Fureur

par Chlochan

Fureur~Chapitre 7


 
Il se peut qu'un grand criminel, dans une fureur exaltée, s'extasie sur son courage et sur son succès ; mais le mal ne monte que pour tomber plus bas et de plus haut.

Emeraude




La porte s'ouvrit et laissa entrer Hinata. Les voix des élèves présents se turent pour laisser place au silence. La brune releva la tête et sourit. Si d'abord les jeunes gens furent surpris leurs visages s'illuminèrent d'un radieux sourire et allèrent la voir. Hinata, gênée, bafouilla des salutations et Kiba l'enlaça. Un mois qu'ils ne l'avait vu ni parlé. Elle leur avait manqué.
Le brun la lâcha et Naruto l'embrassa. Il était tellement heureux de la voir. Il avait, bien sûr remarqué les blessures sur son visage mais ni avait pas prêté attention tellement le fait de la revoir le remplissait de joie.


"Tiens t'es revenue?"


Hinata lâcha son petit-ami et se retourna pour voir Sakura le visage moqueur.


"visiblement, oui."


Sakura baissa la tête et se jeta sur la Hyuga trop surprise pour bouger. La rose pleurait. Pendant tout ce mois elle avait été inquiète au sujet de la brunette et la revoir lui enleva une épine du pied. Hinata ne savait pas comment réagir face à cette attention resta le regard dans le vide. Elle aussi pleurait. Ils lui avaient manqués. Elle était si heureuse de la revoir après si longtemps. Sans eux elle n'aurait sûrement pas réussi à vivre plus longtemps.


"Pardon, j'ai été odieuse avec toi alors que tu souffrais toute seule. Je.. J'ai eu si peur! j'ai cru ne plus jamais te revoir. Je ne mérite pas ton pardon ni même ton amitié.. Mais je tenais a te le dire. Pardon Hinata ! Sanglota Sakura.

- Tu n'as pas à t'excuser puisqu'il ni à rien à excuser... Merci de m'avoir aidée à avancer.. Vraiment. Sans toi, sans Kiba, Sasuke, Naruto et vous tous je me serait déjà tuée..Déclara la brune.

- Dis pas ça !! Tu dois continuer à vivre pour toi ! si tu le laisse gagner toutes ces années n'auront servies à rien.. Alors lève toi et marche vers l'avenir, c'est ce que tu dois faire pour lui montrer que tu n'as pas peur de lui.. Sois forte et puis tu n'es plus seule maintenant! Chaque jours ne sera que mieux ! C'est une promesse. cria la rose le regard sévère.

-Pour une fois Sakura je suis d'accord avec toi ! T'es pas seule. Affirma Sasuke.
-J'ai toujours raison ! Se vanta la rose fière."

 
Hinata s'extirpa des bras de son amie et lui sourit. Elle était heureuse. Elle avait trouvé des gens merveilleux qui l'aideront à vivre et supporter cette situation.


Les cours se passèrent sans accro et à 16h les élèves purent partir. Kiba trop heureux de revoir son amie lui demanda de rester dehors avec eux et elle accepta oubliant l'ordre de son père. Ils étaient tous allés au karaoké pour fêter la venue de leur amie. Ils chantèrent pendant plus de deux heures avant de partir leur temps écoulé. L'espace d'un instant elle oublia ses problèmes et trop même.


"Je te veux à la maison à 16h30 sinon tu sais se qu'il t'attends !"


Hinata sursauta en se rappelant de l'ordre de son paternel. Elle paniqua et devint blême, ses amis la regardèrent sans comprendre et ils la virent partir en courant. Kiba essaya de la retenir mais trop tard elle était déjà à l'autre bout de la rue.


Elle avait couru jusqu'à chez elle. Elle était devenue livide en voyant son père à la fenêtre lui faire un signe de tête. Elle ouvrit la porte et avança lentement jusqu'au salon et elle se prit un coup de poing magistral qui la fit voler dans la pièce. Elle cracha du sang et tremblait. Elle hissa ses yeux jusqu'à ceux de son père et elle remarqua toute la fureur dans ces derniers. Elle avait les larmes aux yeux. Comment avait-elle put être si idiote et oublier ce qu'il lui avait dit ?
Le père la prit par le col de son t-shirt et l'agrippa par le cou. Il lui serra assez pour lui faire croire qu'elle allait mourir. Il la lâcha ensuite et lui donna des coups dans l'abdomen avant de laisser. Elle avait mal. Elle se releva au bout de dix minutes et prit son portable qui n'avait pas arrêté de sonner depuis son retour et décrocha le souffle court.


