Souffrance

par Chlochan

Souffrance~Chapitre 4


 
« La consolation de ce monde c'est qu'il n'y a pas de souffrances continues. Une douleur disparaît et une joie renaît. Toutes s'équilibrent. Ce monde est compensé. »

Camus



Le week-end était venu, trop vite au goût d'Hinata qui n'aimait pas ne rien faire. Mais ce n'était pas vraiment ça qui la dérangeait. Elle espérait que son père soit à son travail pour qu'elle puisse passer un peu de temps tranquille mais elle pensa trop vite et entendit un bruit sourd provenant de la porte. Terrifiée elle s'avança et la main moite et tremblante tourna la poignet. Elle ouvrit la porte et se cacha derrière elle comme pour se protéger mais son père moins bête qu'il n'y parait lui attrapa les cheveux, ceinture en main et la fit se mettre la tête sur le lit et le dos devant lui. Il brandit son "arme" et commença à frapper ; d'abord doucement mais plus sa rage montait, plus il frappait fort. Le dos de sa fille était rouge, puis des plaies se formèrent pour ensuite voir couler du sang. Mais il ne s'arrêta pas et après plusieurs minutes qui semblèrent comme des heures pour la pauvre Hinata il la retourna et baissa son short qui faisait office de pyjama et défit ainsi son pantalon et baissa son caleçon laissant apparaître son membre. Hinata était effrayée mais elle avait tellement mal qu'elle pleurait plus pour ses blessures que pour l'acte impardonnable que son père aller refaire. Il s'enfonça profondément en elle ce qui lui arracha un cri de surprise et de douleur. Il commença alors ses vas-et-viens toujours plus puissants et alors qu'il allait avoir un orgasme il se retira et se vida sur le corps mutilé de la jeune fille et s'est satisfait qu'il reparti comme si de rien était, laissant une jeune fille souillée et blessée au deuxième degré sur son lit devenu rouge et pour cause son dos saignait tellement qu'on eu cru qu'un fleuve allait se créer.


Les larmes coulants silencieusement de ses yeux, elle se leva accentuant son mal de dos et traîna sa carcasse jusqu'à sa salle de bain, entra dans la cabine de douche sans prendre la peine de se déshabiller et fit couler l'eau chaude sur sa peau griffée. Sa souffrance était horrible, son dos lui brûlait, elle avait l'impression de mourir petit à petit. Elle pleura, criant sans que personne ne vienne. Elle criait sa peine, sa douleur, sa souffrance à qui l'entendra mais hélas elle le savait : elle était et resterait seule face à cette situation. Elle s'accroupit alors dans sa douche et étouffa ses pleurs avec le jet d'eau laissant une traînée de sang sur son passage. Elle n'avait jamais eu aussi mal de sa vie.


Et jamais elle n'aurait cru que ce genre de chose serait arrivé. Elle était heureuse avant dans sa famille. Son père n'était pas aussi violent avec elle . Elle savait que ce n'était pas la même chose pour sa mère qui avait dût écouter et subir les conséquences des plaintes de son père.

Elle avait souffert pendant plus de sept ans avant d'être libérée de ce fardeau le jour où son père la frappa un peu trop fort. Hinata avait était présente lors de son "exécution" et avait été traumatisée. Elle avait crié, imploré sa mère pour qu'elle revienne mais son père lui avait envoyer une gifle qui la calma aussitôt et depuis ce jour il s'en prenait à elle et avait pour excuse quotidienne "tu ressembles à ta mère et ça me dégoûte".


Cela faisait près de trente minutes qu'elle pleurait sous la douche. Elle soupira et lasse elle se releva poussant un gémissement de douleur et ferma le robinet. Puis, elle passa une serviette autour de sa taille mais ne fit pas attention et elle frotta contre son dos meurtri. Elle serra les dents et enleva la serviette avant de prendre dans sa boîte à pharmacie une boîtes de calmant, de l'alcool à brûler et une boîte de bandage.

