi sauta de la branche sur laquelle il avait dû rester et voulut s'élancer vers sa sensei mais un shinobi de Suna le retint par le col.
Le jeune disciple se débattit mais l'emprise de l'homme étant sans pareille. Une gerbe de sable l'envoya soudain valser contre un mur et le garçon se trouva libéré.
Sortant de l'ombre, une jeune homme apparut, fier et droit, animé d'une colère froide. Gaara No Sabaku.
-Kazekage-sama.
Les shinobis portèrent la main à leurs armes mais déjà le démon tueur avait reprit sa folle danse et les repoussa dans un mouvement sec et gracieux, les faisant s'écraser au loin.
L'aîné des deux frères atterrit près du cadet puis accourut près de Shikamaru et Temari. Amants maudits.
Il leur tâta le poûl puis leva vers Gaara un regard impénétrable.
En silence, Kinoshi attendait le verdict fatal.
-Ils sont en vie.
Le vent souffla soudain dans les feuilles. Bourrasque puissante et brève. Douce et inoubliable. Temari dans le coeur de Shikamaru.

Les deux amants maudits. Unis. A jamais chéris



Jamais plus on ne le séparerait. Et il se peut qu'un jour, ils refranchissent ensemble les portes de Konoha. Quand la guerre sera finie. Car toutes les guerres avaient une fin. Et ils verraient celle-ci s'achever.

A suivre...

Prochain: Euh... Je ne sais pas... Petite idée qui germe...