"O..Oui ?

- Hinata ? Pourquoi t'es partie si vite ? demanda Kiba à l'autre bout du fil.

- ..J..J'avais.. Oublié.. Que je.. Devais rentrer vite.. Répondit-elle le souffle court suite à ses blessures.

- T'es sûre que ça va ? T'as pas l'air bien ! Il.. Il t'a fait un truc ?!

- N..Non.. Je dois te laisser.. A demain.

- ..Hm. Ouais à demain."


Elle raccrocha et monta dans sa chambre. Là-bas elle se coucha sur son lit et toucha son ventre. Il lui avait certainement fait un bleu. Elle se releva et alla dans sa salle de bain où elle put constater les ampleurs du désastre. Son cou avait des bleus qui commençaient à pointer et quand elle releva son haut le résultat n'était guère mieux. Elle soupira, se déshabilla et entra dans la cabine de douche. Elle ferma les yeux pour apprécier le jet d'eau quand une voix l'interpella.


"Pourquoi tu n'en finis pas ? T'en a marre de cette situation non ? Alors crève, de toute façon c'est tous des hypocrites. Tu crois vraiment qu'ils s'en feront quand tu auras disparu ? Ils ne lèveront pas le petit doigt. Ils te disent de belles paroles pour te mettre en confiance mais quand tu auras vraiment besoin d'eux ils partiront un par un ! Ce sont tous des menteurs ! Finis en t'avais presque réussi, recommence et cette fois te rate pas ! Il n'y aura personne pour te dire stop ! Aller crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Criait sans cesse la voix dans sa tête.


Elle ferma les yeux et se tint les cheveux et se répéta que tout était faux, qu'ils s'inquiétaient vraiment pour elle. Elle se balança d'avant en arrière essayant de chasser cette idée de la tête mais elle n'y arriva pas. Elle entendit un bruit de métal et tomba sur une lame de rasoir. Cet objet lui fit remonter un souvenir qu'elle avait essayait d'oublier.


C'était il y a deux ans jours pour jours. Elle venait de rentrer du lycée quand son père l'avait appelée. Elle y était allée et abusa d'elle. Elle était ensuite partie s'enfermer dans sa chambre et avait pleuré toute la soirée et le cerveau embué de mauvaise pensées, elle s'était dirigée vers la cuisine et avait prit une lame de rasoir dans le tiroir. Elle s'était assise ensuite sur une chaise et avait commencé à se tailler la veine mais son père était arrivé à ce moment là et l'avait arrêtée. C'était la seule fois où elle l'avait vu inquiet. Il l'avait giflée et forcée à lâcher l'objet tranchant.


Hinata regarda l'objet et secoua la tête. Non. Elle n'était pas lâche. Elle le remit à sa place. Elle sortit et retourna sur son lit et s'endormit. Sa nuit fut pleine de cauchemars en tout genre. Elle s'était souvent relevée en sueur sans jamais garder de souvenir de ses rêves.

Le lendemain, elle eut du mal à sortir de son lit mais y arriva. Elle se rendit dans sa salle d'eau et fit sa toilette quotidienne.


"Prends la ! Je sais que tu veux ! Au moins pour te dire que c'est comme une sortie ! Prends cette lame comme si c'était une barrière."


Hinata croyait devenir folle. Une petite voix l'obligée à en finir. Elle avait peur mais trouva pertinent ce qu'elle venait de lui dire et la prit pour la mettre dans son sac. Elle mit ensuite du fond de teint sur son cou et s'habilla d'un t-shirt blanc cassé et d'un slim noir. Pour les shorts elle devait attendre ses jambes étaient encore trop marqués et puis il faisait assez froid dehors. Elle descendit ensuite et mit son gilet de la même couleur que son bas et des chaussures montantes blanches et partie en se rappelant de revenir avant 16h30.


Elle avait rejoint Kiba sur le chemin et les autres. Ils étaient arrivés juste avant que le court ne démarre. Elle s'était installée et disposé ses affaires sur la table et écoutait attentivement le professeur quand la petite voix revint à l'assaut.