Elle s'appliqua ensuite à se soigner. La douleur se fit aiguë, d'abord de petits picotements puis plus ça aller plus les plaies chauffaient et brûlaient. Elle se remit à pleurer mais sans émettre le moindre bruit et continua son action avant d'y mettre le bandage qui la protégerait des coups ne serait-ce qu'un peu.
Elle passa ensuite dans sa chambre où elle se dirigea vers l'armoire d'où elle prit un t-shirt noir à manche courte et qui couvrait son dos et un pantalon slim noir lui aussi. Elle marchait doucement pour ne pas bousculer son dos déjà en mauvais état. Elle sortit de sa chambre et se dirigea vers la porte d'entrée où elle se chaussa de ballerines blanches perlées.


Elle ouvrit aussi la porte et sortit. Elle la referma puis mît les clés dans sa poche et prit le chemin du centre ville. Elle marchait dans les rues bondées de monde où parfois de hommes de son âge et plus se retournaient à son passage. Elle s'arrêta devant un magasin de vêtement où une robe lui avait tapé dans l'œil mais elle se rappela de son dos souffrant en remarquant le dos nu, abandonna cette idée et tourna les talons pour partir quand quelqu'un lui tapa le dos se qui provoqua une douleur insoutenable le long de son échine. Elle se retourna et vit deux orbes bleus la fixer étrangement. Elle se redressa d'un coup et se recoiffa maladroitement avant de bredouiller ce qui semblait être des salutations. Il rigola et la salua avant de s'excuser pour ce qui s'était passé hier. Elle lui assura que ce n'était rien mais Naruto voulant se racheter la tira par la main et l'emmena dans un pub.


Hinata était enchantée par cet endroit chaleureux et convivial. Le pub du nom de "Black Arrow" était  une petite boite de nuit. En entrant dans cet endroit la belle brune ne s'attendait pas au spectacle qui s'offrait à elle ; L'endroit était fantaisiste avec un petit côté mauvais genre. La salle était vaste, et déjà presque remplie de jeunes en tout genres. Elle comportait de nombreuses tables rondes pour la plupart et d'un bar assez grand comprenant des tonnes de bouteilles d'alcools et de shake. La lumière tamisée donnait une ambiance chaleureuse et intime.Émerveillée par toute cette activité la brune sourit et se laissait conduire par Naruto qui la fit s'asseoir sur une chaise boisée. Il s'assit lui aussi autour de la table et commandèrent un soda en discutèrent joyeusement évitant de parler de la situation compromettante de la veille. La musique se mît en marche faisant sursauter nos deux jeunes gens et Naruto insista pour danser avec la brunette qui essayait de décliner. Mais n'étant pas de cet avis le blond à la beauté ravageuse la tira et l'obligea à danser avec lui.


Au début réticente elle se laissa aller oubliant son dos et ses problèmes quelques instants. Mais quand Naruto mît sa main sur son échine, elle reprit "connaissance" et la douleur revint au galop avant de sentir un liquide chaud le long de sa colonne vertébrale. Elle paniqua et essaya de repousser Naruto qui, elle le savait-à voir son regard surprit et interrogateur- qu'il avait senti le liquide vermeil et chaud. L'incompréhension se lisait dans les yeux de Naruto.

Hinata, elle, était partie en courant.
Il faisait nuit maintenant; elle n'avait pas remarqué qu'elle était restée aussi longtemps dans cet endroit.

Elle courut pendant quelques minutes quand une puissante poigne la fit pivoter et qu'elle croisa le regard inquiet et en colère du blond.


"On va chez moi ! Lui ordonna t-il d'un ton sec"


Hinata n'eut pas le temps de répondre qu'elle était entraînée à la suite de Naruto dans la rue qui l'emmenait chez elle et chez lui par la même occasion.
Après trente minutes, Naruto ouvrit avec rage sa porte et s'annonça négligemment à sa mère avant de faire monter la jeune Hyuga dans sa chambre. Il scruta ensuite la jeune fille apeurée par une telle colère émanant du jeune homme d'habitude si souriant.