"Une petite fille innocente ? Oui ! Une victime des mensonges des uns et des actes d'autres ? Oui ! Tu as pris la lame sers t'en ! Tu n'as rien a perdre ! Aller sors et va en finir ! C'est l'enfer pour toi ici ! Arrête de t'accrocher, de croire que tout finira par s'arranger parce que tu sais aussi bien que moi que c'est faux! Regarde autour de toi ! Ils t'ont déjà tous zappés. Tu n'existes plus pour eux ni pour personne d'autre d'ailleurs ! T'es un fardeau ! T'es née pour la douleur, la souffrance, la haine et la peur, pour vivre dans le noir complet ! C'est une vie ça tu crois ? Non, moi je suis sûre que tu détestes tous ces gens pitoyables !


- C'est faux!!"



Tout le monde s'était retourné. Elle avait crié haut et fort en en surprenant beaucoup et en faisant ricaner d'autres.
 
"Un problème mademoiselle ? J'ai fait une erreur sur l'exercice ? demanda le professeur."
 
Hinata rouge comme une pivoine marmonna un "non" et se cacha tout le reste du cours.
Dehors Kiba et Sakura n'arrêtaient pas de la charrier. La pauvre ne savait plus où se mettre.
 
"Haha ! C'était excellent Hina ! Sans déconner je crois que j'ai jamais autant ris de toute ma vie ! Hahaha ! se moqua Kiba

- Mais pour..Pourquoi t'as crié comme ça ? Tu rêvais ou quoi ?! ria Sakura.

- Les écoute pas ma belle, ils sont débiles. l'encouragea son copain blond.

- .. Merci.. Mais je ne sais vraiment pas ce qu'il m'a prit..

- Haha ! Elle rêvait ! Elle rêvait ! se moquèrent ensemble les deux compères.

- Vous êtes chiants à la fin vous deux ! J'aimerais bien vous y voir vous. Railla Sasuke.

- C'est bon ! Comme si tu n'avais pas trouvé ça drôle. Se défendit Kiba

- Une fois c'est bon, deux fois c'est lourd.

- Pardoon Sasuke chéri! Rigola Sakura."
 
Le brun souffla et prit de l'avance sur ses amis qui le rattrapèrent laissant seuls les deux amants. Naruto prit la main d'Hinata et la tira pour l'arrêter. Elle le regarda incrédule et le blond posa ses lèvres sur celles de la brune qui savoura ce plaisir. Ils se séparèrent quelques minutes après et décidèrent de rejoindre les autres pour manger. Ils furent charriés par une Sakura et un Kiba trop curieux ce qui gêna Hinata. Ils parlèrent ensuite de tout et de rien même s'ils voulaient tous savoir le pourquoi du comment Hinata était maltraitée chez elle.
La sonnerie avertit au bout d'une heure les élèves de la fin de la pause et qu'ils devaient repartir en cours. Hinata s'arrêta aux toilettes pour se rafraîchir quand la sonnerie de son portable sonna et en regardant l'appelant elle devint aussi blanche que la neige et décrocha la gorge nouée.
 
"Oui ?

- Petite insolente ! Comment oses-tu me faire attendre ?! Ça va te coûter gros, sois en sûre ! Petite effrontée ! Je t'appelle pour te dire que si tu n'es pas à la maison avant 16h je te tue !

- M..Mais mes cours ne finissent qu'à 17h30.. Je ne peux..

- Très bien alors écoute moi bien sale bâtarde ! Si jamais tu n'es pas là avant seize heure je te tue, tu m'as bien compris ? Et ce ne sont pas des paroles en l'air! Maintenant je ne veux plus entendre ta voix de traînée !"
 
Hinata lança son portable contre une porte et il se brisa. Il l'empêche même d'aller en cours.. Il ne veut pas qu'elle aie de vie. Elle pleura en silence dans un coin des toilettes puis elle se rappela la présence de la lame et alla dans un cabinet, s'enferma et s'assit sur la cuvette le visage mort. Les larmes coulants encore, elle sortit d'une main tremblante la lame et la positionna sur les veines de son poignet. Son cœur cognait si fort dans sa poitrine que le voir se décrocher ne l'étonnerait pas. Elle eut soudain un haut le cœur et l'envie de vomir se fit présente et elle vomit tout ce qu'elle avait mangé à midi. Elle s'essuya la bouche avec sa manche et assise contre la paroi le visage blanc, elle releva son visage déformé par la tristesse et souffla. Elle revint poser son regard blanc sur la lame prête à trancher sa veine; Elle hésita. Elle ne voulait pas. Mais elle savait que rien ne pourrait la faire reculer, elle ne pourrait jamais avoir une vie normale alors autant en finir non? Elle appuya doucement sur le métal contre sa peau et une goutte de sang perla. 
"Tranche !" Ce simple contact lui fit atrocement mal alors imaginez ce que se sera quand elle se sectionnera la veine. "Tranche !" Elle ferma fortement les yeux et rejoua dans sa tête les six années de sa vie; les pires qu'il puissent arriver. Elle repensa au scandale qu'elle avait provoquer. Aux regards de ses amis. "Tranche !" De Kiba impuissant. "Tranche !" Elle se rappela la douleur qu'elle avait ressentit quand son père l'avait frappée. "tranche !" Elle appuya un peu plus sur la lame et la fit glisser sans brutalité mais en appuyant assez fort. "Tranche !" elle s'entailla n'en pouvant plus. Cette fois personne ne l'en empêchera. Elle était seule et son père voulait la voir mourir. Finalement la voix avait raison. Elle vivait pour rien. Elle n'avait pas de but dans la vie. C'était le trou noir complet. Elle appuya la lame contre sa veine et commença à trancher. "Vas-y" Elle serra les dents, le sang giclant contre la paroi et la porte. "Meurs" Elle fit la même chose avec l'autre et se laissa aller. Son fluide vital coulait toujours plus sur le sol froid de la pièce. Il se transforma vite en une flaque conséquente. Elle ferma les yeux et perdit pied. Elle s'enfonça dans un sommeil éternel. Le liquide chaud s'échapper de sa blessure béante. Elle oublia le monde qui l'entourait.
 
De l'autre côté, dans le couloir un groupe de filles entra dans les toilettes et crièrent en voyant la marre de sang. Elles ouvrirent la porte et virent la brune étendue au sol la lame dans la main les vêtements maculés de sang et les poignets ouverts. Elles partirent chercher de l'aide et les professeurs et élèves accoururent. Naruto voyant son aimée à terre couru vers elle. Il la sortit du local et lui cria de se réveiller. Mais elle ne bougea pas, alors il lui fit du bouche à bouche mais toujours rien. Kiba s'avança et mit sa veste sur les blessures de la Hyuga mais c'était trop tard elle venait de perdre pratiquement tout son sang. Sasuke essaya de faire son possible lui aussi en lui faisant un massage cardiaque mais rien ne fit réagir la jeune fille. L'ambulance arriva dix minutes après. Les élèves furent écartés de la scène et ils purent lui prodiguer les premiers soins. Ensuite ils lui enlevèrent le haut et mirent le défibrillateur en marche et augmentèrent à chaque minute la pulsion. Ils lui avait mit un électrocardiogramme portatif sur le pouls et continuèrent leur massage jusqu'à avoir un résultat et au bout de la sixième fois le cœur recommença à battre. Faiblement certes mais à battre tout de même. Sakura s'effondra au sol la main sur le cœur et pleura comme une gamine. Kiba aussi pleura et Sasuke les soutint.


Les ambulanciers emmenèrent ensuite un brancard et positionnèrent la jeune fille dessus. Ils avancèrent jusqu'au camion et la mirent dedans. Son état était inquiétant. Le sang perdu était inquiétant. Son manque de souffle était inquiétant. Son teint pâle était inquiétant. Ses battements de cœur étaient inquiétants.


Son état était inquiétant. "
Pourvu qu'elle vive."


Quand une personne a mal, qu'elle ne sait plus où aller se morfondre. Quand tout dérape et que son mal-être prend le dessus quand dans sa tête les souvenirs les plus noirs réapparaissent. pour elle il n'y a qu'une solution de s'échapper. La mort.
Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyés de leur tendre parole et de leur mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue. Une personne seule peut faire mille et une chose pour essayer de revivre; seulement des fois on n'y arriva pas. On plonge dans un sommeil qui dure l'éternité. Dans la vie on ne peut pas avoir la certitude absolue mais s'il y a une chose dont on peut être sure c'est que rien ne dure.


C'est dur mais c'est comme ça. Dans la vie soit on vit, soit on meurt. Soit on gagne soit on perd. Soit on respire soit on s'étouffe. Un cercle vicieux ? Non, C'est la vie c'est tout; juste ça.. juste des années qui disparaissent petit à petit.