Son cœur battait tellement que sortir de sa poitrine aurait été tout à fait normal pour la fille aux yeux de nacre.


"Naruto ? Demanda t-elle doucement.

Déshabille toi !

- Qu... !

- Ne joue pas à la conne avec moi tu m'as très bien compris ! Déshabille toi !"


Hinata le regard fuyant enleva son t-shirt laissant apparaître ses sous-vêtements. Elle avait les pommettes rouges de honte. Naruto aperçu le bandage et lui demanda de se retourner ce qu'elle fit sans imposer de résistance. Il s'avança vers le dos de la jeune fille et passa sa main sur le bandage rougit par l'hémoglobine de la jeune fille. Il l'enleva délicatement mais pas assez car il sentait que la jeune fille tremblait de douleur.

Il s'arrêta quelques instants et repris quand la Hyuga fut calmée. Il scruta alors son dos, le résultat était horrible ; la chair de la jeune fille était à vif, elle perdait du sang sur toutes ses plaies, son dos avait été charcuté comme si vous preniez un morceau de viande et que vous l'effilochiez. C'était pareil, aussi écœurant, aussi aberrant.


"Comment tu t'es fais ça ?

- Je-

- Et ne me sors pas que c'est parce que tu es tombée dans les escaliers je ne suis pas con à ce point.


- Ce... Ces blessures, ce n'est rien..

- Ce n'est rien ?? Tu te fous de moi ?! Tu es en sang alors non ce n'est pas "rien" !!"


Il était hors de lui, il voulait tuer celui qui avait fait ça à cette jeune fille, il n'avait rien d'humain.
Les hommes se croient intelligents mais ils font souffrirent les gens qu'ils aiment sans se rendre compte de leur souffrance.


Naruto rouvrit la porte de sa chambre et prit la brune par la main pour l'entraîner doucement vers la salle de bain. Une fois entrés dans la pièce, il la fit s'asseoir sur un petit tabouret et dirigea le Pommeau de douche vers le dos d'Hinata:


"Je suis désolé mais ça risque de faire mal"


Et il lui embrassa les lèvres. Il ouvrit ensuite le robinet et l'eau jaillit des trous avant de venir mourir sur le dos de la jeune fille qui tremblait. Il savait qu'elle pleurait mais il était obligé le faire. Il passa sa main sur le dos meurtrit pour faire partir le sang sec ce qui provoqua une douleur insoutenable à Hinata.


Il voulait étriper, tuer, et torturer le salaud qui avait fait ça et même si Hinata ne le disait pas il savait que ça avait un rapport avec sa famille.
Au bout de cinq minutes, il arrêta le jet d'eau et enroula la jeune fille dans une serviette et tamponna son dos pour ne pas lui faire mal plus qu'elle ne souffre déjà.

Il prit ensuite de quoi soigner les plaies de la brune.

Une fois cela fini ils repartirent dans la chambre de ce dernier, il laissa ensuite la jeune fille seule et parti parler à sa mère et faire du thé. Quand il revint il lui annonça qu'elle restait dormir. Elle ne déclina pas mais avait peur de voir comment réagirait son père quand il ne la verrait pas ce soir.


Ils allèrent ensuite voir la mère de Naruto, une belle rousse aux formes voluptueuses et au sourire magnifique comme celui de son fils. Elle la salua et firent connaissances.
Naruto expliqua alors la situation à sa mère et lui intima d'en parler à son père quand il rentrera.


Leur soirée se passa sans accrocs et l'heure de dormir se fit sentir quand les deux jeunes baillèrent. Il partirent de coucher après des petits bisous par-ci par-là.
L'amour, quoi de plus étrange que ce sentiment ? L'âme-sœur, le coup de foudre, la jalousie, la colère. L'amour englobe tout. Elle allait passer de souffrance physique à mental. Pauvre petite chose. Ouvre les yeux.
 
Le bonheur tu ne l'as pas encore atteint.